ArticlePDF Available

Tourisme durable: fondements, indicateurs et apport au développement des pays du Sud

Authors:
  • Economic Social and Environmental Council (ESEC)

Abstract

De nombreux pays en développement s’organisent actuellement pour développer leur secteur touristique, considéré comme un choix stratégique. Toutefois, la logique du développement associée au tourisme peut s’avérer parfois paradoxale vu que des sociétés peuvent être soit enrichies ou au contraire, déséquilibrées, voire bouleversées par la croissance irréfléchie des flux touristiques. Le tourisme, en sus de ses retombées positives, engendre des impacts socioculturels et écologiques indésirables et représente parfois un certain nombre de risques économiques. Ces constats nous amènent à poser la question de la place du tourisme dans une optique de durabilité en vue d’attirer l’attention sur la nécessité d’un rééquilibrage en faveur d’une activité encore largement sous-estimée, malgré l’importance des flux économiques et des autres impacts qu’elle engendre. Cette contribution s’inscrit dans cet esprit et propose une lecture dans ce qu’il est convenu d’appeler "tourisme durable". L’ambition est de tenter d’articuler tourisme et durabilité, en fixant les conditions sous lesquelles le tourisme peut être un vecteur de développement économique, en harmonie avec l’environnement et les intérêts socioculturels des pays d’accueil (notamment les pays du Sud), et ce dans une logique de dynamique durable.
Cet article a été publié dans le premier numéro de la Revue de Droit et de Sciences
Sociales (juin 2008) éditée par la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et
Sociales d'Agadir, Université Ibn Zohr en collaboration avec le Centre nord-Sud de
Recherches en Sciences Sociales dirigé par l'auteur.
Tourisme Durable: Fondements, Indicateurs et Apport
au Développement des Pays du Sud
Mohamed BEHNASSI*
Résumé:
De nombreux pays en développement s’organisent actuellement pour développer leur
secteur touristique, considéré comme un choix stratégique. Toutefois, la logique du
développement associée au tourisme peut s’avérer parfois paradoxale vu que des sociétés
peuvent être soit enrichies ou au contraire, déséquilibrées, voire bouleversées par la
croissance irréfléchie des flux touristiques. Le tourisme, en sus de ses retombées
positives, engendre des impacts socioculturels et écologiques indésirables et représente
parfois un certain nombre de risques économiques. Ces constats nous amènent à poser la
question de la place du tourisme dans une optique de durabilité en vue d’attirer
l’attention sur la nécessité d’un rééquilibrage en faveur d’une activité encore largement
sous-estimée, malgré l’importance des flux économiques et des autres impacts qu’elle
engendre. Cette contribution s’inscrit dans cet esprit et propose une lecture dans ce qu’il
est convenu d’appeler "tourisme durable". L’ambition est de tenter d’articuler tourisme et
durabilité, en fixant les conditions sous lesquelles le tourisme peut être un vecteur de
développement, en harmonie avec l’environnement et les intérêts socioculturels et
économiques des pays d’accueil (notamment les pays du Sud), et ce dans une logique de
dynamique durable.
Mots clés: Tourisme durable- durabilité- Indicateurs- Développement- Impacts sociaux-
Impacts environnementaux.
En dépit de la prolifération des facteurs de l’insécurité internationale (terrorisme,
résurgence des mouvements racistes et xénophobes, catastrophes naturelles,
épidémies, etc.), plusieurs milieux politiques et économiques, intellectuels et civiles ne
cessent de défendre l’importance stratégique du tourisme en tant que levier de
développement, de rapprochement et de paix entre les peuples, et surtout en tant que
vecteur de dialogue interculturel et interreligieux (OMT, 2008).
* Enseignant-Chercheur à la Faculté de Droit d’Agadir. Directeur du Centre Nord-Sud de Recherches en
Sciences Sociales-NRCS. behnassi@gmail.com.
En effet, le tourisme est considéré à la fois comme reflet et facteur de mondialisation et
un agent particulièrement efficace de l'intégration d'espaces et de sociétés à la vie
internationale. Selon la CNUCED, ce secteur s'impose comme un secteur à haut
potentiel,
un véritable gisement de richesses et l’une des seules possibilités viables de
diversification économique, surtout pour les pays en de développement1.
Cependant, la place officielle de ce secteur, et de ses enjeux, peut apparaître modeste
voire inadéquate et insuffisante. Il est relativement sous-estimé par rapport à d’autres
secteurs économiques en dépit du fait qu’il est à présent l'activité la plus dynamique au
monde, une source importante de devises2 et de recettes d’exportations devant
plusieurs industries développées. Il est aussi le secteur économique qui jouit d’un taux
de croissance très rapide et qui implique plusieurs intervenants et activités tant en
amont qu’en aval. De part sa nature transversale et son effet d’entraînement sur
d'autres secteurs, il est considéré également comme un moyen efficace de croissance
économique et de lutte contre la pauvreté.
En se basant sur ces faits, de nombreux PED, y compris le Maroc, s’organisent
actuellement pour développer leurs secteurs touristiques et se situer sur le marché du
tourisme international. Toutefois, la logique du développement associée au tourisme
peut s’avérer parfois paradoxale. Des sociétés peuvent être soit enrichies par l'apport
substantiel du tourisme ou au contraire, déséquilibrées, voire bouleversées par la
croissance irréfléchie des flux touristiques. Le tourisme, en sus de ses retombées
positives, a aussi malheureusement des impacts indéniables sur l’environnement, le
patrimoine et les populations des pays d’accueil3.
En plus, cette activité représente également, pour ces pays, un certain nombre de
risques:
- Elle profite en grande partie aux pays les plus développés et diversifiés vu qu’une
grande partie de la manne touristique retourne au Nord4 (les PED ne maîtrisent pas
1 Le tourisme est la première industrie de la planète. Sa progression est de 4 % par an. Si les tendances
actuelles se poursuivent, l’OMT prévoit 1 milliard de touriste en 2010 et 1.6 milliard en 2020.
2 Par ex. le tourisme a été considéré en 2008, et pour la première fois au Maroc, comme la principale
source de devises.
3 Par ex. la Méditerranée reçoit sur ses côtes en moyenne 2300 touristes/km, sachant qu'elle comporte
46000 km de côtes et que 30 % sont déjà artificialisés. Le Plan Bleu, organisme regroupant tous les pays
de la Méditerranée pour étudier la richesse de son patrimoine naturel et culturel, prévoit qu'en 2025, si
rien n'est fait pour renverser la tendance, la Méditerranée devra accueillir 3300 touristes/km et que
5000 km supplémentaires seront construits. Par ailleurs, selon l’Union Mondiale pour la Nature (UICN),
le réchauffement des mers dû à l’activité de l’Homme est responsable de la disparition de 20% de la
barrière de corail mondiale. Selon la FAO, 38 îles émergeant de 2 mètres à peine au-dessus du niveau de
la mer sont menacées de disparition d’ici à 50 ans à cause de la montée des océans due au
réchauffement climatique.
4 Ces fuites de revenus sont dues au fait que les touristes achètent fréquemment des voyages "clés en
main" dans leur pays, et au fait que beaucoup de fournisseurs de services sont étrangers. Ainsi, les
effets directs et multiplicateurs de l'industrie touristique dans de nombreux PED ne sont pas aussi
élevés qu'il semblerait, car une grande partie de revenus quitte le pays hôte par ces fuites. Il est difficile
de réduire celles-ci car les taux d'imposition y sont bas, et parce que peu de fournisseurs de services
les flux touristiques, qui sont largement contrôlés par des groupes internationaux
basés dans les pays industrialisés);
- Les comptes en devises sont défavorables car les rentrées sont grevées par des
besoins accrus en produits d’importations;
- La mono-activité et les mono-structures touristiques sont fragiles, voire dangereuses,
car elles sont soumises à une demande conjoncturelle, sujette à d’énormes
fluctuations;
- Les emplois touristiques sont souvent mal rémunérés, saisonniers et sans possibilités
de réelles qualifications;
- Le tourisme fragilise le tissu social et bouscule les bases culturelles en renforçant les
disparités sociales et en introduisant des modes de consommation souvent non
durables;
- Enfin, le tourisme, par les transports émetteurs des gaz à effet de serre, contribue au
déséquilibre climatique planétaire, et, par ses impacts terrestres, pollue, détruit,
surexploite et artificialise les paysages (Raison d’un tourisme différent, 2008].
Cependant, jusqu'à présent, les décideurs et le grand public dans plusieurs pays ne sont
que peu sensibilisés d'une part aux méfaits du tourisme et d'autre part aux moyens d'y
remédier (El Alaoui, 1999). Par ailleurs, le phénomène touristique est actuellement
beaucoup plus synonyme de rentabilité économique et financière. Une vision
mercantile, indispensable certes pour la viabilité des projets touristiques, mais reste
issue d’une vision à court terme, peu cohérente avec les discours sur la "durabilité" (EL
Bayed, 2003).
Par conséquent, remédier aux dégâts les plus spectaculaires et aux injustices les plus
flagrantes que le tourisme peut faire subir aux pays d'accueil, s’avère actuellement un
enjeu stratégique plus que jamais. Dans ce sens, et compte tenu de ses différents
impacts, on commence à soutenir que le tourisme, s’il pourrait être assimilé à un
qualificatif, en l’occurrence à celui de durable ou de responsable, il pourra être un levier
essentiel, en offrant, notamment aux PED, de nouvelles possibilités de développement1.
Cependant, force est de constater que la recherche dans ce domaine, dans ces pays et
au Maroc également, ne s’intéresse guère, ou du moins tardivement, aux questions liées
au "tourisme et durabilité". Les études réalisées sur le tourisme ont jusqu’ici privilégiées
une approche sectorielle (soit géographique, aménagiste ou économique), alors que
pour mieux cerner un phénomène avec une telle complexité, il est nécessaire d’essayer
de le comprendre dans sa globalité. C’est pourquoi une approche sociologique, couplée
locaux ont suffisamment de capitaux à investir dans les infrastructures nécessaires pour attirer et
retenir les touristes, sachant qu’ils sont souvent concurrencés par les opérateurs internationaux.
1 C’est dans ce sens que le tourisme a été retenu par la Commission Mondiale du Développement Durable
comme thème de l’année 1999.
à une démarche interdisciplinaire, s’impose pour étudier les retombées les plus
profondes que pourrait susciter un tel développement touristique.
Au fond, cette contribution ne vise pas seulement à vanter les vertus du tourisme, mais
à proposer un exercice de réflexion et de méthode, en suggérant d’inscrire le
développement touristique dans la durée et de veiller à l’accompagner de mesures
préservant les patrimoines et rationalisant l’exploitation des ressources naturelles. En
d’autres termes, l’ambition est de tenter d’articuler tourisme et durabilité, en fixant les
conditions sous lesquelles le tourisme peut être un vecteur de développement, en
harmonie avec l’environnement et les intérêts socioculturels et économiques des
populations locales, et ce dans une logique de dynamique durable1.
Pour ce faire, et après avoir fait un tour d’horizon des différents impacts sociaux et
environnementaux du tourisme, tel quel est pratiqué actuellement (I), nous présentons
les fondements et les formes du tourisme durable (II); Ensuite nous analysons
l’importance et les enjeux des indicateurs de durabilité touristique comme outil de
planification et de politique à la portée des décideurs (III); Enfin, nous explorons l’apport
du tourisme durable au développement des pays du Sud (considérés largement comme
des pays récepteurs ou d’accueil), ainsi que les différents enjeux à relever une fois ce
scénario est adopté (IV).
I. Les impacts sociaux et environnementaux du tourisme
Pour certains observateurs, le tourisme constitue une opportunité à saisir par les pays
soucieux de lutter contre la pauvreté et le chômage, de créer des emplois, d’aménager
leur territoire et de favoriser la circulation des personnes, des idées et l’entrée de
devises. Pour d’autres, au contraire, le tourisme lamine l’espace, altère les paysages et
les cultures, efface les différences en banalisant à la fois les populations, leurs valeurs et
leurs milieux de vie. Ces impacts négatifs sont gravement visibles dans les PED, qui
restent munis de capacités insuffisantes pour faire face aux conséquences provoquées
par le développement du tourisme de masse dans un contexte global de pauvreté.
En effet, c'est dans les domaines sociologique et environnemental que l'impact du
tourisme est le plus aisé à démontrer, car il suffit de voyager pour se rendre compte.
Cependant, ce n'est pas toujours ce qui interpelle le plus les touristes car ceux-ci
s'attachent davantage à leur propre confort, à la qualité des services fournis, à leur santé
en voyage, à leurs dépenses et s’intéressent rarement à la situation de leurs hôtes.
Certains comportements extrêmes des touristes sont la cause de bien des malheurs dans
les pays d’accueil, notamment les PED.
1 Ce travail s’inscrit globalement dans le processus engagé par l’OMT visant à promouvoir un
développement durable dans des pays où le tourisme peut en être un vecteur essentiel. Il se situe
également dans le cadre du Plan Bleu de l’UNEP qui développe une prospective de coopération entre les
27 pays riverains de la Méditerranée. Plus spécifiquement, cette contribution s’inscrit dans le cadre de
la Stratégie du développement touristique adoptée par le Gouvernement marocain suite aux Premières
Assises du Tourisme à Marrakech en 2001, et essaie d’enrichir le débat prospectif sur le futur de ce
secteur dans le cadre du ‘‘Tourisme 2030’’ initié par le Haut Commissariat au Plan en 2007.
Les dégâts socioculturels (1) et environnementaux (2) sur les populations d’accueil d’un
tourisme "non responsable" qui ont été constatés jusqu’à présent peuvent être
présentés comme suit:
1. Les impacts socioculturels du tourisme:
Il est certain que le tourisme, quelle qu’en soit la forme, modifie profondément le futur
d’une population, plus que toute autre activité économique. Le développement du
tourisme international, surtout lorsqu’il s’opère entre le Nord et le Sud, est sans doute
un facteur majeur du changement sociétal puisqu’il impacte les populations d’accueil. En
effet, contrairement à la production et à l’exportation de biens ou de la plupart des
services, le tourisme repose sur le déplacement du consommateur. Il implique ainsi des
contacts directs entre :
- touristes et travailleurs des nombreuses activités participant au produit composite
qu’est le tourisme;
- touristes et habitants (les "acteurs passifs" du tourisme) même si ces contacts ne sont
souvent que visuels;
- touristes et territoire de production (Caire, Roullet-Caire, 2003).
C’est dans ce cadre que le Programme des Nations Unis pour l’Environnement (PNUE) a
fait en 2002 sur la question des impacts socioculturels du tourisme un inventaire
synthétique qui répertorie quatre grands domaines d’impacts, à savoir: l’érosion des
identités et des valeurs indigènes; les chocs de culture; les pressions physiques
entraînant un stress social; et les questions éthiques.
- Sur le plan de l’érosion culturelle:
Les transformations entraînées par la marchandisation touchent souvent les cultures et
les valeurs locales, notamment les aspects de rituels religieux, rites ethniques
traditionnels, manifestations coutumières et festivals, transformés en produits réduits et
aseptisés. Le résultat est qualifié d’appartenance ethnique reconstruite, caractérisée par
des changements de valeurs, avec par exemple, la perte de respect envers les
emplacements et les objets sacrés.
En plus, la standardisation touche les équipements, les paysages, les logements, la
nourriture et les boissons et correspond au désir des touristes de retrouver des
éléments reconnaissables dans un environnement peu familier, comme les restaurants
de prêt-à-manger et les chaînes d'hôtels renommées.
Les pertes d'authenticité se manifestent souvent par la mise en conformité des
expressions et des manifestations culturelles au goût des touristes, une mise en scène
de vraie vie et un simulacre d’authenticité. L’explication réside dans le fait que, dans
l’ensemble, les touristes se satisfont d’un aperçu de l'atmosphère locale et du mode de
vie et n’y jetant qu’un regard rapide.
L’adaptation de l’artisanat aux demandes de touristes répond également à une
demande croissante. Par conséquent, les artisans sont appelés à évoluer en permanence
la conception de leurs produits pour les adapter aux goûts de leurs nouveaux clients.
- Sur le plan du choc des cultures:
Les dépassements de la capacité de charge s’observent au niveau social lorsque les
limites de changement acceptable par le système social à l'intérieur ou autour de la
destination sont dépassées, et au plan culturel lorsque les limites de la compatibilité
avec la culture locale sont franchies.
Les déséquilibres économiques découlent des phénomènes d’imitation et de copie que
développent certaines personnes au contact de modèles de consommation et de styles
de vie différents: par exemple le contact avec des touristes à fort pouvoir d’achat peut
susciter des dépenses excessives chez certains locaux, mettant plusieurs familles en
situation difficile. Le risque final est souvent une augmentation des tensions sociales et
parfois ethniques.
Des ressentiments face à certains comportements s’observent dans des pays dont les
valeurs sont en décalage avec les comportements des touristes (habillement, nudité
partielle ou totale, consommation d’alcool, etc.). Le modèle contesté est ressenti
comme imposé et, parfois, comme une incitation au non respect des traditions et
religions locales. Il s’ensuit des tensions au sein de la communauté et des réactions
d’extrémisme.
D’un autre coté, les discriminations professionnelles se traduisent par des postes
généralement peu qualifiés et rémunérés (personnel d’entretien, serveurs, jardiniers,
travaux manuels, etc.) tandis que les salaires élevés vont aux étrangers ou aux nationaux
les plus urbains. De plus, on constate que les ressortissants possédant le savoir-faire
requis pour exécuter un niveau plus élevé de tâches quittent leurs pays d’origine, moins
attractifs que les destinations étrangères. Ceci épuise souvent le capital humain des pays
d’accueil et augmente la fracture interculturelle.
- Sur le plan des pressions physiques, facteur de stress social:
Les conflits d’usage des ressources proviennent de la concurrence entre le tourisme et
les populations locales pour l'usage de certaines ressources primordiales telles que l'eau,
l'énergie et le transport. Cela engendre parfois des conséquences en termes d’efforts
supplémentaires demandés à la population locale pour contribuer, par exemple, pour
l’eau, aux coûts d'infrastructure et d’équipements d'approvisionnement ou de
traitement de l’eau potable.
Par ailleurs, les conflits avec les usages traditionnels de la terre sont particulièrement
aigus dans des secteurs intensément exploités tels que les zones côtières ou les bords de
fleuve. Les conflits surgissent quand le choix se fait en faveur d’équipements et
infrastructures touristiques au détriment des usages traditionnels du territoire. La
population indigène est fréquemment perdante car la valeur économique globale du
tourisme est considérée comme supérieure.
De plus, la détérioration culturelle et les dommages aux éléments du patrimoine
peuvent résulter parfois du vandalisme, du vol, de la détérioration ou du déplacement
illégal de biens culturels.
- Sur le plan éthique:
Le taux de criminalité augmente avec la croissance de l'urbanisation d'un territoire et de
sa fréquentation, car la présence d'un grand nombre de touristes possesseurs de
liquidités et d’objets de valeur, favorise certains phénomènes tels que le vol, le
commerce de la drogue et la mendicité. La répression de ces phénomènes aggrave
souvent les tensions sociales au lieu de les prévenir.
Le recours au travail des enfants est également un problème majeur dans ce cadre:
selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT) environ 10% à 15% des emplois
touristiques sont dévolues à des enfants dans des conditions critiquables (horaires
journaliers importants, emplois instables, salaires minimes, peu de formation et
d’opportunités de qualification). A cela s’ajoute aussi les abus commis dans les secteurs
informels des activités collatérales du tourisme. Les développements récents du secteur
(libéralisation, concurrence, concentration, baisse des prix de voyage, croissance de la
sous-traitance) tendent à accroître le recours à cette main-d’œuvre bon marché et
flexible.
Le tourisme sexuel se développe également dans plusieurs régions du monde. Le
chômage et l'attrait de l’argent facile, conjugués à une envie de consommation de biens
nouveaux, poussent beaucoup de jeunes, y compris des enfants, à se prostituer, avec le
risque d’être pris dans l’engrenage du nouvel esclavage, de la dépendance à la drogue et
des maladies sexuellement transmissibles.
2. L’impact environnemental:
Les impacts du tourisme sur l’environnement sont nombreux, importants et complexes.
Le développement touristique a effectivement déjà dégradé de nombreux écosystèmes,
particulièrement dans les régions côtières et montagnardes connues par leur
vulnérabilité, ce qui est devenu incompatible avec la logique de développement durable.
Cet aspect du tourisme est beaucoup plus médiatisé et a davantage les faveurs du public
que l'aspect socioculturel. Mais, malgré la sensibilité du public à cette cause, ces dégâts
sont toujours à déplorer.
- Impacts sur la biodiversité:
La biodiversité est essentielle pour le bien-être et pour le développement économique.
A l'échelle du globe, la biodiversité est malheureusement dégradée à un taux bien plus
élevé que celui des disparitions naturelles. La perte de biodiversité et la détérioration
des écosystèmes sont causées principalement par les conversions d'occupation du sol, la
pollution, l’exploitation non durable des ressources naturelles, l'introduction d'espèces
envahissantes et les effets possibles des changements climatiques. Il faut souligner aussi
que les milieux les plus riches en biodiversité sont aussi les milieux les plus attractifs
pour le tourisme, mais les plus sensibles à ses impacts.
Le développement touristique est souvent trop rapide et mal planifié, menant à des
changements soudains de paysage, sur de courtes périodes, notamment du point de vue
de la déforestation et de l'assèchement des zones humides. De telles perturbations
aboutissent à une perte irréversible de biodiversité, en contradiction avec les
dispositions de la Convention des NU sur la Biodiversité (CBD) (Brüggemann et al., 2002).
Le problème reste l’externalisation du coût des impacts, dus par exemple à la
construction d’infrastructures et au développement d’activités touristiques: la
destruction des habitats et la rupture de continuité terre-mer, sont les conséquences les
plus visibles de la sur-construction et de la sur-fréquentation des zones littorales. Les
récifs coralliens, écosystèmes très riches mais fragiles, sont les victimes les plus
flagrantes de ces excès. L’extraction de sable, l’érosion des plages et des dunes, la
dégradation des sols entraînent souvent une perte de biodiversité et de qualité
paysagère (Costas, 2003).
Le piétinement excessif en dehors de sentiers balisés provoquent aussi des dégradations
réelles de la végétation (tiges brisées, pertes de matière organique) et de la qualité des
sols (baisse de perméabilité, érosion, etc.). Les pressions sur le foncier sont également
omniprésentes dans le développement touristique que les pressions sur les ressources:
le tourisme consomme beaucoup d’espaces, et si possible des espaces de qualité.
- Altération des ressources hydriques et énergétiques:
Le tourisme accroît les problèmes d'approvisionnement en eau en concentrant la
demande sur de courtes périodes, en particulier dans les régions sèches, ensoleillées,
préférées des touristes ces ressources sont déjà rares1 (PNUE, 2004). Ceci met sous
pression les ressources hydriques conventionnelles et mène à des situations de
surexploitation. De plus, les infrastructures nécessaires pour pallier à cette demande
saisonnière (réservoirs, systèmes de transfert) sont surdimensionnées le reste de
l'année.
Le tourisme est aussi un gros consommateur de produits énergétiques impliquant des
dépenses très élevées, ce qui peut alourdir la facture énergétique du pays, pénalisant
par là-même les possibilités de développement d’autres secteurs économiques.
- Les pollutions engendrées:
Les pollutions dues au tourisme peuvent avoir des origines variables. Les différents
moyens de transports (aérien2, maritime, routier, ferroviaire et fluvial) jouent un rôle
clé. Dans le bassin méditerranéen par exemple, on estime que le tourisme est
1 Les touristes utilisent souvent des quantités d'eau disproportionnées. Ils peuvent consommer jusqu'à
300 litres d'eau par jour quand, en Europe, la consommation moyenne par ménage ne dépasse pas 150
à 200 litres par jour. Un parcourt de golf de 18 trous consomme environ 200 000 litres d'eau par jour.
Source : PNUE, 2004. Plan Bleu 2004, Tourism Concern.
2 Selon Le Panel Intergouvernemental sur les Changements Climatiques (GIEC), 5% des émissions de
carbone mondiales sont dues aux voyages aériens.
responsable de 7% de la pollution totale. Parallèlement, l'augmentation de la pollution
dans ces régions a également des effets négatifs sur le secteur touristique.
Chaque européen produit au moins un kg de déchets solides par jour (IFEN). Les 692.5
millions de touristes internationaux en 2001 ont probablement généré près de 4.8
millions de tonnes de déchets (PNUE 2003).
Un touriste produit en moyenne 180 litres d'eaux usées par jour (AEE 2003). Ceci
représente une pression particulièrement grave sur l'environnement, pouvant menacer
la santé humaine et la vie sauvage. Bon nombre d'infrastructures touristiques sont
isolées et rarement connectées au réseaux de traitement, conduisant à des
déversements massifs d'eaux usées en mer et rivières. Dans tous les cas, si l'eau n'est
pas traitée ou recyclée, elle causera forcément de la pollution. Dans les régions
tropicales, par exemple, les effluves des égouts endommagent les récifs coralliens,
notamment en stimulant les "blooms algales", obstruant les siphons des coraux, les
empêchant de s'alimenter.
II. Tourisme durable: définitions, formes et fondements
1. Tourisme et durabilité: quels rapports?
À l'heure nous sommes préoccupés par les effets de la mondialisation, la
détérioration de l'environnement, la propagation du SIDA et par beaucoup d'autres
problèmes qui influent sur notre milieu et notre qualité de vie, le développement
durable s'impose comme une solution à plusieurs maux. Issue du Rapport Brundtland en
1987, cette notion sous-tend "un processus de changement par lequel l’exploitation des
ressources, l’orientation des investissements, les changements techniques et
institutionnels se trouvent en harmonie et renforcent le potentiel actuel et futur de
satisfaction des besoins des hommes".
Si le développement veut lier l’économique et le social, le développement durable y
ajoute la dimension environnementale et éthique. A ce titre, l’Agenda 21 adopté suite à
la Conférence de Rio en 1992, propose une stratégie de transition permettant d’adopter
des modes de développement plus aptes à préserver les ressources de notre planète, et
du coup "prévenir les problèmes d’environnement et de développement risquant de
produire des catastrophes écologiques et économiques" (Cazes et Lanquar, 2000 :7).
Le modèle de développement durable cherche à marquer la rupture nécessaire avec le
modèle traditionnel de développement axé sur les pratiques productivistes outre
mesure, trop orientées vers l’exploitation des ressources naturelles et l’accumulation
rapide des richesses au profit d’une minorité. Dans cet ordre d’idées, l’approche sociale
constate que la croissance économique n’est pas toujours synonyme de progrès humain.
Le développement doit alors devenir durable socialement, y compris sur le plan local, si
l’on veut lutter contre l’exclusion.
En substance, le développement durable doit répondre à deux exigences centrales:
premièrement exploiter le patrimoine des ressources naturelles de manière
suffisamment rentable pour assurer la croissance économique, tout en sauvegardant
l’intégrité des écosystèmes; deuxièmement, préserver la base des ressources afin qu’elle
puisse satisfaire les demandes raisonnablement prévisibles des générations futures.
Le monde touristique n’échappe pas à cette logique. Le tourisme évolue actuellement à
un tel point que la croissance de ses flux n'est pas sans conséquences sur
l'environnement, tant social que physique, des destinations visitées. En se basant sur un
tel constat, on peut avancer que le calcul de rentabilité de toute activité économique, y
compris l’activité touristique, n’est plus viable s’il ne prend pas en compte l’ensemble
des gains et des coûts à long terme (coûts liés par exemple à la dégradation de
l’environnement) et touchant l’ensemble de la société (impacts sur les autres secteurs
économiques, sur la qualité de vie des habitants, etc.).
Dans cet ordre d’idées, le tourisme durable peut être d’un apport considérable comme
le meilleur gage d’une rentabilité durable et de la reproduction de l’activité elle-même,
car il permet de préserver l’attractivité durable, et donc le succès d’une destination.
Autrement dit, le tourisme est un secteur économique où la durabilité peut être un
facteur favorable, car il s’agit d’une activité:
- caractérisée par une croissance supérieure à la moyenne1: ceci s’explique à la fois par
la démocratisation du transport aérien, par l’accroissement des dépenses touristiques
des ménages et par une extension du temps de loisirs, facteurs de croissance qui
devraient perdurer;
- par nature territorialisée, et de ce fait est irrémédiablement au confluent de
l’économique, du culturel et de l’environnemental;
- qui engendre une concentration des populations sur des périodes restreintes (saisons),
sur des espaces limités et souvent caractérisés par un équilibre fragile (littoral, centres
historiques, montagnes, petites îles…), concentration qui de plus peut être source de
conflits d’usage avec la population locale (eau, chasse, agriculture, encombrements
routiers, renchérissement des prix…);
- qui, en tant qu’activité de contact, porte en puissance des capacités à produire des
changements sociaux, à déstructurer les sociétés locales et à homogénéiser les
cultures et les modes de vie;
- qui doit préserver le droit au voyage des générations futures, leur droit à la découverte
et à la connaissance d’une planète diverse naturellement et culturellement;
- liée aux systèmes de valeurs: parler du tourisme c’est parler de la nature, de la beauté,
du jugement moral, de la vérité, de la réalité, de l’obligation, etc.
En définitive, il convient désormais de mieux piloter le développement et l'expansion
touristiques pour appliquer les concepts du développement durable (Laliberté, 2005).
Certes, le tourisme durable ne peut pas se concevoir uniquement en termes de logique
gagnant-gagnant, il génère forcément des conflits, des choix et donc des renoncements.
1 Le nombre de voyages touristiques internationaux est passé de 170 millions en 1970 à 698 millions en
2000 et devrait atteindre à l’horizon 2020, plus d’un milliard et demi.
2. Les formes du tourisme durable
Toutes les formes de tourisme dont on parle actuellement, et que l'on qualifie souvent
d'alternatives, gravitent autour du concept de développement et de tourisme durable,
chacune mettant l'accent sur un aspect particulier:
- Tourisme équitable:
Généralement associé aux relations Nord-Sud, ce type de tourisme s'inspire des
principes du commerce équitable. Il fait en sorte que les communautés locales soient
impliquées dans les prestations touristiques et bénéficient des retombées économiques,
et ce, afin de leur permettre d'améliorer leurs conditions de vie. Pour ce motif, le
tourisme équitable suppose un partage équitable des bénéfices, de façon à ce que le
tourisme devienne un facteur favorable et réel de cohésion économique et sociale entre
les peuples et les territoires. Dans cette perspective, les intervenants doivent contribuer
à l'épanouissement des populations locales en favorisant l'emploi du personnel local,
l'achat local et la redistribution équitable des revenus d'opération, particulièrement chez
les catégories socio-économiques défavorisées (Normand, 2003: 4-5).
On n’a pas hésité à aller plus loin en soulignant notamment l'implication active de la
communauté locale à tout projet touristique. Dans ce sens, le tourisme équitable
deviendra un ensemble d'activités de services, proposées par des opérateurs
touristiques à des voyageurs responsables, et élaborées par les communautés d'accueil
(ou tout au moins en grande partie avec elles). Ces communautés participent de façon
prépondérante à l'évolution de la définition de ces activités (possibilité de les modifier,
de les réorienter voire de les rompre). Elles participent aussi à leur gestion continue de
façon significative (en limitant au maximum les intermédiaires n'adhérant pas à ces
principes du tourisme équitable). Les bénéfices sociaux, culturels et financiers de ces
activités doivent être perçus en grande partie localement, et équitablement partagés
entre les membres de la population locale.
- Écotourisme:
Il est principalement lié aux formes de tourisme pratiqué en milieu naturel et à la notion
d'apprentissage. Conformément aux récentes caractéristiques retenues par l'OMT et le
PNUE, on peut décrire l'écotourisme comme une forme de tourisme qui vise à faire
découvrir un milieu naturel tout en préservant son intégrité, qui comprend une activité
d'interprétation des composantes naturelles ou culturelles du milieu (volet éducatif), qui
favorise une attitude de respect envers l'environnement, qui repose sur des notions de
développement durable et qui entraîne des retombées socio-économiques positives
pour les communautés locales.
- Tourisme solidaire:
Ce tourisme mise sur la relation entre les peuples, entre visiteurs et visités et sur la
notion de solidarité les touristes contribuent à l'amélioration des conditions de vie
des communautés visitées. Dans sa façon de voyager, le touriste soutient des actions de
développement, participe au financement d'un projet social ou peut même agir à titre
de bénévole dans le cadre d'un programme spécifique. Par ailleurs, le tourisme solidaire
et responsable regroupe les formes alternatives de tourisme qui mettent au centre du
voyage l'Homme et la rencontre et qui s'inscrivent dans une logique de développement
des territoires. L'implication des populations locales dans les différentes phases du
projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature et une
répartition plus équitable des ressources générées sont les fondements de ce type de
tourisme.
- Tourisme responsable:
Ce type de tourisme, aussi appelé tourisme éthique, fait référence à la conscience
sociale et à la façon de voyager du touriste. Le touriste dit responsable est appelé à
adopter un comportement qui vise à respecter les valeurs culturelles des populations
visitées, ainsi que leur milieu naturel et habité. Dans cette optique, les organismes
décideurs et les entreprises peuvent aussi être parties prenantes d'un tourisme
responsable, tant en ce qui touche leurs politiques de développement que leurs
produits.
- Tourisme social:
Selon le Bureau International du Tourisme Social (BITS), ce concept réfère aux
programmes, aux alisations et aux actions visant à rendre effectifs le droit aux
vacances et l'accessibilité au tourisme à tous les groupes de la population, notamment
les jeunes, les familles, les retraités, les handicapés, les personnes aux revenus
modestes, etc. A cela s’ajoute aussi la qualité de la relation entre les touristes et les
communautés d'accueil (Jolin, 2004).
Le tourisme social soutient que les populations de plusieurs pays, principalement celles
des pays du Sud et de quelques pays de l’Est, ne doivent pas être contraintes, par des
mesures politiques et administratives, à ne participer à l’activité touristique
internationale que sous l’angle de l’accueil des touristes occidentaux, et qu’en
conséquence des efforts doivent être entrepris à tous les niveaux pour garantir la libre
circulation des personnes en favorisant l’obtention de visas de tourisme peu importe
l’origine du demandeur. L’accessibilité au tourisme signifie aussi que les visités doivent
avoir accès à leurs propres ressources touristiques et qu'elles puissent bénéficier des
retombées.
De manière générale, cette forme de tourisme a pour première vocation d’élargir l’accès
au tourisme et ce mouvement a essayé tout récemment d’intégrer les questions
d'équité et de solidarité avec les communautés d'accueil. Néanmoins, les préoccupations
de développement local (notamment rural), d’aménagement du territoire, et de
conditions de travail et de droits sociaux sont aussi au cœur de son projet (Caire,
Roullet-Caire, 2003).
3. Les fondements du tourisme durable
Si la notion du tourisme durable est relativement récente et n’a fait jour qu’au début des
années 1990 dans la foulé du Sommet de Rio et de l’Agenda 21, les préoccupations qu’il
intègre sont presque aussi vieilles que le tourisme. Selon l'OMT, la définition
conceptuelle de cette notion se lit comme suit: Les principes directeurs du
développement durable et les pratiques de gestion durable du tourisme sont applicables
à toutes les formes de tourisme dans tous les types de destination, y compris au
tourisme de masse et aux divers créneaux touristiques. Les principes de durabilité
concernent les aspects environnemental, économique et socioculturel du
développement du tourisme. Pour garantir sur le long terme la durabilité de ce dernier,
il faut parvenir au bon équilibre entre ces trois aspects.
La définition choisie par la Charte européenne du tourisme durable en espaces protégés
(signée en 1998 par 10 parcs naturels régionaux fondateurs de 7 pays différents) a le
double avantage de la concision et de l’intégration de l’ensemble des dimensions du
tourisme durable: "toute forme de développement, aménagement ou activité touristique
qui respecte et préserve à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales, et
contribue de manière positive et équitable au développement économique et à
l’épanouissement des individus qui vivent, travaillent ou séjournent dans les espaces
protégés".
Dans le même esprit, et selon le premier article de la Charte du Tourisme Durable de
l’OMT adoptée en 1995, la notion du tourisme durable reprend le tryptique devenu
actuellement familier du développement durable: "il doit être supportable à long terme
sur le plan écologique, viable sur le plan économique, et équitable sur le plan éthique et
social pour les populations locales". Les autres articles de cette charte détaillent les
principaux éléments de ce tourisme voulu "harmonieux et maîtrisé":
- Le milieu écologique à protéger et à mettre en valeur est entendu au sens de maison
commune: il englobe à la fois la nature et la faune, le patrimoine paysager, historique
et architectural (y compris le bâti non protégé), ainsi que le patrimoine de vie
(ethnologique et culturel);
- Les notions de développement et de progrès doivent être redéfinis en relativisant les
indicateurs quantitatifs traditionnels de l’économie du tourisme (nombre de visiteurs,
multiplicateur de dépenses, emplois créés, recettes en devises, etc.) et en prenant en
compte l’ensemble des coûts (environnementaux, culturels et sociaux) de l’activité sur
le long terme, la répartition des richesses induites et la qualité de vie des populations
concernées;
- La recherche d’un tourisme durable passant par une planification stratégique globale
induit nécessairement une réflexion, une consultation, une information constante, une
participation au processus décisionnel et un partenariat entre tous les acteurs:
institutions publiques internationales, nationales et locales, ONG, entreprises (des
secteurs touristiques mais aussi agricoles, industriels et d’artisanat), population locale,
travailleurs permanents et saisonniers, tour-opérateurs et touristes eux-mêmes1. Il
1 Selon la Charte Européenne du Tourisme Durable dans les espaces protégés, ‘‘la mise en œuvre d'un tel
tourisme nécessite une réflexion globale, concertée et le renforcement de toutes les interactions
positives entre l'activité touristique et les autres secteurs du territoire’’.
s’agit donc d’adopter une autre méthode de gouvernance avec l’idée que la réussite
d’un projet repose nécessairement sur une cohésion sociale afin de créer ensemble la
richesse (Caire, Roullet-Caire, 2002);
- Plus largement le tourisme durable s’intègre dans une conception éthique du
tourisme1, facteur d’épanouissement individuel, et pouvant favoriser le
rapprochement et la paix entre les peuples, créant une conscience respectueuse de la
diversité des cultures et des modes de vie.
Ceci dit, le tourisme durable a été qualifié non seulement comme activité génératrice de
richesses, mais aussi comme moyen de transformation sociale, de protection de
l’environnement, et aussi de rééquilibrage des régions puisque la concentration des
investissements sur certaines régions du pays au lieu de leur répartition sur l’ensemble,
permet d’attirer davantage de touristes et de les faire rester plus longtemps dans
certaines destinations, mais sur le long terme cela peut créer des déséconomies
d’échelle, une saturation des équipements et une dégradation de l’environnement
physique et humain de la zone.
Le tourisme durable serait donc l’organisation d’une véritable rencontre respectant les
valeurs locales et le milieu physique, et développée en partenariat volontaire avec les
parties intéressées, notamment la population locale. Il s’agit donc de considérer le
territoire en tant qu’espace façonné par l’histoire. Ce qui revient à dire qu’il ne faut pas
espérer mettre au point une forme de tourisme durable qui prévaudrait quel que soit le
prix. Ce serait nier sa propre définition, c’est-à-dire considérer les processus de
développement comme uniformes, et par là ignorer les spécificités du territoire (son
histoire, sa propre logique, etc.) (EL Bayed, 2003).
Il faut noter également que le tourisme durable essaie de répondre actuellement aux
besoins des touristes et des destinations qui les accueillent tout en protégeant et en
améliorant les ressources pour l'avenir. C’est un tourisme qui mène à une gestion
intégrée de toutes les ressources de manière à combler les besoins économiques,
sociaux et esthétiques tout en préservant l'intégrité culturelle, les processus écologiques
essentiels, la biodiversité et le milieu vital. Il concerne en outre les façons de faire, de
gérer et de développer qui sont adoptées et mises en pratique par les exploitants
touristiques (Tourisme Québec, 2003).
III. Les enjeux des indicateurs de durabilité dans le domaine touristique
1. Définition de l’indicateur:
Un indicateur est un variable qui peut prendre un certain nombre de valeurs
(statistiques ou autres) ou d’états (qualificatifs) selon des circonstances (temporelles,
spatiales par exemple dans les domaines qui nous occupent). Ces valeurs ou états
peuvent être parfois mesurés ou observés directement et ils résultent, dans la majorité
1 La lutte contre le tourisme sexuel par exemple est en parfaite coïncidence avec cette recherche
d’éthique.
des cas, d’une analyse et d’un traitement de données de base. Ce traitement est plus ou
moins sophistiqué et, quant il aboutit à un haut degré de combinaison et d’agrégation,
on a plutôt tendance à parler d’indices: il n’y a donc pas de différence entre indices et
indicateurs, juste une différence de complexité (Ceron et Dubois, 2000: 30-46).
Le point clé qui distingue l’indicateur de la donnée de base est sa capacité à porter une
signification qui dépasse la simple valeur quantitative fournie, de la même manière
qu’une température de 39 °C reflète certes la température du corps d’une personne,
mais indique en même temps qu’elle est malade (Rechatin, 1997:30). Cette capacité des
indicateurs fait leur intérêt: ils permettent de résumer et de simplifier de l’information,
de rendre visibles certains phénomènes, et de quantifier des problèmes déjà connus.
Cette signification provient de l’interprétation qui en est faite, de leur restitution dans
un diagnostic ou une analyse commentée.
Il faut également rappeler que l’élaboration des indicateurs doit se reposer sur des bases
scientifiques solides (accord des experts sur la capacité de telle variable à renseigner tel
phénomène) et sur des données fiables. L’exigence scientifique veut que tout
intervenant ayant à évaluer la même chose et placé dans les mêmes conditions aboutira
à la même conclusion. Cela n’exclut pas les marges d’erreur, mais elles doivent être
explicitées. De plus, le caractère qualitatif de certains indicateurs ne doit pas permettre
d’échapper à ces exigences1.
L’exigence de rigueur scientifique renvoie également à un autre problème délicat. Les
indicateurs étant fréquemment utilisés dans un contexte normatif (la décision politique)
qui implique des jugements de valeur sur la réalité qu’ils sont censés décrire, on peut se
demander si les jugements de valeur doivent pénétrer l’indicateur lui-même ou lui rester
extérieurs. Les utilisateurs poussent souvent à l’inclusion des jugements de valeur, à la
fois parce qu’elle leur simplifie la tâche et parce que cela dispense de s’expliquer sur
certains choix effectués (les décisions sont alors guidées par des indicateurs qualitatifs
qui revêtent l’apparence de la scienticité). L’inclusion de jugements de valeur peut
s’effectuer de trois manières: directement au moment de l’observation ou de
l’évaluation, ajoutée après l’observation des données ou véhiculée par les pondérations
en cas d’agrégation (Ceron et Dubois, 2000:34).
2. L’avènement des indicateurs de durabilité:
Bien que d’apparition relativement récente, le concept de développement durable s’est
diffusé rapidement et il est actuellement de plus en plus inscrit dans les discours
politiques ou les processus décisionnels, sans forcément être mis systématiquement en
pratique. Mais au delà des discours, plusieurs tentatives pour rendre opérationnel ledit
1 Les indicateurs qualitatifs peuvent donner lieu à un classement des observations sur une échelle
numérique (par exp. 1 pour l’état le plus déplorable, 5 pour le meilleur…) qui ne doit pas faire croire à un
indicateur quantitatif, surtout si plusieurs indicateurs de ce type sont combinés, pondérés pour aboutir à
un indicateur plus synthétique. Cela n’est que la première dérive à laquelle peuvent donner lieu les
indicateurs qualitatifs.
concept ont été entreprises. Il en est ainsi des procédures d’identification et
d’évaluation qui visent à fournir des indicateurs de durabilité (Madec, 2003).
Historiquement, l’élaboration des premiers indicateurs a été le résultat d’une demande
sociale, voire politique. Dès le début, on s’est attendu qu’ils rendent compte d’une
réalité complexe et difficile à cerner: l’exemple type est celui de la richesse de la nation
et de son développement économique, considérés comme les bases du bien être
collectif, dont le PNB était censé rendre compte. Avec cet indicateur, on était censé
pouvoir mesurer les évolutions ou se comparer aux autres pays. Cet indicateur n’a guère
fait l’objet de critiques tant que la croissance a été forte et tant qu’a tenu le consensus
sur son contenu. Lorsque cela a cessé, on est entré dans une seconde étape de
construction d’indicateurs suite à la montée en puissance des mouvements
environnementaux et sociaux depuis les années 1970. Depuis lors, on s’est orienté vers
la recherche d’indicateurs sociaux et environnementaux destinés à corriger le caractère
trop économiste de l’indicateur PNB. Cette évolution s’est traduite par l’avènement de
la notion du développement durable qui avait l’avantage, de par sa généralité, de
permettre la rencontre des acteurs qui jusque-là s’ignoraient ou s’excluaient. Ceci est
d’autant que cette notion fait l’objet de déclinaisons pour toutes les activités (y compris
le tourisme). Cependant, dans de telles conditions, les discussions peuvent rapidement
se révéler inconsistantes.
En effet, dans les débats sur le développement durable, le lien entre discussions globales
et théoriques se situant le plus souvent à un niveau national voire international, et leur
mise en pratique aux différentes échelles territoriales, s’établit difficilement. Par ailleurs,
le développement durable marque l’affirmation de problématiques globales et de long
terme comme priorités dans l’agenda d’un certain nombre d’acteurs. Mais, il peut être
également considéré comme une notion floue qui a l’avantage de rassembler des
acteurs dont les vues sur un même problème sont divergentes. Cette rencontre
d’acteurs pose deux questions:
- la définition d’un langage commun et l’élaboration d’une vision partageable de la
réalité; et
- la mise au point d’instruments pouvant aider sur le terrain, à la transcription, au suivi
et à l’évaluation des politiques élaborées.
C’est certainement à ces exigences que l’élaboration d’indicateurs de durabilité est
censée répondre. D’autant plus que l’Agenda 21, dans le chapitre 40, a déjà insisté sur le
fait que le besoin d’information sur le développement durable "se fait sentir à tous les
niveaux […], il faut donc élaborer des indicateurs de développement durable afin qu’ils
constituent une base utile pour la prise de décisions à tous les niveaux".
De ce fait, on peut dire que le développement durable a suscité une nouvelle demande
d’indicateurs en même temps qu’il est venu rajouter un élément de complexité à un
domaine qui n’était déjà pas bien stabilisé. Par conséquent, les indicateurs construits
doivent d’abord traduire la double nature normative et évaluative du développement
durable. Il faut souligner encore que la réflexion sur les indicateurs de développement
durable est un fait récent, une pratique encore hésitante autour de laquelle il n’existe
pas à ce jour de véritable consensus et moins encore de méthodes formellement
établies ou de canevas universellement reconnu permettant leur plus large utilisation
(Deprez et Bourcier, 2007).
Néanmoins, les recherches engagées1 sur les indicateurs de durabilité semblent une
bonne opportunité pour progresser dans les méthodes d’évaluation de la durabilité.
Leurs résultats sont un excellent instrument de débats, de comparaison et de synthèse.
Ils permettent surtout de rationaliser un besoin réel d’information en matière de
durabilité, en mettant en évidence les difficultés des appareils statistiques à illustrer des
problématiques émergentes ou même des enjeux plus classiques présentés sous un
angle différent.
Pourtant, la recherche d’indicateurs, parce qu’elle révèle dans certains cas les difficultés
à atteindre un consensus scientifique ou politique, présente par là même un intérêt. En
faisant apparaître des points de tension, la recherche de données et leur présentation
sous une forme ouverte devrait constituer un excellent outil d’échange. En d’autres
termes, la recherche d’indicateurs peut être considérée comme l’un des instruments de
coordination, de décloisonnement et de dialogue entre les acteurs (Ceron et Dubois,
2000: 17).
3. Enjeux des indicateurs de durabilité pour le tourisme
L’enjeu le plus évident est sans doute l’amélioration des démarches d’évaluation et
l’aide objective à la décision. En effet, dans un secteur où la faiblesse de l’information
statistique est souvent soulignée, le développement durable est venu ajouter un
ensemble de questions nouvelles, qui obligent les méthodes d’évaluation à se
renouveler en recourant notamment aux indicateurs. Ceux-ci, en retour, mettent en
évidence un besoin d’améliorer les systèmes d’information et ils témoignent d’une
volonté de donner un contenu concret à la notion de développement durable, que les
débats théoriques et les invocations idéologiques risquent de vider son sens (les notions
de ce type risquent de s’user si on se contente des discussions générales et on ne
montre pas qu’elles peuvent déboucher sur des applications).
Par ailleurs, l’application des indicateurs de durabilité au tourisme peut avoir comme
objectif ultime, de délimiter les champs à l’intérieur desquels le développement d’un
tourisme durable se trouverait capable de répondre à la fois aux besoins des touristes et
des régions qui les accueillent, tout en ménageant et améliorant les possibilités futures.
En termes de planification touristique, ces indicateurs doivent constituer des outils
d’aide à la décision pour une gestion de toutes les ressources à même à la fois de
satisfaire les besoins économiques, esthétiques et sociaux, et de préserver l’intégralité
culturelle, les écosystèmes, la biodiversité et les systèmes de soutien à la vie (OMT,
1 On peut distinguer généralement ici entre les travaux de groupes de réflexion animés par des
universitaires et des ONG et les travaux des organismes internationaux (les indicateurs des de l’ONU
sont typiques de cette tendance: juxtaposition d’indicateurs économiques, environnementaux et
sociaux censés être pertinents pour tous les pays).
1999 :22). Et puisque l’élaboration des indicateurs est en principe couplée à un
processus décisionnel, l’étude des expériences actuelles montre des avis assez
divergents sur les politiques de développement touristique de demain et sur la
gouvernance du secteur; ils sont un bon révélateur des enjeux qui le parcourent (Ceron
et Dubois, 2000:30-46).
Dans ce cadre, la construction d’indicateurs permet d’une part au tourisme dans une
perspective de durabilité de rester étroitement lié à la maîtrise des équilibres
environnementaux et sociaux au sein du territoire, et d’autre part aux acteurs du secteur
(organisations internationales, services de l’Etat, collectivités locales, entreprises…)
d’élaborer des tableaux de bord leur permettant de mesurer leurs progrès vers la
durabilité.
Il faut souligner ici que plusieurs initiatives ont été prises pour mettre en place des
tables d’indicateurs afin d’orienter le diagnostic et la planification touristiques selon la
logique du développement durable. Dans l’ensemble, on a du mal à retrouver cette
dualité entre les travaux universitaires et travaux des organismes gouvernementaux ou
internationaux. L’expertise et les travaux s’inscrivent très généralement dans un cadre
géré par les institutions, surtout au niveau international (exemple de l’OMT). Cela
traduit sans doute la faiblesse des réflexions alternatives sur le tourisme en général
(contrairement à ce qui se passe dans d’autres domaines comme l’environnement), et
sur le lien tourisme-environnement en particulier: les remises en cause découlant d’une
intériorisation de la notion du développement durable s’en trouvent un peu limitées
(Ceron et dubois, 2000:37).
La principale évolution des dernières années est le passage progressif d’indicateurs
économiques ou environnementaux classiques à des essais de démarches d’ensemble,
combinant thèmes économiques, sociaux et environnementaux dans une approche qui
se veut cohérente.
Parmi les travaux les plus récents visant à la construction d’une batterie complète
d’indicateurs de durabilité touristiques, on retiendra d’abord celui de l’OMT. Ce travail
propose deux séries d’indicateurs: des indicateurs fondamentaux du tourisme durable et
des indicateurs propres à chaque grand type de destination (zones littorales, parcs, etc.).
Certains de ces indicateurs soulèvent des craintes quant à leur mise en œuvre: le calcul
de la proportion de l’activité économique due au seul tourisme soulève par exemple des
difficultés redoutables. Définir toutes les activités s’occupant partiellement du tourisme
et évaluer ce pourcentage, trouver des données détaillées par activité et à l’échelon
géographique étudié peut s’avérer impraticable, même dans des pays disposant d’un
appareil statistique développé. D’autres indicateurs laissent entrevoir le débat qui peut
exister sur leur quantification. Peut-on qualifier d’indicateur un renseignement non
chiffré et comportant une forte dose d’appréciation subjective, même si la subjectivité
est camouflé par un classement par exemple sur une échelle de 1 à 5.
Ces difficultés de mise en œuvre ont suscité d’autres travaux sur les indicateurs. Dans ce
sens, Middleton, dans une perspective d’autorégulation du secteur du tourisme,
souligne l’impossibilité d’élaborer en Europe, à une échelle nationale, une batterie
d’indicateurs permettant d’assurer des comparaisons d’un pays à l’autre. Il pense qu’il
faut partir du niveau de l’entreprise et des grandes destinations touristiques pour
élaborer des indicateurs qui seraient concrètement utilisables sur le terrain. Il dresse
une liste d’indicateurs pour chacun des secteurs ciblés (grands hôtels, tour-opérateurs,
équipements et sites touristiques, autorités locales…), en préconisant de s’adresser
d’abord aux acteurs de taille importante (Middleton, 1999).
De manière générale, en tant qu’instrument d’aide à la décision, l’indicateur peut être
utilisé aussi bien dans le cadre de la gestion que de la politique. En conséquence, il est
dangereux de penser que les indicateurs ont une capacité de réponse illimitée. En
d’autres termes, les différents tables d’indicateurs de durabilité touristique proposés,
malgré leur diversité, proposent des outils de gestion voire de planification qui sont très
utiles. Mais, les adopter sans les adapter serait un pur leurre. Leur utilité vérifiée pour
définir les fameuses capacités de charges et des seuils de tolérance dans lesquels le
tourisme peut exercer ses activités à l’abri de toute nuisance, sans agressivité, tant pour
les ressources naturelles, que pour les patrimoines locaux et la structure socio-
économique des sites touristiques, est tout à fait salutaire.
En tous cas, il est important de souligner qu’un bon indicateur doit donner une
représentation cohérente de mécanismes complexes sous une forme qui peut aider les
décideurs et non pas les troubler (Cazes et Lanquar, 2000:7). Dans ce contexte, l’OMT
suggère cinq critères généraux d’évaluation pour construire ces indicateurs, à savoir :
- La disponibilité des données de départ;
- La crédibilité et compréhension facile de l’indicateur;
- La capacité de l’indicateur d’assurer des comparaisons dans le temps et dans l’espace;
- La capacité de prévision et de mesure des tendances à long terme;
- L’attractivité politique de l’indicateur pour sa viabilité.
En somme, les impératifs d’adapter l’usage des indicateurs aux contextes locaux
supposent beaucoup de vigilance quant à leur application dans les PED la
disponibilité des données sur l’activité touristique, leur fiabilité et leur actualité
semblent constituer un véritable obstacle devant la banalisation de cet instrument de
politique touristique.
IV. Tourisme durable et pays du Sud
Les PED, en vue de développer le tourisme durable, sont appelés à relever un ensemble
d’enjeux (1) pour garantir le succès de tout projet inscrit dans ce sens et en tirer parti
(2). De plus, plusieurs mécanismes peuvent être expérimentés pour faciliter l’accès de
ces pays au tourisme durable, à savoir: les capacités d’autorégulation du marché du
tourisme et l’intervention de la régulation publique (3).
1. Enjeux à relever pour la promotion du tourisme durable
La promotion du tourisme durable ne peut être réalisable que s’il prend en compte un
certain nombre d’impératifs qu’on peut citer comme suit :
- Le premier défi à relever pour le tourisme durable est celui du droit aux vacances et au
tourisme pour tous. En fait, l’application des principes de tourisme durable peut
conduire à une discrimination des clientèles: soit par les prix (le tourisme durable est
souvent coûteux), soit par un système de quotas impliquant que les premiers arrivés
soient les seuls servis (limitation du nombre d’entrées en s’abritant derrière un alibi
écologique) ou bien par l’éducation (promotion d’un écotourisme d’élite). Par ailleurs,
le tourisme durable est encore trop souvent le qualificatif officiel employé (outre le
fait qu’il procure des subventions) pour masquer une recherche de différenciation, de
montée en gamme de la part des professionnels cherchant à accroître leur taux de
profit et le désir d’une population cherchant une bonne fréquentation. Donc, concilier
tourisme social et tourisme durable (qui pour le moment est encore essentiellement
un tourisme de niches de marché, réservé à des clientèles et des espaces privilégiés)
est plus que jamais un impératif majeur à prendre en considération dans toute
stratégie de tourisme durable.
- Second défi majeur, le tourisme doit s’intégrer dans un projet beaucoup plus global de
développement. Or, on privilégie trop souvent les enjeux locaux et sectoriels, en
oubliant de considérer les impacts et les contraintes externes, moins visibles, mais qui
n’en sont pas moins réels. Les projets de tourisme durable intègre certaines politiques
locales (dans le domaine par exemple du traitement des déchets, d’économies
d’énergie et d’eau…), mais oublient totalement en amont l’explosion des transports
résultant de la mobilité touristique, de l’étalement des séjours et du morcellement des
hébergements. Développement des transports et développement touristique rentrent
donc en conflit durablement, car l’automobile et l’avion demeurent deux modes de
transport occasionnant le plus de nuisances (accidents, pollution de l’air, changements
climatiques, bruit, dégradation de la nature et des paysages, congestion urbaine, etc.).
Donc, le développement touristique ne peut se concevoir que dans le cadre d’une
stratégie globale des transports et de partage des ressources. L’indépassable relation
entre transport et tourisme est évidemment l’un des défis majeurs pour l’application
du Rapport Brundtland reposant sur une nécessaire solidarité et équité intra et
intergénérationnelle (Caire et Roullet-Caire, 2003 :9).
2. Apport du tourisme durable au développement des pays du Sud:
Le tourisme actuel peut-il favoriser un réel développement pour les pays du sud ? Le
tourisme international, comme nous l’avons mentionné ci-haut, constitue une source
indispensable de recettes d’exportations pour un grand nombre de pays qu’ils soient
développés ou en développement. Il est aussi la principale source de devises pour un
certain nombre de PED, et donc un avantage comparatif certain. Il est aussi un élément
important de croissance économique, avec une part significative dans le PIB1, et peut
1 Les revenus du tourisme équivalent, pour les PED, à plus de 3 fois l’APD (Aide Publique au
Développement) fournie par les pays de l’OCDE.
être considéré comme une branche à intégrer dans les politiques de réduction de la
pauvreté1.
Face à ce constat, le tourisme durable proposé comme alternative, avec tous les enjeux
qu’il englobe, est souvent perçu par les pays du Sud comme un lux coûteux et une
censure imposée par les pays du Nord (qui ont disposé de plus de 150 ans pour
développer progressivement leurs activités touristiques), et ne pouvant procurer que
des ressources marginales.
Cependant, selon un certain nombre d’études, la part de la "manne touristique" qui
reste au pays du Sud est actuellement inférieure à 30%2. D’autant plus que cette manne
est inégalement répartie entre ces pays. Dès lors, l’engagement de ceux-ci en faveur du
tourisme durable constitue probablement:
- une opportunité de orienter les flux financiers vers le milieu d’accueil ou de
conserver une proportion plus élevée de ces recettes, qui pourraient être réinvesties
dans le développement des territoires et la protection des sites (et de les améliorer
pour les générations futures), facilitant ainsi la création des petites entreprises et
d’emplois;
- un levier pour la diffusion des techniques, pour l’artisanat, pour le développement du
réseau d’adduction et de traitement de l’eau, des communications, de l’agriculture,
des services de santé et d’éducation, etc.;
- une opportunité de valorisation des patrimoines culturels et naturels et de promotion
d’un processus participatif de la communauté dans son propre développement
humain, et d’une conscience collective du respect auquel chacun a droit, y compris
dans le domaine de l’égalité homme/femme; et
- un moyen important pour minimiser les différents impacts négatifs du tourisme
irresponsable et non durable.
Néanmoins, on ne peut affirmer sans réserve que le tourisme durable peut être une
recette miracle aux problèmes des pays du Sud pour les raisons ci-après:
- Le tourisme dans ces pays aura certainement beaucoup de mal à s’affranchir de la
domination des multinationales occidentales, notamment dans les domaines de la
diffusion de l’information et de la commercialisation;
1 C’est dans ce cadre que l’OMT a lancé son programme ST-EP à Johannesburg (Sustainable Tourism-
Eliminating Poverty), lors du sommet mondial pour le développement durable. Elle s'est dès lors
engagée dans un travail de longue haleine pour encourager le tourisme durable et en mettre l'essor au
service de l'élimination de la pauvreté. Actuellement, une réflexion s’impose sur les mécanismes de
mise en œuvre de ce programme tout en prenant en compte sa portée et ses limites.
2 On peut évoquer ici l’exemple des clubs de vacances où les équipements, l’alimentation, la direction, les
animateurs sont originaires du Nord, proposant toutes les activités dans un circuit fermé et ne laissant
que les emplois les moins qualifiés et les moins "nobles" aux locaux. Ces clubs ont peut-être le seul
avantage d’être plus ou moins neutres en termes d’impact sur le milieu culturel que le tourisme diffus.
- Le tourisme n’est pas forcément le secteur le plus porteur de développement. Il s’agit
trop souvent d’un choix mal réfléchi, adopté par défaut dans une situation d’absence
totale d’avantages économiques, et qui devient une mono-activité conduisant à une
dépendance quasi-totale (Caire et Roullet-Caire, 2003:7).
3. Instruments à la portée des pays du Sud pour la promotion du tourisme durable
Parmi les voies envisageables d’accès des pays du Sud au tourisme durable, on peut
évoquer les capacités d’autorégulation du marché du tourisme et l’intervention de la
régulation publique.
La première voie repose sur l’idée qu’il existerait dans le tourisme une sorte de "main
invisible" conduisant à la durabilité. Il serait en effet dans l’intérêt des opérateurs du
tourisme de prendre en compte les dimensions éthique, environnementale et sociale
comme un moyen pour assurer une rentabilité de long terme à leurs activités. Selon
l’OMT, il existerait une convergence certaine entre les principes du développement
durable et la durabilité des profits du tourisme conventionnel. Le développement
durable représente l’horizon du tourisme mondial - non comme une entrave à sa
croissance, mais au contraire, comme la garantie de son succès dans la durée. Mais,
selon Gilles et Roullet-Caire, la réalité du comportement effectif des multinationales
touristiques du Nord dans les pays du Sud, en termes d’exploitation de la main d’œuvre
et de gaspillage des ressources non marchandes, montre que cette convergence est
pour le moins imparfaite (Caire et Roullet-Caire, 2003).
C’est dans cet esprit que le Code Mondial d’éthique fait appel à un redressement de la
situation: "Facteur irremplaçable de solidarité dans le développement et de dynamisme
dans les échanges internationaux, les entreprises multinationales de l’industrie
touristique ne doivent pas abuser des situations de positions dominantes qu’elles
détiennent parfois; elles doivent éviter de devenir le vecteur de modèles culturels et
sociaux artificiellement imposés aux communautés d’accueil; en échange de la liberté
d’investir et d’opérer commercialement qui doit leur être pleinement reconnue, elles
doivent s’impliquer dans le développement local en évitant par le rapatriement excessif
de leurs bénéfices ou par leurs importations induites, de réduire la contribution qu’elles
apportent aux économies où elles sont implantées"1.
Enfin, et pour éviter le problème du passager clandestin2, les processus de certification
volontaire (codes, labels, récompenses, chartes) ont été considérés comme des moyens
susceptibles d’aider à la différenciation entre entreprises responsables et entreprises
prédatrices. En dehors du fait que l’inflation de labels et de certifications les rend
difficilement "audibles" auprès des touristes, qu’ils se cantonnent souvent à
l’environnemental, et qu’ils ne relèvent parfois que d’un simple argument de marketing,
1 Article 9/5 de du Code mondial d’éthique du tourisme (1999), www.world-tourism.org.
2 Un agent se comporte en passager clandestin (free rider) lorsqu’il cherche à bénéficier du service rendu
par un équipement collectif (ici le milieu environnemental et social, matière première du tourisme) sans
acquitter le prix correspondant aux avantages qu’il en tire.
il nous semble que ces procédures d’auto-détermination des règles, d’auto-adhésion,
d’auto-contrôle et d’auto-sanction, malgré leurs vertus, comportent encore peu
d’avantages. De plus, ces règles autodéterminées sont souvent privées de toute valeur
juridique de telle sorte que leur manquement est rarement sanctionnable (soft laws).
Dans cet ordre d’idées, on peut avancer que les mécanismes classiques de régulation
publique sont encore utiles si on se situe dans une optique d’incitation et de sanction. En
effet, le rôle des pouvoirs publics est encore important et doit se traduire par la mise en
place des politiques publiques coordonnées, l’encadrement et la préparation des
populations, l’optimisation des retombées ainsi que le choix des formes adaptées du
tourisme. Plus précisément, les mécanismes qu’on peut mettre en œuvre dans cette
optique sont comme suit:
- Les mécanismes réglementaires: maîtrise foncière, gestions des droits à construire,
législation sociale, lois environnementales (lois sur la gestion des déchets, sur l’emploi
des produits interdits, sur les émissions, etc.), lois relatives à la classification des
établissements hôteliers;
- La redistribution: sécurité sociale pour les travailleurs du tourisme (et notamment,
pour les saisonniers); formations touristiques publiques afin d’assurer l’égalité des
chances ; impôts sur les entreprises de tourisme en vue de financer des infrastructures
bénéficiant à toute la population ; subventions pro développement durable; politique
sociale du tourisme, etc. (Caire et Roullet-Caire, 2003).
- Les investissements dans des études de faisabilité et d’impacts (environnemental,
social et sur la santé), des équipements publics structurants, dans la restauration et la
réhabilitation du patrimoine;
- Les subventions et des taxes: soutien à la prise de risques de porteurs de projets,
instauration de quotas d’embauche locale, écotaxes, taxes de séjours, vignette
touristique (Egypte), paiements des aires de stationnement, encouragement de
l’ouverture des équipements touristiques à la population locale, etc.;
- L’organisation de la promotion et le soutien à la commercialisation d’activités diffuses;
- Les compagnes de sensibilisation et d’éducation pour promouvoir les valeurs
culturelles1 et les vertus du tourisme durable dans l’inconscient du consommateur et
de l’opérateur (Caire et Roullet-Caire, 2002:5).
Mais, peut-on ne compter que sur une régulation publique du tourisme loin de
l’intervention des autres acteurs concernés? Cette seconde voie, quoiqu’elle soit
indispensable et complémentaire des autres voies, connaît cependant certaines limites
tenant aux conséquences de la mondialisation sur la régulation publique, à la
déréglementation concurrentielle entre États2, à l’idéologie libérale dominante1, et pour
1 La demande dominante des touristes est encore orientée majoritairement vers le repos et le
divertissement non culturel.
2 Comme le souligne l’OMC (1998, S/C/W/51), le tourisme était déjà le secteur de service le plus libéralisé
avant même que commence le cycle de Doha.
les pays du Sud à la faiblesse de l’appareil étatique, souvent corrompu, souffrant
souvent d’un niveau de gouvernance insuffisant.
En définitive, ‘‘bien que les autorités locales soient les institutions privilégiées pour
exercer un pouvoir de régulation, on reconnaît de plus en plus que l’existence de formes
d’autorégulation à travers des initiatives volontaires des entreprises commerciales sera
un élément primordial du développement et de la mise en œuvre de pratiques plus
durables. La collaboration entre le secteur privé et le secteur public au niveau local
constitue un forum essentiel pour ce développement effectif d’une autorégulation aux
cotés d’une régulation plus classique’’ (Middleton, 1999).
Conclusion:
L’observation de la réalité empirique du tourisme, surtout dans les pays du Sud, montre
que faute d’actions réfléchies susceptibles de faire sortir le tourisme des pratiques
constamment agressives à l’égard des valeurs culturelles, de l’environnement, de
l’équilibre socio-économique des zones d’accueil, l’on se dirige, sans abus de langage,
vers une "asphyxie suicidaire" d’un secteur reconnu de tous pour ses vertus et ses
retombées fort avantageuses (revenus, emplois, etc.).
L’analyse que nous avons adoptée ci-haut montre qu’il y a une nécessité d’application
des indicateurs de durabilité au domaine du tourisme suite bien sur à une
hiérarchisation de priorités; tâche qui s’avère moins faciles par rapport à d’autres
domaines comme l’agriculture et les transports où les enjeux de développement durable
paraissent moins difficiles à cerner. De nouveaux critères de décision et
d’investissement, qui intègrent les dimensions économiques, écologiques et
socioculturelles du tourisme durable ont été explicités et définis par ce travail. Ils
pourront servir aux décideurs de dégager les lignes directrices de leurs futures politiques
d’intervention. L’objectif ultime sous-jacent est surtout d’anticiper sur les tendances
touristiques émergentes et de développer des propositions concrètes, économiquement
viables, socialement défendables, écologiquement praticables pour répondre aux
mutations que traverse actuellement de manière générale l’ensemble des pays du Sud,
et en particulier le Maroc.
1 Ainsi, parmi les pays participant au cycle de Doha, un consensus s’est largement constitué sur les
bienfaits de l’ouverture en matière de tourisme. Le protectionnisme (limitation du tourisme à l’étranger
par autorisation de sortie du territoire et contrôle des changes) et l’isolationnisme (interdiction ou
limitation des entrées et des déplacements des touristes étrangers sur le territoire) semblent avoir
définitivement vécu.
Bibliographie :
Brüggemann J. et al., 2002. Biodiversity and Tourism in The Framework of the Convention
On Biological Diversity. Report of the Workshop at Cañaveral, Tayrona National Park, 25-30
November 2001, Federal Agency for Nature Conservation, http://www.cbd.int/doc/case-
studies/tour/cs-tour-tayrona-en.pdf [8 février 2008]
Caire G. et Roullet-Caire M. 2003. "Tourisme du Nord et développement durable du Sud : la
contribution de l’alter-tourisme". Forum international "Tourisme solidaire et développement
durable", Marseille, 29-30 septembre, http://sceco.univ-
poitiers.fr/gedes/docs/marseille0412.pdf [3 février 2008].
Caire G., Roullet-Caire M., 2002. ‘‘Le tourisme peut-il être un élément de développement
durable’’. Enjeux du développement durable, Orcades, Poitiers.
Cazes G., Lanquar R., 2000. L’aménagement touristique et le développement durable. PUF
Que-sais-je, n°1882, p.7.
Ceron J.P., Dubois G., 2000. ‘‘Les indicateurs du tourisme durable: Un outil à manier avec
discernement’’. Cahier Espaces, n°67, Editions ESPACES, novembre.
Costas C. et al., 2003. Tourism and Biodiversity: Mapping Tourism’s Global Footprint. Report
of the Conservation International/UNEP.
www.unep.org/PDF/Tourism_and_biodiversity_report.pdf [8 février 2008]
Deprez S., Bourcier A., 2007. ‘‘Vers des indicateurs de développement durable pour
connaître, informer et décider: réflexion méthodologique appliquée à l’étude des effets
environnementaux du transport de marchandises en ville’’. www.francophonie-
durable.org/documents/colloque-ouaga-a4-contribution-deprez.pdf [15 décembre 2007]
El Alaoui F., 1999. Le Tourisme Equitable. Mémoire de recherche soutenu le 25 septembre
sous la direction de Elisabeth Morlin pour l’obtention du Master de Management du
Tourisme- ESG, Paris.
EL Bayed H., 2003. ‘‘Tourisme durable et développement local: Approche par la dynamique
territoriale et les indicateurs de durabilité’’. XIIIème conférence internationale du RESER,
Services et développement régional, Mons, 9-10 Octobre, Ateliers de la Fucam.
Jolin L., 2004. "L'ambition du tourisme social: un tourisme pour tous, durable et solidaire!".
Fiche synthèse. www.bits-int.org/documents_divers/fr/Fichetourismesocialfev04.pdf
[11décembre 2007].
Laliberté M., 2005. ‘‘Le tourisme durable, équitable, solidaire, responsable, social... un brin
de Compréhension’’. Globe-Veilleur: édition du 14 septembre.
Madec P., 2003. Les indicateurs de développement durable. Mémoire de DESS soutenu sous
la direction de Olivier Clement. DESS "Activités et Aménagements Littoraux et Maritimes",
Université Montpellier II, septembre.
www.belspo.be/platformisd/Library/rapport%20Madec.pdf [5 décembre 2007].
Middleton V., 1999. A Practical Framework for Assessing the Issues with Particular
Reference to Coastal Mediterranean and Alpine Regions. Copenhague European
Environment Agency, and Sieber W., Tourism and the Environment at the European Level.
Normand H., 2003. ‘‘Écotourisme, tourisme durable, tourisme responsable ou tourisme
équitable?’’. L'Ère de l'Ecotourisme, Bulletin Spécial produit par l'Association Québécoise
pour la Promotion de l'Education Relative à l'Environnement (AQPERE) dans le cadre de
l'Année Internationale de l'Ecotourisme 2002, hiver 2003.
Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), ‘‘Code mondial d'éthique du tourisme’’,
disponible sur :
www.worldtourism.org/code_ethics/pdf/languages/Codigo%20Etico%20Fran.pdf. [3 mars
2008]
Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), 1999. Guide à l’intention des autorités locales:
Développement durable du tourisme.
‘‘Raison d’un tourisme différent’’, http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Partie_2.pdf. [25
février 2008]
Rechatin C., 1997. ‘‘Les indicateurs comme outils de communication sur l’environnement’’.
Institut Français de l’Environnement (IFEN).
Tourisme Québec, 2003. ‘‘Écotourisme et tourisme de nature, orientations et plan d'action
2003-2008’’. Direction du développement des produits touristiques
... Most prominent among the latter is the ideapresent also in central administrations but exacerbated at the local levelthat heritage tourism will serve as an engine for economic development. While the opportunities and risks of heritage-led regeneration and the economic development of urban environments through massive tourism have been widely studied (Butler 1999, Graham et al. 18 S. Bonini Baraldi and D.D. Shoup 2000, Hampton 2005, Gezici 2006, Timothy and Boyd 2006, Behnassi 2008, Öter 2010, few works deeply discuss the many things that can go wrong (exceptions include McKercher 2001, Frost 2003, McKercher and Ho 2011. 37 Policies and politics tend to be dominated by superficial approaches that assume economic benefits will automatically follow the implementation of generic 'best practices' in heritage development. ...
Article
Following international trends, Turkey has recently introduced decentralisation reforms to its highly centralised public administration system. These reforms have also applied to the cultural heritage sector, where innovative laws since 2004 have allowed local administrations and private actors to play new entrepreneurial roles. The Gaziantep Metropolitan Municipality has been a pioneer in this process, promoting policies that promote cultural tourism as an engine of economic growth. Under its leadership, hundreds of historic buildings have been restored, nine new museums and heritage sites opened, and museum visitors increased tenfold. These positive results make Gaziantep an interesting case of successful decentralisation in heritage management. Despite these successes, however, the disconnection between rhetoric and results, and the fragmentation and ambiguity of responsibilities emerging from the decentralisation process raises serious questions about its sustainability and replicability.
Thesis
Full-text available
L’objectif de la recherche est l’interprétation de l’agir des dirigeants de PME face au développement durable. Alors, l’interprétation est considérée par cette recherche comme un processus dialectique entre l’explication et la compréhension. Pour expliquer l’agir, nous avons choisi la théorie des représentations sociale et pour le comprendre, nous avons opté pour la théorie de l’économie des grandeurs. La problématique de la recherche tâche d’analyser les liens entre représentations, agir et justifications du développement durable chez les dirigeants de riads maison d’hôtes à Marrakech. Les résultats obtenus montrent l’existence d’une cité écologique et confirment les difficultés du développement durable à se présenter comme ordre de justification de l’action.
Article
Full-text available
This report looks at application of guidelines developed by the international Convention on Biological Diversity (CDB) for sustainable development of tourism in sensitive and in vulnerable ecosystems, using Colombia's Tayrona National Park as an example. This park has exhibits high biodiversity and contains vulnerable coastal and forest ecosystems. Using a highly participative methodology, supported by interactions with the park's Geographical Information System (GIS), a group of tourism and conservation experts from a selection of local, regional, national and international institutions reviewed the strengths and challenges facing Tayrona National Park’s strategy for visitor management and sustainable tourism. Strengths identified include alignment of tourism strategy and management to be consistent with the park’s conservation objectives; participation of the local stakeholders into decision making; agreements with the local communities for the providing of tourism services to visitors; and the scientific knowledge base supporting management and understanding of the park's ecosystems. Priority actions were identified for conservation and protection, environmental education and awareness-raising, information and monitoring systems, and local participation and benefits Participants also evaluated the CBD Guidelines on Biodiversity and Tourism, noting that these were very helpful in providing a framework for coherent, structured and rapid analysis of the management of tourism and biodiversity in the Tayrona National Park, and that the guidelines provide good checklists of key issues. The report concludes by highlighting the vital role of parks authorities within the institutional framework for management of tourism and biodiversity, and the need to ensure that they receive the necessary resources and support to perform their role effectively; the value of using mapping techniques to assist interpretation and presentation of information gathered through application of the guidelines; and the potential to use them in awareness-raising targeted at visitors, to explain potential impacts of tourism and ways of avoiding or minimising such impacts.
Article
Depuis l’avènement des congés payés en Europe avant la Deuxième Guerre mondiale, l’accessibilité pour tous au loisir touristique reste toujours la principale préoccupation du tourisme social. Concept originellement européen, il réfère aujourd’hui à l’ensemble des programmes, mesures d’aide, réalisations et actions visant à rendre effective, dans de nombreux pays sur divers continents, ce qui inclut le Québec, cette accessibilité et à lutter de cette manière contre l’exclusion sociale. Plus récemment, les questions d’équité et de solidarité avec les communautés d’accueil et de durabilité de la ressource ont été officiellement intégrées dans sa mission et constituent d’autres défis importants avec celui du financement. Chapeauté par le Bureau international du tourisme social (BITS), le tourisme social constitue un véritable réseau international de l’économie sociale en tourisme. Ses acteurs reconnaissent le tourisme comme un facteur d’épanouissement individuel et collectif et défendent la mise en place de politiques sociales du tourisme.
Tourisme durable et développement local: Approche par la dynamique territoriale et les indicateurs de durabilité
  • El Bayed
EL Bayed H., 2003. ''Tourisme durable et développement local: Approche par la dynamique territoriale et les indicateurs de durabilité''. XIIIème conférence internationale du RESER, Services et développement régional, Mons, 9-10 Octobre, Ateliers de la Fucam.
Code mondial d'éthique du tourisme'', disponible sur : www.worldtourism.org/code_ethics
  • Organisation Mondiale Du Tourisme
Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), ''Code mondial d'éthique du tourisme'', disponible sur : www.worldtourism.org/code_ethics/pdf/languages/Codigo%20Etico%20Fran.pdf. [3 mars 2008]
Les indicateurs de développement durable Mémoire de DESS soutenu sous la direction de Olivier Clement. DESS "Activités et Aménagements Littoraux et Maritimes
  • P Madec
Madec P., 2003. Les indicateurs de développement durable. Mémoire de DESS soutenu sous la direction de Olivier Clement. DESS "Activités et Aménagements Littoraux et Maritimes", Université Montpellier II, septembre. www.belspo.be/platformisd/Library/rapport%20Madec.pdf [5 décembre 2007].
L'aménagement touristique et le développement durable. PUF Que-sais-je, n°1882
  • G Cazes
  • R Lanquar
Cazes G., Lanquar R., 2000. L'aménagement touristique et le développement durable. PUF Que-sais-je, n°1882, p.7.
Tourism and Biodiversity: Mapping Tourism's Global Footprint
  • C Costas
Costas C. et al., 2003. Tourism and Biodiversity: Mapping Tourism's Global Footprint. Report of the Conservation International/UNEP. www.unep.org/PDF/Tourism_and_biodiversity_report.pdf [8 février 2008]
Écotourisme, tourisme durable, tourisme responsable ou tourisme équitable?''. L'Ère de l'Ecotourisme, Bulletin Spécial produit par l'Association Québécoise pour la Promotion de l'Education Relative à l'Environnement (AQPERE)
  • H Normand
Normand H., 2003. ''Écotourisme, tourisme durable, tourisme responsable ou tourisme équitable?''. L'Ère de l'Ecotourisme, Bulletin Spécial produit par l'Association Québécoise pour la Promotion de l'Education Relative à l'Environnement (AQPERE) dans le cadre de l'Année Internationale de l'Ecotourisme 2002, hiver 2003.