Project

Anicius Manlius Torquatus Seuerinus Boethius : Tractatus maior

Goal: BOETHIUS (Anicius Manlius Torquatus Severinus)
*Rome, ca. 480 – †Pavie, ca. 524.
Puissant trait d’union entre l’Antiquité et le Moyen Âge

Verlag Traugott Bautz GmbH | Nordhausen | Deutschland | 2017

• Résumé de synthèse :

• Cette recherche est consacrée entièrement à l’œuvre scientifique-philosophique du platonicien Boèce (Rome, ca. 480 – Pavie, ca. 524), retraçant l’évolution des différentes étapes de l’influence qu’exerça l’enseignement ce philolosophe sur la nouvelle branche de la culture intellectuelle carolingienne. Cet enseignement, appelé par Boèce lui-même « quadruvium » est essentiellement d’origine pythagoricienne et platonicienne •
• Dans cet ouvrage, seront développés des thèmes suivants :
• 1° L’enseignement scientifique-philosophique du platonicien Boèce, lequel nous a été conservé intégralement dans ses deux traités De institutione arithmetica libri duo et De institutione musica libri quinque, a été destiné non seulement au futur mathematicus • musicus • geometres • astronomus, mais à l’ensemble des élèves de l’époque de la « correctio », instituée par le célèbre capitulaire Admonitio generalis promulgué le 23 mars 789 (éd. A. Boretius, M.G.H., Legum sectio II, tome I, p. 52-62) ce et quelle que fût la finalité de leurs études respectives •
• 2° La production iconographique, architecturale et, dans une certaine mesure, la confection des manuscrits, furent effectuées selon le même principe fondamental qui régit la formation des intervalles musicaux, à savoir le Régime de l’Octave, exprimé ici par l’algorithme suivant: Soit f la fonction prenant en paramètres : v allant de + 0 ® ∞ (v Є N) • n allant de + 0 ® ∞ (n Є N) • f (v, n) = v / (2n) = 1 : v p a • f (27 648, 14) = = 27 648 / 214 = = 1 ® 1, 6875 • [v = valeur quelconque • v p a = valeur proportionnelle absolue • i. inf. = immédiatement inférieur], caractérisé par le simple rapport diapasonal, i.e. binaire ou dyadique, 1 to 2 •
• 3° Le concept du Régime de l’Octave relève du domaine de l’ »pistémologie, étant en effet à la base de la philosophie des nombres et celle des proportions (ars arithmetica), et par conséquent de celle de la philosophie des intervalles musicaux (ars musica) •
• 4° Étant donné la présence de gloses rédigées à la 1ère et à la 2e personne du singulier à la fin du prologue du De arithmetica dans cinq manuscrits du IXe siècle, d’abord en sténographie latine dans Paris, BnF, Fonds latin : 14064, f. 2 : 1-18 et 7183, f. 2v° : 4-25, puis en latin non sténographié dans Paris, BnF, Fonds latin 13009, f. 1v° : 11-24 • nouvelles acquisitions latines 1614, f. 2 : 1-17 • BnF, Fonds latin 6639, f. 74(71) : 10-20, 74v°(71v°) ; enfin, la glose clé sous forme de subscriptio en écriture onciale au début du De institutione arithmetica II, 1 (Paris, BnF, Fonds latin 14064, f. 37 :10-12, cf. supra, t. 2 (éd.) p. 76), on est en droit de déduire que l’auteur des gloses à la fin du prologue, écrites à la 1ère et 2e personne du singulier au présent de l’indicatif à l’intention de Symmaque (i. e. « probator »), ainsi que celui de la subscriptio en écriture onciale (« …legi opusculum meum » cf. BnF, Fonds latin 14064, f. 37 : 10-12), n’est autre, à l’origine, que Boèce lui-même (i.e. « auctor ») •
• Enfin, comme indiqué ci-dessus, une partie de cette recherche constitue une étude de fond sur la proto-philologie (une édition critique non-normative qui respecte les caractéristiques premières de la source manuscrite : mise en page • orthographe • fautes de copistes • etc.) et son corollaire naturel la paléographie philologique (i. e. l’étude critique exhaustive et systématique des gloses et les signes de renvoi qui les accompagnent • des notes dites « tironiennes » • des signes de ponctuation et d’exponctuation • etc.) •

• IH | ih | Ph. D.-HDR | 13-VI-2016 | Explicit •


• English Abstract:

BOETHIUS (Anicius Manlius Torquatus Severinus)
*Rome, ca. 480 – †Pavie, ca. 524.
Puissant trait d’union entre l’Antiquité et le Moyen Âge

Verlag Traugott Bautz GmbH | Nordhausen | Deutschland | 2017

• This research is concentrated solely upon the scientific-philosophical works of the Platonist Anicius Manlius torquatus Seuerinus Boethius. In this study, the following themes are developed:
• 1° The scientific-philosophical teachings of the Platonist Boethius, which are preserved in his two treatises De institutione arithmetica libri duo et De institutione musica libri quinque, were destined not only for the future mathematicus • musicus • geometres • astronomus • but designed to be a part of the general curricula for all pupils and scholars, regardless of their chosen fields, during the period of the great “correctio” instituted by Charlemagne’s well-known capitulary Admonitio generalis the 23rd of March 789 (ed. A. Boretius, M.G.H., Legum sectio II, tome I, p. 52-62) •
• 2° The iconographic and architectural arts and, to a certain extent, the art of manuscript binding of the same period, were all based on the same fundamental principle which determines the formation of musical intervals, that is to say the principle of the Octave Regime, expressed here by the following algorithm: Given F being the function of the parameters: v going from + 0 to ∞ (v Є N) • n going from + 0 to ∞ (n Є N) • then f (v, n) = v / (2n) = 1: a p v • i. e. f (27 648, 14) = = 27 648 / 214 = = 1 to 1, 6875 • [v = value • a p v = absolute proportional value • i. inf. = immediately inferior], characterised by the simple diapasonal, that is to say the binary or dyadic ratio of 1 to 2 •
• 3° The fundamental concept of the Octave Regime is at the very heart of Epistemology, being the basis of the philosophy of numbers and the philosophy of proportions (ars arithmetica), and of course that of the philosophy of musical intervals (ars musica) •
• 4° The primitive glosses, written in the 1st and 2nd person singular of the present indicative tense, which are found at the end of the [prologue] of the Boethii De institutione arithmetica libri duo in five 9th century manuscripts, firstly in Latin stenography (i. e. tironian notes) in the two manuscripts Paris, BnF, Fonds latin 14064 (f. 2: 1-18) and Paris, BnF, Fonds latin 7183 (f. 2v°: 4-25), then in normal Latin in the three manuscripts Paris, BnF, Fonds latin 13009 (f. 1v°: 11-24), Paris, BnF, nouvelles acquisition latine 1614 (f. 2: 1-17), BnF, Fonds latin 6639 (f. 74r° [71r°]: 10-20 et f. 74v° [71v°]: 1-4); and finally, the key-gloss written in uncial script in the form of a subscriptio at the beginning of the De institutione arithmetica II, 1 (“…legi opusculum meum”: cf. Paris, BnF, Fonds latin 14064, f. 37: 10-12, cf. Dissertation, t. 2, critical edition, p. 76), lead one to affirm by deduction that these unique glosses apparently addressed to Symmachus (i. e. “probator”) were in fact written originally by Boethius himself (i. e. “auctor”) •
• In conclusion, this new work on Boethius is in sum a basic study on proto-philology (that is to say a non-normative critical edition which respects all the essential and primary characteristics of the chosen manuscript sources, e. g. page layout • spelling • scribal errors • etc.) and its natural corollary philological palaeography (that is to say an exhaustive critical study of the omission signs • tironian notes • punctuation signs • etc.) •

• IH | ih | Ph. D.-HDR | 13-VI-2016 | Explicit •

Updates
0 new
5
Recommendations
0 new
1
Followers
0 new
4
Reads
0 new
81

Project log

Illo Humphrey
added a research item
• Illo Humphrey | Ph. D.-HDR | Université Bordeaux Montaigne • • Mediævalist | Musicologist | Proto-Philologist • • BOETHIUS (Anicius Manlius Torquatus Severinus) *Rome, ca. 480 – †Pavia, ca. 524: Powerful Bridge between Antiquity and the Middle Ages. Tractatus maior in 3 volumes: • Volume 1 - Commentary • • Volume 2 - Critical Edition • • Volume 3 - Appendix • • Verlag Traugott Bautz GmbH | Nordhausen | Deutschland • • À paraître | Forthcoming | Bevorstehend | 2018-2019 • • English Abstract • • This forthcoming 3-volume publication in French is concentrated solely upon the scientific-philosophical works of the Platonist Anicius Manlius Torquatus Seuerinus Boethius, retracing the development of the influence of his teachings on the Carolingian and Post-Carolingian civilisation, and on the European Unity of Culture in general. The scientific-philosophical disciplines studied by Boethius, essentially of Pythagorean and Platonic origin, were called by Boethius himself “quadruvium” [sic]. In this 3-volume study, the following themes are developed: • (1) The scientific-philosophical teachings of Boethius, which are preserved in his two treatises De institutione arithmetica libri duo et De institutione musica libri quinque, were destined not only for the future mathematicus, musicus, geometres, astronomus, but designed to be a part of the general curricula for all pupils and scholars, regardless of their chosen fields, during the period of the great “correctio” or “renovatio” instituted by Charlemagne’s well-known capitulary "Admonitio generalis", promulgated the 23rd of March 789 (ed. A. Boretius, M.G.H., Legum sectio II, tome I, p. 52-62) • • (2) The iconographic and architectural arts and, to a certain extent, the art of manuscript binding of the same period, were all based on the same fundamental principle which determines the formation of musical intervals, that is to say the principle of the Octave Regime, characterised by the simple diapasoic, binary or dyadic ratio of 1 to 2, expressed here by the following algorithm: Given “ f ” being the function of the parameters: v going from + 0 to ∞ (v Є N) • n going from + 0 to ∞ (n Є N) • then f (v, n) = v / (2n) = 1: a p v • i. e. f (27 648, 14) = = 27 648 / 214 = = 1 to 1, 6875 • [Nota bene: v = value • a p v = absolute proportional value • i. inf. = immediately inferior] • • (3) The fundamental concept of the Octave Regime is at the very heart of Epistemology, being the basis of the philosophy of numbers and proportions (ἡ ἀριθμητικὴ τέχνη | ars arithmetica), the basis of the essence of number (ἡ τοῦ ἀριθμοὺ οὐσία | substantia numeri), and consequently the basis of the philosophy of musical sounds and intervals (ἡ μουσικὴ τέχνη | ars musica) • • (4) The primitive glosses, written in the 1st and 2nd person singular of the present indicative tense, which are found at the end of the Prohœmium [Prologue] of the Boethii De institutione arithmetica libri duo in five 9th century manuscripts, firstly in Latin stenography (i. e. tironian notes) in the two manuscripts Paris, BnF, Fonds latin 14064 (f. 2: 1-18) and Paris, BnF, Fonds latin 7183 (f. 2v°: 4-25), then in normal Latin in the three manuscripts Paris, BnF, Fonds latin 13009 (f. 1v°: 11-24), Paris, BnF, nouvelles acquisition latine 1614 (f. 2: 1-17), BnF, Fonds latin 6639 (f. 74r° [71r°]: 10-20 et f. 74v° [71v°]: 1-4); and finally, the key-gloss written in uncial script in the form of a subscriptio at the beginning of the De institutione arithmetica II, 1 (“…legi opusculum meum”: cf. Paris, BnF, Fonds latin 14064, f. 37: 10-12), lead one to affirm by deduction that these unique glosses apparently addressed to Symmachus (i. e. “probator”), were in fact written originally by Boethius himself (i. e. “auctor”) • • (5) In conclusion, this new work on Boethius is not only a Tractatus maior on the his two scientific-philosophical treatises De institutione arithmetica libri duo and De institutione musica libri quinque, but is also a basic study on proto-philology, that is to say a non-normative critical edition which respects as far as possible all the essential and primary characteristics of the chosen manuscript sources, e. g. page layout, spelling, scribal errors, punctuation, etc., and its natural corollary: proto-philological palæography, that is to say an exhaustive critical study of cross-reference-correction-omission signs (notae sententiarum), tironian notes, punctuation signs, etc. In sum, this new proto-philological approach allows a more thorough and precise study on the textus receptus of the treatises Boethii De institutione arithmetica libri duo and De institutione musica libri quinque during the Carolingian renovatio of the 9th century • • IH | ih | Ph. D.-HDR | Université Bordeaux Montaigne | 1-XI-2017 | Explicit • Research Interests: Boethius, Tironian Notes (Latin Stenography), Notae Sentenciarum (Cross-Reference Signs) et • Boethius De institutione arithmetica | Boethius De institutione Musica | Substantia numeri | Animae generatio | The Regime of the Octave | The Regime of the perfect Fifth | Philosophy of the Carolingian Iconography •
Illo Humphrey
added a research item
• ¶1 Illo Humphrey, Ph. D.-HDR, Mediævalist, Musicologist, Proto-Philologist, as of the 14th of March, 2016, became a member of the Tombouctou Manuscripts Project: https://www.tombouctoumanuscripts.org/fr/, founded in 2003, and based at the Institute for Humanities in Africa (HUMA), University of Cape Town, South Africa. The present director of the Tombouctou Manuscripts Project is Dr. Shamil Jeppie: http://huma.co.za/people/staff/ • • ¶2 The Tombouctou Manuscripts Project is closely affiliated with the Mamma Haidara Memorial Library in Timbuktu, Mali: http://www.bibmammahaidara.org/, founded and directed by Cheikh Abdul Kader Haidara, inaugurated the 13th of January, 2000: http://www.tombouctoumanuscripts.org/libraries/the_mamma_haidara_memorial_library/ • • ¶3 Thanks to the initiative of Cheikh Abdul Kader Haidara, the Al-Furqan Islamic Heritage Foundation in London: (https://www.al-furqan.com/), founded in 1988 by His Excellency Sheikh Ahmed Zaki Yamani, has published a 4-volume catalogue of the Mamma Haidara Memorial Library Collection: https://www.al-furqan.com/publication/bookid/100605/?lang=en, a 5th volume is forthcoming. The Mamma Haidara Memorial Library Catalogue was prepared by Cheikh Abdul Kader Haidara, and edited by Ayman Fuad Sayyid: https://www.al-furqan.com/publication/bookid/100605/?lang=en • • ¶4 The Mamma Haidara Memorial Library Catalogue lists more than 3000 mediaeval manuscripts covering subjects such as: the uniqueness of God (Tawhid), the science of Qur'an (Tafsir), interpretation, Hadiths, jurisprudence, literature, poetry, grammar, Sufism, philosophy, logic, mathematics, geometry, astronomy, music, medicine, etc. • • IH | ih | Explicit • Research Interests: Timbuktu Libraries, History & Timbuktu Historiography, History and Growth of Timbuktu et Timbuktu Manuscripts
Illo Humphrey
added 2 research items
• Illo Humphrey | Ph. D. | HDR • • Les 12 divisions de l’as : leur emploi chez Calcidius et chez Boèce • • Cf. Colloquia Aquitana II - 2006 Boèce ([Boethius], Rome, ca. 480 – Pavie, ca. 524) : l’homme, le philosophe, le scientifique, son œuvre et son rayonnement ; éd. Illo Humphrey, Paris (Éditions Le Manuscrit), 2009, Volume 2, pages 261-274 • • L’as (ou libra) est une unité qui renferme 12 divisions. Dans le système économique romain et par la suite dans celui des périodes mérovingienne et carolingienne, il fut à tour de rôle une unité pondérale, monétaire et un procédé arithmétique pour exprimer des proportions, des pourcentages et des fractions. En effet, c’est en tant que système duodécimal que Calcidius, dans son commentaire sur le Timaios de Platon (cf. § XLVIIII : « De numeris » : Descriptio tertia • quae est harmonica • iuxta epogdoam rationem modulans utraque symphoniam diatessaron et diapente), s’en est servi pour exprimer des valeurs CCCLXIIII semis (364½) • XL semis (40½) • XVIIII semis (19½), de même que Boèce dans son De institutione musica libri quinque, Livre III, chapitres 2 • 3 • 4 • 13, pour exprimer les valeurs XIII semis (13½), CCLVI semis (256½) (cf. Livre III, 2), •C̅C̅C̅X̅L̅V̅I̅I̅I̅I̅• DXXV triens (349525⅓), •I̅I̅I̅̅I̅• DCCLXVIII bessis (4768⅔) (cf. Livre III, 3), •I̅I̅• CCCLXXXIIII triens (2384⅓), •C̅C̅C̅X̅L̅V̅I̅I̅I̅I̅• DXXV triens (349525⅓), •C̅̅L̅̅̅̅X̅X̅I̅I̅I̅I̅• DCCLXII bisse ou bessis (174762⅔) (cf. Livre III, 4), XVIIII semis (19½), XVIII semis (18½), CCLIII semis (253½), CCXL semis (240½) (cf. Livre III, 13) ; ainsi triens équivaut à 4/12e (1/3), semis à 6/12e (1/2), bisse ou bessis à 8/12e (2/3) • • Le tableau consacré aux 12 divisions de l’as y est disposé en six colonnes et se lit de gauche à droite. La première colonne donne le nom de chaque division de l’as, colonne 2 donne les douze graphies, colonne 3 indique les douze fractions correspondant aux douze graphies, puis colonne 4 donne les pourcentages de chaque division. Dans la colonne 5, sont indiquées les douze proportions par rapport à 1, accompagnées de leurs noms en grec ou en latin ; ces proportions correspondent chacune aux douze pourcentages de la colonne 4. La colonne 6, enfin, donne les noms des intervalles musicaux en langue grecque ou latine, leurs proportions numériques par rapport à 1, puis la grandeur des intervalles par rapport à 1. Enfin, une étude attentive des 12 divisions de l’as, tel qu’elles ont été employées par Calcidius et, surtout, par Boèce comme outil de calcul pour exprimer avec précision des fractions, pourcentages et proportions, met en évidence, d’une part, que ars arithmetica (i.e. la philosophie des nombres et des proportions) et ars musica (i.e. la philosophie de la formation des intervalles musicaux) émanent toutes deux du concept de la « principalitas unitatis » (Boethii De institutione arithmetica I, 7 ; II, 2), puis montre une fois de plus que l’unité absolue (en grec : τὸ ἕν, τοῦ ἑνός), c’est-à-dire le nombre 1, lequel est divisible jusqu’à l’infini vers plus zéro, est à la base de toute réflexion scientifique-philosophique pythagoricienne et platonicienne, et, de ce fait, se trouve au cœur du principe fondamental de la « substantia numeri » (cf. Boethii De institutione arithmetica I, 2), et, par la même occasion, à la base du Régime de l’Octave (cf. Boethii De institutione arithmetica II, 2). • • IH | ih | Explicit •
• Illo Humphrey, Ph. D. | HDR • • Colloquia Aquitana II – 2006 Boèce ([Boethius], Rome, ca. 480 - Pavie, ca. 524) : l’homme, le philosophe, le scientifique, son œuvre et son rayonnement • éd. Illo Humphrey, Paris (Éditions Le Manuscrit), 2009, Volume 2, Chapitre 15 : pages 325-367 • • CHAPITRE 15 : • 3 Études codicologiques | Paris, Bibliothèque nationale de France [BnF] : • Fonds grec 1807 (IXe siècle) • • Fonds grec 1853 (Xe, XIVe, XVe siècle) • • Fonds grec 2466 (XIIe siècle) • Manuscrits contenant respectivement des œuvres de : • Πλάτων (œuvres diverses) • • Ἀριστοτέλης (œuvres diverses) • • Εὐκλείδης, τὰ Στοιχεῖα (Les Eléments) • • Introduction • • Cette recherche proto-philologique est consacrée à trois importants manuscrits grecs en parchemin issus de la tradition du savoir scientifique-philosophique pythagoricienne, platonicienne, aristotélicienne, euclidienne. Le choix de ces trois manuscrits a été déterminé selon des critères d’ancienneté des codices, de fiabilité des textes, de présence de gloses. Conçue comme une unité à trois volets, ces trois études passe en revue l’histoire, la composition matérielle et le contenu de trois codices du Fonds grec conservés à la Bibliothèque nationale de France (Site Richelieu), en l’occurrence : BnF, Fonds grec 1807 | BnF, Fonds grec 1853 | BnF, Fonds grec 2466. Chacune des trois études contient (a) une notice historique détaillée, (b) une étude codicologique complète, (c) une liste des manuscrits avec sigles, (d) un schéma codicologique complet • • Le codex Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds grec 1807 (IXe siècle, ca. 865) contient des œuvres de Πλάτων (Pláton) parmi lesquelles : Πλάτωνος ἡ Πολιτεία ἢ περὶ Δικαίου Λʹ (Platon La République ou à propos de la Justice en 30 Livres), cahiers 2 – 15, f. 3r°-114r° (1ère col.), Πλάτωνος Τίμαιος ἢ περὶ Φύσεως Mʹ (Pláton Timaios ou à propos de la Nature en 40 Livres), cahiers 15 – 18, feuillets 114r°-144v° (1ère col.), Πλάτων,Νόμοι ἢ Νομοθεσίαι MΓʹ (Pláton Les Lois ou la Législation en 43 Livres), cahiers 20 – 37, feuillets 155r°- 291r°(1ère col.). Ce manuscrit constitue le plus ancien témoin connu des œuvres de Pláton ; parmi les 16 codices de la Collection dite « philosophique » il porte le sigle « A » ; il renferme 344 feuillets écrits sur deux colonnes en minuscule grecque « suspendue » à la ligne tracée à la pointe sèche ; il contient des gloses abondantes du IXe siècle en onciale grecque, et quelques gloses en minuscule du XVe siècle, semble-t-il, qui accompagnent le § 36 du Tímaios, voir feuillet 120v° • • Le codex Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds grec 1853 (Xe et XIVe siècle) contient des œuvres d’Ἀριστοτέλης ὁ Σταγειρίτης (Aristote) parmi lesquelles : Ἀριστοτέλους • τῶν [εἰς ιγʹ] μέτα τὰ ϕυσικά [ἡ Περὶ τῶν θεῖων ἡ ἐπιστήμη] : Aristote À propos de la science des choses divines en 13 Livres], cahiers κηʹ − λθʹ (28-39), feuillets 225v°-308r°, Ἀριστοτέλους • περὶ ἠθικῶν Νικόμαχείων τῶν [εἰς Ιʹ] (Aristote À propos des éthiques nikomachiennes en 10 livres), cahiers νʹ − νεʹ (50 – 55), feuillets 393r°-437v°. Ce manuscrit constitue l’un des plus anciens témoins connus des oeuvres d’Aristotélis ; il porte le sigle « E » ; il renferme 453 feuillets écrits sur longues lignes en [p. 327] minuscule grecque « suspendue » à la ligne tracée à la pointe sèche ; les textes sont accompagnés de gloses abondantes du XIe et du XIVe siècle en minuscule grecque • • Le codex Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds grec 2466 (XIIe siècle) contient uniquement ΕὐκλείδηςΓέλας, τὰ Στοιχεῖα (Les Eléments d’Euclide) ; il renferme 241 feuillets écrits sur longues lignes en minuscule grecque « suspendue » à la ligne tracée à la pointe sèche ; il contient de nombreuses gloses du XIIe siècle, écrites également en minuscule grecque ; il porte le sigle « P ». Nota bene : Parmi les 241 feuillets de ce codex de 31 quaternions, les feuillets 65r° à 239v° (cahiers θʹ−λʹ) sont des palimpsestes, [dont l’écriture d’origine est] en capitale grecque • • IH | ih | Explicit •
Illo Humphrey
added a research item
Illo Humphrey | Ph. D. (2004) | HDR (2014) | Médiéviste | Musicologue | Proto-Philologue | Université Paris X – Nanterre • • Les Serments de Strasbourg (14 février 842) : Premier document écrit connu en langue française-romane primitive • • Nota bene (1) : Cette étude fut publiée in extenso sous le titre : « Quelques observations sur les Serments de Strasbourg et sur le manuscrit qui les contient (Paris, Bibliothèque nationale de France, latin 9768 Xe s., f. 13 recto : 2e col., 13 verso : 1ère col.) : commentaire, transcription critique, étude codicologique, fac-similé », dans Bulletin de la Société des Fouilles Archéologiques et des Monuments Historiques de l'Yonne, n° 16, France, juin 1999, p. 83-92 [BSFAY n° 16 • 1999] • • Nota bene (2) : Cette étude, accompagnée de l’enluminure des Serment de Strasbourg, fut présentée sous forme de conférence avec PowerPoint le 28 janvier 2008 à l’Alliance Française de Nashville : Résidence Sugartree, 4031 Woodmont Boulevard Nashville, Tennessee 37205 | USA • • Nota bene (3) : Cette étude, accompagnée de l’image grandeur nature de l’enluminure des Serment de Strasbourg, fut présentée sous forme de conférence avec PowerPoint le 28 janvier 2008 à l’Alliance Française de la Jamaïque : le 28 janvier 2012 à 10 heures précises à l’Alliance Française de la Jamaïque •12b Lilford avenue, Kingston, Jamaica | West Indies • • Prologue • La présente conférence sur les Serments de Strasbourg (latin : Sacramenta Strasburgi ou Sacramenta Strazburgi | allemand : Straßburger Eide | anglais : Oaths of Strasburg) a trois objectifs : 1° Fournir une étude historique et codicologique complète du manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds latin, 9768, manuscrit-témoin unique qui conserve les Serments de Strasbourg, retraçant son histoire par l’identification de ses anciennes cotes et estampilles, et par conséquent l’identification de ses anciens possesseurs ; 2° Proposer une édition critique proto-philologique de la partie du récit de l’historien carolingien Nithardus Richarius (Nithard de Saint-Riquier) qui concerne les Serments de Strasbourg ; 3° Donner une édition princeps proto-philologique des gloses marginales, écrites d’une main du XVIe siècle semble-t-il, qui accompagnent les Serments au feuillet 13r°. Les Serments de Strasbourg, souvenons-nous, constituent un traité d’alliance politique bilingue en langue française primitive (« lingua romana », c’est-à-dire en langue occitane) et en vieux-haut allemand (« lingua teudisca »), prononcés à Strasbourg le 14 février 842 par deux des trois fils l’empereur Louis le Pieux. Il s’agit de Louis dit « le Germanique », qui prêta serment dans la langue de son frère Charles en « lingua romana », puis par Charles II dit « le Chauve », qui prêta serment dans la langue de son frère Louis en « lingua teudisca » ; ces serments furent prononcés contre leur frère aîné Lothaire. Ce document européen d’une portée politique et culturelle importantes, se situe stratégiquement entre la tristement célèbre bataille de Fontenatum (aujourd’hui, Département de l’Yonne, 89520 Fontenoy-en-Puisaye) le 25 juin 841 et le premier traité dit « de Verdun » traité perdu écrit à Duniaco (aujourd’hui, 55100 Dugny-sur-Meuse, Département de la Meuse) le 10 ou le 11 août 843 qui marqua le début de la dislocation de l’empire carolingien. Pour ce qui concerne l’histoire de la langue d’oc (« lingua romana »), il s’agit du tout premier document écrit connu ; en revanche, pour ce qui concerne l’histoire du vieux-haut allemand (« lingua teudisca »), les Serments de Strasbourg arrivent en 34e position après une longue série de documents écrits à partir des gloses dites « Malbergische Glossen » (VIIIe s., ca. 750) et des formules magiques dites « Merseburger Zaubersprüche » (VIIIe s., ca. 751) ; cf. Laurent Brun : http://www.arlima.net/qt/serments_de_strasbourg.html • • IH | ih | Ph. D.-HDR | Explicit •
Illo Humphrey
added a research item
• Illo Humphrey | Ph. D.-HDR | Expert en Sténographie latine | Notes tironiennes | ResearchGate.net | 10-III-2017 • • [§1] Illo possède toutes les compétences interdisciplinaires requises d’un médiéviste de métier. Doué d’une immense curiosité, Illo a acquis en effet une grande maîtrise en matière de philosophie scientifique, histoire médiévale, proto-philologie (ecdotique : édition critique intégrale de textes avec leurs gloses, leurs signes de renvoi [notae sententiarum, Isidori Hispalensis Etymologiae I, 21], leur ponctuation, respectant, dans la mesure du possible, la mise en page du manuscrit de base), paléographie (diplomatique, littéraire, musicale), codicologie, musicologie (théorie et pratique), liturgie, chronologie, hagiographie, prosopographie, etc. Par ailleurs, Illo s’est distingué depuis le samedi 27 novembre 1993 à 14h : 49 précises, comme le meilleur spécialiste mondial en sténographie latine (notes dites « tironiennes »). À cette date, après 6 années 3 mois et 8 jours de travail assidu, il acheva la transcription critique intégrale du manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, n.a.l. 442 (IXe s., Saint-Martin de Tours [?], 98 feuillets, soit 196 pages), une copie complète du Psautier « gallican », dont les 150 Psalmi et 16 Cantica sont écrits entièrement en sténographie latine ; l’édition critique proto-philologique est en préparation • • Historique : Marcus Tullius Tiro, « libertus ab epistulis » • • [§2] La sténographie latine, appelée communément « notes tironiennes », est désignée ainsi d’après son légendaire inventeur Marcus Tullius Tiro, secrétaire et intendant du célèbre sénateur romain, et philosophe platonicien-stoïcien averti, Marcus Tullius Cicero. Étant de trois années plus jeune que Cicéron, semble-t-il, Tiro serait né dans la même localité que Cicéron, savoir Arpinum, vers l’année de Rome 649 – 650 (l’an 105 – 104 av. J.-C.), et mourut à Puteoli vers l’année de Rome 749 – 750 (l’an 4 av. J.-C.), à l’âge de cent ans. Tiro, dont nous savons relativement peu, fut « libertus ab epistulis » (i.e. esclave affranchi chargé de l’enregistrement, la gestion et l’archivage du patrimoine littéraire), ayant obtenu sa liberté vers l’an 701 de Rome (l’an 53 av. J.-C.), et fut vraisemblablement d’origine grecque, toutefois, sur ce point, nous ne possédons aucune information précise. Il aurait accompagné Cicéron en Cilicia pendant que ce dernier y fut gouverneur à partir de l’année de Rome 703 (l’an 51 av. J.-C.). Tiro aurait été mandaté par Cicéron d’élaborer un système de tachygraphie à partir de l’écriture grecque, dans le but d’enregistrer simultanément ses discours prononcés au sénat. Tiro avait ainsi la charge de la gestion des écrits de son maître, et aurait lui-même, après la mort de Cicéron, organisé et édité le patrimoine littéraire de ce dernier. Son existence est donc attestée par plusieurs générations d’écrivains romains de l’Antiquité, à commencer par Cicéron lui-même (†vers l’année de Rome 710, i.e. 43 – 44 av. J.-C.), cf. Epistolarum ad Familiares, Liber XVI : épîtres I-XXVII), jusqu’à Aulus Gellius (mort vers l’an 180, cf. Noctium Atticarum, Liber I, 7 : 1 ; V1, 3 : 8 ; XIII, 9 : 1 et 21[20] : 16 ; XV, 6 : 2). D’après le témoignage de Πλούταρχος ὁ Χαιρωνεύς (mort vers 120 ap. J.-C., cf. Βίοι Παράλληοι, Βίος Κικέρωνος, xli : § 881), Tiro fut un affranchi de Cicéron (« ὁ τοῦ Κικέρωνος ἀπελεύθερος » très habile en écriture par des signes (τὸ σημεῖον). Toutefois, il faut préciser que le nom de Tiro n’est associé à la sténographie latine qu’à partir du début du XVIIe, semble-t-il, dans le milieu des humanistes français, néerlandais et allemands, tels : Janus Gruter (1560 – 1627, cf. Notae Tyronis Ciceronis Q., ac Senecae, inscriptiones antiquae totius orbis Romani, Heidelbergae, ex officina Commeliniana [i.e. le célèbre imprimeur heidelbergois Jerome Commelin], ed.1 1602-1603, ed.2 1616, ed.3 Amstelaedami, 1707, in-folio), et son ami, collègue et collaborateur Giuseppe Giusto Scaligero (*Agen, France, 1540 - †Leiden, Pays-Bas, 1609). Avant cette période, sténographie latine fut désignée communément comme suit : "notae Ciceronis" • "notae Senecae" • "notae" (cf. Codex Cassellanus : Kassel, Gesamthochschule, 2° Ms. philol. 2, 9th c., cf. édition-facsimilé, Ferdinand Ruess, 1914), f. 1v° ; cf. Wolfenbüttel, Codex Guelferbytanus 9, 8 Aug. 4 (9th c.), f. 1r° : « In Christi Nomine Incipiunt Notae Senecae » ; cf. Johann von Heidenberg von Trittenheim (i.e. Johannes Tritthemius, †1516), Polygraphiae libri sex, Oppenhemii, 1518 (2 parties en 1 volume, in-quarto), p. Qvi-recto et Qvi-verso : “…Psalterium notis Ciceronis descriptum” • • [§3] À ce jour, Illo a à son actif 4 transcriptions critiques majeures de textes tironiens conservés dans les manuscrits suivants : (1) Paris, BnF, Fonds latin 7200, IXe s. : Boethii De institutione musica libri wuinque, (2) Paris BnF, Fonds latin 14064, IXe s. : Boethii De institutione arithmetica libri duo, (3) Paris, BnF, Fonds latin 7231, XIe s. : Augustini De musica, (4) Bamberg, Staatsbibliothek, Patristique 46 Q.VI.32, IXe s. : Heirici Autissiodorensis Homeliae) ; ces textes en sténographie latine (d’ordre littéraires, scientifiques, philosophique, diplomatiques, etc.). Par ailleurs, maîtrisant parfaitement la pratique et l’histoire de cette discipline, ainsi que la bibliographie ce celle-ci, à savoir : la tradition manuscrite, les éditions de glossaires, les travaux, Illo a pu rendre de multiples services bénévoles à de nombreux collègues de par le monde, en déchiffrant, à leur demande, des textes pluridisciplinaires en notes tironiennes. Enfin, Illo est l’auteur de plus de 70 epistolæ, qui font partie de son corpus de correspondance scientifique personnelle avec ses collègues médiévistes de par le monde, correspondance qu’il entretient régulièrement en sténographie latine avec ses amis et collègues latinistes, c’est-à-dire des lettres, cartes postales, et diverses autres missives rédigées directement en notes tironiennes • • [§4] Bibliographie • • (1) Illo Humphrey, Boethius De institutione arithmetica libri duo. Édition proto-philologique intégrale princeps d’un manuscrit du IXe siècle (Paris, BnF, latin 14064), texte, gloses, notes tironiennes, signes de renvoi, 265 pages, 7 planches hors-texte, Glossaries, Indices; Institute of Medieval Music, Musicological Studies Vol. LXXXVI, Ottawa, Canada, ISBN 978-1-896926-90-2, 2007, cf. p. 203-230 • • (2) Illo Humphrey, « Boethii De institutione arithmetica libri duo : Étude proto-philologique », dans Carmina Philosophiae Volume 14, 2005, ©International Boethius Society, ISSN#1075-4407, p. 57-158, cf. Glossaire des gloses en notes tironiennes, p.93-110 • • (3) Illo Humphrey, « La sténographie latine (notes dites “tironiennes”), état de la question (histoire et tradition manuscrite, transcription et édition critique, pratique) », dans Colloquia Aquitana I – 2005. Études médiévales : Patrimoine matériel et immatériel, (Actes du colloque tenu à Duras, France – 47120, 5 et 6 août, 2005), éd. Illo Humphrey, Paris (Éditions Le Manuscrit), ISBN: 2-7481-4750-2, 2006, p. 99-152 • • (4) Illo Humphrey, « Trois homélies attribuées à Heiric, moine de Saint-Germain d’Auxerre. Leur écriture en notes tironiennes. Manuscrit Bamberg patristique 46 Q.VI, 32 », dans Bulletin de la Société des Fouilles Archéologiques et des Monuments Historiques de l'Yonne, n° 13, 1996, p. 25-46 (11 planches hors-texte) • • (5) Illo Humphrey, Boethius. His Influence on the European Unity of Culture: from Alcuin of York (†804) to Thierry of Chartres (†1154): Nordhausen, Germany (Traugott Bautz Verlag), 2010 | 2012, ISBN: 978-3-88309-603-2, 238 pages, Bibliographie, Catalogue des 128 manuscrits mentionnés, Glossary, Index ; cf. Introduction, p. 15, chapitre 5: p. 104-105 • • [§5] Frontispice : Le manuscrit Paris, BnF, n.a.l. 442, (98 feuillets [196 pages], 184 mm x 135 mm, IXe siècle), est originaire, semble-t-il, du scriptorium de Saint-Martin de Tours. Il s'agit d'une copie copie complète du Psautier « gallican », dont les 150 Psalmi et 16 Cantica sont écrits entièrement en sténographie latine. Ce Psautier « tironien » Paris, BnF, n. a. l. 442, est le seul des 8 Psautiers « tironiens » connus qui soit absolument complet sans la moindre lacune ; il contient, en effet, les 150 Psaumes et les 16 Canticle dans leur intégralité. Au feuillet 1-recto, on découvre l’unique lettrine du manuscrit, une enluminure du Psaume I : 1 « Bea-tus uir qui non abi-it in-consilio impi-orum ». Il s’agit d’une lettrine pleine page aux entrelacs dorés rehaussés de rouge, lesquels émanent du ductus de la lettre « B » du sténogramme pour le mot « Bea-tus ». Illo prépare actuellement l’édition critique proto-philologique du manuscrit Paris, BnF, nouvelles acquisitions latines 442 ; cf. Illo Humphrey, « La sténographie latine (notes dites “tironiennes”), état de la question (histoire et tradition manuscrite, transcription et édition critique, pratique) », dans Colloquia Aquitana I – 2005. Études médiévales : Patrimoine matériel et immatériel, (Actes du colloque tenu à Duras, France – 47120, 5 et 6 août, 2005), éd. Illo Humphrey, Paris (Éditions Le Manuscrit), ISBN: 2-7481-4750-2, 2006, p. 110-112 • • Lutetia Parisiorum • die martis decimo kalendas novembris • anno Domini G bis M° VII° • • Paris, mardi le dix des calendes de novembre, i. e. le 23 octobre, a. D., lettre dom. G, 2007 • • IH | ih | Ph. D.-HDR | scripsi et subscripsi | Explicit •
Illo Humphrey
added a research item
• Illo Humphrey | Ph. D. | HDR • • Σεμινάριο | Ιόνιο Πανεπιστήμιο Κέρκυρα | ΕΛΛΗΝΙΚΑ | Τμήμα Μουσικών Σπουδών • • Graduate Seminar in Mediæval Musicology | Ionian University | Paleo Frourio | Faculty of Music| Kérkyra (Corfu) | 49100 | Greece | Monday | 15-III-2004 | 3 p. m. • • (Greek Title): • « Η λειτουργία της οκτάβας : θεμελιώδης αρχή του σχηματισμού των μουσικών διαστημάτων » • • (English Title): • “The Regime of the Octave: Fundamental Principle of the Formation of musical Sounds, Consonances, and Intervals” • • http://music.ionio.gr/gr/research/sub/archive-seminars.php • • Introduction • • [¶1] The scientific-philosophical teachings of the Platonist Boethius (*Rome, ca. 480 [?] – †Pavia, ca. 524), which are preserved in his two treatises De institutione arithmetica libri duo et De institutione musica libri quinque, were destined not only for the mathematicus, musicus, geometres, astronomus, but designed to be a part of the general curricula for all pupils and scholars, regardless of their chosen fields, during the period of the great “correctio” instituted by Charlemagne’s well-known capitulary Admonitio generalis promulgated as of the 23rd of March 789 (ed. A. Boretius, M.G.H., Legum sectio II, tome I, p. 52-62) • • [¶2] The iconographic and architectural arts and also, to a certain extent, the codicological art of manuscript making and manuscript binding of the same period (in-plano, in-folio, in-quarto, in-octavo, etc.), were all based on the same fundamental principle which determines the formation of musical intervals, that is to say the principle of the Octave Regime characterised by the simple diapasonal ratio, that is to say the binary ratio of 1 to 2 • • [¶3] The concept of the Octave regime is at the very heart of Epistemology. Indeed, the Regime of the Octave, being based on the binary ratio of 1 to 2, engenders in turn the Regime of the perfect Fifth, which itself is based on the ratio of 1 to 3. The Regime of the Octave is therefore the fundamental scientific and philosophical principle of Music (ars musica), and thus determines the formation of all musical sound vibrations, consonances, and Intervals • • [¶4] The principle of the Regime of the Octave and the principle of the Regime of the perfect Fifth are consequently identical to the fundamental scientific and philosophical principle of Mathematics (ars arithmetica), that is to say they are identical to the powers of 2n and 3n (towards + zero and towards infinity: ∞), and thus determines the genesis and the formation of all numbers and all proportions • • [¶5] The primitive glosses, written in the 1st and 2nd person singular of the present indicative tense, which are found at the end of the Prohœmium [Prologue] of the Boethii De institutione arithmetica libri duo in five 9th-century manuscripts, firstly in Latin stenography (“tironian notes”) in the two manuscripts Paris, BnF, Fonds latin 14064 (f. 2: 1-18) and Paris, BnF, Fonds latin 7183 (f. 2v: 4-25), then in normal Latin in the three manuscripts Paris, BnF, Fonds latin 13009 (f. 1v: 11-24), Paris, BnF, Paris, BnF, n.a.l. 1614 (f. 2: 1-17), Paris, BnF, Fonds latin 6639 (f. 74r° [71r]: 10-20 et f. 74v [71v]: 1-4) ; and finally, the key-gloss written in uncial script in the form of a subscriptio ( “… legi opusculum meum” ) at the beginning of the De institutione arithmetica II, 1 (cf. Paris, BnF, Fonds latin 14064, f. 37: 10-12), lead one to affirm by deduction that these unique glosses apparently addressed to Symmachus (“probator”) were in fact written originally by Boethius himself (“auctor”) • • [¶6] In addition to its epistemological aspects, this Seminar is also a basic study on Proto-Philology (that is to say the non-normative ecdotique science, which respects all the essential and primary characteristics of the chosen manuscript sources, e.g. page layout, spelling, scribal errors, etc.), and its natural corollary Philological Palaeography (that is to say an exhaustive critical study of the cross-reference and omission signs, « tironian » notes, punctuation signs, etc.). This new proto-philological approach is indeed timely, and corresponds to the preoccupations and research of a new generation of Philologists: the Proto-Philologists of the 21st Century • • [¶7] CONCLUSION: This Seminar has been thoughtfully designed by Illo for the graduate students and Faculty in the Music Department of the Ionian University at Kérkyra (Corfu), Greece, on Monday, the 15th of March 2004. The Seminar’s general theme is the Philosophy of Numbers and Proportions and the Philosophy of Music from Πλάτων to Boethius seen through the concept of the Octave regime, which, indeed, is at the very core of Epistemology. The Octave Regime, as mentioned above, is based on the binary ratio of 1 to 2, and in turn generates the Regime of the Perfect Fifth, which is based on the ratio of 1 to 1.5 or 1 to 3. Given, then, its numerical structure, the Regime of the Octave is in perfect harmonie with the fundamental mathematical concept called by Πλάτων « ἡ τοῦ ἀριθμοὺ οὐσία » (the essence of number: Tímaios or On Nature ¶35-36), and by Boethius « substantia numeri » (the substance of number: De arithmetica I, 2), and thus determines the genesis and the formation of all numbers, all proportions, and all musical sound vibrations, designated by Πλάτων as ὁ ϕθόγγος, -ου | ἡ ϕθογγή, -ῆς (Tímaios or On Nature ¶80), and by Boethius as phthongos | vox (De musica I, 3; I, 8; I, 12 ) • • IH | ih | Ph. D. | HDR | Explicit •
Illo Humphrey
added 4 research items
• Illo Humphrey | Ph. D. | HDR • • Boethii De institutione musica libri quinque: auctor, opus, interpres | Book Review ~ Essay : Boèce. Traité de la Musique. Introduction, traduction et notes, Christian Meyer, Turnhout (Brepols), 2004 • • Carmina Philosophiae (© IBS) | Volume 14, 2005, p. 167-176 • • The very timely publication of this scholarly work of Christian Meyer fills in a long-standing gap in the realm of mediaeval proto-philology in general, and in that of scientific-philosophical research on the teachings of the Platonist Boethius in particular. Indeed, this publication makes accessible for the first time in the French language one of the major treatises of the Pythagorean and Platonic Tradition of Knowledge: Boethii De institutione musica libri quinque (On the Fundamentals [and canonical Teachings of the Philosophy and Science] of Music in five Books) • • The Boethii De instiutione musica was written in the early stages of his career, probably between the years a. D. 500 and a. D. 510. This major scientific-philosophical work is in fact an integrated tri-disciplinary treatise, uniting into one the philosophy of the cognitive process (ἡ γνώμη: cognitio) including the faculty of perception by the five senses (ἡ αἰσθητήριον: sensuum perceptio), the philosophy of numbers and proportions (ἡ ἀριθμητικὴ τέχνη: ars arithmetica), and the philosophy of the formation of musical sounds (ὁ ϕθόγγος), musical intervals, and musical consonances (ἡ μουσικὴ τέχνη: ars musica). In publishing this work, Christian Meyer provides us with an excellent French translation of this very complex treatise, and puts at the disposal of the international research community a useful tool, which will allow in particular the new generation of French-speaking philosophical scientists, epistemologists, musicologists and proto-philologists to meditate upon the traditional teachings of Boethius and to absorb them at their on pace; it will also allow them, in a second phase, to eventually reintroduce these teachings back into the school curricula as of the elementary level, just as was the case in the Carolingian and post-Carolingian schools from the 9th to the 16th century, curricula whose original blue-print was drawn up of course by the great Alcuinus Euboricensis (Alcuin of York, *ca. 730 – †804) • • IH | ih | Ph. D. | HDR | Explicit •
• Illo Humphrey | Ph. D.-HDR • • Boethii De institutione musica libri quinque: auctor, opus, interpres | Compte rendu: Boèce. Traité de la Musique. Introduction, traduction, notes | éd. Christian Meyer, Turnhout (Brepols), 2004 • • CARMINA PHILOSOPHIAE (© IBS) | Volume 14, 2005, p. 167-176 • • https://u-bordeaux3.academia.edu/IlloHumphrey/Papers • • La publication bienvenue de ce remarquable travail de Christian Meyer comble enfin une lacune dans le domaine de la proto-philologie médiévale en général, et dans celui des recherches scientifiques-philosophiques sur l’enseignement du platonicien Boèce en particulier. En effet, ce travail rend accessible pour la première fois en langue française l’un des textes majeurs de la Tradition du savoir pythagoricienne et platonicienne, en l’occurrence : Boethii De institutione musica libri quinque (Boèce À propos des fondements [de l’enseignement canonique de la Philosophie et la Science] de la Musique en cinq Livres) • • Il s’agit d’un traité scientifique-philosophique complexe à triple thématique intégrée, en l’occurrence : la philosophie du processus cognitif à travers la faculté de perception par les cinq sens (ἡ γνώμη • ἡ αἰσθητήριον : cognitio • perceptio sensuum), la philosophie des nombres et proportions (ἡ ἀριθμητικὴ τέχνη: ars arithmetica), la philosophie de la formation des sons musicaux (ὁ ϕθόγγος), des intervalles musicaux et des consonances musicales (ἡ μουσικὴ τέχνη: ars musica). En publiant cet ouvrage, Christian Meyer met à la disposition de la communauté de recherche francophone une excellente traduction française du De institutione musica libri quinque de Boèce. Cette traduction permettra à la nouvelle génération de philosophes scientifiques, épistémologistes, musicologues et proto-philologues francophones de méditer longuement l’enseignement canonique de Boèce, en matière d’ars musica, puis de l’assimiler lentement à son rythme. Elle permettra aussi, dans un deuxième temps éventuellement, de réintroduire cet enseignement dans le cursus des études scolaires dès l’école primaire, et ce à l’instar des écoles carolingiennes et post-carolingiennes en Europe du IXe au XVIe siècle inclus, dont le programme de base fut conçu à l’origine par le grand Alcuinus Euboricensis (Alcuin d’York, *ca. 730 – †804) • IH | ih | Explicit •
• Illo Humphrey | Ph. D.-HDR | Boethius.De institutione arithmetica libri duo. Édition proto-philologique intégrale princeps d’un manuscrit du IXe siècle (Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds latin 14064). Texte, gloses, notes tironiennes, signes de renvoi • • Ottawa (IMM) | 2007 | Full-Text • • The Boethii De institutione arithmetica libri duo, indeed, the most important and the most fundamentally scientific-philosophical treatise of the Boethian output, is in fact an updated and personalized translation, written between the years 500 and 510, of the Ἀριθμητικὴ εἰσαγωγή by Νικόμαχος ὁ Γερασηνός. The oldest known surviving fragment of this treatise is conserved today in Torino, Italy, Biblioteca nazionale, F. IV. 1 Fasciculo 3. Written in uncial script, this fragment is dated from the 7th century, and belonged to the Bobbio monastery founded by Saint Columbanus around the year 595. In the Bobbio Library Inventory, the Boethian fragment carried the number 41 • • The oldest known complete copies of the Boethii De arithmetica, are found in five Carolingian manuscripts from the first half of the 9th century, namely: Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds latin: 14064, 7183, 13009, 6639, and nouvelle acquisition latine 1614, the oldest and most pertinent of which is latin 14064. Each codex contains an annotated copy of the Boethii De institutione arithmetica libri duo, each belongs to the same coherent family of manuscripts. These five codices are most significant, in that they contain a series of unique primitive glosses and commentaries, which seem to indicate that the very first commentator and glossator of this important treatise was non other than the author himself, that is to say Boethius. Indeed, these astonishing marginal and interlinear glosses recorded in Latin stenography [tironian notes] and in clear Latin in the first and second person singular of the present tense, are conserved at the end of the dedicatory Prologue written by the “auctor” (Boethius), addressed to the “probator” (Symmachus) in the following manuscripts: Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds latin 14064 (9th century), f. 2r°: 13-18; Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds latin 7183 (9th c.), f. 2v°: 18-19, 24-25; ed. Illo Humphrey, Boethii De institutione arithmetica…, Ottawa, 2007, p. 26: 13-18 [De institutione arithmetica Prologus] [Libellus I: f. 2] [13] Noui quippe quanto studiosius nostra quam ceterorum bona diligamus ; Quia me-um bon-um tu-um es • et tu-um m-eum Quia ego filius tu-us et pater me-us tu • subaud-it qui transmitt-it maturos • flauore auri inductas spicas [14] Recte ergo quasi aureos cereri culmos•ʹ et maturos baccho prouuis ini-ci-a nouella [15] palmites•ʹ sic ad te noui operis rudimenta transmisi ; Tu pater-no affec-tu exaltes opus istud idest prouehendo [16] tantum paterna gratia nostrum prouehas munus•ʹ ita et laboris [17] mei primitias• doctissimo iudicio consecrabis ; Et non maio iudica-bitur idest ego idest tu [18] re censebitur auctor merito•ʹquam probator ; non magis mihi adproba-bitur quam tibi • • Then, in the self-same codex, Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds latin 14064, f. 37r°: 10-12, one discovers another key-gloss written also in the first person singular. This gloss, in uncial script, is found at the beginning of the De institutione arithmetica Book II, just after the Capitula, and identifies the author, that is to say Boethius himself, by name, rank and function as being the commentator of his own treatise: Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds latin 14064 (9th c.), f. 37r°:10-12; ed. Illo Humphrey, Boethii De institutione arithmetica…, Ottawa, 2007, 98: 10-12: [De institutione arithmetica Liber II: Capitula. Liber II: 1] [Libellus V: f. 37] [10] ANICII MAM ̸NI̷*LII [sic] SEUERINUS BOETIUS [11] UIR CLARISSIMUS• ET INLUSTRIS EX CONSUL ORDINARIUS PATRICIUS LE [12] GI OPUSCULUM MEUM; Quemadmodum ad aequali-tatem omnis in-aequali-tas reduc-atur • • This critical proto-philological princeps edition, based on the collated manuscripts, renders these unique primitive glosses readable for the first time, and allows the community of Boethian researchers to meditate these glosses at their own pace, then to draw from them the appropriate conclusions. Thus, if it is true that these primitive glosses, conserved at the end of the Prologue in the oldest codices containing the De arithmetica, were in fact written by the “auctor” himself, Boethius, and addressed to the “probator”, Symmachus, and, that the glosses in uncial script are indeed originally from the stylus of Boethius, this will open up an enitrely new approach to modern proto-philological ecdotic research (non-normative critical editions), and will lead, hopefully, to the discovery of other important mediaeval texts, whose primitive commentaries and glosses were annotated by the author himself or herself • IH | ih | Explicit •
Illo Humphrey
added 2 research items
• Dialogus entre Dame Philosophie et les intervenants. A propos de Boèce | Colloquia Aquitana II – 2006 Boèce, ([Boethius], Rome, ca. 480 - Pavie, 524), l'homme, le philosophe, le scientifique, son oeuvre et son rayonnement, éd. Illo Humphrey, Paris (Éditions Le Manuscrit), 2009, Tome I, Préliminaire VII : p. 113-179 • • Nota bene : Ce chapitre constitue un dialogue fictif et une mise en scène imaginaire entre Dame Philosophie et les 16 intervenants des Colloquia Aquitana II - 2006. Les propos des intervenants proviennent textuellement des résumés de leurs communications respectives. Les propos fictifs de Dame Philosophie ont été composés par Illo Humphrey • • (§ 1) Dame Philosophie (Salutations et Vœux) : Bene eueniat vobis feliciter• Boethii Amicis dilectis• in pago Duracensi• in regione Aquitanensi• in territorioque Occitaniensi• [Qu’il vous arrive à tous, chers Amis de Boèce, maintes bénédictions avec félicité, au Pays de Duras, en Région d’Aquitaine et en territoire d’Occitanie]. Je suis heureuse et honorée d’être conviée à ce Symposion en Aquitaine consacré à l’illustre platonicien Anicius Manlius Torquatus Severinus Boethius, que j’ai bien connu dans le temps. De plus, cette rencontre me permettra de me rafraîchir la mémoire sur bien des choses, sur bien des idées, sur bien des concepts, puis, bien sûr, elle me permettra [p. 114] d’apprendre de nouvelles choses et d’appréhender certains vieux concepts sous un angle nouveau • • Ceci étant, je me tourne à présent vers toi, Illo, car je désire tout d’abord que tu me parles de l’humanitas, de son but, de son sens véritable, enfin, de ce que représente ce concept au XXIe siècle. Bref, je souhaiterais en savoir plus sur ce terme, somme toute difficile à saisir, lequel recouvre une multitude de notions • • (§ 1a) Illo Humphrey : (Préliminaire I : Prologue) : « Humanitas », terme employé par Marcus Tullius Cicero (106 – 43 av. J-C) dans De oratore I, 71 (« in omni parte humanitatis perfectus » : « parfait dans toutes les parties de la culture humaine »), puis « humanitas » [uel] « eruditio institutioque in bonas artes », termes employés par Aulus Gellius (ca. 125 – après 180) dans ses Noctes atticae [libri uiginti] XIII, 17, sont deux aspects d’un même concept qui se complètent. « Humanitas » suggère l’acquisition d’une instruction complète scientifique-philosophique, éthique-morale-spirituelle, et j’ajouterai aussi, sportive, impliquant une bonne assimilation d'un ensemble de connaissances donné et une bonne harmonie cognitive entre le corps et l'esprit • • « Humanitas » renferme également, me semble-t-il, la notion platonicienne de bonté suprême ainsi que l’ensemble des valeurs propres au patrimoine culturel matériel et immatériel, valeurs qui constituent ce que les anciens appelaient τὸ ἡμεροῦν -οῦντος, c’est-à-dire la « civilisation », littéralement « l'apprivoisement ». Le but donc de l’humanitas, est de rendre la société plus sensible et plus attentive à la véritable nature de l’homme et de la femme, et aux véritables besoins du genre humain et de son environnement. Quant à l’expression « eruditio institutioque in bonas artes », elle signifie tout simplement l’instruction fondamentale dans les bonnes [disciplines canoniques [p. 115] des 4 + 3] arts [libéraux], d’abord le quadruvium ou quadrivium : ars arithmetica, ars musica, ars geometrica, ars astronimica, puis le trivium : ars grammatica, ars dialectica-logica, ars rhetorica • • Il est utile de savoir que l’humaniste italien de Ferrara, Baptista Guarino (1434-1513, fils de Guarino da Verona, 1370-1460), dans son petit traité De modo et ordine docendi et discendi (À propos de la [bonne] manière et du [bon] ordre d’enseigner et d’apprendre), rédigé en 1459 et publié pour la première fois en 1474, traite avec clarté des notions d’humanitas et d’eruditio. Enfin, à ce propos, je recommande la lecture de l’étude « Renaissance Humanism : the Rhetorical Turn » par Eckhard Kessler : http://www.phil-hum-ren.uni-muenchen.de/php/Kessler/Toronto2003.htm • • (§ 1b) Dame Philosophie : Je crois que j’ai saisi. Alors, vu l’importance des "bonae artes", peut-on conclure que ces sept disciplines canoniques suffisent à elles seules pour que l’esprit acquiert ce degré d’humanitas que l’on observe chez Manlius Boethius, et chez bien d’autres (?) • • (§ 1c) Illo : Non, elles ne suffisent pas à elles seules pour acquérir ce degré d’humanitas. Bien que les bonae artes [liberales] constituent une voie à sept artères qui mène vers la sagesse suprême, elles ne sont pas de nature à elles seules à assurer que l’esprit atteigne le degré d’humanitas que l’on observe chez Boèce. Ces disciplinae apparaissent plutôt comme des marches ascendantes qui conduisent l’esprit vers les valeurs toujours plus élevées, d’ordre éthique-moral et spirituel, bref, vers les bontés suprêmes et vers le jugement juste • • (§ 1d) Dame Philosophie : Je vois. Alors, je constate, enfin, que ces deux concepts sont encore d’actualité, et que l’humanitas est en fait un processus évolutif, [p. 116] influant tour à tour sur les mœurs, sur les valeurs et sur les lois, dont la finalité est de rendre meilleure la société humaine. Merci, Illo, pour ces explications sur l’humanitas et sur eruditio institutioque in bonas artes • • IH | ih | Ph. D | HDR | Explicit •
• Illo Humphrey | Ph. D.-HDR • • Boèce (Boethius). l’Homme et son destin : Prosopographie | Hagiographie | Culte et vénération • • Colloquia Aquitana II-2006, Boèce, ([Boethius], Rome, ca. 480 - Pavie, 524) l'homme, le philosophe, le scientifique, son oeuvre et son rayonnement, éd. Illo Humphrey, Paris (Éditions Le Manuscrit), 2009, Vol. 1 : Préliminaire VI : pages 49-112 • • Boèce (Roma, *ca. 480 - †Pavie, ca. 524-526), platonicien par excellence, fut l’un des puissants traits d’union entre l’Antiquité gréco-romaine et le Moyen Âge, et peut être considéré comme étant le père de la pensée scientifique-philosophique pour l’Occident médio-latin. Son œuvre scientifique-philosophique s’impose également comme modèle didactique et pédagogique, de par l’agencement externe de l’ensemble des matières étudiées, et par l’agencement interne des thèmes traités . Par ailleurs, nous savons qu’il était préoccupé aussi bien par Π – π = ἡ πρακτική, τῆς πρακτικῆς que par Θ – θ = ἡ θεωρητική, τῆς θεωρητικῆς (cf. Boethii Consolatio Philosophiæ, I, Prosa, 1, 4 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, latin 6639 (IXe siècle), feuillet 3-verso : lignes 16 et 17 « harum in extremo margine • Π • grecum• in supremo uero • Θ • legebatur in textum ; éd. R. Peiper, p. 4 ; Cassiodori Institutiones, II, III, 4, éd. R. Mynors, p. 110), et de ce fait qu’il maîtrisait les techniques de fabrication de la clepsydre (i.e. horloge à eau), et qu’il était non seulement spécialiste de l’ars musica, mais aussi musicien expérimenté, semble-t-il. Certes, dans la civilisation post-romaine et carolingienne en pleine évolution, l’enseignement de Boèce ne résout pas tous les problèmes scientifiques-philosophiques, ni dans le domaine mathématique, ni dans le domaine sensoriel, ni dans le domaine musical, ni non plus dans celui de l’acoustique. Toutefois, il nous permet d’accéder à une tradition du savoir, déjà millénaire, c’est-à-dire de saisir le vrai sens d’ ἡ ἐπιστήμη, -ης (res scientifica ou disciplina), ainsi que celui d’ ἡ Φιλοσοϕία, -ας (res philosophica) à travers l’enseignement des quattuor matheseos disciplinæ, en l’occurrence : arithmetica • musica • geometria • astronomia • • Mis au point grâce aux efforts des « pré-socratiques », tels Πυθαγόρας ὁ Σάμος (Pythagór.as o Sámos, *570 - †ca. 490 BCE), Φιλόλαος ὁ Κροτωνιᾱτις (Philólaos o Krotoniâtis, *ca. 470 -†ca. 400 – 390 BCE), Ἀρχύτας ὁ Ταραντῖνος (Archýtas o Tarantînos), *ca. 428 - †ca. 347 BCE) , ensuite perfectionné par Ἀριστοκλῆς dit « Πλάτων » (Aristoklîs, dit « Pláton », *ca. 427 - †ca. 347 a. J.) , ce concept d’enseignement ne fut attesté comme cycle pédagogique, semble-t-il, qu’à partir de l’architecte Vitruvius (avant l’an 31 a. J.) . Appelée ἡ ἐγκύκλιος παιδεία à partir des moyens-platoniciens grecs , cet ensemble de matières fut le fondement de la tradition du savoir scientifique et philosophique dont Boèce, mort sous la torture en 524 in agro Calventiano près de Pavia , était, pour la basse Antiquité latine, le dernier représentant en Occident • • Boèce fut pour son époque l’ « ὅλως σοϕός » (l’homme-université) par excellence . Il constituait, en effet, à lui seul une grande école, capable de former des disciples à partir de zéro de connaissances, et de les conduire à travers le programme préparatoire des quattuor matheseos disciplinæ (i.e. les quatre disciplines fondées sur le raisonnement arithmétique) jusqu’à l’étude de la philosophie , autrement dit, jusqu’à l’étude de l’ensemble des connaissances de base, et leur agencement spontané et naturel les unes aux autres. Homme de lettres et philologue maîtrisant parfaitement le latin et le grec, Boèce rédigea, entre l’an 500 et 510, des traités sur deux des quattuor matheseos disciplinæ, c’est-à-dire arithmetica, musica, mais aussi, semble-t-il, sur les deux autres : geometria et astronomia, lesquels furent perdus de bonne heure . Ces quatre disciplines (ou sciences) constituaient, selon l’expression du moyen-platonicien Νικόμαχος ὁ Γερασηνός dans Ἀριθμητικὴ εἰσαγωγή (Nikómachos o Gerasinós, IIe s. vers a.D.100, dans Eisagogí), αἰ τέσσαρες μέθοδοι. Ce terme, dont la traduction latine quadruvium fut employée pour la première fois au sens figuré, semble-t-il, par Boèce lui-même , signifie le « carrefour par lequel l’esprit plus excellent est conduit, à partir des sens, vers les choses plus sûres de l’intelligence » . Étant ainsi l’un des principaux dépositaires pythagoriciens et platoniciens de la culture scientifique et philosophique de l’Antiquité , Boèce légua, à son insu, une partie importante de l’héritage scientifique-philosophique aux carolingiens, très désireux de renouer avec la tradition du savoir • • La Prosopographie de Boèce • • La prosopographie de Boèce, s’étend du IVe au VIe siècle. Issu d’une gens patricia romana appelée Anicii, famille romaine noble d’une longue lignée de fonctionnaires de haut rang , Boèce est né à Rome vers 480 au début du règne de l’empereur Odoacre (476 - †Ravenna, 493), roi du peuple germain appelé les Hérules. La famille des Anicii fut convertie au christianisme au IVe siècle sous l’empereur Constantin 1er (empereur en 306, †337) . Le père de Boèce, Flavius Narius Manlius Boethius ou bien Flavius Nonius Arius Manlius Boethius • senator • præfectus Augustalis (i.e. préfet d’Égypte) en 475-476, semble-t-il, puis consul ordinarius l’année de sa mort en 487, figurait parmi les uiri inlustres de son époque . Certains détails sur la vie de Boèce-père nous sont confirmés grâce au diptyque consulaire qui porte son nom. Ce « monument » précieux constitue donc un maillon important de la chaîne prosopographique du philosophe Boèce, d’où l’excursus détaillé, ainsi que l’édition critique, qui lui sont consacrés dans le cadre de cette étude • • Le Diptyque Consulaire de Boèce-père • • Le célèbre diptyque consulaire de Boèce-père, composé de deux plaques d’ivoire, date, comme il se doit, du Ve siècle. Il est conservé actuellement en Italie du Nord à Brescia aux Musei d’Arte e Storia (i Civici Musei, Museo di Monastero Santa Giulia). Sur les deux faces recto se trouvent des inscriptions et des portraits consacrés à Boèce-père, qui ont été sculptés dans l’ivoire. Sur les deux faces verso, en revanche, on découvre deux enluminures chrétiennes accompagnées d’inscriptions. Ces enluminures, n’ayant aucun rapport ni avec Boèce-père, ni avec Boèce-philosophe, furent ajoutées au VIIe siècle. Les deux miniatures représentent, à gauche, la scène de la résurrection de Lazare (Jean XI : 43, 44), puis à droite, les saints Augustin, Jérôme et Grégoire I, identifiables grâce aux inscriptions au-dessus de leurs têtes. Juste au-dessous des deux miniatures, à cheval sur les deux volets, se trouve l’inscription en écriture monumentale : « QVO DEO | OFFERIMUS ». Ensuite, sur le volet gauche uniquement, on lit, en écriture onciale très effacée, une oraison funéraire de onze lignes : …« M[eme]nto Domine omnium de[functo]rum Pontif[icum]… . Le volet droit, au-dessous du mot « OFFERIMUS », n’a pas reçu d’écriture. Ces deux miniatures, qui occupent environ le tiers supérieur de chaque volet, sont légèrement plus grandes qu’un carré, ayant, à gauche, les proportions absolues de 1 par rapport à 1, 086206896552, et à droite, celles de 1 par rapport à 1, 013448275862 • • Le diptyque dit « de Brescia » nous renseigne avec précision sur la carrière politique du père de Boèce-philosophe, indiquant, en effet, que celui-ci fut préfet du prétoire (præfectus prætorio), préfet de la ville de Rome (præfectus urbis), consul ordinaire de Rome (consul ordinarius, i.e. la suprême distinction que pouvait recevoir un sénateur romain), enfin, patricien (patricius) • • L'Hagiographie de Boèce • • Boèce fut considéré de bonne heure, semble-t-il, comme saint et martyr par les habitants de Pavia. Il existe, en effet, à Pavia une via Severino Boezio, laquelle retracerait le trajet funéraire de la dépouille de Boèce depuis son lieu d’emprisonnement et d’exécution (i.e. l’ancienne Turris Fraudulenta ou bien Turris Boethii ou encore Torre di Boezio, détruite en 1584 : l’actuel emplacement de la Piazza Petrarca) , jusqu’au lieu de son inhumation dans la crypte de l’ancienne cathédrale du VIe siècle : « Boetius autem honorifice tumulatus est papie in cripta ecclesie » ; à cet endroit se trouve actuellement l’église San Gervasio et San Protasio. Par ailleurs, dans la via Severino Boezio, à mi-chemin entre ces deux lieux, se trouve une plaque commémorative, sur laquelle est inscrit le nom de Boèce, ainsi que l’année de sa mort : 525. Vers le début du VIIe siècle, les reliquiæ de Boèce (i.e. ses ossements) auraient été enlevées de la crypte de l’ancienne cathédrale de Pavia et transférées à l’église San Pietro in Ciel d’Oro • • Les plus anciennes mentions du martyre de Severinus Boethius datent du VIe siècle : il s’agit, d’une part, du Liber pontificalis, puis de l’Excerpta Valesiana II . Par ailleurs, dans les écrits hagiographiques du IXe siècle, on trouve une brève mention du martyre de Severinus Boethius et de son beau-père Symmaque dans la chronique, ainsi que dans la deuxième recension du martyrologe, de saint Adon . Sur la question du martyre de Severinus Boethius, voir à bon escient les études de Faustino Gianani • Catherine Morton • Luca Obertello • • IH | ih | Ph. D. | HDR | Explicit •
Illo Humphrey
added 2 research items
• Illo Humphrey | Ph. D.-HDR | Expert in Latin Stenography | Tironian Notes | ResearchGate.net | 8-IV-2016 • • [¶1] Illo possesses all the required interdisciplinary skills of a seasoned mediævalist. Indeed, gifted with an immense curiosity, Illo has acquired great mastery in fields of: mediæval history, scientific philosophy, proto-philology (ecdotique: complete critical edition de texts with their glosses, cross-reference signes [notae sententiarum, Isidori Hispalensis Etymologiae I, 21], punctuation, respecting, as often as possible, the identical layout of the manuscript source), palæography, calligraphy, codicology, hagiohraphy, prosopography, archivistics, chronology, sigillography, and musicology (theory – practice – liturgy), etc. In addition to this, Illo, as of Saturday, November 27, 1993 at 2: 49 p. m., distinguished himself as today’s leading expert worldwide in Latin stenography (tironian notes); on that day at the Bibliothèque nationale de France (Site Richelieu), after 6 years 3 months and 8 days of assiduous work, Illo completed the critical transcription of a 9th-century complete copy of the “gallican” Pslater (150 Psalmi | 16 Cantica), entirely written in tironian notes, namely: the manuscript Paris, Bibliothèque nationale de France, nouvelles acquisitions latines 442, 9th c., Tours [?], the critical proto-philological edition of which is in preparation • • Marcus Tullius Tiro, “ libertus ab epistulis ” • • [¶2] Tironian notes are named after their legendary inventor Marcus Tullius Tiro, “libertus ab epistulis", a freed slave and secretary of the famous roman senator Marcus Tullius Cicero. Tiro died approximately in the year of Rome 749-750 (i.e. circa 4 BCE.) at the age of one hundred. Tiro, of whom we know very little, was probably of Greek origin. Tiro’s existence is attested by several generations of roman writers: from Cicero himself (†the year of Rome ca. 693 (i. e. ca. 43-44 BCE), cf. Epistolarum ad Familiares, Liber XVI : epistles I-XXVII) to Aulus Gellius (†ca. 180 a.D., cf. Noctium Atticarum, Liber I, 7: 1; V1, 3: 8; XIII, 9: 1 et 21[20]: 16; XV, 6: 2). According to the testimony of Πλούταρχος ὁ Χαιρωνεύς (†ca. 120 a. D.): Βίοι Παράλληοι, Βίος Κικέρωνος, xli : § 881, Tiro, a freed slave (“ὁ τοῦ Κικέρωνος ἀπελεύθερος”) was indeed reputed to be an excellent scribe-stenographer writing in signs (τὸ σημεῖον); see also the testimony of Aulus Gellius, op. cit., V1, 3: 8; XIII, 9: 1. However it must be noted that it was only as of the 16th-17th century that Tiro’s name began to be associated with Latin stenography by certain French, Dutch, and German humanists, such as: Janus Gruter (1560 – 1627, cf. Notae Tyronis Ciceronis Q., ac Senecae, inscriptiones antiquae totius orbis Romani, Heidelbergae, ex officina Commeliniana [i.e. the well-known Heidelberg printer Jerome Commelin], ed.1 1602-1603, ed.2 1616, ed.3 Amstelaedami, 1707, in-folio), and his friend, colleague and collaborator Giuseppe Giusto Scaligero (*Agen, France, 1540 - †Leiden, Netherlands, 1609). Prior to that period, Latin stenography was commonly known as : notae Ciceronis • notae Senecae • or simply notae (cf. Codex Cassellanus : Kassel, Gesamthochschule, 2° Ms. philol. 2, 9th c., cf. facsimile-edition by Ferdinand Ruess, 1914), f. 1v° et Wolfenbüttel, Codex Guelferbytanus 9, 8 Aug. 4 (9th c.), f. 1r°, where one reads : « In Christi Nomine Incipiunt Notae Senecae » ; Johann von Heidenberg von Trittenheim (i.e. Johannes Tritthemius, †1516), Polygraphiae libri sex, Oppenhemii, 1518 (2 parts in 1 volume, in-quarto), p. Qvi-recto et Qvi-verso: “…Psalterium notis Ciceronis descriptum” • • [¶3] Bibliography • • (1) Illo Humphrey, Boethius De institutione arithmetica libri duo. Édition proto-philologique intégrale princeps d’un manuscrit du IXe siècle (Paris, BnF, latin 14064), texte, gloses, notes tironiennes, signes de renvoi, 265 pages, 7 plates, Glossaries, Indices; Institute of Medieval Music, Musicological Studies Vol. LXXXVI, Ottawa, Canada, ISBN 978-1-896926-90-2, 2007, cf. p. 203-230 • • (2) Illo Humphrey, “Boethii De institutione arithmetica libri duo: Étude proto-philologique”, in Carmina Philosophiae Volume 14, 2005, ©International Boethius Society, ISSN#1075-4407, p. 57-158, cf. critical Glossary of the glosses in tironian notes, p.93-110 • • (3) Illo Humphrey, “La sténographie latine (notes dites “tironiennes”), état de la question (histoire et tradition manuscrite, transcription et édition critique, pratique)”, in Colloquia Aquitana I – 2005. Études médiévales : Patrimoine matériel et immatériel, (Proceedings of the Symposium held in Duras, France – 47120, the 5th and 6th of August, 2005), Illo Humphrey (ed.), Paris (Éditions Le Manuscrit), ISBN: 2-7481-4750-2, 2006, p. 99-152 • • (4) Illo Humphrey, “Trois homélies attribuées à Heiric, moine de Saint-Germain d’Auxerre. Leur écriture en notes tironiennes. Manuscrit Bamberg patristique 46 Q.VI, 32”, in Bulletin de la Société des Fouilles Archéologiques et des Monuments Historiques de l'Yonne, numéro 13, 1996, pages 25-46, 11 Plates • • (5) Illo Humphrey, Boethius. His Influence on the European Unity of Culture: from Alcuin of York (†804) to Thierry of Chartres (†1154): Nordhausen, Germany (Traugott Bautz Verlag), 2010 | 2012, ISBN: 978-3-88309-603-2, 237 pages, Bibliography, Catalogue of the 128 cited Manuscripts, Glossary, Index; cf. Introduction: p. 15, Ch. 5: p. 104-105 • • [¶4] Frontispice: The manuscript Paris, BnF, n.a.l. 442, (98 feuillets [196 pages], 184 mm x 135 mm,9th century), originates, so it seems, from the scriptorium of Saint-Martin of Tours. It is a complete copy of the gallican Psalter, whose Psalmi and Cantica are all written in Latine stenography, that is to say tironian notes. This Psalter is unique in that it is the only tironian Psalter, among the eight known tironian Psalters, which is absolutely complete, without any lacunae. It contains 150 Psalms and the 16 Canticles in their entirety. On folio 1-recto, one discovers the sole lettrine of the manuscript, which is an illumination of Psalm I, verse 1: Beatus vir qui non abi-it in-consilio impi-orum. It is a full page lettrine with guilded interlace decoration enhanced with red, which comes out of the ductus of the tironian letter for “B” and out of the stenogram for the word “Beatus”. Illo is preparing now the critical proto-philological edition of the manuscript Paris, BnF, n.a.l. 442. Cf. Illo Humphrey, “La sténographie latine (notes dites “tironiennes”), état de la question (histoire et tradition manuscrite, transcription et édition critique, pratique)”, in Colloquia Aquitana I – 2005. Études médiévales : Patrimoine matériel et immatériel, (Proceedings of the Symposium held in Duras, France – 47120, the 5th and 6th of August, 2005), Illo Humphrey (ed.), Paris (Éditions Le Manuscrit), ISBN: 2-7481-4750-2, 2006, p. 110-112 • • [¶5] Parallel to the above, Illo has done for fellow researchers in Mediaeval Studies worldwide more than 100 benevolent unpublished critical, readings, transcriptions, and editions of Latin stenographic texts covering a wide variety of interdisciplinary fields, namely: proto-philology, musicology, liturgy, archival documents, diplomatic charters, scientific philosophy, etc. In addition to this, Illo has also written a 300-page unedited pedagogical manual on Latin stenography, as well as a collection of 70 epistolæ in Latin stenography to personal friends and colleagues around the world • • Lutetia Parisiorum • die martis decimo kalendas novembris • anno Domini G bis M° VII° • • Paris, 10th day before the Calends of November, i.e. October 23rd, a. D., dominical letter G, 2007 • • IH | ih | Ph. D.-HDR | scripsi et subscripsi | Explicit •
Illo Humphrey
added an update
Illo Humphrey
added an update
Illo Humphrey
added an update
Illo Humphrey
added a project goal
BOETHIUS (Anicius Manlius Torquatus Severinus)
*Rome, ca. 480 – †Pavie, ca. 524.
Puissant trait d’union entre l’Antiquité et le Moyen Âge
Verlag Traugott Bautz GmbH | Nordhausen | Deutschland | 2017
• Résumé de synthèse :
• Cette recherche est consacrée entièrement à l’œuvre scientifique-philosophique du platonicien Boèce (Rome, ca. 480 – Pavie, ca. 524), retraçant l’évolution des différentes étapes de l’influence qu’exerça l’enseignement ce philolosophe sur la nouvelle branche de la culture intellectuelle carolingienne. Cet enseignement, appelé par Boèce lui-même « quadruvium » est essentiellement d’origine pythagoricienne et platonicienne •
• Dans cet ouvrage, seront développés des thèmes suivants :
• 1° L’enseignement scientifique-philosophique du platonicien Boèce, lequel nous a été conservé intégralement dans ses deux traités De institutione arithmetica libri duo et De institutione musica libri quinque, a été destiné non seulement au futur mathematicus • musicus • geometres • astronomus, mais à l’ensemble des élèves de l’époque de la « correctio », instituée par le célèbre capitulaire Admonitio generalis promulgué le 23 mars 789 (éd. A. Boretius, M.G.H., Legum sectio II, tome I, p. 52-62) ce et quelle que fût la finalité de leurs études respectives •
• 2° La production iconographique, architecturale et, dans une certaine mesure, la confection des manuscrits, furent effectuées selon le même principe fondamental qui régit la formation des intervalles musicaux, à savoir le Régime de l’Octave, exprimé ici par l’algorithme suivant: Soit f la fonction prenant en paramètres : v allant de + 0 ® ∞ (v Є N) • n allant de + 0 ® ∞ (n Є N) • f (v, n) = v / (2n) = 1 : v p a • f (27 648, 14) = = 27 648 / 214 = = 1 ® 1, 6875 • [v = valeur quelconque • v p a = valeur proportionnelle absolue • i. inf. = immédiatement inférieur], caractérisé par le simple rapport diapasonal, i.e. binaire ou dyadique, 1 to 2 •
• 3° Le concept du Régime de l’Octave relève du domaine de l’ »pistémologie, étant en effet à la base de la philosophie des nombres et celle des proportions (ars arithmetica), et par conséquent de celle de la philosophie des intervalles musicaux (ars musica) •
• 4° Étant donné la présence de gloses rédigées à la 1ère et à la 2e personne du singulier à la fin du prologue du De arithmetica dans cinq manuscrits du IXe siècle, d’abord en sténographie latine dans Paris, BnF, Fonds latin : 14064, f. 2 : 1-18 et 7183, f. 2v° : 4-25, puis en latin non sténographié dans Paris, BnF, Fonds latin 13009, f. 1v° : 11-24 • nouvelles acquisitions latines 1614, f. 2 : 1-17 • BnF, Fonds latin 6639, f. 74(71) : 10-20, 74v°(71v°) ; enfin, la glose clé sous forme de subscriptio en écriture onciale au début du De institutione arithmetica II, 1 (Paris, BnF, Fonds latin 14064, f. 37 :10-12, cf. supra, t. 2 (éd.) p. 76), on est en droit de déduire que l’auteur des gloses à la fin du prologue, écrites à la 1ère et 2e personne du singulier au présent de l’indicatif à l’intention de Symmaque (i. e. « probator »), ainsi que celui de la subscriptio en écriture onciale (« …legi opusculum meum » cf. BnF, Fonds latin 14064, f. 37 : 10-12), n’est autre, à l’origine, que Boèce lui-même (i.e. « auctor ») •
• Enfin, comme indiqué ci-dessus, une partie de cette recherche constitue une étude de fond sur la proto-philologie (une édition critique non-normative qui respecte les caractéristiques premières de la source manuscrite : mise en page • orthographe • fautes de copistes • etc.) et son corollaire naturel la paléographie philologique (i. e. l’étude critique exhaustive et systématique des gloses et les signes de renvoi qui les accompagnent • des notes dites « tironiennes » • des signes de ponctuation et d’exponctuation • etc.) •
• IH | ih | Ph. D.-HDR | 13-VI-2016 | Explicit •
• English Abstract:
BOETHIUS (Anicius Manlius Torquatus Severinus)
*Rome, ca. 480 – †Pavie, ca. 524.
Puissant trait d’union entre l’Antiquité et le Moyen Âge
Verlag Traugott Bautz GmbH | Nordhausen | Deutschland | 2017
• This research is concentrated solely upon the scientific-philosophical works of the Platonist Anicius Manlius torquatus Seuerinus Boethius. In this study, the following themes are developed:
• 1° The scientific-philosophical teachings of the Platonist Boethius, which are preserved in his two treatises De institutione arithmetica libri duo et De institutione musica libri quinque, were destined not only for the future mathematicus • musicus • geometres • astronomus • but designed to be a part of the general curricula for all pupils and scholars, regardless of their chosen fields, during the period of the great “correctio” instituted by Charlemagne’s well-known capitulary Admonitio generalis the 23rd of March 789 (ed. A. Boretius, M.G.H., Legum sectio II, tome I, p. 52-62) •
• 2° The iconographic and architectural arts and, to a certain extent, the art of manuscript binding of the same period, were all based on the same fundamental principle which determines the formation of musical intervals, that is to say the principle of the Octave Regime, expressed here by the following algorithm: Given F being the function of the parameters: v going from + 0 to ∞ (v Є N) • n going from + 0 to ∞ (n Є N) • then f (v, n) = v / (2n) = 1: a p v • i. e. f (27 648, 14) = = 27 648 / 214 = = 1 to 1, 6875 • [v = value • a p v = absolute proportional value • i. inf. = immediately inferior], characterised by the simple diapasonal, that is to say the binary or dyadic ratio of 1 to 2 •
• 3° The fundamental concept of the Octave Regime is at the very heart of Epistemology, being the basis of the philosophy of numbers and the philosophy of proportions (ars arithmetica), and of course that of the philosophy of musical intervals (ars musica) •
• 4° The primitive glosses, written in the 1st and 2nd person singular of the present indicative tense, which are found at the end of the [prologue] of the Boethii De institutione arithmetica libri duo in five 9th century manuscripts, firstly in Latin stenography (i. e. tironian notes) in the two manuscripts Paris, BnF, Fonds latin 14064 (f. 2: 1-18) and Paris, BnF, Fonds latin 7183 (f. 2v°: 4-25), then in normal Latin in the three manuscripts Paris, BnF, Fonds latin 13009 (f. 1v°: 11-24), Paris, BnF, nouvelles acquisition latine 1614 (f. 2: 1-17), BnF, Fonds latin 6639 (f. 74r° [71r°]: 10-20 et f. 74v° [71v°]: 1-4); and finally, the key-gloss written in uncial script in the form of a subscriptio at the beginning of the De institutione arithmetica II, 1 (“…legi opusculum meum”: cf. Paris, BnF, Fonds latin 14064, f. 37: 10-12, cf. Dissertation, t. 2, critical edition, p. 76), lead one to affirm by deduction that these unique glosses apparently addressed to Symmachus (i. e. “probator”) were in fact written originally by Boethius himself (i. e. “auctor”) •
• In conclusion, this new work on Boethius is in sum a basic study on proto-philology (that is to say a non-normative critical edition which respects all the essential and primary characteristics of the chosen manuscript sources, e. g. page layout • spelling • scribal errors • etc.) and its natural corollary philological palaeography (that is to say an exhaustive critical study of the omission signs • tironian notes • punctuation signs • etc.) •
• IH | ih | Ph. D.-HDR | 13-VI-2016 | Explicit •