Elena Tagliani

Elena Tagliani
University of Lille Nord de France · UMR 8019 Clersé

Researcher in Pollitical Anthropology

About

3
Publications
39
Reads
How we measure 'reads'
A 'read' is counted each time someone views a publication summary (such as the title, abstract, and list of authors), clicks on a figure, or views or downloads the full-text. Learn more
0
Citations
Introduction
Current research interests: Political anthropology in the field of the regional power and European Union. Environmental and social issues in mountain communities; a difficult balance towards a new conception of sustainability at a local territorial scale. Rivers and montain valleys as a case study.

Publications

Publications (3)
Research Proposal
Full-text available
Contesto e problematica: i versanti italiani delle vallate alpine costituiscono un patrimonio collettivo unico e minacciato dalle pressioni antropiche, che accelerano i cambiamenti climatici con conseguenze sovente devastanti ed irrimediabili. La resilienza dell'intero ecosistema è messa a dura prova da istanze e lobbies potenti, come quella dei co...
Conference Paper
Full-text available
L'idée dominante de mon travail de thèse se déroule autour du rapport entre pouvoir et politique, vu du point de vue du niveau régional de gouvernement, au prisme d'une alternative régionale au système Européen actuel. Avec l'aide d'un travail de terrain et les instruments de l'ethnographie de la pensée, je veux valider mon hypothèse de fond, que s...

Projects

Projects (3)
Project
Le projet propose une réflexion à partir du débat sur le sens de l’action publique et la subjectivité politique dans les administrations régionales, avec les instruments de l’ethnographie de la pensée. L’Europe s’interroge sur son futur. Une réflexion s’impose sur les valeurs autour desquelles reconstruire une nouvelle identité européenne. Le régionalisme pourrait jouer un rôle central, mais aujourd’hui aucune subjectivité politique n’est octroyée aux régions d’Europe, bien qu’elles soient en charge de la mise en place de la politique de cohésion, et soient appelées à dire son mot dans le débat sur le futur de l’Europe, pour surmonter le déficit démocratique et de citoyenneté. Au fil des dernières décennies le régionalisme a agi comme contrepoids aux difficultés surgies de l’élargissements des frontières de l’UE et de la globalisation. Dans le contexte d’une crise profonde du sens de l'action publique, les institutions ont pourtant reconnu l’importance de la gouvernance à multi-niveaux et d’un rôle actif des régions dans le discours politique européen. La question de fond est donc le rapport entre régions et démocratie. La problématique de fond de cette recherche mise sur la possibilité de reconstruire un discours politique européen à partir de la subjectivité politique des régions. Cette recherche veut aborder la question du lien entre sens de l’action publique et subjectivité politique régionale dans le contexte de la réflexion sur l'identité future de l'Europe. Les régions peuvent jouer un rôle majeur pour l’Europe, pourvu qu’elles soient munies d’une subjectivité politique autonome. Une hypothèse pour mon travail est la suivante : il peut s’avérer que le pouvoir régional ne soit pas en gré à un moment donné d’expliciter sa subjectivité politique ; dans ce cas, c’est aux agents publics aussi, et non pas seulement aux élus, de penser des prescriptions pour renouveler le futur d’une collectivité. Et cela se fait pourquoi ils ont des connaissances du cadre des nécessités des gens qui vivent et travaillent sur un territoire donné, celui qui est soumis aux politiques territoriales. Deuxième hypothèse : l’échelle territoriale la plus intéressante est celle qui se rapporte aux régions. Et cela se fait pourquoi au niveau régional il est encore possible de concilier les exigences des gens et des collectivités locales avec les grandes stratégies de développement territorial durable. Cela dans le jargon technique des institutions européennes s’appelle « la dimension territoriale » des politiques, et constitue un facteur majeur de succès en termes d’impacts positifs. Et d’ici une troisième hypothèse : si la dimension territoriale est-elle nécessaire à la bonne réussite des politiques territoriales, pourquoi ne pourrait-elle constituer une possible solution à la crise identitaire que sévit l’Europe aux nos jours ? La recherche portera sur le sens de l’action publique au niveau régional, et donc sur ce qu’en pensent les agents publics des administrations régionales, en permettant de connaitre si les conditions existent pour une subjectivité régionale dans l’Europe d’aujourd’hui. On abordera ces questions en s’appuyant sur une démarche scientifique innovante, centrée sur la pensée et la subjectivité : celle de l’ethnographie de la pensée. A travers la pensée des agents publics qui y travaillent, on explorera la subjectivité politique des régions enquêtées, si elle existe, et donc les conditions pour une pensée politique autonome dans les administrations régionales, dans le but de trouver des prescriptions pour une nouvelle Europe future basée sur une approche anthropologique de l'action publique.
Project
In the framework of a doctoral path aimed at investigating the public thought at a regional level and its links with the latest evolution of the debate on the European future.