Download full-text PDF

Basidiobolomycose probable chez un jeune rural togolais traitée avec succès par du kétoconazole

Article · December 2010with82 Reads
DOI: 10.1007/s13149-010-0090-8
Abstract
La basidiobolomycose est une mycose profonde qui atteint préférentiellement les jeunes ruraux en zone tropicale. Nous rapportons un cas de basidiobolomycose traité avec succès par du kétoconazole. Il s’agissait d’un garçon de 9 ans d’origine rurale chez qui le diagnostic de basidiobolomycose était évoqué devant un placard infiltré de l’hémithorax droit et de la face latérale droite du cou. L’histologie mettait en évidence une inflammation granulomateuse de siège dermohypodermique à prédominance de macrophages et de polynucléaires éosinophiles. L’enfant était traité avec succès par du kétoconazole en huit semaines. Le traitement de la basidiobolomycose est basé sur les dérivés azolés qui sont très efficaces. L’histologie occupe une place importante dans le diagnostic de cette affection, surtout en zone tropicale où elle peut simuler une infection à Mycobacterium ulcerans. Basidiobolomycosis is a deep mycosis which preferentially affects rural young people in tropical countries. We report a case of basidiobolomycosis successfully treated with ketoconazole. It was a 9-year-old boy of rural origin in whom the diagnosis of basidiobolomycosis was suspected due to a deep skin infiltration involving the chest and neck. Histology revealed hypodermic granulomatous inflammation with predominantly macrophage and eosinophils. The child was treated successfully with ketoconazole in eight weeks. Treatment of basidiobolomycosis is based on azole derivatives which are particularly effective. Histopathology is very important in the diagnosis of this affection, especially in tropical countries where it may simulate Mycobacterium ulcerans infection. Mots clésBasidiobolomycose–Kétoconazole–Enfant–Hôpital–Lomé–Togo–Afrique intertropicale KeywordsBasidiobolomycosis–Ketoconazole–Child–Hospital–Lomé–Togo–Sub-Saharan Africa
Hide publication data in French

Basidiobolomycose probable chez un jeune rural togolais traitée avec succès par du kétoconazole

Figures
MYCOLOGIE / MYCOLOGY
Basidiobolomycose probable chez un jeune rural togolais traitée
avec succès par du kétoconazole
Probable basidiobolomycosis in a Togolese rural young successfully treated with ketoconazole
B. Saka · K. Kombaté · A. Mouhari-Toure · S. Akakpo · B. Tchangaï · K. Amégbor · P. Pitché · K. Tchangaï-Walla
Reçu le 21 mai 2010 ; accepté le 20 juillet 2010
© Société de pathologie exotique et Springer-Verlag France 2010
Résumé La basidiobolomycose est une mycose profonde qui
atteint préférentiellement les jeunes ruraux en zone tropicale.
Nous rapportons un cas de basidiobolomycose traité avec
succès par du kétoconazole. Il sagissait dun garçon de
9ansdorigine rurale chez qui le diagnostic de basidiobolo-
mycose était évoqué devant un placard infiltré de lhémi-
thorax droit et de la face latérale droite du cou. Lhistologie
mettait en évidence une inflammation granulomateuse de
siège dermohypodermique à prédominance de macrophages
et de polynucléaires éosinophiles. Lenfant était traité avec
succès par du kétoconazole en huit semaines. Le traitement
de la basidiobolomycose est basé sur les dérivés azolés qui
sont très efficaces. Lhistologie occupe une place importante
dans le diagnostic de cette affection, surtout en zone tropicale
où elle peut simuler une infection à Mycobacterium ulcerans.
Pour citer cette revue : Bull. Soc. Pathol. Exot. 103 (2010).
Mots clés Basidiobolomycose · Kétoconazole · Enfant ·
Hôpital · Lomé · Togo · Afrique intertropicale
Abstract Basidiobolomycosis is a deep mycosis which pre-
ferentially affects rural young people in tropical countries.
We report a case of basidiobolomycosis successfully treated
with ketoconazole. It was a 9-year-old boy of rural origin in
whom the diagnosis of basidiobolomycosis was suspected
due to a deep skin infiltration involving the chest and neck.
Histology revealed hypodermic granulomatous inflamma-
tion with predominantly macrophage and eosinophils. The
child was treated successfully with ketoconazole in eight
weeks. Treatment of basidiobolomycosis is based on azole
derivatives which are particularly effective. Histopathology
is very important in the diagnosis of this affection, especially
in tropical countries where it may simulate Mycobacterium
ulcerans infection. To cite this journal: Bull. Soc. Pathol.
Exot. 103 (2010).
Keywords Basidiobolomycosis · Ketoconazole · Child ·
Hospital · Lomé · Togo · Sub-Saharan Africa
Introduction
La basidiobolomycose est une phycomycose sous-cutanée
rencontrée dans les milieux ruraux en zone tropicale essen-
tiellement en Afrique, en Asie et en Amérique latine [1,4,9].
Cest une mycose profonde rare qui touche les enfants,
moins souvent les adolescents et rarement les adultes [4].
Nous rapportons un cas de basidiobolomycose chez un
jeune rural traité avec succès par du kétoconazole après
une amputation dun membre par erreur diagnostique.
Observation
Un garçon âgé de 9 ans, dorigine rurale consultait en
dermatologie pour un placard infiltré de lhémithorax droit
et de la face latérale droite du cou évoluant de façon exten-
sive depuis six mois. Il avait été vu un an plus tôt dans un
hôpital régional pour un ulcère du tiers inférieur de lavant-
bras droit qui avait bénéficié dune greffe de peau. Quatre
mois après cette greffe, le patient consultait de nouveau pour
un placard infiltré indolore de tout le membre supérieur droit
(Fig. 1). Le diagnostic dulcère de Buruli à début œdémateux
était posé dans le service de chirurgie du même hôpital et
B. Saka (*) · K. Kombaté · A. Mouhari-Toure · S. Akakpo ·
P. Pitché · K. Tchangaï-Walla
Service de dermatologie, CHU Tokoin, université de Lomé,
BP 30785 Lomé, Togo
e-mail : barthelemysaka@yahoo.fr
B. Tchangaï
Service de chirurgie générale,
CHU Tokoin, université de Lomé, Togo
K. Amégbor
Laboratoire danatomie pathologique et de cytologie,
CHU Tokoin, université de Lomé, Togo
Bull. Soc. Pathol. Exot. (2010) 103:293-295
DOI 10.1007/s13149-010-0090-8
lenfant faisait lobjet dune amputation dudit membre à son
tiers proximal. Six mois après cette amputation, le patient
était adressé en dermatologie pour une récidive de la tumé-
faction au niveau du moignon damputation avec extension
àlhémithorax droit et à la face latérale droite du cou. À
lexamen, on notait un placard infiltré de lhémithorax
droit remontant jusquà la face latérale droite du cou, de
consistance ferme, à bords nets, de 32 cm de hauteur sur
15 cm de largeur (Fig. 2). Ce placard était mobilisable par
rapport aux plans profonds et peu douloureux à la palpation.
Il ny avait pas dadénopathies satellites. Létat général était
conservé et le reste de lexamen physique était normal.
Lhistologie montrait une inflammation granulomateuse de
siège dermohypodermique avec de nombreuses cellules
géantes associée à des polynucléaires éosinophiles (Fig. 3).
La culture mycologique pour identifier le germe en cause
nétait pas pratiquée. Le patient était traité par du kétocona-
zole à la dose de 10 mg/kg par jour. Le dosage des trans-
aminases hépatiques était effectué au début du traitement et
toutes les deux semaines au cours du traitement.
Lévolution était favorable après quatre semaines de traite-
ment avec une régression du placard de lhémithorax droit et
de la face latérale droite du cou dont les dimensions passaient
de 32 cm/15 cm à 10 cm/4 cm. Le patient était guéri après la
huitième semaine de traitement. Aucune intolérance hépa-
tique au kétoconazole nétait relevée. Il était revu six mois
après sans récidive.
Discussion
Notre observation confirme lefficacité des dérivés azolés
dans le traitement de la basidiobolomycose et pose le
problème de la difficulté diagnostique de cette affection
dans les pays sous-médicalisés. La basidiobolomycose est
une mycose profonde dont les principaux agents étiologiques
sont Basidiobolus ranarum et Basidiobolus haptosporus
[4,7,11]. Ces micro-organismes sont des saprophytes des
intestins des reptiles et des insectes, du sol et des végétaux
en décomposition des forêts tropicales. Leur transmission se
fait par voie transcutanée par lintermédiaire de micro-
traumatismes [4] ou par les piqûres dinsectes [2].
Le diagnostic de basidiobolomycose est évoqué clinique-
ment devant une infiltration pseudotumorale non inflamma-
toire de consistance ferme à bordure nette et mobilisable par
rapport aux plans profonds. Cette phycomycose atteint pré-
férentiellement les jeunes ruraux en zone tropicale [1,2,4
8,11,13]. En dehors de ces arguments épidémiologiques et
cliniques, lhistologie et la mycologie sont indispensables au
diagnostic de cette affection surtout en zone tropicale où elle
peut simuler une pathologie tumorale ou une infection à
Mycobacterium ulcerans. Au Togo, ces deux examens ne
sont pas accessibles dans les hôpitaux régionaux, car il
nexiste que deux laboratoires de parasitologie et un labora-
toire danatomie pathologique dans le pays, tous à Lomé.
Létroitesse du plateau technique du laboratoire danatomie
pathologique na pas permis de mettre en évidence les
filaments mycéliens.
Fig. 1 Tuméfaction du membre supérieur droit, avant amputation /
Photo 1: Swelling of right upper limb, before amputation
Fig. 2 Placard infiltré de lhémithorax droit, dimensions : 32 cm/
15 cm / Photo 2: Skin infiltration of the right chest, size 32 cm/15 cm
294 Bull. Soc. Pathol. Exot. (2010) 103:293-295
Le traitement traditionnel de la basidiobolomycose repose
sur liodure de potassium qui donne de nos jours des résultats
inconstants [6,11,13]. Les dérivés azolés représentent alors la
meilleure alternative au traitement des phycomycoses.
Nous avons obtenu chez notre patient une guérison totale
des lésions après huit semaines de traitement comparables
aux dix semaines rapportées par Pitché et al. [8] avec
le même produit. Par ailleurs, nous avons noté une bonne
tolérance au kétoconazole dans notre observation, comme
dans celle rapportée antérieurement par Pitché et al. [8].
Dautres auteurs ont aussi rapporté une bonne tolérance et
des guérisons totales des lésions de basidiobolomycose avec
cet azolé [1,10].
Il ressort de ces observations que le kétoconazole de par
son efficacité et sa tolérance est un médicament de choix
pour le traitement de cette affection. Dautres dérivés azolés
comme litaconazole, le fluconazole et la terbinafine ont été
utilisés avec succès au cours de la basidiobolomycose
[3,6,12].
Conclusion
Notre observation rapporte une guérison totale de la basidio-
bolomycose avec le kétoconazole. Ce médicament de par
son efficacité et son moindre coût devrait constituer un
traitement de choix des phycomycoses en zone tropicale.
Conflit dintérêt : aucun.
Références
1. Bittencourt AL, Aruda SM, de Andrade JA, Carvalho EM (1991)
Basidiobolomycosis: a case report. Pediatr Dermatol 8(4):3258
2. Chandrasekhar HR, Shashikala P, Haravi R, Kadam RS (1998)
Subcutaneous phycomycosis. Indian J Dermatol Venereol Leprol
64(2):8990
3. Foss NT, Rocha MR, Lima VT, et al (1996) Entomophthoramy-
cosis: therapeutic success by using amphotericin B and terbina-
fine. Dermatology 193(3):25860
4. Gugnani HC (1999) A review of zygomycosis due to Basidiobo-
lus ranarum. Eur J Epidemiol 15(10):9239
5. Maiti PK, Bose R, Bandyopadhyay S et al (2004) Entomophtho-
romycosis in South Bengal (Eastern India): a 9-year Study. Indian
J Pathol Microbiol 47(2):2957
6. Mathew R, Kumaravel S, Kuruvilla S, et al (2005) Successful
treatment of extensive basidiobolomycosis with oral itraconazole
in a child. Int J Dermatol 44(7):5725
7. Michel G, Ravisse P, Lohoue-Petmy J, et al (1992) Cinq nou-
veaux cas dentomophthoromycose observés au Cameroun.
Place de limmunofluorescence dans le diagnostic. Bull Soc
Pathol Exot 85(1):106
8. Pitché P, Napo-Koura G, Tchangaï-Walla K (1998) Basidiobolo-
mycose traitée par le kétoconazole : à propos dune observation
togolaise. Nouv Dermatol 17(6):3767
9. Ribes JA, Vanover-Sams CL, Baker DJ (2000) Zygomycetes in
human disease. Clin Microbiol Rev 13(2):236301
10. Roy AK, Sorkar JN, Maiti PK (2000) Subcutaneous zygomycosis
treated with ketoconazole. Indian J Dermatol 45(1):2223.
11. Sujatha S, Sheeladevi C, Khyriem AB, et al (2003) Subcutaneous
zygomycosis caused by Basidiobolus ranarum: a case report.
Indian J Med Microbiol 21(3):2056
12. Testa J, Lagarde R, Nali MN, Georges AJ (1990) Premier cas de
basidiobolomycose diagnostiqué en République centrafricaine
avec isolement de la souche. Bull Soc Path Exot 83(1):3742
13. Thotan SP, Kumar V, Gupta A, et al (2010) Subcutaneous phyco-
mycosis, fungal infection mimicking a soft tissue tumor: a case
report and review of literature. J Trop Pediatr 56(1):656
Fig. 3 Photo 3a : Infiltrat granulomateux dermohypodermique
avec cellules géantes et polynucléaires éosinophiles (HES, × 100) /
Dermohypodermal granulomatous infiltration with giant cells and
eosinophilic polynuclear cells (HES × 100) ; Photo 3b : Infiltrat
granulomateux dermohypodermique avec cellules géantes et poly-
nucléaires éosinophiles (HES, × 400) / Dermohypodermal granulo-
matous infiltration with giant cells and eosinophilic polynuclear
cells (HES × 400)
Bull. Soc. Pathol. Exot. (2010) 103:293-295 295