Article

Idiopathic congenital clubfoot: Initial treatment

Pediatric Orthopedics Department, Clocheville Hospital, Tours University Hospital, 37044 Tours, France. Electronic address: .
Orthopaedics & Traumatology Surgery & Research (Impact Factor: 1.26). 01/2013; 99(1). DOI: 10.1016/j.otsr.2012.11.001
Source: PubMed

ABSTRACT

Clubfoot (talipes equinovarus) is a three-dimensional deformity of unknown etiology. Treatment aims at correction to obtain a functional, plantigrade pain-free foot. The "French" functional method involves specialized physiotherapists. Daily manipulation is associated to immobilization by adhesive bandages and pads. There are basically three approaches: the Saint-Vincent-de-Paul, the Robert-Debré and the Montpellier method. In the Ponseti method, on the other hand, the reduction phase using weekly casts usually ends with percutaneous tenotomy of the Achilles tendon to correct the equinus. Twenty-four hour then nighttime splinting in abduction is then maintained for a period of 3 to 4 years. Recurrence, mainly due to non-compliance with splinting, is usually managed by cast and/or anterior tibialis transfer. The good long-term results, with tolerance of some anatomical imperfections, in contrast with the poor results of extensive surgical release, have led to a change in clubfoot management, in favor of such minimally invasive attitudes. The functional and the Ponseti methods reported similar medium term results, but on scores that were not strictly comparable. A comparative clinical and 3D gait analysis with short follow-up found no real benefit with the increasingly frequent association of Achilles lengthening to the functional method (95% to 100% initial correction). Some authors actually suggest combining the functional and Ponseti techniques. The Ponseti method seems to have a slight advantage in severe clubfoot; if it is not properly performed, however, the risk of failure or recurrence may be greater. "Health economics" may prove decisive in the choice of therapy after cost-benefit study of each of these treatments.

Download full-text

Full-text

Available from: Joseph Fournier, May 15, 2015
  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: The talonavicular (TN) joint and the three subtalar (ST) joints are linked anatomically and functionally. Together they form the subtalar joint complex, where movement occurs between the calcaneopedal unit (CPU) (entire foot except the talus) and the talotibiofibular unit (talus held tightly by the ankle mortise). Many are unaware of the TN joint's dual membership: it is a component of the subtalar joint complex (talocalcaneonavicular joint) and also the transverse tarsal joint (with the calcaneal-cuboid joint). The anatomy of the articulating surfaces, movement of the CPU when unloaded, shifts and changes in CPU shape with weight bearing, application to clinical tests and X-ray interpretation, and the pathophysiology applications to pes cavovarus, pes planovalgus and congenital talipes equinovarus (club foot) will be reviewed here. The CPU concept corresponds to a horizontal segmentation of the foot. This is a useful supplement to the two other segmentation methods: frontal (hindfoot, midfoot and forefoot) and sagittal (medial and lateral columns). This horizontal segmentation solves the issues with the ST joint complex, which straddles the hindfoot and midfoot, and also the issues with the dual membership of the TN joint. This concept makes it easier to understand foot deformities, better interpret the clinical and radiological signs and deduce logical treatments.
    Preview · Article · Aug 2013 · Orthopaedics & Traumatology Surgery & Research
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: L’articulation talo-naviculaire (TN) et les trois articulations sous-taliennes (ST) sont liées anatomiquement et fonctionnellement : à elles quatre, elles forment le complexe articulaire sous-talien où siègent les mouvements entre le bloc calcanéo-pédieux (BCP) (ensemble du pied excepté le talus) et l’unité talo-tibio-fibulaire (talus enserré dans la mortaise bi-malléolaire). Une caractéristique souvent méconnue de l’articulation TN est sa double appartenance : en effet, elle est constitutive du complexe articulaire ST (articulation talo-calcanéo-naviculaire) mais également de l’articulation transverse du tarse (avec l’articulation calcanéo-cuboïdienne). Sont également étudiés ici : l’anatomie des surfaces articulaires, les mouvements du BCP en décharge, les déplacements et les changements de forme du BCP en charge, l’application à des tests cliniques et à l’interprétation des radiographies et enfin les applications physiopathologiques au pied cavo-varus, au pied plat valgus et au pied bot congénital. Le concept de BCP qui équivaut à une segmentation horizontale du pied vient compléter utilement les deux autres modes de segmentation : frontale (arrière-pied, médio-pied et avant-pied) et sagittale (colonnes médiale et latérale). Cette segmentation horizontale résout le problème du complexe articulaire ST qui est à cheval sur l’arrière-pied et le médio-pied et également le problème de l’articulation TN avec sa double appartenance. Cela permet de comprendre plus facilement les déformations du pied, de mieux interpréter les signes cliniques et radiologiques et d’en déduire des traitements logiques.
    No preview · Article · Oct 2013 · Revue de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique
  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Préalable Le traitement du pied bot varus équin était classiquement chirurgical dès la première année. Mais la dégradation des résultats avec le temps et les bons résultats des méthodes fonctionnelles et de Ponseti ont été à l’origine d’un changement radical de sa prise en charge. Matériels et méthodes Un questionnaire a été envoyé à tous les membres de la Société française d’orthopédie pédiatrique afin de connaître le traitement réalisé en France. Quarante réponses ont été obtenues. Résultats Vingt-huit équipes réalisent exclusivement la méthode de Ponseti, 10 la méthode fonctionnelle, 6 reconnaissant effectuer occasionnellement des plâtres. Des 34 centres réalisant la méthode de Ponseti, 14 réalisent une ténotomie d’Achille de façon systématique malgré le risque théorique d’insuffisance tricipitale. Deux tiers des centres prescrivent l’attelle de dérotation au début de la phase de consolidation. Mais un tiers prescrit des attelles unilatérales malgré le risque de récidive. Des 10 centres réalisant la méthode fonctionnelle, 5 pratiquent la méthode Saint-Vincent-de-Paul avec contention rigide, 3 la méthode Robert-Debré avec contention souple ou rigide. Seul Montpellier pratique la méthode montpelliéraine avec contention par élastoplast et botte. La ténotomie d’Achille est pratiquée la première année en fonction de la clinique ou de la radiographie. Discussion La méthode de Ponseti, introduite en France en 1999, est pratiquée par 70 % des équipes françaises. Elle permet de diminuer fortement le taux de libérations chirurgicales extensives. Aux États-unis, 97 % des chirurgiens de la POSNA déclarent l’utiliser (ils n’étaient que 65 % en 2001) et le pourcentage de libérations chirurgicales avant l’âge d’un an est passé de 70 à 10 % en 10 ans. Conclusion La méthode de Ponseti est en passe de devenir le « gold standard » dans la prise en charge du pied bot varus équin en France comme dans le reste du monde.
    Full-text · Article · Jun 2014 · Revue de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique
Show more