Lab

Caroline Traube's Lab - Laboratoire de recherche sur le geste musicien

About the lab

La Laboratoire de recherche sur le geste musicien
- adopte une approche interdisciplinaire et collaborative pour l’étude de la musique, et comprend des équipes rassemblant des scientifiques, praticiens et théoriciens de la musique;
- soutient les musiciens (interprètes et compositeurs) dans leur démarche de recherche et de recherche-création, à l'aide de méthodes et d'outils qui relèvent des domaines de l’informatique musicale, de l’acoustique, de la psychoacoustique, de la psychologie cognitive, de la linguistique et de la biomécanique;
- contribue au développement d’une musicologie expérimentale, interdisciplinaire et de terrain, et de la santé du musicien.

Featured projects (1)

Project
The project’s objective is to develop optimal holistic gestures that minimize the risk of musculoskeletal disorders while ensuring a fine control of sound production. Based on the optimal control theory, the simulation of piano performance from gesture to sound will be obtained using a multi-body biomechanical model combined with a sound production model of the piano mechanism.

Featured research (7)

Piano performance involves several levels of motor abundancy. Identification of kinematic strategies that enhance performance and reduce risks of practice-related musculoskeletal disorders (PRMD) represents an important research topic since more than half of professional pianists might suffer from PRMD during their career. Studies in biomechanics have highlighted the benefits of using proximal upper-limb joints to reduce the load on distal segments by effectively creating velocity and force at the finger–key interaction. If scientific research has documented postural and expressive features of pianists’ trunk motion, there is currently a lack of scientific evidence assessing the role of trunk motion in sound production and in injury prevention. We address this gap by integrating motion of the pelvis and thorax in the analysis of both upper-limb linear velocities and joint angular contribution to endpoint velocities. Specifically, this study aims to assess kinematic features of different types of touch and articulation and the impact of trunk motion on these features. Twelve pianists performed repetitive loud and slow-paced keystrokes. They were asked to vary (i) body implication (use of trunk and upper-limb motion or use of only upper-limb motion), (ii) touch (struck touch, initiating the attack with the fingertip at a certain distance from the key surface, or pressed touch, initiating the attack with the fingertip in contact with the key surface), and (iii) articulation (staccato, short finger–key contact time, or tenuto, sustained finger–key contact time). Data were collected using a 3D motion capture system and a sound recording device. Results show that body implication, touch, and articulation modified kinematic features of loud keystrokes, which exhibited not only downward but also important forward segmental velocities (particularly in pressed touch and staccato articulation). Pelvic anterior rotation had a prominent role in the production of loud tones as it effectively contributed to creating forward linear velocities at the upper limb. The reported findings have implications for the performance, teaching, and research domains since they provide evidence of how pianists’ trunk motion can actively contribute to the sound production and might not only be associated with either postural or expressive features.
http://revuemusicaleoicrm.org/rmo-vol6-n1/ Présentation La recherche en musique a subi d’importantes transformations au cours des dernières décennies. La musique n’est plus considérée seulement comme une « œuvre d’art » se matérialisant sous la forme d’une partition, mais aussi comme un « processus » révélant les rôles cruciaux que jouent l’interprète, l’auditeur et la manifestation sonore de la musique. Plus particulièrement, la recherche consacrée à l’interprétation musicale s’est enrichie de nouvelles perspectives disciplinaires couvrant l’ensemble du spectre des sciences, des sciences humaines aux sciences naturelles et aux technologies. En complément de l’étude historique et analytique des œuvres qui soutient le travail de l’interprète en amont, ces perspectives scientifiques permettent d’aborder les multiples dimensions de l’art de l’interprétation musicale, et en particulier à la créativité de l’interprète dans le processus de la « mise en son » d’une œuvre musicale. Des projets de recherche interdisciplinaires favorisent aussi des transferts de connaissances issues de disciplines connexes, comme la médecine des arts, la biomécanique ou la psychologie sportive. Ce dossier thématique concerne ainsi le phénomène de l’interprétation musicale en général, et le « rapport geste-son » en particulier. De façon à cerner toute la richesse du système complexe formé par l’instrumentiste et son instrument, de la création du son instrumental par le geste jusqu’à sa réception par les musiciens ou le public, différentes perspectives disciplinaires complétant les approches musicologiques classiques (histoire et analyse de la musique) sont adoptées pour analyser le processus de la création sonore par l’interprète. Le dossier s’ouvre sur une étude menée par Nicolas Donin et Jacques Theureau sur l’activité du chef d’orchestre, un sujet peu exploré par le domaine des études de l’interprétation musicale, à l’aide d’un cadre méthodologique inspiré de l’ergonomie cognitive et de l’analyse de l’activité. Cette étude de l’activité de lecture de la partition et de direction des répétitions d’une œuvre contemporaine permet de prendre la pleine mesure de la complexité de la phase de préparation d’une interprétation musicale particulière. Ensuite, Ariana Pedrosa explore le rôle de la musique populaire brésilienne, et en particulier le choro, dans le contexte de la formation du répertoire de la musique de concert brésilienne pour le basson. Sur le plan méthodologique, une démarche d’interprétation historiquement informée – concept que l’on retrouvera dans plusieurs articles de ce dossier –, se combine à une démarche pédagogique et de médiation. À la suite de ces deux articles, l’interdisciplinarité s’étend du côté des sciences et des technologies du son et de la musique. Se basant sur un modèle théorique de l’expression des émotions issu du domaine de la psychologie cognitive et sur l’analyse acoustique des paramètres sonores de l’enregistrement, Sylvain Caron nous présente une analyse détaillée de l’interprétation du poème « Les hiboux » de Baudelaire mis en musique par Louis Vierne, tout en la mettant en regard avec l’analyse de la partition elle-même. L’article de João Costa Ferreira nous emmène du côté des mathématiques, en proposant un système de quantification de la complexité de réalisation pianistique des œuvres du compositeur et pianiste portugais José Vianna da Motta. Les trois derniers articles ont en commun le sujet de la musique de Jean-Sébastien Bach et de son interprétation au clavier. L’article de Christophe d’Alessandro illustre comment la recherche sur les sources historiques peut nourrir une étude expérimentale sur le jeu du clavicorde s’inscrivant dans le domaine de l’acoustique musicale, et qui, en retour, permet de confirmer la gestuelle à appliquer à l’instrument, telle qu’elle est décrite dans ces sources. Viktor Lazarov et ses coauteurs présentent une étude interdisciplinaire sur l’interprétation de la musique de J.-S. Bach visant à caractériser trois styles d’interprétation – baroque, romantique, moderne, tant du point de vue de l’intention musicale (de la part du musicien) et de sa perception (par l’auditeur) que par une analyse quantitative du jeu instrumental capté par un piano enregistreur. Finalement, ce dossier se clôture sur la contribution libre de Konstantinos Alevizos dont l’objectif est de connecter les techniques compositionnelles que Bach a employées (la distance d’entrée, la technique d’inversion, le positionnement des dux et comes, l’utilisation d’éléments rythmiques) afin de créer les différentes possibilités de stretto dans le Contrapunctus 5 de L’art de la fugue. En lien avec la thématique du dossier, on retrouve la note de terrain de Jean-Christophe Valière et ses coauteurs, décrivant l’étape de collecte des données pour une étude expérimentale visant à mettre en évidence le rapport entre la gestuelle du pianiste et la production sonore qui en résulte. Les méthodes employées et les cadres théoriques qui leur sont associés, comme les techniques de captation de mouvement par caméras infrarouges, la modélisation biomécanique et l’analyse acoustique des extraits sonores, complètent le panorama des disciplines qui peuvent être invoquées pour l’étude de ce phénomène complexe qu’est l’interprétation musicale. Le dossier thématique est complété par une autre note de terrain de Margaux Sladden qui signe ici le deuxième chapitre de la section Mots clés de la série « Anthologie du PHEM », consacré au « bergsonisme ». Quatre comptes rendus terminent ensuite ce numéro : Sophie Renaudin s’intéresse à L’oreille divisée. Les discours sur l’écoute musicale aux XVIIIe et XIXe siècles (2010) de Martin Kaltenecker ; Jean-Jacques Nattiez propose une lecture du volume-hommage à sa conception de la musicologie, The Dawn of Music Semiology. Essays in Honor of Jean-Jacques Nattiez (2017), dirigé par Jonathan Dunsby et Jonathan Goldman ; Gabrielle Prud’homme pose un regard critique sur l’étude consacrée au Lac des cygnes de Tchaïkovski par Laurence Le Diagon-Jacquin (2018) ; enfin, Stefano Alba se penche sur l’ouvrage de Kimberly A. Francis, Teaching Stravinsky. Nadia Boulanger and the Consecration of a Modernist Icon (2015), qui, comme son titre l’indique, retrace le rôle qu’a pu jouer Nadia Boulanger dans la carrière du compositeur russe. Caroline Traube, directrice invitée
Inspired by a particular approach to piano performance developed and taught at Université de Montréal, the objective of this study is to effectively assess the role and contribution of proximal-body segments to the finger and hand velocities in terms of joint kinematics during the production of loud tones. For this purpose, 12 pianists performed right-hand repetitive keystrokes (on the A4 key) at a high sound intensity (forte). They were asked to vary: i) the body segments involved in the attack (only upper-limb segments versus a gesture combining the pelvis, the trunk and the upper-limb), ii) the type of touch (pressed touch, which involves starting the key-depression with the fingertip in contact with the key, versus struck touch, which implies striking the key from a certain height self-determined by each pianist), and iii) the articulation (staccato versus tenuto). Data was collected using a 3D motion capture system composed by 18 cameras, pressure sensors placed on the piano keys, and a sound recording device. Our preliminary results show on that pelvic and thorax motion appear to have a significant impact in the generation of velocities at fingertips and hands during piano performance. Pelvo-thoracic joints show however a temporal phase-shift in relation with endpoint velocities, potentially anticipating the different phases of the keystroke. This study is part of a larger project aiming to develop a multi-physical simulation of the complex system formed by the pianist's body, the instrument's mechanism, and the produced sound.
Cet article présente les résultats d'une étude pilote visant à caractériser trois styles d'interprétation différents de la musique de J.-S. Bach dans le contexte d'un processus de recherche-création. En s'appuyant sur une étude de l'interprétation de la musique baroque au xx e siècle, un pianiste a joué un extrait de la Partita en do mineur (BWV 826) selon trois esthétiques contrastantes (romantique, moderne, rhétorique). Le jeu du pianiste a été capté et enregistré en format de données midi sur un piano Yamaha Disklavier DC7X. Une description verbale de chaque style a ensuite été obtenue suivant la technique de l'auto-explicitation réalisée par le pianiste. Les captations sonores de chaque extrait ont été présentées à un auditeur expert, spécialiste en enregistrement du piano, ce qui a permis d'obtenir une perspective externe sur les interprétations. Ces descriptions qualitatives ont été mises en correspondance avec une analyse quantitative des paramètres d'exécution, comme le tempo, les vitesses d'attaque et le degré de legato. This article presents the results of a pilot study whose aim was to characterize three different interpretation styles of the works of J.S. Bach in the context of a research creation process. Based on a study of baroque music performance in the 20th century, a pianist performed an excerpt of Bach's Partita in C minor (BWV 826) according to three contrasting styles (Romantic, Modern and Rhetorical). The pianist's performance was captured and recorded on midi data format using a Yamaha Disklavier DC7X piano. A verbal description of each style has been provided by the pianist through a self-explicitation exercise. Each audio recording was then presented to an expert auditor, specialist in piano recordings, which provided an external perspective on the
Recent advances in online technologies are changing the way we approach instrumental music education. The diversity of online music resources has increased through the availability of digital scores, video tutorials and music applications, creating the need for a cohesive, integrated learning experience. This article will first explore how different technological innovations have shaped music education and how their actual transposition in the digital world is creating new learning paradigms. As a practical illustration of these paradigms, we will present the development of a new online learning environment that allows master-apprentice or self-taught learning, using interactive and collaborative tools.

Lab head

Caroline Traube
Department
  • Faculty of Music
About Caroline Traube
  • Caroline Traube currently works at the Faculty of Music, U. of Montréal and does research in Musical Acoustics, Psychoacoustics, Empirical Musicology and Performing Studies. Her lab (Laboratoire de recherche sur le geste musicien) supports interdisciplinary projects and gathers performers, composers, musicologists and scientists around research questions relating to the biomechanical control, auditory perception and verbal description of instrumental timbre, as well as the expressive parameters of instrumental and orchestral performance. She is an active member of three music-related research centers based in Montréal - OICRM, CIRMMT and BRAMS. She has also been involved in the development of programs in the field of digital musics and composition for screen at University of Montréal.

Members (18)

Vincent Verfaille
  • Université de Montréal
Morris Levy
  • University of Minnesota Duluth
Anne-Marie Burns
  • Centre d'études en responsabiblité sociale et écocitoyenneté (Cersé) - Collège de Rosemont
Felipe Verdugo
  • McGill University
Justine Pelletier
  • Université de Montréal
Julie Delisle
  • McGill University
Mattia Berrini
  • University of Alberta
Sylvain Caron
  • Université de Montréal
Sébastien Bel
Sébastien Bel
  • Not confirmed yet

Alumni (21)

Nicolas d'Alessandro
  • Université de Mons
Guillaume Boutard
  • Université de Montréal
Jean-Julien Filatriau
  • Institut supérieur de Musique et Pédagogie (IMEP), Namur, France
Sébastien Schiesser
  • Zürcher Hochschule der Künste