ArticlePDF Available

Etude dendrométrique de Pterocarpus erinaceus Poir. des formations naturelles de la zone soudanienne au Bénin

Authors:

Abstract and Figures

RESUME Pterocarpus erinaceus est une Légumineuse arborescente des forêts claires et savanes arborées d'Afrique, croissant en peuplements naturels dans les zones soudaniennes au Bénin. Un inventaire des arbres dans ces formations naturelles à dominance de P. erinaceus a été effectué afin de décrire leur structure, sur la base des paramètres dendrométriques comme la hauteur, le diamètre, la surface terrière, le facteur d'écorce, etc. Les mesures du diamètre et de la hauteur des arbres ont été réalisées dans 400 placettes circulaires de 15 mètres de rayon, situées dans les forêts claires et savanes arborées des forêts classées de l'Ouémé Supérieur et de Wari-Maro. Les résultats obtenus permettent de noter que la densité du peuplement est plus élevée dans les formations de savane (169,4 arbres/ha) alors que la hauteur moyenne et le diamètre moyen de tous les arbres et spécifiquement de P. erinaceus présentent des valeurs significativement plus élevées en forêt. Par ailleurs, les deux forêts étudiées (Ouémé Supérieur et Wari-Maro) présentent des valeurs similaires pour les paramètres dendrométriques calculés. La structure en diamètre de P. erinaceus révèle une relative stabilité du peuplement avec une abondance des individus de diamètre moyen et une rareté des individus de faibles ou gros diamètres. L'ensemble du peuplement présente une structure en « i », caractéristique d'une nature inéquienne et multispécifique. La hauteur de P. erinaceus peut être exprimée en fonction du diamètre à 1,30 m du sol, dans les peuplements de savane et de forêt par des équations logarithmiques avec des coefficients de détermination de 37 % et 16 % respectivement en savane arborée et forêt claire.
Content may be subject to copyright.
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
245Etude dendrométrique de Pterocarpus erinaceus Poir
ETUDE DENDROMETRIQUE DE Pterocarpus erinaceus POIR.
DES FORMATIONS NATURELLES DE LA ZONE SOUDANIENNE
AU BENIN
R. L. GLELE KAKAÏ
1
, B. SINSIN
1
et R. PALM
2
1
Laboratoire d’Ecologie Appliquée, Faculté des Sciences Agronomiques, Université d’Abomey-Calavi, 01 BP 526,
Cotonou (Bénin). E-mail : gleleromain@yahoo.fr
2
Unité de Statistique, Informatique et Mathématique appliquées, Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques
de Gembloux (FUSAGx), Avenue de la Faculté d’Agronomie 8, B-5030, Gembloux (Belgique).
E-mail : palm.r@fsagx.ac.be
RESUME
Pterocarpus erinaceus est une Légumineuse arborescente des forêts claires et savanes arborées d’Afrique,
croissant en peuplements naturels dans les zones soudaniennes au Bénin. Un inventaire des arbres dans
ces formations naturelles à dominance de P. erinaceus a été effectué afin de décrire leur structure, sur la
base des paramètres dendrométriques comme la hauteur, le diamètre, la surface terrière, le facteur
d’écorce, etc. Les mesures du diamètre et de la hauteur des arbres ont été réalisées dans 400 placettes
circulaires de 15 mètres de rayon, situées dans les forêts claires et savanes arborées des forêts classées
de l’Ouémé Supérieur et de Wari-Maro. Les résultats obtenus permettent de noter que la densité du
peuplement est plus élevée dans les formations de savane (169,4 arbres/ha) alors que la hauteur moyenne
et le diamètre moyen de tous les arbres et spécifiquement de P. erinaceus présentent des valeurs
significativement plus élevées en forêt. Par ailleurs, les deux forêts étudiées (Ouémé Supérieur et Wari-
Maro) présentent des valeurs similaires pour les paramètres dendrométriques calculés. La structure en
diamètre de P. erinaceus révèle une relative stabilité du peuplement avec une abondance des individus de
diamètre moyen et une rareté des individus de faibles ou gros diamètres. L’ensemble du peuplement
présente une structure en « i », caractéristique d’une nature inéquienne et multispécifique. La hauteur de
P. erinaceus peut être exprimée en fonction du diamètre à 1,30 m du sol, dans les peuplements de savane
et de forêt par des équations logarithmiques avec des coefficients de détermination de 37 % et 16 %
respectivement en savane arborée et forêt claire.
Mots-Clés : Pterocarpus erinaceus, formations naturelles, paramètres dendrométriques, zone soudanienne,
Bénin.
ABSTRACT
DENDROMETRIC
STUDY
OF
Pterocarpus erinaceus
POIR
IN
THE
NATURAL
STANDS
OF
SUDANIAN
ZONE
OF
BENIN
Pterocarpus erinaceus is an arborescent deciduous legume tree of African savannas and dry forests growing
in natural stands in the sudanian zone in Benin. An inventory of trees in the P. erinaceus dominated
communities was carried out in order to describe their structure in tree-savannah and woodland, on the basis
of some dendrometric parameters such as the diameter, the height, the basal area, the bark factor etc. The
measurements have been done in 400 circular plots of 15 m of radius, in Ouémé Supérieur and Wari-Maro
forest reserves. The results showed that the tree-density of the stands was higher in tree-savannas than in
the woodlands whereas the mean height and the mean diameter of P. erinaceus trees and of the whole stands
obtained their highest values in woodlands. Furthermore, the two targeted forest reserves (Ouémé supérieur
and Wari-Maro) have similar values for the dendrometric parameters. The diameter structure of P. erinaceus
revealed the abundance of trees with mean diameter whereas trees with small or high diameter were scarce.
The overall stand has an «i-shaped» structure, showing an uneven-aged and mixed species nature of the
stands. Moreover, the height-diameter relationship of P. erinaceus was logarithmic with a R-square value of
37 % and 16 % in tree-savanna and woodland, respectively.
Keywords : Pterocarpus erinaceus, natural stands, dendrometric parameters, sudanian zone, Benin.
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
246 R. L. G. KAKAI et al.
INTRODUCTION
Les produits forestiers constituent des res-
sources importantes pour toutes les nations en
raison de leur rôle notable dans les économies
des pays. Les flux mondiaux des produits du
bois ont mobilisé, en 2003, une somme de
117,66 milliards de dollars US (Anonyme, 2006).
Malheureusement, du fait de plusieurs facteurs
dont la rareté de plans d’aménagement forestier
adéquats, la pression démographique dans le
monde et particulièrement en Afrique et les
pratiques anthropiques (agriculture, chasse,
élevage, transhumance, exploitation abusive),
les produits forestiers sont en baisse constante.
Au Bénin, pays à faible potentiel forestier
(Anonyme, 1981), on note une forte pression
anthropique sur les maigres ressources
forestières disponibles. Les trois essences
forestières autochtones faisant objet de
demande préférentielle en bois d’œuvre et de
service sont Khaya senegalensis (Desr.), Afzelia
africana (Sm.) et Pterocarpus erinaceus Poir.
K. senegalensis et A. africana, jadis bien
représentées dans les forêts, sont devenues
rares (Sokpon, 2000, Sinsin et al., 2004). La
troisième essence, à savoir P. erinaceus (le
ne), disponible encore en peuplements
natuels dans les forêts claires et savanes
arborées, entre et 10° N de latitude, est
exploitée de façon abusive comme bois d’œuvre
et de service.
Cette dernière espèce forestière grégaire subit
au Bénin des pressions de plus en plus fortes
de déboisement par écrémage. Cette situation
est aggravée par le fait que l’espèce n’existe
jusqu’aujourd’hui qu’en peuplements naturels et
n’a pas encore fait l’objet d’étude d’aménage-
ment, ni d’étude de régénération au Bénin. Il
est donc important de connaître l’état actuel des
peuplements de P. erinaceus à travers une
étude structurale, base d’un aménagement
adéquat.
Le but de la présente étude est de décrire les
caractéristiques dendrométriques des populations
de P. erinaceus pour un aménagement futur. Les
objectifs spécifiques sont d’une part de
déterminer les caractéristiques dendrométriques
des peuplements naturels à dominance de P.
erinaceus dans les forêts classées de Wari-Maro
et de l’Ouémé Supérieur et d’autre part, de
décrire la structure en fonction du diamètre et
de la hauteur totale des arbres des peuplements
de l’espèce en forêt claire et en savane arborée
de la zone soudanienne au Bénin. Les hypo-
thèses testées lors de l’étude étaient relatives
à l’égalité des moyennes des valeurs des
paramètres dendrométriques, entre savanes et
forêts d’une part et entre les forêts classées de
Wari-Maro et de l’Ouémé Supérieur d’autre part.
MATERIEL ET METHODES
MILIEU D’ETUDE
Le milieu d’étude est constitué des formations
naturelles à dominance de P. erinaceus de la
zone soudanienne dunin. Elles sont situées
précisément dans les forêts classées de Wari-
Maro et de l’Ouémé Supérieur. La forêt classée
de Wari-Maro, avec une superficie estimée à
120 686 ha, est située au Centre du Bénin, entre
les latitudes 8° 80 et 9° 10 N et les longitudes
55 et 25 E. C’est la zone de transition
soudano-guinéenne définie par White (1983)
comme celle des forêts claires à Isoberlinia spp.
Elle est limitée au Nord par la forêt classée de
l’Ouémé Supérieur (figure 1), au Sud par la forêt
classée des Monts-Kouffé, à l’Est par l’axe
national Tchaourou-Bétérou et à l’Ouest par la
piste Wari-Maro-Igbèrè. La forêt classée de
l’Ouémé Supérieur est située entre les latitudes
11 et 9° 47N et longitudes 1° 58 et 2° 28 E.
Sa superficie est estimée à 193 400 ha. Les
deux forêts classées sont sous l’influence du
climat tropical de type soudanien humide
caractérisé par deux saisons de durées presque
égales : la saison sèche marquée s’étend de
novembre à mars et peut être divisée en deux
saisons thermiques: une saison froide de
cembre à février due au passage de l’harmattan
et une saison chaude de mars à avril. La saison
pluvieuse s’établit d’avril à octobre avec
1247 mm de pluviométrie moyenne par an.
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
247Etude dendrométrique de Pterocarpus erinaceus Poir
Figure 1 : Localisation des forêts classées de l'Ouémé Supérieur et de Wari-Maro.
Location of Ouémé Supérieur and Wari-Maro forest reserves.
N
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
248 R. L. G. KAKAI et al.
MATERIEL VEGETAL
Le matériel végétal considéré dans la présente
étude est constitué des peuplements naturels
à dominance de P. erinaceus installés à divers
endroits dans les forêts classées de l’Ouémé
Supérieur et de Wari-Maro.
P. erinaceus est une Légumineuse de la sous-
famille des Papilionoideae, utilisée en ébénisterie
pour la qualité de son bois et en nutrition des
ruminants en saison sèche du fait de la richesse
de ses feuilles en protéine (Bonkoungou et al.,
1999). C’est un arbre souvent rencontré en Afrique
de l’Ouest et du Centre depuis le Sénégal jusqu’à
la publique Centrafricaine. Il est présent
jusqu’à la latitude 14º N, en populations de petite
taille. Par ailleurs, P. erinaceus n’a pas encore
fait l’objet d’introduction dans une région hors
de son aire géographique (Bonkoungou et al.,
1999).
METHODE DE COLLECTE DES DONNEES
Les données ont été collectées dans des unités
d’observation des deux forêts classées. Le
repérage des peuplements naturels à dominance
de P. erinaceus est fait en tenant compte de la
description des groupements végétaux (Yayi,
1998). Les unités d’observation sont délimitées
suivant un échantillonnage simple non
probabiliste. Les unités du premier degré sont
des parcelles de forme carrée d’un hectare de
superficie, identifiées dans les peuplements et
distantes l’une de l’autre de 200 m. Dans chaque
parcelle, sont ensuite installées quatre placettes
circulaires de 15 m de rayon aux sommets de
la parcelle (figure 2).
Soixante parcelles ont été mises en place dans
les formations à dominance de P. erinaceus de
la forêt classée de l’Ouémé Supérieur et 40 dans
celles de la forêt classée de Wari-Maro. Les
données ont été collectées dans 400 placettes
de 7 ares environ (soit sur une superficie totale
de 28 ha) réparties entre 319 placettes en
savane arborée et 81 placettes situées en forêt
claire. Dans chaque placette, les mesures ont
été réalisées sur les arbres de toutes espèces
ayant un diamètre à hauteur d’homme (dbh)
supérieur à 10 cm à 1,30 m du sol. Il s’agit du
diamètre à 1,30 m au-dessus du sol mesuré au
compas forestier, la hauteur totale, mesurée
avec le clinomètre uniquement sur les individus
de P. erinaceus et l’épaisseur de l’écorce de P.
erinaceus, évaluée en faisant une petite entaille
à l’aide d’une machette et un décimètre.
100 m
100 m
X3
X4
X1
X2
Placettes
s
15m
Parcelle carrée
d’un hectare
Figure 2 : Représentation des placettes au sein d'une parcelle d'un hectare.
Location of the plots in a land parcel of one hectare.
ANALYSE DES DONNEES
Paratres dendrométriques des
peuplements
Six paramètres dendrométriques ont été retenus
pour l’étude : la densité, la surface terrière, le
diamètre, la hauteur moyenne de Lorey, le
facteur d’écorce et la contribution en surface
terrière.
La densité du peuplement (N) est le nombre
moyen d’arbres sur pied ramené à l’hectare,
calculée par la formule :
(1)
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
249Etude dendrométrique de Pterocarpus erinaceus Poir
La contribution en surface terrière (Cs) en
pourcent, est définie comme étant la part de P.
erinaceus dans la surface terrière de l’ensemble
des arbres de la placette :
(6)
avec Gp : surface terrière des arbres de P.
erinaceus ; G : surface terrière de l’ensemble
des arbres de la placette.
Les six paramètres dendrométriques définis ci-
dessus sont calculés par placette. Ensuite, la
moyenne est calculée pour les quatre placettes
appartenant à une même parcelle d’un hectare.
On dispose donc de six valeurs moyennes des
paramètres dendrométriques pour chacune des
100 parcelles considérées dans les deux forêts
classées. La moyenne et le coefficient de
variation des six paramètres sont déterminés,
d’une part, pour les formations naturelles de
savane (80 parcelles) et de forêt (20 parcelles)
et, d’autre part, pour chacune des deux forêts
considérées (40 parcelles dans la forêt de Wari-
Maro et 60 parcelles dans la forêt de l’Ouémé
Supérieur). Le test t de Student est ensuite
effectué sur chacun des six paramètres afin de
comparer les deux types de formation et les deux
forêts considérées. Par ailleurs, l’indice de
Blackman ( ), a été calculé pour caractériser
la distribution spatiale des populations de P.
erinaceus dans les formations de savane et
de forêt. Cet indice est calculé à partir de la
relation :
(7)
avec : variance des densités, : densité
moyenne des arbres des populations de P.
erinaceus.
Etablissement de la structure en
diamètre des peuplements
La structure en diamètre d’un peuplement décrit
l’abondance relative des arbres par classe de
diamètre. Pour établir cette structure, tous les
arbres ont éregroupés en classes de diamètre
de 5 cm d’amplitude et des histogrammes ont
été construits. La distribution normale tronquée
avec n : nombre d’arbres de la placette, et s :
surface de la placette (en ha) ; s = 0,0225 ha.
La surface terrière (G) en m
2
/ha, est la somme
des sections transversales à 1,30 m de hauteur
du sol, de tous les arbres de la placette :
(2)
avec d
i
: diamètre (en cm) de l’arbre i de la
placette et s : superficie de la placette.
Le diamètre de l’arbre de surface terrière
moyenne (D) en cm est obtenu par la relation :
D = (3)
avec n : nombre d’arbres de la placette ; d
i
:
diamètre de l’arbre i (en cm).
La hauteur moyenne de Lorey (H) en cm, est
la hauteur moyenne des arbres, pondérée par
leur surface terrière (Philip, 2002) :
; (4)
avec g
i
: surface terrière (en m
2
/ha) ; h
i
: hauteur
de l’arbre i.
Les quatre paramètres dendrométriquesfinis
ci-dessus sont calcus d’une part, pour
l’ensemble des arbres de chaque placette
inventoriée et, d’autre part, de manière spécifique
pour P. erinaceus.
Le facteur d’écorce (k) est calcupour P.
erinaceus en vue d’apprécier l’importance de la
proportion de bois utile dans le volume en bois.
Il est défini de la manière suivante :
; (5)
avec e
i
: épaisseur de l’écorce mesurée sur
l’arbre ; dp
i
: diamètre sur écorce de l’arbre i ;
n’ : nombre de P. erinaceus dans la placette.
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
250 R. L. G. KAKAI et al.
connaissant son diamètre. Cette relation est
établie et représentée sous forme graphique
pour chacune des deux formations. Les deux
modèles suivants ont été testés :
h = a + b logd (Mole de Hendricksen)
(8)
et logh = a + b logd (Modèle de Stoffels et Van Soest),
(9)
h : hauteur de l’arbre (en m) ; d : diamètre
(en cm) ; log : logarithme népérien ; a : ordonnée
a l’origine ; b : pente logarithmique.
RESULTATS
PARAMETRES DENDROMETRIQUES
Les résultats obtenus pour les six paramètres
dendrométriques (Tableau 1) montrent que la
densité globale (N) des arbres est significative-
ment plus importante en savane (169 tiges/ha)
qu’en forêt (147 tiges/ha).
Tableau 1 : Moyennes, coefficients de variation (cv) et valeurs de probabilité du test t relatif aux paramètres
dendrométriques des peuplements de P. erinaceus en savane et en forêt.
Means, coefficients of variation (cv) and p-values of the t-tests of dendrometric parameters of P.
erinaceus stands in tree savannah and woodland.
à gauche à 10 cm a été ajustée dans le cas de
la structure en diamètre de P. erinaceus alors
que la distribution exponentielle négative
tronquée aussi à gauche à 10 cm est ajustée
pour le peuplement global. Le seuil de troncature
de 10 cm est lié au protocole d’inventaire
forestier utilisé, qui ne prend en compte que
les arbres d’au moins 10 cm de diamètre. Le
test d’ajustement est ensuite effect
dans les deux cas pour vérifier l’adéquation
des modèles.
Etablissement de la relation hauteur-
diamètre et caractérisation du profil de
P. erinaceus.
La relation entre la hauteur totale et le diamètre
des arbres, encore appelée courbe des hauteurs
(Rondeux, 1999), est un outil permettant de
diminuer le coût et le temps de réalisation
d’inventaires forestiers ultérieurs parce qu’elle
permet d’avoir une idée de la hauteur d’un arbre,
Savane Forêt
Paramètres
Moyenne
CV (%)
Moyenne CV (%) Prob.
Peuplement global
Densité des arbres,
N (tiges/ha) 169,4 32,5 146,6 35,5 0,005
Diamètre, D (cm) 27,91 20,3 32,39 21,1 0,000
Surface terrière,
G (m2/ha) 10,57 46,7 11,84 37,9 0,069
Hauteur (m) 13,39 19,6 16,64 17,3 0,000
P. erinaceus
Densité des arbres,
Np (tiges/ha) 22,86 94,5 23,36 91,4 0,873
Diamètre, Dp (cm) 36,91 31,6 40,86 29,2 0,048
Surface terrière,
Gp (m2/ha) 2,54 110,0 3,60 75,3 0,269
Hauteur, Hp (m) 13,44 24,3 16,28 21,1 0,000
Facteur d’écorce, k 0,89 4,9 0,89 3,9 0,553
Contribution en surface
terrière, Cs (%) 26,03 62,8 29,12 61,4 0,292
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
251Etude dendrométrique de Pterocarpus erinaceus Poir
Pour les autres paramètres, la probabilité liée
au test t est supérieure à 0,05. Les valeurs
moyennes globales de ces paratres
terminées pour l’ensemble des deux
formations sont de 10,8 m
2
/ha ; 23 arbres/ha ;
3,2 m
2
/ha ; 0,9 et 26,7 %, respectivement pour
la surface terrière globale, la densité, la surface
terrière, le facteur d’écorce et la contribution
spatiale de P. erinaceus. Dans les formations
de savane, le diamètre moyen de l’ensemble
des arbres est de 27,9 cm contre 36,9 cm pour
P. erinaceus. En forêt, le diamètre moyen de
l'ensemble des arbres est de 32,39 cm contre
40,86 cm pour P. erinaceus ; la probabilité
liée au test t (échantillons associés par
paires) est inférieure à 0,001 dans les deux
cas. Pour la hauteur totale moyenne, on ne note
pas de différence significative entre P. erinaceus
et les autres arbres.
Quant à la distribution spatiale des peuplements
à dominance de P. erinaceus, l’indice de
Blackman est de 20,4 et 19,5, respectivement
pour les peuplements de savane et de forêt.
Les valeurs moyennes globales des six
paramètres dendrométriques par forêt classée
sont présentées au tableau 2. On y note que la
densité moyenne et le diamètre moyen des
arbres de Pterocarpus erinaceus sont estimés
à 22,3 tiges/ha et 38,07 cm dans la forêt classée
de l'Ouémé Supérieur et de 27,4 tiges/ha et
35,49 cm dans la forêt classée de Wari-Maro.
Les paramètres dendrométriques des autres
essences de valeur retrouvées dans les
peuplements à dominance de P. erinaceus en
savane et en forêt sont résumés dans le tableau
3. On y note que la densité des principales
essences varie de 0,04 à 22,86 tiges/ha en
savane et de 0,18 à 23,36 tiges/ha en forêt , la
surface terrière varie de 0,01 m
2
/ha à
2,54 m
2
/ha en savane et de 0,001 m
2
/ha à
3,6 m
2
/ha en forêt.
Tableau 2 : Moyennes, coefficients de variation (cv) et valeurs de probabilité du test t relatif aux paramètres
dendrométriques des peuplements de P. erinaceus des forêts de Wari-Maro et de l'Ouémé
Supérieur.
Means, coefficients of variation (cv) and p-values of the t-tests of dendrometric parameters of P.
erinaceus stands in Wari-Maro and Ouémé Supérieur forest reserves.
Ouémé supérieur Wari-Maro
Paramètres
Moyenne
CV (%)
Moyenne
CV (%)
Prob.
Peuplement global
Densité des arbres,
N (tiges/ha) 164,0 34,5 169,8 27,1 0,498
Diamètre, D (cm) 28,75 22,1 29,27 16,9 0,576
Surface terrière,
G (m
2
/ha) 10,72 45,9 11,56 39,0 0,310
Hauteur (m) 13,94 20,6 14,74 24,3 0,211
P. erinaceus
Densité des arbres,
Np (tiges/ha) 22,30 96,4 27,40 78,5 0,191
Diamètre, Dp (cm) 38,07 30,5 35,49 35,6 0,293
Surface terrière,
Gp (m
2
/ha) 2,59 108,9 2,80 96,1 0,673
Hauteur, Hp (m) 14,09 23,6 13,53 32,8 0,507
k 0,89 4,8 0,90 4,4 0,520
Cs (%) 21,72 84,3 22,63 79,6 0,776
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
252 R. L. G. KAKAI et al.
STRUCTURE DES FORMATIONS
NATURELLES DE P. erinaceus
Structure en diamètre de l’ensemble
des arbres
Les répartitions en classes de grosseur de
l’ensemble des arbres mesurés sont présentées
pour les deux formations naturelles à la figure 3. Il
s’agit de distributions en «i». Les histogrammes
montrent également, en surimposition, le résultat
de l’ajustement d’une distribution exponentielle
tronquée à gauche.
Bien que les écarts entre les fréquences théoriques
et les fréquences observées soient statistiquement
significatifs (p = 0,03), on peut constater que les
distributions observées ont bien l’allure générale
d’une distribution exponentielle négative.
Tableau 3 : Paramètres dendrométriques des essences de valeur des peuplements à dominance de P.
erinaceus en savane et en forêt.
Dendrometric parameters of the valuable forest species of P. erinaceus stands in tree-
savannah and woodland.
Figure 3 : Distributions par classe de diamètre de l'ensemble des arbres et de P. erinaceus en savane et
en forêt.
Stem diameter structures of all trees and of P. erinaceus in tree-savannah and in woodland.
Savane Forêt
Espèces Densité,
N(tiges/ha) Surface terrière,
G (m2/ha) Diamètre,
D (cm) Densité,
N(tiges/ha)
Surface terrière,
G (m2/ha) Diamètre,
D (cm)
Afzelia africana 1,37 0,29 51,5 0,89 0,11 39,9
Anogeissus
leiocarpa 3,27 0,36 37,6 11,20 1,14 35,9
Burkea africana 10,31 0,50 24,8 8,71 0,39 24,0
Combretum spp. 1,90 0,07 21,4 1,96 0,10 26,0
Daniella oliverii 4,29 0,45 36,4 3,73 0,72 49,4
Detarium
microcarpum 3,01 0,09 19,9 0,18 0,00 11,2
Isoberlinia spp 21,90 2,18 35,6 21,16 2,40 38,0
Khaya spp. 0,04 0,01 45,9 0,36 0,02 27,1
Lannea acida 5,35 0,36 29,1 6,40 0,54 32,7
Prosopis africana 2,35 0,16 29,3 1,60 0,11 29,6
P. erinaceus 22,86 2,54 36,9 23,36 3,60 40,9
Diamètre (cm)
Pour centage
907560453015
35
30
25
20
15
10
5
0
Ensemble des arbr es - savane
Dia mètre (cm)
Pourcentage
907560453015
30
25
20
15
10
5
0
Ensemble des arbr es - forêt
Diamètre (cm)
Pour centage
907560453015
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
P. erinaceus - savane
Dia mètre (cm)
Pour centage
907560453015
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
P. erinaceus - forêt
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
253Etude dendrométrique de Pterocarpus erinaceus Poir
Structure en diamètre de P. erinaceus
La répartition en diamètre de P. erinaceus est
présentée à la figure 3 avec, en surimpression,
le résultat de l’ajustement d’une distribution
normale tronquée. Les tests d’ajustement
réalisés montrent que les écarts entre les
fréquences observées et les fréquences
estimées sont significatifs pour les savanes mais
non significatifs pour les forêts.
FORME DE L’ARBRE
La forme de l’arbre est décrite d’une part, par la
relation entre la hauteur et le diamètre à 1,30 m
et d’autre part, par l’équation de défilement. Les
relations hauteur-diamètre, qui permettent
d’estimer au mieux la hauteur d’un arbre de P.
erinaceus connaissant son diamètre, sont
illustrées à la figure 4. Les équations obtenues
sont :
Forêt :
h = -1,5 + 4,21logd (Modèle de Hendricksen)
(10)
R
2
= 16,2 %.
Savane :
logh = 0,758 + 0,5logd (Modèle de Stoffels et
Van Soest) (11)
R
2
= 37,1 %.
On note que le diamètre explique respective-
ment 16 % et 37 % de la variabilité des hauteurs
respectivement dans les peuplements de forêt
et dans les peuplements de savane.
0
20
40
60
80
100
120
5
10
15
20
25
30
Hauteur (m)
Diamètre (cm)
Savane
lnh = 0,758 + 0,5 lnd (R
2
= 37,1 %)
0
20
40
60
80
100
120
5
10
15
20
25
30
Hauteur (m)
Diamètre (cm)
h = -1,5 + 4,2 lnd (R
2
=16,2 %)
Forêt
Figure 4 : Evolution de la hauteur des arbres de P. erinaceus en fonction du diamètre.
Height-diameter curve of P. erinaceus.
DISCUSSION
PARAMETRES DENDROMETRIQUES DES
PEUPLEMENTS
L’étude dendrométrique des peuplements
naturels de P. erinaceus a été faite dans les
forêts classées de l’Ouémé Supérieur et de Wari-
Maro à partir d’un inventaire forestier. Nous avons
noté de cette étude que les valeurs de certains
paramètres dendrométriques dépendent de la
formation naturelle hébergeant les peuplements
de P. erinaceus. Les peuplements sont plus
denses en savane qu’en forêt alors que le
diamètre et la hauteur des arbres du peuplement,
ainsi que le diamètre et la hauteur de P.
erinaceus présentent des valeurs plus élevées
en forêt. Les peuplements de P. erinaceus des
savanes soudaniennes du Bénin sont en effet
composés, en quantité relativement importante,
d’arbustes et d’arbres de petites tailles alors
qu’en forêt claire, la compétition interspécifique
fait qu’on rencontre moins d’arbres mais ceux-
ci sont de plus grande taille. Les valeurs
moyennes de densité notées dans les
peuplements de savane et de forêt (169,4 et
146,6 arbres/ha) sont nettement inférieures à
celles obtenues précédemment par Yayi (1998)
dans la même forêt (376 arbres/ha) et Sagbo
(2000) dans les peuplements à dominance de
Isoberlinia spp. (205 arbres/ha). Ces écarts
peuvent être, en partie, dus aux méthodes
d’inventaire utilisées et aussi au fait que les
peuplements inventoriés ne sont pas
exactement les mêmes. Ils peuvent également
traduire, en partie, la forte pression
anthropique exercée par les populations
riveraines sur les essences forestières de
valeur.
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
254 R. L. G. KAKAI et al.
La hauteur moyenne de P. erinaceus obtenue
en savane (13,4 m) est supérieure à celle
obtenue par Petit (2000) dans les savanes au
Burkina-Faso (11 m). Notons que des arbres de
P. erinaceus atteignant 35 m de hauteur sont
signalés par von Maydel (1983). La valeur
relativement faible de la hauteur moyenne de P.
erinaceus observée par Petit (2000) pourrait être
liée à l’effet de la latitude sur la conformation de
l’arbre. La forêt classée de l’Ouémé Supérieur
est située entre les latitudes11 et 9°47 alors
que les formations naturelles à dominance de
P. erinaceus du Burkina-Faso sont situées dans
la zone soudanienne entre les latitudes 9° 30 et
13°. Or, selon Bonkoungou (1999), les arbres
de P. erinaceus deviennent de plus en plus
petits lorsque la latitude augmente. Néanmoins,
le diamètre moyen de P. erinaceus obtenu dans
la présente étude (36,9 cm) est semblable à
celle notée par Petit (2000) qui est de 36 cm.
En dehors des paramètres discutés ci-dessus,
les autres paramètres dendrométriques ne
présentent pas de différences significatives de
moyenne en savane et en forêt. La surface
terrière globale du peuplement ligneux, estimée
à 10,8 m
2
/ha, est inférieure à celle obtenue par
Sagbo (2000) pour la même forêt classée
(15,73 m
2
/ha) et nettement inférieure à celle
obtenue par Yayi (1998) dans la même formation
naturelle (34 m
2
/ha). Les arguments avancés ci-
dessus pour expliquer les différences de densité
peuvent être repris pour expliquer les différences
de surface terrière observées entre les différentes
études. Le caractère grégaire de P. erinaceus
pourrait être à la base de cette dominance en
grosseur. La distribution spatiale agrégative
notée dans la présente étude confirme aussi la
dominance de P. erinaceus, tant en forêt qu’en
savane. Notons néanmoins que, selon Dajoz
(1975), la répartition agrégative ou contagieuse
s’explique aussi par l’hétérogénéité du substrat
et le mode de dissémination des espèces du
peuplement. La valeur obtenue pour l’indice de
Blackman en forêt comme en savane est plus
importante que celle obtenue pour les
populations de Karité (Vitellaria paradoxa)
(I
B
= 5 ; Gnanglè, 2005), les populations de Néré
(I
B
= 2,6 ; Gbedji, 2003) de la région de Parakou
au Bénin et de l’Iroko (Milicia excelsa) en forêt
dense sèche du Bénin (Azonkponon, 2001). Le
facteur d’écorce de P. erinaceus n’est pas
influencé par le type de formation. Selon Husch
et al. (1982), la proportion du volume d’écorce
d’un billon de bois est égale à (1 - k
2
). Cette
proportion est donc égale à 20,8 % pour les bois
de P. erinaceus des zones soudanienne et
soudano-guinéenne du Bénin. La comparaison
des deux forêts classées (Ouémé Supérieur et
Wari-Maro) vèle que les paramètres dendromé-
triques présentent des valeurs significativement
similaires dans les deux forêts. On a noté qu’en
savane, les espèces les plus retrouvées (densité
supérieure à 10 tiges/ha) sont d’une part,
Isoberlinia spp et d’autre part, Burkea africana.
En forêt, les essences les plus représentées
sont Isoberlinia spp. et Anogeissus leiocarpa.
STRUCTURE DES PEUPLEMENTS DE P.
erinaceus
En ce qui concerne la répartition en diamètre
des arbres, la forme en «i» des courbes
obtenues pour l’ensemble du peuplement est
caractéristique de la nature inéquienne et
multispécifique des arbres. Dans le cas de P.
erinaceus, on note une distribution unimodale,
en cloche, caractéristique des peuplements
monospécifiques. En effet, selon Rondeux
(1999), les distributions unimodales sont
caractéristiques des peuplements équiennes ou
monospécifiques et la forme de la courbe est
révélatrice des évènements liés à la vie des
peuplements. anmoins, un peuplement
inéquienne soumis à diverses pressions peut
également avoir l’allure unimodale notée dans
l’étude.
RELATION HAUTEUR-DIAMETRE
La relation entre la hauteur et le diamètre de P.
erinaceus, établie pour les formations de savane
et de forêt est de type logarithmique avec de
faibles coefficients de termination,
caractéristique de la diversité de forme de ces
arbres en peuplement. Sagbo (2000) arrive à la
même conclusion en établissant une relation de
type parabolique avec un coefficient de
détermination de 37,4 % pour la même essence.
Selon Rondeux (1999), la courbe parabolique
est souvent caractéristique des peuplements
équiennes, ce qui permet alors d’émettre
l’hypothèse que les arbres de P. erinaceus sont
d’âges rapprochés.
CONCLUSION
Cette étude a permis de décrire les principales
caractéristiques des peuplements à dominance
de P. erinaceus et constituent dès lors, une
première source d’information utile pour
Agronomie Africaine 20 (3) : 245 - 255 (2008)
255Etude dendrométrique de Pterocarpus erinaceus Poir
l’aménagement des formations naturelles
concernées. Par ailleurs, l’étude a aussi permis
de conclure que dans les formations naturelles
de la zone soudanienne, la dominance de P.
erinaceus s’exprime par des valeurs relativement
élevées du diamètre moyen des arbres et de la
contribution spatiale de l’essence. En particulier,
nous avons mis en évidence que ces
peuplements offrent un potentiel ligneux en bois
d’œuvre et de service dont l’aménagement
permettrait de tirer de la valeur ajoutée par la
vente de bois, tout en luttant contre la
désertification.
REMERCIEMENTS
Les auteurs tiennent à remercier le Réseau
Africain de Recherches Forestières (AFORNET)
qui a financé cette étude.
REFERENCES
Anonyme. 1981. Développement des ressources
forestières. Rapport, Représentation FAO
Bénin, 48 p.
Anonyme. 2006. Le bois en chiffre. Production
industrielle (hors rie). Sessi France,
16 p.
Aubreville A. 1970. Flore du Cameroon :
Légumineuses Cesalpinoideae. Muséum
National d'histoire naturelle, Paris, 270 p.
Azonkponon N. 2001. Conservation in situ de l'Iroko
(Milicia excelsa W. C. Berg) dans l'aire
culturelle vodoun au Bénin. Mém. de DESS,
Université d'Abomey-Calavi, Bénin, 107 p.
Bonkoungou, E. G. 1999. A quick guide to
multipurpose trees from around the world.
Arkansas, USA. [online], fact net. http:// food-
s ec u r it y .i n fo /f o o d- se c u rit y.i n fo /
Winrock%20Archive/p_erinaceus.html.
Consulté le 03 mars 2007.
Dajoz R. 1975. Précis d'Ecologie. Gauthiers Villars,
4
e
éd., 503 p.
Gbedji E. K. Y. 2003. Caractérisation morpho-
logique et structurale des parcs à néré
(Parkia biglobosa J. Br.) au Bénin. Mém.
Ingénieur Agronome, Université d'Abomey-
Calavi, Bénin, 124 p.
Gnanglè P. C. 2005. Parcs à karité (Vitellaria
paradoxa Gaertn) (Sapotaceae) au Bénin :
Importance socio-culturelle, caracté-
risations morphologique, structurale et
régénération naturelle. Mémoire de DESS,
Université d'Abomey-Calavi (Bénin), 107 p.
Husch B., Miller C. and T. Beers. 1972. Forest
mensuration. Ronald Press Company,
New-York, 410 p.
Petit S. 2000. Environnement, conduite des
troupeaux et usage de l'arbre chez les
agropasteurs peuls de l'ouest burkinabé.
Approche comparative et systématique de
trois situations : Barani, Kourouma,
Ouangolodougou. Tse de Doctorat,
Université d'Orléans, France, 522 p.
Philip M. S. 2002. Measuring trees and forests.
Cabi publishing, 2
nd
edition, London, UK,
310 p.
Rondeux J. 1999. La mesure des arbres et des
peuplements forestiers. Presses
agronomiques de Gembloux, Gembloux,
France, 521 p.
Sagbo P. 2000. Etude des caractéristiques
dendrométriques des peuplements
naturels à dominance Isoberlinia spp. : Cas
de la forêt classée de l'Ouémé Supérieur
au nord du nin. Mém. Innieur
Agronome, Université d'Abomey-Calavi,
Bénin, 124 p.
Sinsin B., Eyog Matig O., Assogbadjo A. E., Gaoué
O. G. and T. Sinadouwirou. 2004.
Dendrometric characteristics as indicators
of pressure of Afzelia africana Sm. trees
dynamics in different climatic zones
of Benin. Biodiversity and Conservation
13 (8) : 1555 - 1570.
Sokpon N. 2000. Diversité des écosystèmes
terrestres et forêts sacrées au Bénin. Projet
Stratégie nationale biodiversité, Rapport
MEHU, 59 p.
Tarp-Johansen M. J., Skovsgaard J. P., Madsen S.
F., Johannsen V. K. and I. Skovgaard. 1997.
Compatible stem taper and stem volume
functions for oak (Quercus robur L and
Quercus petratea Matt Liebl) in Denmark.
Annales des Sciences Forestières 54 :
577 - 595.
von Maydell H. J. 1983. Arbres et arbustes du
Sahel. Leurs caractéristiques et leurs
utilisations. Eschnorn, GTZ, 531 p.
White F. 1983. The vegetation of Africa. UNESCO,
Nat. Ress. Res. 20 : 341 - 356.
Yayi A. 1998. Contribution à l'aménagement de la
forêt classée de l'Ouémé Supérieur au
Nord du Bénin : structure et dynamique des
différents groupements végétaux. Mém.
Ingénieur Agronome, Université d'Abomey-
Calavi, Bénin, 141 p.
... L'espèce a sa zone de répartition qui s'étend de la zone guinéo-soudanienne à la zone soudano-sahélienne (Ouédraogo et al. 2006 Dedehou et al., 2014). Par ailleurs, de nombreux autres travaux ont été réalisés sur la régénération de P. erinaceus et indiquent qu'en milieu naturel, l'espèce peut se retrouver en peuplement en milieu naturel avec des densités variables selon le type de formation végétale dans laquelle elle se retrouve (Glele Kakaï et al., 2008). En dépit de toute cette panoplie de publications sur P. erinaceus, les résultats de recherche sur cette essence sont parcellaires et épars dans des articles scientifiques, ne facilitant pas une lecture croisée des connaissances sur l'espèce. ...
... Plusieurs travaux ont été réalisés sur les caractéristiques des peuplements en Afrique de l'ouest (Glele Kakaï et al., 2008 ;Adjonou et al., 2010). Ces travaux ont indiqué qu'il existe une différence significative des caractéristiques structurales mesurées (diamètres moyen et dominant, surface terrière, hauteur moyenne, hauteur dominante, hauteur fût, etc.) entre les populations de P. erinaceus dans une zone exploitée et celles d'une zone protégée. ...
... De tels travaux auraient pu contribuer à comprendre comment la plante passe de l'état de jeune pousse à la plantule « autonome » à même de devenir un arbuste puis un arbre. Les travaux de Glele Kakaï et al. (2008) ont révélé qu'en milieu naturel, P. erinaceus se retrouve en peuplement naturel avec des densités et des dimensions variables selon les types d'écosystèmes et la zone climatique dans lesquels se situent ces peuplements. Toutefois la domestication de cette plante légumineuse contrairement aux autres essences forestières semble être pour l'instant un mystère. ...
... Socioeconomic importance of African rosewood between P. erinaceus populations in logged areas and those in protected areas(Adjonou et al. 2010, Glele Kakaï et al. 2008. Data reviewed during this study, fromSegla et al. 2016, further indicates that the combined local Togolese consumption and export levels of 493,505m 3 per annum are far in excess of the threshold for the species' sustainability. ...
Article
Full-text available
Owing to decades of inordinate exploitation of African rosewood (Pterocarpus erinaceus) and threats to its sustainability, multiple efforts by researchers to ensure its restoration and conservation have led to a proliferation of research and knowledge. The multiplicity of research and knowledge has left a gap in developing a coherent conservation and sustainable management strategy for the species because, the body of knowledge is not well-organized, it is patchy and sometimes conflicting. This study addresses this gap by consolidating the existing body of knowledge on the species through a scoping review of 225 publications on rosewood (1974–2020) in West and Central Africa. The results present current knowledge, gaps, and future research needs for the restoration, sustainable utilisation and conservation of rosewood in nine thematic areas namely; genetics, ecology, silviculture and forest management, wood technology, regeneration, propagation and growth, pharmacology, socioeconomic use, trade and governance, microorganic symbiosis, and climate change vulnerability.
... The predominance of these species can be explained by the fact that in this area, orange and mango orchards are used as crop fields by farmers at the same time. These results are consistent with those of [18] who state that some species are maintained in the fields by farmers for socioeconomic reasons.The results for the cover rate (27.9%), basal area (5.9 m 2 /ha) and density (56.12 ind/ha) are different from those of[19] who found a basal area equal to10.57 m 2 /ha and a density of 169.4 stems/ha in natural formations in the Sudanian zone in Benin. ...
... Le marché du bois d'oeuvre est en perpétuelle évolution. Ce marché était marqué essentiellement au 20ème siècle par des essences comme Milicia excelsa, Afzelia africana, Pterocarpus erinaceus (Bertrand 1978, Glèlè-Kakaï et al. 2008, très appréciées pour leurs caractéristiques technologiques élevées (Gérard 1998). Mais, face à la rareté de ces dernières (Adomou 2005), au 21ème siècle plusieurs autres essences de bois d'oeuvre autochtones comme Isoberlinia doka, Diospyros mespiliformis (Sokpon & Biaou 2002) et exotiques comme Tectona grandis (Ganglo 1999) ont fait leur apparition sur le marché du bois d'oeuvre. ...
Article
Full-text available
Acacia auriculiformis, a firewood, is attracting more interest from the timber industries in Benin. The assessment of the species’ performance in wood factories and plantations is crucial for popularizing the species as a viable alternative to mitigate deforestation related to the timber demand. The main objective of this work is therefore to assess the conditions surrounding the adoption of Acacia auriculiformis as timber species in Benin, West Africa. A total of 154 wood factories and 25 plantations were surveyed in the areas of occurrence of A. auriculiformis plantations. A. auriculiformis is the most common species in wood factories (81%) followed by Afzelia africana (55%), Tectona grandis (47%) and Khaya senegalensis (47%). The acreage of A. auriculiformis plantations increased significantly between 1999 and 2019. Knowledge on the use of the species’ wood is variable across the study area. A. auriculiformis wood is valued as timber primarily because of its aesthetic colour. It is fast drying, easy to process with high impregnability, medium to high wood density and it looks good after processing. Still, the wood provides a lot of sawdust, has many knots and has an average deformability. Its availability and accessibility are the main factors explaining the preference for the species by timber industries. This use of the species is also noted in Togo and Ivory Coast. The species has a good perspective of use as timber.
... Les "trakts" les plus observés sont souvent constitués de cercles concentriques mais ils peuvent être aussi constitués de plusieurs formes de placettes (Lecomte et Rondeux, 2002;Kangas et Maltamo, 2007). Le recours au "trakt" se fait notamment pour réduire les coûts d'inventaire, pour contourner les difficultés d'accessibilité lorsqu'elles se posent ou pour une meilleure efficience (Lecomte et Rondeux, 2002;Glèlè Kakaï et al., 2008). Les données issues des "trakts" sont souvent traitées soit comme issue d'une unité de sondage soit de chacune des placettes constitutives. ...
Research
Full-text available
Shape, size and direction are characteristics of inventory plots, which determine the reliability of forest inventories data. Objective and harmonized definition of these characteristics could therefore improve the accuracy of forest inventories and allow comparison of structural patterns of different vegetations. The present study is related to the assessment of the efficiency of the shape, size and direction of inventory plots in floristic analysis of trees and shrubs savannas and the estimation of dendrometric parameters. The study was conducted in the Ouémé Supérieur forest reserve located in the Northern Benin between 9°11' and 9°47' N and 1°58' and 2°28' E. Twenty seven square plots, 1 ha each, were established and divided into 100 quadrats of 1 are each. Species identity and diameter of trees of Dbh ≥ 10 cm were recorded in each quadrat as well as the time necessary to lay out the plots design and collect the data. From the 100 quadrats in each 1 ha plot, 14 independent sub-plots of different shapes, sizes and directions were considered by grouping together adjacent quadrats of 1 are. Eigenanalysis was done to compare the subplots in the floristic analysis of the woody vegetation. Moreover, to compare sub-plots in dendrometric parameters estimation, the relationship between estimation bias of the basal area and the size of plots was modeledfollowing the law of Smith. In addition, the mean absolute error of the shape parameter c of Weibull distribution was computed for each of the 14 sub-plots and allowed to assess the precision in diameter distribution analysis. Results showed that, the direction of the plots and their shape did not impact the structural analysis of the woody vegetation. However, plot size influenced the efficiency estimation and the accuracy of structural analysis was found to increase with increasing plot size. Nethertheless, for a better compromise between estimation precision and inventory effort, the results suggest the use of square plots of 9 ares (30 m × 30 m) for floristic inventories in trees and shrubs savannas and square plots of 18 ares (42 m × 42 m) for dendrometric inventories with or without floristic study. The studies of structural analysis of trees and shrubs savannas vegetation could thus be optimized and harmonized with the sizes of inventory plots suggested.
... The state of regeneration is however less critical in the Cassou forest with a shape parameter (c) 1 <c <3.6 compared to the other forests where c> 3.6 indicates stands with a predominance of elderly. However, the regeneration regime may have an impact on regeneration, especially late late-fires observed frequently in Park W. The same distribution of diameter classes was observed in the Burkina Faso part of Parc W by Nacoulma (2012), Glele et al. (2008) in the Wari Maro forest in Benin and on the central plateau in Togo (Adjonou et al., 2010). Yet some authors such as Camara (1997) and Ouédraogo et al. (2006) showed that the species has good germination capacity. ...
... Cette différence pourrait être imputable à la disponibilité des ressources et aux conditions édaphiques et environnementales de chaque savane, mais aussi aux pressions anthropiques associées . La densité globale (8,76 arbres/ha) est, en revanche, inférieure à celles obtenues par Kakaï et al. (2008) au Bénin (22,6 arbres/ha) et par Segla et al. (2015b) au Togo (57 à 76,5 arbres/ha) sous les mêmes latitudes. Cela s'explique manifestement par la différence des pressions anthropiques et des conditions écologiques (CITES, 2015). ...
Article
Full-text available
Pterocarpus erinaceus Poir. (Fabaceae) est un arbre des forêts claires et des savanes arborées d’Afrique, très prisé pour son bois, son fourrage et ses vertus thérapeutiques, cause de sa surexploitation en Côte d’Ivoire. La présente étude analyse la structure démographique des peuplements naturels et les potentialités de régénération de cette essence en fonction de l’intensité d’exploitation dans les trois types de savanes (guinéenne, subsoudanienne et soudanienne) de la Côte d’Ivoire en vue de leur conservation. Des mesures dendrométriques (diamètre à 1,30 m du sol, hauteur totale et hauteur du fût de l’arbre) ont été effectuées dans 30 transects de 200 m de large, sur des individus de P. erinaceus de diamètre égal ou supérieur à 5 cm dans six sites. La régénération a été évaluée dans 186 placettes de 30 m x 30 m équidistantes de 50 m à l’intérieur des transects. Les résultats révèlent que les plus grandes valeurs moyennes de densité d’arbres et de densité de régénération ont été obtenues en savane guinéenne (9,9 arbres/ha et 33,8 tiges/ha) et subsoudanienne (12,6 arbres/ha et 25,2 tiges/ha) alors que le diamètre moyen (33,9 cm), la hauteur totale moyenne (10,6 m) et la hauteur moyenne du fût (3,83 m) présentent des valeurs significativement plus élevées (p < 0,001) en savane soudanienne. L’étude montre que l’espèce se régénère par semis naturels, rejets de souche et drageons. La distribution en classe de diamètre s’ajuste à la distribution de Weibull avec une forme en « J renversé » en savane guinéenne et subsoudanienne et en « cloche » en savane soudanienne avec des arbres de taille moyenne. Hormis l’aire protégée de Kouassi-Ndawa, les cinq autres peuplements sont soumis à diverses pressions anthropiques (coupes, écorçage et émondage).
Article
Pterocarpus erinaceus est une espèce largement utilisée par les populations des zones sahéliennes et soudaniennes. Cependant, cette espèce est menacée par l’exploitation abusive des peuplements naturels. La présente étude vise à déterminer un idéotype de profondeur de semis des graines de Pterocarpus erinaceus pour relever le taux de germination de production des plantules dans le cadre de sa régénération. Pour ce faire, les graines ont été décortiquées et enfouies à différentes profondeurs (0,5 cm, 1 cm, 1,5 cm) sans traitement spécifique. L’évaluation de la vigueur des plantules a été basée sur des paramètres morphologiques qui sont : la hauteur (Ht), le diamètre au collet (Dcol), le nombre de feuille (Nf), la longueur des feuilles (Logfe) et la largeur des feuilles (Largfe). Les résultats ont montré que les meilleurs taux de germination (90,66 %) sont obtenus avec les semis enfouis à 0,5 cm du sol. Les faibles taux (41 %) de germinations ont été obtenus avec les semences enfouies à 1,5 cm. Cette expérimentation dénote que le semis superficiel des graines de Pterocarpus erinaceus est recommandé pour sa multiplication.
Article
Full-text available
Les espèces ligneuses jouent un rôle important dans la vie des populations locales. Parmi les espèces couramment utilisées au Niger figurent Balanites aegyptiaca et Ziziphus mauritiana. Ces deux espèces sont exploitées comme sources alimentaires et pour divers produits médicinaux, avec comme conséquence une réduction de leurs peuplements. La présente étude vise à analyser la structure des peuplements et les modes de régénération des deux espèces dans deux secteurs agro-écologiques contrastées de la région de Maradi au centre sud du Niger. Au total, 60 relevés ont été délimités, d’une part dans des formations naturelles dominées par ces espèces, et d’autre part dans les systèmes agrosylvopastoraux des secteurs sahélien et sahélo-soudanien. Dans chaque placette et sur chaque arbre, le diamètre à 1,30 m au rasdu sol , la hauteur totale et deux diamètres perpendiculaires de houppier ont été mesurés. L’inventaire de la régénération a été effectué dans 5 placeaux. La nature de la régénération (drageon, marcotte, semis naturel), la hauteur totale et le nombre de tiges de chaque plantule ont été notés. La densité de B. aegyptiaca ne varie significativement entre sites et entre secteurs. Par contre, la densité de Z. mauritiana varie significativement entre sites et entre secteurs. En effet, le site de Birni Lallé, situé dans le secteur sahélien strict, et le site de Kegil dans le secteur sahélo-soudanien ont les densités les plus élevées de Z. mauritiana avec respectivement 66,4 ± 52,5 et 77,5 ± 61,4 arbres/ha. L’analyse de la distribution des tiges par classe de diamètre montre que pour les deux espèces, les individus jeunes sont bien représentés. Cela suggère une bonne régénération de ces espèces. L’analyse de la densité et nature de régénération montre que les deux espèces se régénèrent essentiellement par drageonnage. En réponse au ramassage des fruits pour diverses utilisations, les espèces B. aegyptiaca et Z. mauritiana ont développé des stratégies alternatives de propagation en zone sahélienne. Cette aptitude à la propagation végétative permet aux deux espèces de s’adapter en zones arides caractérisées par la sécheresse et les hautes températures. MOTS CLÉS : DISTRIBUTION DES ESPÈCES LIGNEUSES, B. AEGYPTIACA, Z. MAURITIANA, MARADI, NIGER, SAHÉLO-SOUDANIEN [83] afrika focus — Volume 33, Nr. 1, 2020 — pp. 83-104 RABIOU HABOU, MOUSSA MASSAOUDOU, TOUGIANI ABASSE, MAHAMANE ALI, MAHAMANE LARWANOU & PATRICK VAN DAMME Wood species play an important role in the life of local communities. Among the species commonly used in Niger, are Balanites aegyptiaca and Ziziphus mauritiana. This species are exploited as food sources and as various medicinal products, with a consequent reduction in their populations. The present study aims to analyze the stand structure and the regeneration modes of the two species in two contrasting agro-ecological sectors of the Maradi region in south central Niger. A total of 60 surveys were delineated in natural formations dominated by these species and in agrosilvopastoral system in the Sahelian and Sahelo-Sudanian zones. On each tree, the diameter at 1.30 m from the ground, the total height and two perpendicular tree crown diameters were measured. The inventory of natural regeneration was carried out in 5 plots delineated in each plot. The mode of reproduction of the regeneration (suckers, marcots, natural seedlings) was recorded as well as the total height and the number of stems of each juvenile were. The density of B. aegyptiaca does not vary significantly between sites and between sectors. The Birni Lallé site, located in the strict Sahelian zone, and the Kegil site in the Sahelo-Sudanese sector stand out in terms of Z. mauritiana density with respectively 66.4 ± 52.5 and 77.5 ± 61.4 trees. /Ha. The analysis of the diameter class structure shows that for both species, young individuals are well represented. This suggests strong regeneration among these species. The analysis of the density and nature of regeneration shows that the two species regenerate mainly by suckering. In response to the collection of fruits for various uses by local populations, B. aegyptiaca and Z. mauritiana have developed alternative propagation strategies in the Sahelian zone. This ability to propagate vegetatively allows these two species to adapt to arid areas characterized by drought and high temperatures. KEY WORDS: DISTRIBUTION OF WOODY SPECIES, B. AEGYPTIACA, Z. MAURITIANA, MARADI, NIGER, SAHELO-SUDANESE
Article
Full-text available
Résumé Les espèces ligneuses jouent un rôle important dans la vie des populations locales. Parmi les espèces couramment utilisées au Niger figurent Balanites aegyptiaca et Ziziphus mauritiana. Ces deux espèces sont exploitées comme sources alimentaires et pour divers produits médicinaux, avec comme conséquence une réduction de leurs peuplements. La présente étude vise à analyser la structure des peuplements et les modes de régénération des deux espèces dans deux secteurs agro-écologiques contrastées de la région de Maradi au centre sud du Niger. Au total, 60 relevés ont été délimités, d'une part dans des formations naturelles dominées par ces espèces, et d'autre part dans les systèmes agrosylvopastoraux des secteurs sahélien et sahélo-soudanien. Dans chaque placette et sur chaque arbre, le diamètre à 1,30 m au rasdu sol , la hauteur totale et deux diamètres perpendiculaires de houppier ont été mesurés. L'inventaire de la régénération a été effectué dans 5 placeaux. La nature de la régénération (drageon, marcotte, semis naturel), la hauteur totale et le nombre de tiges de chaque plantule ont été notés. La densité de B. aegyptiaca ne varie significativement entre sites et entre secteurs. Par contre, la densité de Z. mauritiana varie significativement entre sites et entre secteurs. En effet, le site de Birni Lallé, situé dans le secteur sahélien strict, et le site de Kegil dans le secteur sahélo-soudanien ont les densités les plus élevées de Z. mauritiana avec respectivement 66,4 ± 52,5 et 77,5 ± 61,4 arbres/ha. L'analyse de la distribution des tiges par classe de diamètre montre que pour les deux espèces, les individus jeunes sont bien représentés. Cela suggère une bonne régénération de ces espèces. L'analyse de la densité et nature de régénération montre que les deux espèces se régénèrent essentiellement par drageonnage. En réponse au ramassage des fruits pour diverses utilisations, les espèces B. aegyptiaca et Z. mauritiana ont développé des stratégies alternatives de propagation en zone sahélienne. Cette aptitude à la propagation végétative permet aux deux espèces de s'adapter en zones arides caractérisées par la sécheresse et les hautes températures. MOTS CLÉS : DISTRIBUTION DES ESPÈCES LIGNEUSES, B. AEGYPTIACA, Z. MAURITIANA, MARADI, NIGER, SAHÉLO-SOUDANIEN Abstract Wood species play an important role in the life of local communities. Among the species commonly used in Niger, are Balanites aegyptiaca and Ziziphus mauritiana. This species are exploited as food sources and as various medicinal products, with a consequent reduction in their populations. The present study aims to analyze the stand structure and the regeneration modes of the two species in two contrasting agro-ecological sectors of the Maradi region in south central Niger. A total of 60 surveys were delineated in natural formations dominated by these species and in agrosilvopastoral system in the Sahelian and Sahelo-Sudanian zones. On each tree, the diameter at 1.30 m from the ground, the total height and two perpendicular tree crown diameters were measured. The inventory of natural regeneration was carried out in 5 plots delineated in each plot. The mode of reproduction of the regeneration (suckers, marcots, natural seedlings) was recorded as well as the total height and the number of stems of each juvenile were. The density of B. aegyptiaca does not vary significantly between sites and between sectors. The Birni Lallé site, located in the strict Sahelian zone, and the Kegil site in the Sahelo-Sudanese sector stand out in terms of Z. mauritiana density with respectively 66.4 ± 52.5 and 77.5 ± 61.4 trees. /Ha. The analysis of the diameter class structure shows that for both species, young individuals are well represented. This suggests strong regeneration among these species. The analysis of the density and nature of regeneration shows that the two species regenerate mainly by suckering. In response to the collection of fruits for various uses by local populations, B. aegyptiaca and Z. mauritiana have developed alternative propagation strategies in the Sahelian zone. This ability to propagate vegetatively allows these two species to adapt to arid areas characterized by drought and high temperatures.
Article
Full-text available
Afzelia africana is a forest species used by local inhabitants for various purposes, especially as forage to feed cattle, as medicinal plant and its wood is used to make furniture or for cooking. Its utilisation in its current form constitutes a threat to this species. However, the lack of data on this species is a hindrance towards drawing up an efficient program for its sustainable management. In order to fill in some gaps in the knowledge of A. africana tree populations, dendrometric characteristics of this species were studied within different climatic zones where it occurs in Benin. Data collected on each of them included height and diameter, and with regard to the levels of pressure, five categories were defined namely: null, weak, moderate, severe and very severe. As far as diameter is concerned every size was taken into consideration in all the climatic zones. However, average diameter and height of the A. africana individuals varied significantly according to climatic zones. Anthropogenic pressure increased while moving from the humid zone towards the drier zone. Moreover, there was a noticeable significant change in the level and quality of pressure between trees found in the different climatic zones in the sense that the lower the height of the trees, the more severe the level of pressure exerted. Such a relationship was not significant when one considers tree diameter in accordance with the climatic zones in the country.
Book
Full-text available
Book dealing with : diameter measurement (instruments, types of errors), height measurements (instruments, types of errors), age, bark, crown, stump merasurements, form and volume of trees - determination, mass and biomass, volume tables (construction), forest stands (characterization), stand measurements (areas,volumes), growth of stands and trees, forest productivity (estimation methods), yield tables, growth models (construction and application), forest inventories (sampling methods : random sampling, stratified, systematic, point sampling, sampling with partial replacement, multiphase sampling,..
Article
Full-text available
In this paper we develop compatible stem taper and stem volume functions for oak (Quercus robur L and Q petraea (Matt) Liebl) in Denmark. In the compatible system of stem taper and volume functions the solid of revolution of the stem taper equation equals the volume according to the total stem volume function. The stem volume is explicitly expressed in the stem taper function. Thus, it is possible to adjust estimates of the stem taper curve to a specific stand volume level (and thereby accounting for the effect of silvicultural practice on stem taper). The accuracy of predictions from the stem volume function for oak is comparable to similar functions for three broadleaved species and six conifers. Comparable stem taper functions for other broadleaved species are not available, but compared lo conifers the stem taper function for oak performs relatively well considering the substantial number of forked oak trees.
Parcs à karité (Vitellaria paradoxa Gaertn) (Sapotaceae) au Bénin : Importance socio-culturelle, caractérisations morphologique, structurale et régénération naturelle
  • P C Gnanglè
Gnanglè P. C. 2005. Parcs à karité (Vitellaria paradoxa Gaertn) (Sapotaceae) au Bénin : Importance socio-culturelle, caractérisations morphologique, structurale et régénération naturelle. Mémoire de DESS, Université d'Abomey-Calavi (Bénin), 107 p.
Précis d'Ecologie. Gauthiers Villars, 4 e éd
  • R Dajoz
Dajoz R. 1975. Précis d'Ecologie. Gauthiers Villars, 4 e éd., 503 p.
Le bois en chiffre. Production industrielle (hors série) Sessi France
  • Anonyme
Anonyme. 2006. Le bois en chiffre. Production industrielle (hors série). Sessi France, 16 p.
Conservation in situ de l'Iroko (Milicia excelsa W . C. Berg) dans l'aire culturelle vodoun au Bénin. Mém. de DESS
  • N Azonkponon
Azonkponon N. 2001. Conservation in situ de l'Iroko (Milicia excelsa W. C. Berg) dans l'aire culturelle vodoun au Bénin. Mém. de DESS, Université d'Abomey-Calavi, Bénin, 107 p.