Project

Coastal dynamics study in the canadian Arctic Archipelago

Goal: ENG:
The Arctic region is particularly vulnerable to climate change, where air temperatures are warming two to three times more than elsewhere on the planet. Arctic coasts and coastal communities will be more vulnerable to erosion and flooding due to the decrease in sea ice extent, combined with the warming and thawing of permafrost. Arctic coasts are therefore increasingly exposed to spring and autumn storms, but the morphogenic effect of these storms on the coastline is poorly understood. In Canada, few studies have been conducted on coastal dynamics in this region, while it is experiencing growth in industrial development and maritime traffic, increasing the anthropogenic pressure on exposed areas. This project will therefore create a new database on coastal evolution in Nunavut to study the morphodynamics of the low-lying coasts of the Canadian Arctic Archipelago (CAA) and to measure the impact of cryospheric processes on coastal dynamics. The specific objectives are (1) to assess the effect of sea ice cover reduction on the historical evolution of the CAA coasts; (2) to quantify the multi-scale spatio-temporal variability of the coastlines to establish an optimal methodological framework for understanding coastal dynamics and; (3) to analyse the impact of meteorological and cryospheric conditions on Arctic beaches. The satellite remote sensing approach is supported by coastal monitoring using video imagery in the villages of Kugluktuk and Ikaluktutiak (Cambridge Bay) in order to perform high temporal frequency monitoring of the morphodynamics of selected sites. These in situ observations will allow the validation of coastline and shoreline extraction methods using optical satellite imagery (Landsat-8, Sentinel-2) at the scale of the CAA in order to help decision-makers implement adequate adaptation measures for the Arctic.

FR:
La région Arctique est particulièrement fragilisée par les changements climatiques, où le réchauffement des températures de l’air est deux à trois fois plus élevé qu’ailleurs sur la planète. Les côtes arctiques et communautés côtières seront plus vulnérables à l’érosion et la submersion en raison de la diminution de l’étendue de glace de mer, combinée au réchauffement et au dégel du pergélisol. Les côtes de l’Arctique sont donc de plus en plus exposées aux tempêtes printanières et automnales, mais l’effet morphogène de ces tempêtes sur le littoral est mal connu. Au Canada, peu d’études ont été menées sur la dynamique côtière dans cette région alors qu’elle connait une croissance dans son développement industriel ainsi que dans son trafic maritime, augmentant la pression anthropique sur les zones exposées. Ce projet procédera donc à créer une nouvelle base de données sur l’évolution côtière au Nunavut afin d’étudier la morphodynamique des côtes basses meubles de l’archipel arctique canadien (AAC) et de mesurer l’incidence des processus cryosphérique sur la dynamique côtière. Les objectifs spécifiques sont (1) d’évaluer l’effet de la réduction du couvert de glace de mer sur l’évolution historique des côtes basses meubles de l’AAC; (2) de quantifier la variabilité spatio-temporelle multi-échelle des littoraux pour établir un cadre méthodologique optimal à la compréhension de la dynamique côtière et; (3) d’analyser l’incidence des conditions météo-marines et cryosphériques sur les plages arctiques. L’approche par télédétection satellitaire est appuyée par une surveillance du littoral par imagerie vidéo dans les villages de Kugluktuk et de Ikaluktutiak (Cambridge Bay) afin d’effectuer un suivi à haute fréquence temporelle de la morphodynamique des sites sélectionnés. Ces observations in situ permettront la validation de méthodes d’extraction du trait de côte et de la ligne de rivage par imagerie satellitaire optique (Landsat-8, Sentinel-2) à l’échelle de l’AAC afin d’aider les décideurs à mettre en place des mesures d’adaptations adéquates pour l’Arctique.

Updates
0 new
0
Recommendations
0 new
0
Followers
0 new
6
Reads
0 new
25

Project log

Joëlle Voglimacci
added a research item
La région Arctique est particulièrement fragilisée par les changements climatiques, où le réchauffement est deux à trois fois plus élevées qu’ailleurs sur la planète. On note une diminution massive de l’étendue et de l’épaisseur de la glace de mer, ce qui prolonge la période d’eau libre de glace et qui expose les côtes aux évènements de tempêtes printanières et automnales. Conséquemment, il est attendu que les côtes arctiques seront frappées davantage par l’érosion et la submersion, ce qui affecterait les communautés nordiques. Au Canada, peu d’études ont été menées sur la dynamique côtière dans cette région alors qu’elle connait une croissance dans son développement industriel ainsi que dans son trafic maritime. Ce projet vise donc à étudier la morphodynamique des côtes basses meubles de l’archipel arctique canadien (AAC).. Les objectifs suivants seront abordés: (1) Évaluer l’effet de la réduction du couvert de glace de mer sur l’évolution historique des côtes basses meubles de l’ACC; (2) Quantifier la variabilité spatio-temporelle multi-échelle des littoraux pour établir un cadre méthodologique optimal à la compréhension de la dynamique côtière et (3) Analyser l’incidence des conditions météo-marine et cryosphériques sur les plages arctiques. L’approche par télédétection satellitaire est appuyée par une surveillance du littoral par imagerie vidéo dans les villages de Kugluktuk, Ikaluktutiak et Ausuittuq afin d’effectuer le suivi à haute-fréquence temporelle de la morphodynamique des sites sélectionnés. Ces acquisitions in situ seront nécessaires à la validation de méthodes d’extraction du trait de côte et de la ligne de rivage par imagerie satellitaire optique (Landsat-8, Sentinel-2) et radar (RADARSAT Constellation, Sentinel-1). Cette affiche présente le cadre méthodologique et les résultats préliminaires de ce projet de thèse.
Joëlle Voglimacci
added a project goal
ENG:
The Arctic region is particularly vulnerable to climate change, where air temperatures are warming two to three times more than elsewhere on the planet. Arctic coasts and coastal communities will be more vulnerable to erosion and flooding due to the decrease in sea ice extent, combined with the warming and thawing of permafrost. Arctic coasts are therefore increasingly exposed to spring and autumn storms, but the morphogenic effect of these storms on the coastline is poorly understood. In Canada, few studies have been conducted on coastal dynamics in this region, while it is experiencing growth in industrial development and maritime traffic, increasing the anthropogenic pressure on exposed areas. This project will therefore create a new database on coastal evolution in Nunavut to study the morphodynamics of the low-lying coasts of the Canadian Arctic Archipelago (CAA) and to measure the impact of cryospheric processes on coastal dynamics. The specific objectives are (1) to assess the effect of sea ice cover reduction on the historical evolution of the CAA coasts; (2) to quantify the multi-scale spatio-temporal variability of the coastlines to establish an optimal methodological framework for understanding coastal dynamics and; (3) to analyse the impact of meteorological and cryospheric conditions on Arctic beaches. The satellite remote sensing approach is supported by coastal monitoring using video imagery in the villages of Kugluktuk and Ikaluktutiak (Cambridge Bay) in order to perform high temporal frequency monitoring of the morphodynamics of selected sites. These in situ observations will allow the validation of coastline and shoreline extraction methods using optical satellite imagery (Landsat-8, Sentinel-2) at the scale of the CAA in order to help decision-makers implement adequate adaptation measures for the Arctic.
FR:
La région Arctique est particulièrement fragilisée par les changements climatiques, où le réchauffement des températures de l’air est deux à trois fois plus élevé qu’ailleurs sur la planète. Les côtes arctiques et communautés côtières seront plus vulnérables à l’érosion et la submersion en raison de la diminution de l’étendue de glace de mer, combinée au réchauffement et au dégel du pergélisol. Les côtes de l’Arctique sont donc de plus en plus exposées aux tempêtes printanières et automnales, mais l’effet morphogène de ces tempêtes sur le littoral est mal connu. Au Canada, peu d’études ont été menées sur la dynamique côtière dans cette région alors qu’elle connait une croissance dans son développement industriel ainsi que dans son trafic maritime, augmentant la pression anthropique sur les zones exposées. Ce projet procédera donc à créer une nouvelle base de données sur l’évolution côtière au Nunavut afin d’étudier la morphodynamique des côtes basses meubles de l’archipel arctique canadien (AAC) et de mesurer l’incidence des processus cryosphérique sur la dynamique côtière. Les objectifs spécifiques sont (1) d’évaluer l’effet de la réduction du couvert de glace de mer sur l’évolution historique des côtes basses meubles de l’AAC; (2) de quantifier la variabilité spatio-temporelle multi-échelle des littoraux pour établir un cadre méthodologique optimal à la compréhension de la dynamique côtière et; (3) d’analyser l’incidence des conditions météo-marines et cryosphériques sur les plages arctiques. L’approche par télédétection satellitaire est appuyée par une surveillance du littoral par imagerie vidéo dans les villages de Kugluktuk et de Ikaluktutiak (Cambridge Bay) afin d’effectuer un suivi à haute fréquence temporelle de la morphodynamique des sites sélectionnés. Ces observations in situ permettront la validation de méthodes d’extraction du trait de côte et de la ligne de rivage par imagerie satellitaire optique (Landsat-8, Sentinel-2) à l’échelle de l’AAC afin d’aider les décideurs à mettre en place des mesures d’adaptations adéquates pour l’Arctique.