ArticlePDF Available

Analyse comparative des profils des Plans d’Aménagement Participatifs des forêts classées du Bénin

Authors:
  • Polytechnic University of Abomey

Abstract and Figures

Le présent travail a analysé les perceptions de l’aménagement forestier par les populations riveraines des forêts classées dotées de plans d’aménagement participatif au Bénin suivant des critères comme les forêts classées aménagées par un même projet, les groupes socioculturels et les niveaux d’instruction. L’Analyse Factorielle des Correspondances simples (AFC) appliquée aux données d’enquête sur 690 personnes aléatoirement choisies dans 23 villages riverains des forêts considérées a permis d’établir des relations entre les perceptions de l’aménagement forestier et les différents critères considérés. Les résultats obtenus ont révélé que l’aménagement forestier est globalement perçu par les populations riveraines comme un projet en activité mettant l’accent sur le reboisement, l’emploi au profit des populations locales et une nouvelle manière de gérer les forêts classées en se basant sur la concertation. Les populations locales qui ont participé à l’aménagement forestier à travers les projets PAMF et PGRN ont des perceptions basées globalement sur la répression forestière (répression de l’incivisme dans le domaine forestier) et la mise à disposition des moyens aux agents forestiers, celles qui ont participé à l’aménagement forestier sous la conduite du Projet PRRF assimilent l’aménagement forestier à un projet en activité et enfin les populations bénéficiaires du Projet UNSO considèrent l’aménagement forestier comme une nouvelle façon de gérer les forêts classées. En considérant par ailleurs les niveaux d’instruction, les populations illettrées ont une conception traditionnelle de l’aménagement forestier (reboisement, police forestière) alors que celles instruites ont une conception moderne de l’aménagement forestier (participation des populations, concertation). Ces perceptions sont de nature visuelle et empirique et expriment le contenu des discours de sensibilisation délivrés par les projets chargés d’élaborer les plans d’aménagement de ces forêts classées.
Content may be subject to copyright.
Volume 11 Numéro 1 | mai 2011
Analyse des perceptions locales
des aménagements forestiers
participatifs au nin
C.P. DJOGBENOU, R. GLÈLÈ KAKAÏ, O. AROUNA ET B. SINSIN
sumés
Le présent travail a analysé les perceptions de l’aménagement forestier par les populations
riveraines des forêts classées dotées de plans d’aménagement participatif au nin suivant des
crires comme les forêts classées aménagées par un même projet, les groupes socioculturels et
les niveaux d’instruction. L’Analyse Factorielle des Correspondances simples (AFC) appliquée aux
données d’enquête sur 690 personnes aléatoirement choisies dans 23 villages riverains des forêts
considérées a permis d’établir des relations entre les perceptions de l’aménagement forestier et les
différents critères considérés. Les résultats obtenus ont révé que l’aménagement forestier est
globalement perçu par les populations riveraines comme un projet en activité mettant l’accent sur
le reboisement, l’emploi au profit des populations locales et une nouvelle manière de gérer les
forêts classées en se basant sur la concertation. Les populations locales qui ont participé à
l’aménagement forestier à travers les projets PAMF et PGRN ont des perceptions basées
globalement sur la répression forestière (répression de l’incivisme dans le domaine forestier) et la
mise à disposition des moyens aux agents forestiers, celles qui ont participé à l’aménagement
forestier sous la conduite du Projet PRRF assimilent l’aménagement forestier à un projet en
activité et enfin les populations bénéficiaires du Projet UNSO considèrent l’aménagement
forestier comme une nouvelle façon de gérer les forêts classées. En considérant par ailleurs les
niveaux d’instruction, les populations illettrées ont une conception traditionnelle de
l’aménagement forestier (reboisement, police forestière) alors que celles instruites ont une
conception moderne de l’aménagement forestier (participation des populations, concertation).
Ces perceptions sont de nature visuelle et empirique et expriment le contenu des discours de
sensibilisation délivrés par les projets chargés d’élaborer les plans d’aménagement de ces forêts
classées.
The present study analyzed the perceptions of forest management by the surrounding
populations of the forests reserves under management in Benin according to some criteria like
patterns of the forests reserves considered, the sociocultural groups and the educational levels of
the populations. The Factorial Correspondence Analysis (FCA) performed on surveyed data
related to the perception of 690 informants randomly chosen in 23 surrounding villages of forest
reserves helped to analyse the link between various patterns of people and their perceptions.
Results revealed that, on the whole, forest management is perceived by the local populations of
the forests as a project in activity emphasizing the reforestation, employment for local people and
a new manner of managing forest reserves. The local populations of forest reserves managed
under projects PAMF and PGRN have perceptions based overall on forest repression (repression
of the lack of civic virtue in the forest domain) and more means to forest agents in protecting
forest reserves, those which took part in forest management with PRRF Project consider forest
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
1 sur 16 07/07/2011 06:29
management as project in activity and finally the beneficiary populations of UNSO Project
consider forest management as a new way to managing forests reserve. By considering the
educational levels of people, results showed that the illiterate people have a traditional idea of
forest management (reforestation, forest police) whereas those educated have a modern design of
forest management (participatory approach of the populations, dialogue). These perceptions are
visual and empirical and express the contents of the speeches of sensitization delivered by the
projects in charge of the management of forest reserves.
Entrées d'index
Mots-clés : participation, aménagement forestier, Perceptions, forêts classées, Bénin.
Keywords : participation, forest management, Perceptions, forests reserves, Bénin
Texte intégral
Introduction
Depuis la période coloniale jusquaux années 1990, les forêts clases en Afrique ont
été gérées sans partage par les États. La gestion de ces forêts clases a é répressive
et exclusive (Djogbénou, 2010). Cette expropriation a affaibli les communaus
riveraines qui se sont retroues désormais écartées de la gestion forestière.
L’interdiction d’accès aux forêts clases sans les moyens de la faire respecter a ouvert
la voie à l’accès libre (Andriananja, 2006). Les forêts classées sont alors devenues le
théâtre de plusieurs activités anthropiques : agriculture, élevage, exploitation
forestière incontrôlée, braconnage, feux de végétation. Face à cette situation peu
reluisante de la gestion des forêts clases, les États africains ont opté pour la gestion
participative des forêts clases. Ainsi, l’aménagement forestier connaît aujourdhui
une elle évolution conceptuelle caractérisée par un changement quasi radical de
paradigme. L’aménagement forestier est de plus en plus assimilé à la gestion de la
forêt non seulement pour produire du bois dœuvre sur une base durable, mais aussi
pour fournir aux populations locales du bois de feu, des aliments et d’autres biens et
services appelés produits forestiers non ligneux (FAO, 1996 ; Reed, 2008). Dans une
vision forestière élargie, les populations locales sont considérées comme la source la
plus probable de dégradation forestière, conquence de la pauvreté rurale, et il
importe alors de prendre en compte le facteur humain dans l’aménagement forestier
(Bertrand et al., 1999a). La participation des populations locales dans l’aménagement
forestier est alors devenue une nécessité pour atteindre les objectifs fixés (CNUED,
1992). L’approche participative vise à assurer la durabilité de la gestion des forêts, en
engageant les communaus locales, qui dépendent de ces ressources, dans le
processus décisionnel afin quelles conservent un contrôle sur les usages et les
bénéfices qui découlent de leur exploitation (Chouinard et Perron, 2002 ; Gareau,
2005 ; Djogbénou, 2005 ; Dhubhàin et al., 2008).
1
Le nin a opté pour l’adoption de l’approche participative dans l’aménagement
forestier basé sur la cogestion des forêts clases. Ainsi, plusieurs projets et
programmes de gestion participative des forêts classées ont été amorcés et mis en
œuvre. Il sagit du Projet de Restauration des Ressources Forestières de Bassila
(PRRF) de 1988 à 2003, du Projet de Gestion des Ressources Naturelles (PGRN) de
1992 à 1998, du Projet Aménagement Participatif de forêts naturelles et reboisement
villageois pour réduction de carbone (Projet BEN-93-G13) de 1993 à 1998, du Projet
d’Aménagement des Massifs Forestiers d’Agoua, des Monts Kouffé et de Wari-Maro
(PAMF) de 2002 à 2007 et du Programme de Gestion des Forêts et Terroirs Riverains
(PGFTR) qui a démarré en 2003.
2
L’une des approches pertinentes d’évaluation des plans d’aménagement forestier est
l’étude des perceptions des populations riveraines de laménagement forestier
(Wiersum et Elands, 2002). En fait, les perceptions des populations en aménagement
3
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
2 sur 16 07/07/2011 06:29
Lieu d’étude et caracristiques des
projets d’aménagement forestier étudiés
Figure 1. Localisation des forêts classées étudiées.
forestier reftent les premiers indices de succès et d’échec du processus
d’aménagement mis en place (Dhubhàin, et al.,2008). L’évaluation multicritère des
plans d’aménagement forestier au nin (Djogbenou, 2010) a conclu que la faible
implication des populations riveraines dans le processus d’élaboration des plans
d’aménagement forestier au nin n’a pas permis une mise en œuvre réussie de ces
plans d’aménagement. Plusieurs éléments restent à élucider quant aux facteurs
déterminants la réussite des aménagements forestiers participatifs. La mise en œuvre
des programmes d’aménagement durant une décennie a tout de même influencé la
conception de l’aménagement forestier au niveau des populations, surtout suivant les
centres d’intérêt des uns et des autres. Aussi, dautres facteurs comme le groupe
socioculturel et le niveau dinstruction sont susceptibles d’influencer significativement
la perception de l’aménagement par les populations. Il est alors important de
comprendre les perceptions quont les populations riveraines de laménagement
forestier et les facteurs d’influence de leurs perceptions. Cela permettra bien
évidemment de mieux tenir désormais compte des aspirations des populations dans les
programmes d’aménagement forestier.
La présente étude est une analyse des perceptions des populations locales de
l’aménagement forestier selon différents facteurs d’influence. L’hypothèse de
recherche considérée stipule que les perceptions des populations riveraines sur les
aménagements forestiers sont influencées par lapproche des projets forestiers mise en
œuvre au niveau de chaque forêt classée, le groupe socioculturel et le niveau
d’instruction.
4
La présente étude a été réalisée dans les villages riverains des forêts clases dotées
de Plans d’Aménagement Participatif (PAP). Il s’agit des forêts classées de
Pénéssoulou, de Tchaourou-Toui-Kilibo, de l’Oué Supérieur, de N’Dali, de la Sota,
de Goungoun, d’Agoua, des Monts-Kouffé, de Wari-Maro et de la rôneraie de Goroubi
(figure 1).
5
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
3 sur 16 07/07/2011 06:29
Les plans d’aménagement de ces forêts classées ont été élaborés par des projets de la
Direction des Forêts et des Ressources Naturelles du nin. Le tableau 1 présente les
caractéristiques de ces forêts classées. Les plans d’aménagement participatif (PAP) des
forêts classées de Tchaourou-Toui-Kilibo et de l’Ouémé Supérieur-N’Dali ont é
élaborés par le Projet de Gestion des Ressources Naturelles (PGRN). Malgré leur
superficie relativement importante avec 41 villages riverains, l’élaboration des plans
d’aménagement de ces forêts classées a néficié seulement d’un appui de courte
durée (5 ans). Le Projet de Restauration des Ressources Forestières dans la région de
Bassila (PRRF) a appuyé l’élaboration du plan d’aménagement de la forêt classée de
Pénéssoulou pendant 9 ans. Cette forêt classée, de taille relativement petite et
entourée par un petit nombre de villages a pourtant ficié d’une durée d’appui
relativement longue. Le Projet aménagement participatif de forêts naturelles et
reboisements villageois pour la réduction de carbone (Projet BEN-93-G13)
commument appelé Projet UNSO a élaboré un même plan d’aménagement pour les
forêts clases de Goungoun, de la Sota et de la rôneraie de Goroubi quand bien me
ces aires ne sont pas situées dans le me secteur écologique. Le Projet
d’Aménagement des Massifs Forestiers d’Agoua, des Monts Kouffé et de Wari-Maro
(PAMF) a appuyé lélaboration des plans d’aménagement de ces trois forêts classées
6
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
4 sur 16 07/07/2011 06:29
Tableau 1. Caractéristiques des forêts classées et des Plans d’Aménagement
Participatifs.
Légende : PRRF : Projet de Restauration des Ressources Forestières de Bassila, PGRN : Projet de Gestion
des Ressources Naturelles, Projet UNSO : Projet Aménagement Participatif de forêts naturelles et reboisement
villageois pour réduction de carbone, PAMF : Projet d’Aménagement des Massifs Forestiers d’Agoua, des
Monts Kouffé et de Wari-Maro (PAMF)
thodes
Sélection des forêts classées étudiées et
échantillonnage
par la mise en place dès la deuxième année du projet des Plans Simples de Gestion. La
mise en œuvre de ces Plans Simples de Gestion durant cinq ans constitue en fait le
début de la mise en œuvre des plans d’aménagement. Ces différents projets et
programmes ont é exécutés avec la collaboration des populations locales qui ont
alors forgé une certaine conception de l’aménagement forestier suivant les expériences
vécues.
Forêts
classées
Projets
Coordonnées
géographiques
Superficie
(ha)
Période de
mise en
œuvre des
PAP
Nombre
de
villages
riverains
Pénéssoulou PRRF
9°14’ l N ; 9°18’N
1°30’ E ; 1°37’ E
5470 1990-1998 4
Tchaourou et
Toui-Kilibo
PGRN
8°25’N ; 8°53’N
2°36’ E ; 2°47’ E
48000 1992 -1996 18
Ouémé
Supérieur-
N’Dali
PGRN
9°11’ N ; 9°47’ N
1°58’ E ; 2°284’E
182263 1997 - 1999 23
Goungoun
Projet
UNSO
11°20’N ;
11°41’N
3°07’ E ; 3°24 E’
73200 1993-1997 11
Sota
Projet
UNSO
10°58’N ;
11°11’N
3°03’ E ; 3°25’ E
53000 1993-1997 10
Goroubi
Projet
UNSO
11°53’N ; 11°58N
3°14 E’ ; 3’18’E
570 1993-1997 3
Agoua PAMF
8°25 N ; 8°50 N
1°40 E ; 2°25 E
75300 2002-2007 20
Monts Kouffé PAMF
8°25 N ; 8°50 N
1°40 E ; 2°15 E
180.300 2002-2007 29
Wari-Maro PAMF
8°50’ N ;' 9°10’ N
1°55’ E ; 2°25’ E
107.500 2002-2007 12
Trois critères principaux ont prévalu à la sélection des forêts clases étudiées : forêt
officiellement clase par la loi, disponibilité d’un plan d’aménagement participatif et
expérience de cogestion. L’intérêt du critère forêt classée tient à l’existence d’acteurs
du pouvoir public (État) et des populations locales ayant établi des liens socio-
économiques et culturels très anciens et quotidiens avec la forêt classée pour justifier
d’une gestion participative.
7
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
5 sur 16 07/07/2011 06:29
Tableau 2. Villages riverains enquêtés autour des forêts classées.
La disponibilité de plan d’aménagement participatif et l’expérience de cogestion de la
forêt sont nécessaires afin d’analyser limpact de la mise en œuvre des plans sur les
perceptions locales en matière d’aménagement participatif.
8
À partir de ces trois critères, les forêts classées de ssoulou, de l’O
Supérieur-N’Dali, de Tchaourou, de Toui-Kilibo, de Goungoun, de Sota, des Monts-
Kouffé, de Wari-Maro et d’Agoua et la Rôneraie de Goroubi ont é retenues. Ce sont
des forêts naturelles des zones soudano-guinéennes et soudaniennes dotées de plans
d’aménagement participatif. La durée de mise en œuvre des plans d’aménagement de
ces forêts clases (5 - 9 ans) est aussi suffisante pour permettre aux populations
riveraines d’avoir une conception de l’aménagement forestier.
9
Au total, vingt-trois villages riverains des forêts classées étudiées ont é retenus,
tenant compte des différents usages que les populations des villages riverains font des
ressources forestières d’une forêt clase. Ce sont pour la plupart des villages sits à
l’intérieur et sur les limites des forêts clases (Tableau 2).
10
Forêts classées Communes Villages riverains
Pénéssoulou Bassila
Pénéssoulou
Pénélan
Nioro
Nagayilé
Ouémé Supérieur
Tchaourou
Bétérou
Sanson
Oubérou
Yebessi
Djougou
Onklou
Tokotoko
Tchaourou-Toui-Kilibo
Tchaourou Panpanè
Ouèssè
Toui
Kilibo-Gare
Ogoutèdo
Agoua Bantè
Alétan
Gotcha
Monts-Kouffé
Bantè Banon
Bassila Manigri
Wari-Maro Tchaourou
Wari-Maro
Agbassa
Sota Kandi Bensèkou
Goungoun Malanville Goungoun
Rôneraie de Goroubi Karimama Kargui
Total 8 23
Au niveau de chaque village, 30 acteurs locaux comprenant les agriculteurs, les
éleveurs, les pêcheurs et les exploitants forestiers ayant participé à lélaboration et à la
mise en œuvre des PAP ont é retenus comme échantillon à enquêter avec l’aide des
11
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
6 sur 16 07/07/2011 06:29
Collecte et analyse des données
Résultats
Perceptions de laménagement forestier
participatif par les populations riveraines
Tableau 3. Différentes perceptions de l’aménagement forestier par les populations
riveraines des forêts classées aménagées et leurs symboles.
Source : Djogbénou (2005).
agents forestiers en poste et les membres des organisations communautaires. Au
niveau de chaque village, le choix des individus est fait au hasard sur la base d’une liste
d’acteurs préétablie.
Sur la base de résultats antérieurs sur la perception de l’aménagement forestier dans
les mêmes zones d’étude (Djogbenou, 2005), une liste de perceptions probables de
l’aménagement forestier a été soumise au choix des enquêtés sous forme de
questionnaires administrés par la technique de l’interview directe. Les questions
posées étaient relatives aux différentes perceptions de l’aménagement forestier qui
concernent aussi bien la santé des écosystèmes forestiers que les conditions socio-
économiques des populations riveraines. En outre, la profession de l’enquêté, son
niveau d’instruction, ses revenus et la taille de son nage ont é aussi pris en
compte par le questionnaire
12
Les fréquences absolues des choix des perceptions de laménagement forestier par
forêt clase puis sur toutes les forêts clases confondues ont permis de procéder à un
classement. Pour chaque critère considéré (forêt classée, groupes socioculturels,
niveau d’instruction), un tableau de contingence présentant la fréquence de choix des
différentes perceptions d’aménagement selon les modalités du critère a été établi. Une
analyse factorielle des correspondances (AFC) a été effectuée sur chacun des tableaux
afin de mieux décrire les relations entre les différentes perceptions d’aménagement et
les modalités du critère considéré. Les difrentes perceptions d’aménagement et les
modalités du critère ont é projetées dans un système axes factoriels issu de l’AFC.
Par ailleurs, un tableau de fréquences relatives a été établi pour analyser les
perceptions d’aménagement selon le sexe.
13
Les perceptions de laménagement forestier enregistrées au sein des populations
riveraines des forêts classées aménagées dunin sont consignées dans le tableau 3.
14
Perceptions de l’aménagement forestier
Symbole
Projet en activité
AgtA
Plantation d’arbres
AgtB
Mise à disposition des moyens aux agents forestiers
AgtC
Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées
AgtD
Présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants
AgtE
Concertation avec les populations
AgtF
Emploi aux fils du terroir
AgtG
Nouvelle manière de gérer les forêts classées
AgtH
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
7 sur 16 07/07/2011 06:29
Tableau 4. Répartition des perceptions d’aménagement selon le sexe.
Légende : AgtA : Projet en activité, AgtB : Plantation d’arbres, AgtC : Mise à disposition des moyens aux agents
forestiers, AgtD : Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées, AgtE : Présence des forestiers dans les
forêts classées pour arrêter les délinquants, AgtF : Concertation avec les populations, AgtG : Emploi aux fils du
terroir, AgtH : Nouvelle manre de gérer les forêts classées
Perceptions de laménagement forestier suivant
les forêts classées
Figure 2. Projection des forêts classées et perceptions de l’aménagement forestier dans
le système d’axes factoriels.
Globalement, les différentes perceptions de l’aménagement sont assez bien
représentées dans la population. Toutefois, l’aménagement forestier est plus perçu par
les populations riveraines comme une nouvelle manre de gérer les forêts clases en
se basant sur la concertation (15,7 %) et comme une nouvelle façon de travailler dans
les forêts classées (14,6 %). Les perceptions de l’aménagement les à la mise à
disposition des moyens aux agents forestiers et à la présence des forestiers dans les
forêts classées pour arrêter les délinquants sont les plus faiblement représentées
(8,2 % et 9,5 % respectivement). Par ailleurs, l’application du test Chi-carré
d’indépendance aux données du tableau 4 le aussi que le sexe n’influence pas
significativement les perceptions de l’aménagement forestier (Chi-carré =4,51 ;
Prob. =0,808).
15
Définition Masculin % Féminin % Total %
AgtA 302 12,5 39 10,7 341 12,2
AgtB 338 13,9 50 13,7 388 13,9
AgtC 198 8,2 30 8,2 228 8,2
AgtD 348 14,4 58 15,8 406 14,6
AgtE 224 9,2 41 11,2 265 9,5
AgtF 302 12,5 39 10,7 341 12,2
AgtG 337 13,9 46 12,6 383 13,7
AgtH 375 15,5 63 17,2 438 15,7
Total 2424 100 366 100 2790 100
L’analyse factorielle de correspondances a été effectuée sur les dones d’occurrence
des difrentes perceptions de l’aménagement forestier selon les populations
riveraines des 9 forêts classées (figure 2). Ainsi, la figure 2 illustre la projection des
forêts classées et les perceptions de laménagement forestier dans le système d’axes
factoriels.
16
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
8 sur 16 07/07/2011 06:29
AgtA : Projet en activi
AgtB : Plantation d’arbres
AgtC : Mise à disposition des moyens aux agents forestiers
AgtD : Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées
AgtE : Présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants
AgtF : Concertation avec les populations
AgtG : Emploi aux fils du terroir
AgtH : Nouvelle manière de gérer les forêts classées
Les résultats de cette analyse ont montré que l’axe 1 explique 44,4 % des
informations liées aux perceptions d’aménagement selon les forêts classées alors que
l’axe 2 explique 37,1 %, soit au total 81,5 % des informations conservées. Nous notons
de cette figure 2 que sur l’axe 1, les définitions d’aménagement liées aux actions de
répression des forestiers (AgtE), aux moyens à donner aux forestiers (AgtC) étaient
plus choisies par les populations riveraines des forêts classées des Monts-Kouffé et
Wari-Maro et dans une moindre mesure de la forêt classée de Toui-Kilibo.
L’aménagement forestier a é perçu par les populations riveraines des forêts clases
des Monts Kouf, de Wari-Maro et de Tchaourou-Toui-Kilibo comme une répression
forestière. En effet, pendant des décennies ces populations riveraines ont cu les
différentes arrestations des exploitants forestiers opérées par l’administration
forestière dans cette zone relativement boisée du nin. Aussi, à l’avènement des
projets PGRN et PAMF, des moyens roulants (véhicules et motos) ont été mis à la
disposition des agents forestiers pour assurer la surveillance des forêts clases. Cette
présence quasi quotidienne des agents forestiers autour des forêts clases avec les
moyens mis à leur disposition a fortement marqué lesprit des populations riveraines.
Sur le me axe, les définitions d’aménagement liées à la présence de projets
d’aménagement de la forêt (AgtA), à la plantation d’arbres (AgtB), à l’emploi aux fils du
17
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
9 sur 16 07/07/2011 06:29
Perception de l’aménagement selon les groupes
socioculturels
Figure 3. Projection des groupes socioculturels et perceptions de l’aménagement
forestier dans un système d’axes.
terroir et à la participation des populations locales (AgtF) ont été plus évoquées par les
populations riveraines des forêts classées de l’Ouémé Supérieur N’Dali, Gourobi et
Sota. Ces perceptions traduisent les discours de sensibilisation délivrés par les agents
du PGRN et du Projet UNSO sur l’approche participative. Pour les populations
riveraines de la forêt clase de néssoulou, l’aménagement forestier est perçu
comme un projet en activité, car c’est avec le projet PRRF que cette forêt clase a
connu d’aménagement.
Sur l’axe 2, il est remarqué que les populations riveraines des forêts de l’O
Supérieur N’Dali choisissent plus la définition daménagement liée à la répression des
forestiers (AgtE) alors que celles de Goungoun, de Gourobi et de la Sota utilisent plus
les définitions d’aménagement liés à une nouvelle approche de gestion de la forêt
(AgtD) ou à un changement dans la manière de gérer la forêt par l’administration
forestière (AgtH). Comme les populations riveraines des forêts classées des Monts
Kouffé, de Wari-Maro et de Tchaourou-Toui-Kilibo, les populations riveraines de la
forêt clase de l’Ouémé Supérieur ont été fortement marquées par les arrestations des
exploitants frauduleux de bois d’œuvre. Par contre, les populations riveraines des
forêts classées de la Sota, de Goungoun et de la rôneraie de Goroubi ont exprimé
clairement l’approche participative optée par le projet UNSO. Ces diverses perceptions
de l’aménagement forestier reflètent les approches d’intervention des projets chargés
de conduire les différents aménagements forestiers.
18
La figure 3 présente la projection des groupes socioculturels et les perceptions de
l’aménagement forestier dans le système d’axes factoriels. Les deux premiers axes
expliquent 81,4 % des informations et permettent donc de mieux analyser l’impact de
l’appartenance ethnique sur la perception des populations locales.
19
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
10 sur 16 07/07/2011 06:29
AgtA : Projet en activi
AgtB : Plantation d’arbres
AgtC : Mise à disposition des moyens aux agents forestiers
AgtD : Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées
AgtE : Présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants
AgtF : Concertation avec les populations
AgtG : Emploi aux fils du terroir
AgtH : Nouvelle manière de gérer les forêts classées
Perceptions de l’aménagement selon le niveau dinstruction
Figure 4. Projection des niveaux d’instruction et perceptions de l’aménagement forestier
dans un système d’axes.
Il ressort de l’analyse de la figure 3 que les Peulh, les Mokolé, les Dendi et les Boko
perçoivent laménagement forestier comme la plantation d’arbres, les projets en
activité et les ances d’informations. Ces groupes socioculturels, riverains des forêts
clases de Goungoun, de Sota et de la rôneraie de Goroubi ont vécu l’exécution du
Projet Aménagement Participatif de Forêts Naturelles et Reboisements Villageois.
L’une des principales activités de ce projet était le reboisement. Par contre les groupes
socioculturels Nagot, Cotocoli, Anii et Lokpa considèrent l’aménagement forestier
comme un changement d’approches, une mise à disposition des moyens de travail aux
forestiers et une opportunité d’emplois au profit des populations locales. Ces
populations ont vécu l’expérience du PRRF, du PGRN et du PAMF. Ces différents
projets ont adopté lapproche participative avec l’implication des populations
riveraines dans l’exécution des travaux ; ce qui a nécessité l’utilisation de la
main-duvre locale. Il est important de noter que l’aménagement forestier na plus
été considé comme la répression des infractions forestières quel que soit le groupe
socioculturel. Par ailleurs, la faible représentativité du groupe socioculturel Bariba
dans les villages riverains des forêts classées n’a pas permis de discriminer les
perceptions relatives à l’aménagement forestier.
20
La projection des niveaux dinstruction et les perceptions de l’aménagement
forestier dans un sysme d’axes sont représentées par la figure 4.
21
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
11 sur 16 07/07/2011 06:29
AgtA : Projet en activi
AgtB : Plantation d’arbres
AgtC : Mise à disposition des moyens aux agents forestiers
AgtD : Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées
AgtE : Présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants
AgtF : Concertation avec les populations
AgtG : Emploi aux fils du terroir
AgtH : Nouvelle manière de gérer les forêts classées
Discussion
L’axe 1 explique 65,0 % des informations liées aux perceptions d’aménagement selon
les forêts classées alors que l’axe 2 explique 19,9 %, soit au total 84,9 % des
informations conservées. Il ressort de l’analyse de la figure 4 que les populations
illettrées et ayant le niveau primaire ont perçu l’aménagement forestier comme les
plantations d’arbres, la police forestière, les réunions et la création d’emplois. Par
contre, la perception des populations ayant le Certificat d’Études Primaires (CEP) est
relative à un changement de thodes et d’approches dans l’aménagement forestier.
Par ailleurs, les sujets ayant le niveau du Brevet d’Études du Premier Cycle (BEPC) ont
opté pour les définitions d’aménagement liées aux projets en activité dans la forêt, à la
répression des forestiers et à l’emploi aux populations riveraines de la forêt.
22
Les résultats de la présente étude ont montré que les populations riveraines des
forêts classées étudiées ont plusieurs perceptions de laménagement forestier. Pour ces
populations, l’aménagement forestier peut globalement recouvrir les compréhensions
suivantes : « projet en activité », « plantation d’arbres », « moyens aux forestiers pour
faire ce qu’ils faisaient au quotidien », « nouvelle façon de travailler dans les forêts
clases », « beaucoup de forestiers travaillent dans la forêt et arrêtent les scieurs,
éleveurs ou chasseurs », « réunions de travail avec nous les populations locales », « du
travail à certains de nos fils du terroir », « changement de manières de faire dans la
23
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
12 sur 16 07/07/2011 06:29
forêt ». Pour les populations riveraines, l’anagement forestier est multifonctionnel
et devra prendre forcément en compte les aspects écologiques, économiques et
sociaux. La multifonctionnalité demeure dans la perception de laménagement
forestier par les populations riveraines. Il va sans dire que les forêts classées ne
peuvent être isoes des autres utilisations des terres. Ainsi, elles sinscrivent dans des
territoires ayant des spécificités écologiques, économiques et socioculturelles. La
multifonctionnalité des forêts est certes différente selon les contextes géographiques,
mais elle se pose de manière fondamentale un peu partout dans le monde. Boutefeu
(2005) en faisant l’historique de l’aménagement forestier en France a conclu que la
forêt se trouve au cœur des préoccupations environnementales et elle est aussi à la
charnière de nouvelles attentes sociales. Il tire comme conséquence quaménager une
forêt comme une entité à part n’a plus de sens : il est cessaire de la inscrire dans
un territoire plus large. Il rejoint à cet effet Chauvin et Piroche (2004) qui prônent une
forêt un peu moins strictement bornée, qui pourra progressivement sintégrer aux
autres territoires. La forêt devient alors un espace multifonctionnel le respect de la
sociodiversité permet d’avancer et l’aménagement forestier devra en tenir forcément
compte (Chiasson et al., 2005). Les populations riveraines des forêts clases étudiées
comme les auteurs précédemment cités perçoivent l’aménagement forestier comme un
processus qui doit tenir forcément compte des usages et des fonctions multiples de la
forêt et que l’aménagement forestier doit concerner autre chose que l’exploitation du
bois. Ces perceptions des populations riveraines sont les à leur contexte
géographique et sociétal (Bidou, 2002). Les perceptions de l’aménagement forestier
par les populations riveraines sont le sultat de leur cu de la forêt et aussi des
diverses expériences d’aménagement forestier qu’elles ont vécues.
En considérant les variables telles que les forêts classées, les groupes socioculturels
et les niveaux d’instruction, les quelques nuances observées dans la perception de
l’aménagement forestier sont liées aux approches d’intervention des difrents projets
chargés d’élaborer et de mettre en œuvre les plans d’aménagement forestier.
24
Les populations riveraines des forêts classées de Goungoun, de la Sota et de la
rôneraie de Goroubi majoritairement constituées par les Dendi, les Mokolé et les
Peulh ont globalement les mêmes perceptions de l’aménagement forestier (nouvelles
manières de gérer les forêts). L’appui à l’aménagement de ces forêts classées est assu
par le projet UNSO. Les populations riveraines des forêts classées d’Agoua, des Monts
Kouffé, de Wari-Maro, de Tchaourou-Toui-Kilibo et de l’Oué Supérieur
majoritairement composées de Nagot, de Bariba, de Cotocoli et de Lokpa considèrent
l’aménagement forestier comme la répression forestière et une mise à disposition des
moyens de travail aux forestiers. Les forêts classées d’Agoua, des Monts Kouffé et de
Wari-Maro ont été aménagées par le PAMF et celles de Tchaourou-Toui-Kilibo et de
l’Ouémé Supérieur aménagées par le PGRN. La me situation s’observe dans le cas
des populations riveraines de la forêt classée de ssoulou constituée
majoritairement d’Anii. Cette forêt classée a été anagée par le PRRF. La
catégorisation des perceptions par forêt classée est globalement la me que la
catégorisation des perceptions par groupe socioculturel. Tout ceci montre que les
perceptions de laménagement forestier varient suivant les projets qui ont appuyé
l’aménagement de ces forêts classées. Les perceptions construites par les populations
locales du terme « aménagement forestier » correspondent bien aux contenus des
discours de sensibilisation et d’information qui leur sont délivrés par les différents
agents travaillant à la mise en œuvre des projets d’aménagement forestier. Il est alors
évident que la compréhension essentiellement de nature visuelle de l’aménagement
forestier participatif quont les populations riveraines tous groupes socioculturels
confondus est le à leur implication au processus de conception et de pilotage de
l’aménagement forestier (Djogbenou, 2005). En étudiant les perceptions des parties
prenantes à l’aménagement forestier en milieux ruraux en Irlande Dhubhain et al.
(2009), ont conclu que la variabilité des perceptions de l’aménagement forestier est
liée aux causes historiques, géographiques et socio-économiques. Cela est d’autant
plus vrai, car il s’agit d’un pays qui a commen l’aménagement de ses forêts depuis
25
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
13 sur 16 07/07/2011 06:29
Conclusion
Remerciements
des siècles contrairement au Bénin qui a moins de deux décennies d’expériences en
cette matière.
Par ailleurs, les populations locales illettrées et celles ayant le niveau primaire ont
les mes perceptions de l’aménagement forestier qui s’opposent à celles ayant le CEP
et le BEPC. Les premiers ont une conception traditionnelle (reboisement, répression
forestière) de l’aménagement alors que les autres ont une conception moderne de
l’aménagement (participation des populations, concertation). Cette différence de
perception est le au niveau d’information de chaque frange de la population.
L’information dans le processus d’aménagement forestier occupe une place centrale
(Saint-Arnaud et al., 2005) et la perception de laménagement forestier reflète en
réalité le niveau dinformation de chaque catégorie d’acteurs (Monet, 2005). On en
conclut alors que les populations riveraines des forêts classées ayant le CEPE et le
BEPC sont plus informées dans le domaine de l’aménagement forestier que celles
illettrées.
26
Ces différentes perceptions peuvent avoir de sérieuses implications sur la durabilité
des aménagements forestiers participatifs. La perception de laménagement forestier
orientée vers une nouvelle gestion des forêts clases des groupes socioculturels
Dendi, Moko et Peulh et des populations riveraines ayant le CEP et le BEPC peut
améliorer l’état des écosystèmes forestiers de même que les conditions de vie des
populations. En effet, cette nouvelle approche de gestion des forêts classées a comme
toile de fond la participation des populations riveraines à l’aménagement forestier qui
demeure l’une des conditions essentielles de la réussite et de la durabilité de la gestion
forestière (Djogbenou, 2010). Par contre, la perception de l’aménagement forestier
basée sur la pression qu’ont les groupes socioculturels Nagot, Bariba, Cotocoli et
Lokpa et des populations illettrées et celles ayant le niveau CEP ne garantit pas une
gestion durable des forêts classées, car il s’agit de l’approche traditionnelle de
l’aménagement forestier basée sur l’exclusion des populations riveraines (Andriananja,
2006).
27
Les populations riveraines des forêts classées dotées de plans d’aménagement
participatif au nin ont une conception multifonctionnelle de laménagement
forestier. L’aménagement forestier est globalement perçu comme un projet participatif
qui appuie le reboisement, qui donne des moyens à l’administration forestière et qui
offre des emplois aux populations locales. L’assimilation de l’aménagement forestier à
un projet en activité se justifie d’autant plus que les processus d’élaboration des plans
d’aménagement participatif des forêts clases au Bénin ont é appuyés par les
projets. Les nuances observées dans les perceptions de l’aménagement forestier sont
liées à l’approche d’intervention des différents projets et au niveau d’instruction des
populations locales dans une moindre mesure. Ce qui est évident, ces perceptions sont
de nature visuelle et empirique et expriment le contenu des discours de sensibilisation
délivrés par les projets et les activités alisées par ces projets. Ces perceptions
constituent alors des indicateurs qui permettront d’évaluer les approches mises en
œuvre par les difrents projets d’aménagement forestier aunin. Il serait intéressant
de comparer ces perceptions des populations locales à celles des professionnels de
l’aménagement forestier afin de comprendre si ces deux catégories importantes
d’acteurs ont des points de vue convergents ou divergents de l’aménagement forestier.
28
Les auteurs remercient tous les agents de l’administration forestière ninoise
rencontrés à différents niveaux et les agents du Projet d’Aménagement des Massifs
Forestiers d’Agoua, des Monts Kouffé et de Wari-Maro rencontrés au cours des travaux
29
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
14 sur 16 07/07/2011 06:29
Bibliographie
de terrain de la présente étude. Les remerciements des auteurs vont aussi à l’endroit
des membres des comités de cogestion des forêts classées études.
Andriananja, H. R., 2006, Gouvernance des ressources forestières et aide à la délibération : le cas
de la station forestière de Manjakatompo (Madagascar). Thèse de Doctorat, UFR des sciences
sociales et humaines, Université de Versailles Saint-Quentin-En-Yvelines, Guyancourt, France,
453 p.
Bertrand, A., D. Babin et R. Nasi, 1999a, Évolution et diversité du concept d’aménagement
forestier. Bois et Forêts des Tropiques. 260, 2, 33-40.
Bertrand, A., D. Babin et R. Nasi, 1999b, L’adaptation de l’aménagement forestier à des situations
diverses. Bois et Forêts des Tropiques. 261, 3, 39-49.
Bidou, J.E., 2002, Quel partenariat avec l’expert ? Réflexions sur l’aide, l’approche participative et
l’éducation à l’environnement dans le Tiers Monde. Éducation Relative à l’Environnement, 3,
63-82.
Blais, R., 1999, Développement durable et approche sociale en foresterie : retour sur le discours
d’Esdras Minville. Recherches sociographiques, 40, 2, 225-241.
Boot, A. L., 1998. Forestry and community. Forest Chronicle, 74, 3, p. 612-630.
Borrini-Feyerabend, G.M.T., J.C. Farvar, J.-C. Nguinguiri et V.A. Ndangang, 2000, La gestion
participative des ressources naturelles : organisation, gociation et apprentissage par action.
GTZ et UICN. 95 p.
Boutefeu, B., 2005, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 6
Numéro 2, [En ligne], URL : http://vertigo.revues.org/4446, consulté le 19 mai 2011.
Bouthillier, L., 2003, La participation du public et le questionnement scientifique issu des aspects
sociaux de la foresterie. Publication présentée au XIIe Congrès Forestier Mondial (CFM) de la
FAO 2003. Québec, Canada. No. 0950-C1. 7p.
Buchy, M. et B. Hoverman, 2000, Understanding public participation in forest planning. Forest
Policy and Economics 1 : 15-25
Chauvin, C. et J.N. Piroche, 2004, Gestion forestière et ingénierie. Ingénieries Eau Agriculture
Territoires, Numéro Spécial, pp 37-45.
Chiasson, G, J.L. Boucher et T. Martin, 2005, La forêt plurielle : nouveau mode de gestion et
d’utilisation de la forêt, le cas de l’Aigle. VertigO - la revue électronique en sciences de
l'environnement, Volume 6 Numéro 2, [En ligne], URL : http://vertigo.revues.org/4298,
consulté le 19 mai 2011.
Chouinard, O. et J. Perron, 2002, Learning about community capacity in the Fundy Model Forest.
Forest Chronicle. 78 (5) : 637-642.
CNUED (Conférence des Nations Unies pour l’Environnement et le Développement), 1992.
Action 21, Chapitre 11 : Combattre le déboisement. CNUED. 102 p.
Djogbénou, C.P., 2010, Analyse multicritère des plans d’aménagement et de gestion participatifs
des forêts classées au Bénin : développement d’un modèle durable. Thèse de Doctorat Unique,
École Doctorale Pluridisciplinaire, FLASH, Université d’Abomey-Calavi, nin, 227 pages.
Djogbénou, C.P., 2005, Analyse de la mise en œuvre des plans d’aménagement participatif des
forêts naturelles au nin et détermination de critères et indicateurs pertinents de réussite.
moire de DEA, École Doctorale Pluridisciplinaire, FLASH, Université d’Abomey-Calavi, Bénin,
122 pages.
Dhubháin, A. N., M.C. Fléchard, R. Moloney et D. O’Connor, 2009, Stakeholders’ perceptions of
forestry in rural areas—Two case studies in Ireland. Land Use Policy, 26, 3, 695-703
FAO, 1996, Critères et indicateurs pour l’aménagement des forêts de l’Afrique tropicale che.
FAO, Rome, Italie, 35 p.
Gareau, P, 2005, Approches de gestion durable et démocratique des forêts dans le monde.
VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 6 Numéro 2, [En ligne],
URL : http://vertigo.revues.org/4244, consulté le 10 mai 2011
Monnet, S., 2005, L’apprentissage collaboratif, outil d’évaluation de la décision en aménagement
forestier. L’étude de cas de la Table de concertation AC 043-20. Thèse de Doctorat, Faculté de
foresterie et de géomatique, Université Laval, Québec, Canada, 264 p.
Ni Dhubháin, A., M.C. Fléchard, R. Moloney et D. O’Connor, 2008, Stakeholders' perceptions of
forestry in rural areas Two case studies in Ireland. Land Use Policy, doi :
10.1016/j.landusepol.2008.09.003
Reed, M.S., 2008, Stakeholder participation for environnemental management : a literature
review. Biological conservation 141 : 2417-2431.
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
15 sur 16 07/07/2011 06:29
Pour citer cet article
Référence électronique
C.P. Djogbenou, R. Glèlè Kakaï, O. Arouna et B. Sinsin, « Analyse des perceptions locales des
aménagements forestiers participatifs au Bénin », VertigO - la revue électronique en sciences de
l'environnement [En ligne], Volume 11 Numéro 1 | mai 2011, mis en ligne le 27 mai 2011,
Consulté le 07 juillet 2011. URL : http://vertigo.revues.org/10893 ; DOI : 10.4000/vertigo.10893
Auteurs
C.P. Djogbenou
Ingénieur agronome forestier, Doctorant en Gestion de l’Environnement, Direction Générale des
Forêts et des Ressources Naturelles ; 06 BP 3484 Cotonou, Bénin, courriel :
pcdjogbenou@yahoo.com
R. Glèlè Kakaï
Docteur-Ingénieur, Maître-Assistant en modélisation forestière et Biométrie à l’Université
d’Abomey-Calavi (Bénin) et Chercheur au Laboratoire d’Ecologie Appliquée, 04 BP 1525,
Cotonou, Bénin, courriel : gleleromain@yahoo.fr
O. Arouna
Géographe, Doctorant en Gestion de l’Environnement, Direction Générale des Forêts et des
Ressources Naturelles ; 06 BP 3484 Cotonou, Bénin, courriel : arounaouss@yahoo.fr
B. Sinsin
Professeur Titulaire d’écologie appliquée à l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin), Directeur du
Laboratoire d’Ecologie Appliquée, 01 BP 526 Cotonou-Bénin, courriel : bsinsin@gmail.com
Droits d'auteur
© Tous droits réservés
Saint-Arnaud M., L. Sau et D. Kneeshaw, 2005, Forêt identitaire, forêt partagée : trajectoire
d’une recherche participative chez les Anicinapek de Kitcisakik (Québec, Canada). VertigO - la
revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 6 Numéro 2, [En ligne] URL :
http://vertigo.revues.org/4431, consulté le 10 mai 2011
Story P.A. et F.H. Likers, 1997, Partnership Building for Sustainable Development : A first Nations
Perspective from Ontario. Journal of Sustainable Forestry, l4, 3-4, 149-162.
Varughese G. et Ostrom, 2001, The Contested Role of Heterogeneity in Collective Action :
Evidence from Community Forestry in Nepal. World Development, 29, 5, 747-76.
Wiersum K.F.et B.H.M. Elands, 2002, The integrated Multifor. RD research approach. In :
Wiersum K.F. et Elands B.H.M (Eds), The Changing Role of forestry in Europe : Perspectives for
Rural Development. Forest and Nature Conservation Policy Group. Proceedings 2002.
Wageningen University, The Netherlands, pp. 1-24.
Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participati...
http://vertigo.revues.org/10893
16 sur 16 07/07/2011 06:29
... L'appropriation de l'ensemble des forêts classées par l'Etat et l'exclusion des populations riveraines, souvent faites au nom de l'intérêt général, ont légitimé les pratiques dévastatrices au sein de ces forêts classées. L'Etat, à travers l'administration forestière, n'exerce plus qu'un contrôle superficiel sans activités d'aménagement et de surveillance dans la forêt classée de l'Alibori Supérieur (Arouna, 2002 ;Djogbénou et al., 2011). La forêt classée de l'Alibori Supérieur est alors devenue le théâtre de plusieurs activités anthropiques : agriculture, élevage, exploitation forestière, braconnage, feux de végétation. ...
Article
Full-text available
The present study analyzed the perceptions of forest management by the surrounding populations of the forests reserves under management in Benin according to some criteria like patterns of the forests reserves considered, the sociocultural groups and the educational levels of the populations. The Factorial Correspondence Analysis (FCA) performed on surveyed data related to the perception of 690 informants randomly chosen in 23 surrounding villages of forest reserves helped to analyse the link between various patterns of people and their perceptions. Results revealed that, on the whole, forest management is perceived by the local populations of the forests as a project in activity emphasizing the reforestation, employment for local people and a new manner of managing forest reserves. The local populations of forest reserves managed under projects PAMF and PGRN have perceptions based overall on forest repression (repression of the lack of civic virtue in the forest domain) and more means to forest agents in protecting forest reserves, those which took part in forest management with PRRF Project consider forest management as project in activity and finally the beneficiary populations of UNSO Project consider forest management as a new way to managing forests reserve. By considering the educational levels of people, results showed that the illiterate people have a traditional idea of forest management (reforestation, forest police) whereas those educated have a modern design of forest management (participatory approach of the populations, dialogue). These perceptions are visual and empirical and express the contents of the speeches of sensitization delivered by the projects in charge of the management of forest reserves.
Article
Full-text available
On connait la contribution d'Esdras Minville a l'economie sociale quebecoise, mais moins son implication dans la formulation d'un projet de «foresterie durable» au Quebec. Meme si le concept de «developpement durable» a ete popularise avec la parution du rapport de la Commission Brundtland, Minville definissait deja, il y a de cela pres de cinquante ans, les parametres d'une foresterie sociale durable, mettant l'accent sur le role communautaire du developpement local.
Article
The forest plays an important role in New Brunswick's economy. The Fundy Model Forest, located in southeastern New Brunswick developed a multi-stakeholder approach to public participation in sustainable forest management. This paper presents the main results of a research conducted in the year 2000 with representatives of the 31 FMF partner organizations. The objectives of the survey were mainly to verify the responsibility taken by partner organizations in term of community capacity and leadership in communities in order to develop and optimize collaborative management of forest resources. The survey was based on semi-directed interviews.
Article
Ireland has undergone a substantial afforestation programme in the last 20 years, resulting in the forest cover increasing from 4.8% of the land area in 1983 to a current level of 10%. This paper presents the results of a study undertaken to assess stakeholders’ perceptions of forestry in two case study areas in Ireland. The two areas, Shillelagh and Newmarket, were chosen because their demographic characteristics varied as did their history of forestry development. However, the current forest cover is similar in the two areas both in terms of species composition and extent. Qualitative techniques, involving interviews with stakeholders, were used. There were striking differences in the perceptions of forestry in the cases study areas. In Shillelagh, which had a longer history of forest cover and a more urbanized population than Newmarket, forestry was considered part both of the local history and traditional landscape. Forests were valued for their amenity and recreation functions rather than their economic function. In contrast, perceptions of forestry in Newmarket were negative. Forestry was considered to be an isolating agent which was not part of the landscape of the area. The forests were also considered to have negligible amenity value. These negative perceptions in Newmarket seem to be linked to the dominance of Sitka spruce, an exotic conifer, in the forests. Stakeholders expressed the desire that if forestry was to expand further in the area that it would be through the planting of broadleaf species rather than conifers. The fact that these negative perceptions did not emerge in Shillelagh despite it having a similar species composition is attributed to the more gradual rate of afforestation and thus landscape change in the area. The lack of consultation and approach to planning regarding afforestation proposals was identified as a key issue in Newmarket with stakeholders expressing the wish that they should be consulted more when afforestation was planned. Greater community involvement in the planning of afforestation proposals is recommended as a means of improving consultation and to help dispel negative perceptions. The paper concludes by highlighting that perceptions of forestry within an area are dynamic and are influenced by the history of forestry development in that area.
Article
First Nations' approaches toward environmental stewardship have always been based upon partnership and a sense of belonging within the natural environment. The cornerstone of traditional community relationships is the three-pronged model of partnership building, known to the hoquois nations as the “Zeal to Deal.” The Rastern Ontario Model Forest (EOMF) was initiated as one often model forest sites across Canada, under a federal sustainable development initiative. The Eastern Onlario Model Forest was formed from people with many different viewpoints, ideals, tools, and ideas. A mixture of people holding local landowner values. native philosophies, and scientific knowledge were brought together to develop a working partnership at a community level. This presentation will analyze approaches in facilitating a partnership according to traditional knowledge of the Iroquois nations (University of Ottawa, 1994). This presentation will show an analysis of the working relationships of people and organizations according to tools developed and practiced by Aboriginal peoples of Eastern Ontario. These tools include the inclusion of each partner in the Eastern Ontario Model Forest as a full partnership based on the “Zeal to Deal.” The development of partnerships from the use of all three tools in this community-level organization will be analyzed. Challenges in the development of new partnerships, and limitations of partnerships according to naturalized knowledge systems will be analyzed. The strength of the EOMF organization based on its diversity will also be addressed.
Article
Aménager c'est affecter et répartir des ressources limitées pour atteindre des objectifs bien définis ». Cette phrase permet de bien résumer l'évolution des idées à propos de l'aménagement forestier. Les préoccupations se sont progressivement déplacées des tâches techniques (affecter et répartir des ressources) vers les objectifs de l'aménagement (qui, comment?). Cette évolution conduit de l'aménagement forestier limité à la production soutenue de bois d'oeuvre à la gestion viable des écosystèmes forestiers dans un contexte d'aménagement du territoire. La prise en compte de la pluralité des acteurs et de leurs préoccupations, toutes également légitimes, amènent à mettre au premier plan des préoccupations, en matière d'aménagement, le problème des processus de décision. L'aménagement doit concilier sur un même espace des objectifs divergents, voire contradictoires. Aménager une forêt, c'est donc faire aboutir une négociation. DEVELOPMENT AND DIVERSITY IN THE FOREST MANAGEMENT CONCEPT “Management means allocating and distributing limited resources to achieve clearly defined targets”. This definition helps towards a clear summary of the way ideas to do with forest management have been developing. Areas of concern have been gradually shifting from technical assignments (resource allocation and distribution) towards the issue of defining management goals (who ? how ?). This development leads from sustained timber production to the sustainable management of forest ecosystems against a backdrop of land planning. Considering the many people involved in forest management, and their concerns, which all carry the same kind of weight, it is necessary to single out the problem of decision-making procedures. Management must reconcile differing, not to say contradictory, goals in one and the same area. Managing a forest thus means, first and foremost, a successful negociation. Key words : Forest management. Arid zones. Humid tropics. Decision making. Forest policies. Regional development. EVOLUCIÓN Y DIVERSIDAD DEL CONCEPTO DE ORDENACIÓN FORESTAL « La ordenación forestal consiste en asignar y repartir unos recursos limitados para alcanzar unos objetivos bien definidos ». Esta definición resume bien la evolución de las ideas relativas a la ordenación forestal. Las preocupaciones se han desplazado progresivamente desde las tareas técnicas (asignación y repartición de recursos) hacia el problema de la definición de los objetivos de la ordenación (¿quién, cómo?). Esta evolución conduce de la producción constante de madera de construcción a la gestión viable de los ecosistemas forestales en un contexto de ordenación del territorio. El hecho de tener en cuenta a la pluralidad de actores de la ordenación y sus legítimas inquietudes conduce a poner en primer plano, dentro de las preocupaciones ligadas a la ordenación, el problema de los procesos de decisión. La ordenación debe conciliar en un mismo espacio objetivos divergentes e incluso contradictorios. Ordenar un bosque es sobre todo llevar a buen término una negociación. Palabras clave : Ordenación forestal. Zonas áridas. Trópicos húmedos. Toma de decisiones. Política forestal. Desarrollo regional
Article
Des exemples sont utilisés pour illustrer les diverses formes actuelles de l'aménagement forestier, fondées en priorité sur les processus de décision des choix d'aménagement, et secondairement sur des critères techniques de choix et de mise en oeuvre des actions. Ils portent sur des forêts au Gabon, à Madagascar et dans les zones sèches du Sahel, au Mali et au Niger. Différentes échelles spatiales sont concernées, de la forêt villageoise aux grands massifs forestiers et jusqu'à l'échelle nationale. Ces aménagements prennent en compte divers objectifs - production de bois d'œuvre, exportation de raphia, conservation de la biodiversité - et ils intègrent des objectifs multiples, tels que l'élevage, la production de miel, etc.
Article
The complex and dynamic nature of environmental problems requires flexible and transparent decision-making that embraces a diversity of knowledges and values. For this reason, stakeholder participation in environmental decision-making has been increasingly sought and embedded into national and international policy. Although many benefits have been claimed for participation, disillusionment has grown amongst practitioners and stakeholders who have felt let down when these claims are not realised. This review first traces the development of participatory approaches in different disciplinary and geographical contexts, and reviews typologies that can be used to categorise and select participatory methods. It then reviews evidence for normative and pragmatic benefits of participation, and evaluates limitations and drawbacks. Although few of the claims that are made have been tested, there is evidence that stakeholder participation can enhance the quality of environmental decisions by considering more comprehensive information inputs. However, the quality of decisions made through stakeholder participation is strongly dependant on the nature of the process leading to them. Eight features of best practice participation are then identified from a Grounded Theory Analysis of the literature. These features emphasise the need to replace a “tool-kit” approach, which emphasises selecting the relevant tools for the job, with an approach that emphasises participation as a process. It is argued that stakeholder participation needs to be underpinned by a philosophy that emphasises empowerment, equity, trust and learning. Where relevant, participation should be considered as early as possible and throughout the process, representing relevant stakeholders systematically. The process needs to have clear objectives from the outset, and should not overlook the need for highly skilled facilitation. Local and scientific knowledges can be integrated to provide a more comprehensive understanding of complex and dynamic socio-ecological systems and processes. Such knowledge can also be used to evaluate the appropriateness of potential technical and local solutions to environmental problems. Finally, it is argued that to overcome many of its limitations, stakeholder participation must be institutionalised, creating organisational cultures that can facilitate processes where goals are negotiated and outcomes are necessarily uncertain. In this light, participatory processes may seem very risky, but there is growing evidence that if well designed, these perceived risks may be well worth taking. The review concludes by identifying future research needs.