Migrations Société

Published by CAIRN
Print ISSN: 0995-7367
Publications
Cet article présente une interprétation des enjeux théoriques fondamentaux du droit de vote des étrangers. Utilisant le problème du droit de vote des étrangers comme effet miroir, il s’agit de mettre en évidence ce que ce problème soulève comme questions fondamentales pour le régime dans lequel il se pose. Ainsi, d’une part, utilisant principalement les travaux de Jacques Rancière, la thèse qui est proposée est que c’est la démocratie (conçue de façon extensive et intensive, et non simplement procédurale) qui est l’enjeu fondamental de la question du droit de vote des étrangers. Bien que la relation entre droit de vote et démocratie ne soit pas évidente, l’article s’attache à montrer que la lutte pour le droit de vote des étrangers est une lutte pour la démocratie, et que la lutte pour l’égalité des droits (politiques) constitue un processus de subjectivation politique. Et il s’agit, d’autre part, de montrer comment cette question constitue un point nodal de contradiction dans les fondements du régime, entre nationalité et citoyenneté, ou entre souveraineté et démocratie.
 
Durant les années 1990 et 2000, la Grèce devient une destination majeure pour des migrants venus des pays balkaniques, au premier rang desquels de nombreux albanais. Passant du statut de pays d’émigration à celui de pays d’immigration et signant les accords de Schengen, la Grèce a fait évoluer son arsenal législatif en conséquence. Entre règlements communautaires et particularités nationales, la construction du dispositif de contrôle des frontières du nord de ce pays illustre la concomitance de dynamiques continentales et d’autres influencées sur le long cours par des représentations en liens avec les processus de construction nationale dans la région. In the 1990’s, Greece became an important destination for migrants from other Balkan countries, and mostly from Albania. Moving from emigration to immigration country, Greece had to adapt its legal framework regarding this new context. Between EU community regulations and national particularities, the building of a dispositive of border control in Northern Greece illustrates the coexistence of continental dynamics and others influenced by social representations connected to the long term nation-building processes prevailing in this area.
 
Top-cited authors
Christophe Bertossi
  • Institut Convergence Migrations
Anne Lavanchy
  • University of Applied Sciences and Arts Western Switzerland
Jan Willem Duyvendak
  • Netherlands Institute for Advanced Study in the Humanities and Social Sciences
Isabelle Rigoni
Emmanuelle Santelli
  • Centre Max Weber, Lyon, CNRS