Université Mohammed V Souissi (UM5S)
Recent publications
On 4-symmetric symplectic spaces, invariant almost complex structures -up to sign- arise in pairs. We exhibit some 4-symmetric symplectic spaces, with a pair of “natural” compatible (usually not positive) invariant almost complex structures, one of them being integrable and the other one being maximally non-integrable (i.e. the image of its Nijenhuis tensor at any point is the whole tangent space at that point). The integrable one defines a pseudo-Kähler Einstein metric on the manifold, and the non-integrable one is Ricci Hermitian (in the sense that the almost complex structure preserves the Ricci tensor of the associated Levi Civita connection) and special in the sense that the associated Chern Ricci form is proportional to the symplectic form.
PurposeMining activities generate considerable quantities of wastes that are usually accumulated in the open air, and form dykes that disfigure the landscape and arable land. The present study aims to isolate and select the phosphate solubilizing bacteria (PSBs) from Phosphate Solid Sludge to improve the agronomic efficacy of phosphate bio-fertilizers.Methods Thirty-one bacterial strains were isolated from the Moroccan phosphate sludge, from which 24 were retained after molecular phylogenetic analysis of 16S rRNA sequences and characterized biochemically, phenotypically, and genotypically. Strains with the best plant growth-promoting and tolerance to abiotic stress traits were therefore reselected for the biocontrol test against Fusarium oxysporum and Botrytis cinerea and inoculation trials of Phaseolus vulgaris.ResultsThe 24 selected strains have significantly different abilities to solubilize Moroccan rock phosphate, and the quantity of soluble phosphate varied between 3.25 and 140 µg/ml. Out of 24 selected PSBs, 33% were positive in tricalcium phosphate solubilization with a solubilization index ranging from 1.8 to 3.5. Furthermore, the selected strains could produce phytohormone (indole acetic acid), siderophores, hydrogen cyanide, and lytic enzymes (cellulase and chitinase). The majority of PSBs strains were resistant to extreme abiotic stresses (salinity, high temperature, and pH change) and tolerant to heavy metals (Fe, Zn, Cu, and Pb). Exhibiting the best results, the strains HFBP01, HFBP15, and HFBP26 identified as Brevibacterium frigoritolerans, Bacillus valismortis, and Streptomyces venezuelae, respectively, showed a significant in vitro antagonistic activity of about 50% and 34% against F. oxysporum and B. cinerea, respectively. Individual inoculation of P. vulgaris plants by HFBP26 and combined by HFBP01-HFBP15-HFBP26 consortium significantly increased shoot dry biomass by about 73.6% and 70.6%, respectively. The most significant root dry biomass increase was observed under inoculation by HFBP01-HFBP15 (5.2-fold).Conclusion The three isolated PSBs from phosphate sludge could be used as potential biofertilizer candidates to increase plant productivity. Field-testing with the potential use of phosphate sludge will further elucidate their effects on plant growth.Graphical Abstract
Aims The study aimed to investigate the effect of Euphorbia cheiradenia on blood pressure. Background Euphorbia cheiradenia is a medicinal plant with several medicinal properties. Objective This study aimed to study the vasorelaxant and antihypertensive capacity of the aqueous extract of Euphorbia cheiradenia (E. cheiradenia), and to evaluate its effect on angiotensin-converting enzyme 2 (ACE2). Methods The antihypertensive ability of aerial parts of the aqueous extract of E. cheiradenia (AEEC) was investigated in L-NAME-induced hypertensive rats, and its vasorelaxant effect was performed on the isolated thoracic rat aorta. In addition, the possible inhibitory effect of AEEC on ACE2 was also studied. Results AEEC lowered blood pressure parameters in hypertensive rats. The study of the vasorelaxant activity revealed that AEEC partially relaxed the aortic rings through activation of the KATP channel and inhibition of the β-adrenergic pathway. Whereas pretreatment of aortic rings with nifedipine, indomethacin, L-NAME, and methylene blue did not attenuate AEEC-induced vasorelaxation. However, AEEC did not affect ACE2 in isolated rat aortas. Conclusion The study showed that aqueous E. cheiradenia extract exhibits significant antihypertensive activity in hypertensive rats.
This article is mainly concerned by the concept of dimension. More precisely, our objective is to challenge the conventional zero dimension assigned to the point. This reconsideration allows us to propose two new ways of conceiving the notion of dimension, which are the two sides of the same coin. First, the dimension of a set appears as a quantification of the organization of its points. Secondly, the dimension seems essentially to be a comparison between the entropies of sets. Thus, we started from the point and succeeded in constructing a point-dimension notion allowing us to extend the principle of box dimension in many directions and to finely estimate the dimensions of sets. More precisely, we introduce the notion of point-extended box dimension in the large framework of topological vector spaces, freeing it from the notion of metric. This general setting permits us to treat the case of finite, infinite and invisible dimensions. This first work focuses essentially on general properties and is particularly oriented towards establishing a well founded framework for infinite dimension.
The introduction of the quantum analogue of a Carnot engine based on a bath comprising of particles with a small amount of coherence initiated an active line of research on the harnessing of different quantum resources for the enhancement of thermal machines beyond the standard reversible limit, with an emphasis on nonthermal baths containing quantum coherence. In our work, we investigate the impact of coherence on the thermodynamic tasks of a collision model which is composed of a system interacting, in the continuous time limit, with a series of coherent ancillas of two baths at different temperatures. Our results show the advantages of utilising coherence as a resource in the operation of the machine, and allows it: (i) to exhibit unconventional behaviour such as the appearance of a hybrid refrigerator, capable of simultaneous refrigeration and generation of work, and (ii) to function as an engine or a refrigerator with efficiencies larger than the Carnot bound. Moreover, we find an effective upper bound to the efficiency of the thermal machine operating as an engine in the presence of a coherent reservoir.
Introduction La carence martiale est une carence nutritionnelle extrêmement fréquente, survenant dans des contextes à la fois physiologiques et pathologiques, et ayant un impact négatif considérable sur la qualité de vie des patients. Le but de notre cette étude est d’évaluer la conduite diagnostique ainsi que la prise en charge thérapeutique de la carence martiale par les médecins généralistes. Patients et méthodes Nous avons réalisé une étude prospective auprès de 158 médecins généralistes, par le biais d’un questionnaire portant aussi bien sur leurs connaissances théoriques que sur leurs applications pratiques concernant la carence martiale. Résultats Sur 10 consultations de médecine générale, l’anémie était observée dans en moyenne 3 ± 2 (1–10) d’entre elles. Sur 10 cas d’anémie, en moyenne 6 ± 2 (0–10) sont en rapport avec une carence martiale. Cette définition étant retenue sur la base de la ferritine (28 %), de l’hémoglobine (25 %), du VGM (17,8 %), de la CCMH (16 %), du fer sérique (8,8 %), et du coefficient de saturation de la transferrine (3,5 %). Devant une anémie microcytaire et/ou hypochrome, 42 % des médecins généralistes recherchent l’étiologie systématiquement et 58 % tentent un traitement martial d’épreuve, avec éventuelle exploration ultérieure en l’absence de réponse. La notion de carence martiale fonctionnelle est dite connue dans 55 cas, étant définie par l’inflammation (50 %), la perturbation du bilan martial (33 %), le défaut d’apports (9,4 %), et l’excès de pertes (7,1 %). Le rôle de l’hepcidine est déclaré connu dans 29 cas (18 %), dont seulement 16 (10 %) relatifs à l’inhibition de l’absorption du fer. Une enquête étiologique en cas de carence martiale est faite systématiquement dans 57 % des cas à type d’exploration digestive (26 %), d’échographie pelvienne (18,3 %), de bilan martial (17,5 %), de bilan inflammatoire (10,3 %), et d’autres examens (7,2 %). Dans seulement 12 % des cas, l’exploration digestive et l’échographie pelvienne sont faites exclusivement. Les généralistes estiment que la proportion d’effets indésirables du fer oral est de 10 % (n = 34), 20 % (n = 44), 30 % (n = 47), 40 % (n = 47) et 50 % (n = 25). Les effets rapportés comme étant les plus fréquents sont les troubles digestifs (64 %), la coloration des selles (24,7 %) et l’allergie (9,6 %). La durée optimale du traitement en cas de carence martiale absolue est estimée à un (1,3 %), deux (6,5 %), trois (49 %), quatre (40,6 %), et six mois (2,6 %). Le traitement est jugé être pris de manière complète par les patients dans moins de 50 % (n = 18), 50 % (n = 55), 80 % (n = 62) et 100 % des cas (n = 13). Au total, 16 médecins généralistes rapportent avoir beaucoup de patients sous fer oral deuils plusieurs années, 74 en ont très peu, et 62 n’en ont pas du tout. Les principaux motifs de la prise du fer au long cours sont une mauvaise observance (22 %), une réponse insatisfaisante (22 %), une cause non étiquetée (22 %) et une cause digestive ou gynécologique persistante (18,5 %). En ce qui concerne le mode de supplémentation, 56 % des prescripteurs préfèrent le fer seul et 44 % préfèrent le fer avec un complexe vitaminique. Dans le cadre d’une carence martiale fonctionnelle, la prise orale de fer est considérée efficace (n = 69), non efficace (n = 31) et d’efficacité incertaine (n = 47). Le fer injectable était indiqué par 15 médecins (9,4 %), dans le cadre d’une anémie profonde (30 %), d’une impossibilité à utiliser la voie orale (50 %) et d’une insuffisance rénale (20 %). Conclusion La carence martiale constitue un motif de consultation fréquent, tout comme elle est souvent révélée fortuitement à l’occasion d’un bilan sanguin de routine. Il s’agit d’une situation courante à laquelle font face les médecins généralistes, d’où l’importance de renforcer leur formation à ce sujet, mais aussi d’encourager la collaboration interdisciplinaire afin de garantir une prise en charge optimale de ces patients.
Introduction Les lymphomes non hodgkiniens sont des tumeurs rarement observées au niveau des sinus maxillaires. Nous rapportons le cas d’un lymphome B diffus à grandes cellules de localisation maxillaire, mettant en exergue les difficultés diagnostiques pouvant être rencontrées face à un tableau clinicoradiologique peu évocateur et un site difficile d’accès à la biopsie. Résultats Une patiente de 57 ans, sans antécédents, présentait des paresthésies intermittentes de la joue droite, sans autres signes associés. L’évolution était marquée par la survenue deux mois plus tard d’un déficit sensitivomoteur de la joue droite, accompagné de sueurs nocturnes et d’une altération rapide de l’état général. Après une exploration dentaire sans anomalie, le scanner des sinus et du massif facial montrait un processus lésionnel tissulaire du maxillaire droit, mesurant 35 × 30 mm, envahissant la fosse infra-temporale, avec une importante ostéolyse en regard, faisant évoquer un carcinome du sinus maxillaire. Une première biopsie de la lésion tumorale, effectuée par voie rhinoseptale, était non contributive. L’analyse histologique et immunohistochimique de la seconde biopsie, réalisée par voie transvestibulaire et transpalatine, était en faveur d’un lymphome B diffus à grandes cellules, de type centre non germinatif : CD20+ CD5-, CD10-, CD138-. Sur le plan biologique, un syndrome inflammatoire isolé était observé avec notamment une VS à 122 mm/h et une hyper-alpha2-globulinémie à l’électrophorèse des protéines sériques. Au bilan d’extension, la biopsie ostéomédullaire et l’analyse du liquide céphalorachidien étaient sans particularités. Le scanner thoraco-abdomino-pelvien ne retrouvait pas de localisation sus- ou sous-diaphragmatique, mais une image tissulaire était observée au niveau de l’apophyse épineuse de L1, mesurant 27 × 24 × 18 mm. L’exploration scintigraphique par TEP TDM au 18FDG mettait en évidence un foyer hypermétabolique pathologique lytique intense de l’apophyse épineuse de L1 (SUVmax = 17,6), associé à un foyer hypermétabolique pathologique intense du sinus maxillaire droit, étendu à la fosse temporale et au sinus ethmoïdal droit (SUVmax = 14,3). Ainsi, le diagnostic d’un lymphome B diffus à grandes cellules de stade IV était retenu. Une chimiothérapie par voie systémique et intrathécale était instaurée, à type de protocole R-CHOP. Une rémission complète était obtenue après 6 cures, avec disparition complète des deux foyers hypermétaboliques au TEP-scanner. Après un recul de 5 ans, aucune récidive tumorale n’était observée, et la patiente était déclarée guérie. Conclusion Le lymphome non Hodgkinien de localisation maxillaire est une entité rare, dont le mode de présentation atypique peut poser un véritable défi diagnostique. Dans ce cas clinique, l’instauration rapide de la chimiothérapie a permis la guérison de la patiente.
Introduction La thrombose veineuse splanchnique (TVS) est une thrombose dite de siège insolite dont l’incidence est beaucoup plus rare que les thromboses classiques (membres inférieurs et embolie pulmonaire), et diffère de cette dernière autant sur le plan épidémiologique, que sur le plan étiologique et complications. Résultats Nous avons colligé 12 patients porteurs d’une TVS ayant été explorés dans le service de médecine interne du CHU de Rabat, dont l’âge moyen était de 34 ans (27–55), avec un sex-ratio F/H de 2,25. Seul un patient avait un antécédent familial de maladie auto-immune et un autre patient de thrombose artérielle chez un parent et dans la fratrie, et aucun ne présentait d’antécédent personnel de thrombose. La présentation était sur un mode chronique ou subaigu dans la moitié des cas, et aiguë dans l’autre moitié. Le motif révélateur était des douleurs abdominales dans 66 % des cas (8 patients), d’autres symptômes plus rares incluaient des œdèmes des MI 8 %(1 cas), une augmentation du volume abdominal 8 % (1 cas) et une hémorragie digestive 8 % (1 cas), la découverte a été fortuite dans 8 % (1 cas). Le diagnostic a été posé sur un écho-doppler abdominal dans la moitié des cas, et sur un angio-scanner abdominal dans l’autre moitié. L’imagerie retrouvait une thrombose intéressant le tronc porte dans 58 % (7 cas), et s’étendait aux autres branches dans 41 % (5 cas), la thrombose intéressait uniquement l’un de ses affluents dans 25 % (3 cas), et un syndrome de Budd-chiari dans 16 % (2 cas). L’hémogramme objectivait une anémie ferriprive isolée dans 16 % (2 cas), associée à une pancytopénie dans 16 % (2 cas) et normale dans 68 % (8 cas), le bilan biologique retrouvait une cytolyse hépatique dans 33 % (4 cas), une cholestase dans 50 % (6 cas) et l’association des deux dans 25 % (3 cas). La cause retrouvée était un syndrome des anti-phospholipides dans 41 % (5 cas), parmi lesquelles 40 % (2 cas) étaient associés à un lupus, 40 % (2 cas) étaient primitifs et 20 % (1 cas) étaient associés à une mutation de protéine C, les autres causes retrouvées étaient : la maladie de Behçet 16 % (2 cas), la maladie cœliaque 16 % (2 cas), la maladie de Biermer 8 % (1 cas) et une vascularite à ANCA 8 % (1 cas). Tous les patients ont été mis sous traitement anticoagulant, en plus d’un traitement étiologique fonction de la pathologie retrouvée, la transplantation hépatique a été proposée à une patiente qui avait une cirrhose compliquée de varices stade II avec insuffisance hépatocellulaire au moment du diagnostic. Conclusion La TVS est une thrombose de siège inhabituel, nécessitant une exploration exhaustive à la recherche d’une étiologie sous-jacente dont la TVS peut être la première manifestation. Les connectivites et les vascularites les plus incriminées incluent : le SAPL en premier, ce qui s’accorde avec les résultats de notre étude, d’autres causes dont les maladies inflammatoires de l’intestin, et la maladie de Behçet sont rapportés à des taux différents fonctions des études.
Introduction La maladie de Behçet est une vascularite systémique d’étiopathogénie inconnue. Elle est fréquente dans le bassin méditerranéen et touche particulièrement l’homme jeune. L’atteinte neurologique est l’une des manifestations rares qui conditionne le pronostic fonctionnel et vital chez ces patients. Patients et méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive analytique et observationnelle, menée au sein du service de médecine interne à Rabat étalée sur 10 ans, entre janvier 2012 et janvier 2022. Nous avons colligé 531 dossiers des patients suivis pour la maladie de Behçet. Les résultats statistiques ont été analysés par le logiciel JAMOVI version 1,3 et les tests statistiques : Chi², de Fisher et Student's. Résultats Dans notre étude, l’atteinte neurologique a été observée chez 65 patients (soit 12,5 %). Elle a été inaugurale dans 9 cas (13,8 %). Le sexe ratio est de 7,25 avec pré-dominance masculine 58 H/8 F. L’âge moyen au moment du diagnostic est estimé à 34 ans (16–56 ans). Les symptômes cliniques ont été prédominés par les céphalées isolées dans 36 cas (55,38 %), convulsions dans 5 cas (7,6 %), hypertension intracrânien dans 30 cas (46,15 %), syndrome pyramidal dans 8 cas (12,3 %) compliqué d’un déficit moteur dans 13 cas (20 %) et un syndrome cérébelleux dans (8,57 %). Une atteinte des paires crâniennes a été objectivée dans 3 cas (4,6 %). Un seul cas de syndrome pseudo-bulbaire, 14 patients (21,5 %) avaient des troubles psychiatriques. Sur le plan paraclinique la ponction lombaire réalisée chez tous les patients a objectivé une méningite lymphocytaire aseptique chez 10 cas (15,38 %), le dosage de l’IL 6 dans le LCR n’a pas été effectué. La CRP a été élevée chez 46 patients soit 70 %. Aucun de nos patients n’avait une perturbation du bilan lipidique ni atteinte cardiaque. L’atteinte Parenchymateuse (mésencéphalique) a été soulevée dans 25 cas soit 38 %, AVC dans 11 cas (soit 16,9 %,) les thrombophlébites cérébrales ont constituée 8,8 % des atteintes, aucune inflammation du parenchyme cérébrale ni délitation ventriculaire n’a été décelé. Sur le plan thérapeutique, on a eu recours à une corticothérapie et la colchicine chez tous les patients, traitement immunosuppresseur de 1 ère intention : le cyclophosphamide était prescrit chez 18 (soit 27 %), à l’Azathioprine chez 10 patients, 1 seule patient a reçu Adalimumab. 45 (21,5 %), de nos patients ont eu une évolution favorable. Le taux de récidive neurologique est estimé à 23 % (15 patients), la stabilité des symptômes évoluant vers la chronicité a été constaté chez deux patients, et l’aggravation avec nouvelle expression radio-clinique dans 5 cas (7,7 %). Nous déplorons le décès des 5 patients étant évolué défavorablement. Discussion Le neuro-Behçet a été significativement lié à plusieurs variables notamment l’Age jeune (30 à 45 ans) p = 0,03, l’atteinte vasculaire avec un p = 0,008 notamment la TVPMI, l’atteinte articulaire avec un p = 0,033, l’uvéite postérieur avait un p = 0,07. Un lien de causalité a été établi également entre les rechutes et le neuro-Behcet p = 0,03 ainsi que le décès avec un p = 0,005. Conclusion L’atteinte neurologique au cours de la maladie de Behçet est une manifestation rare, et redoutable par ses complications. Les résultats de notre étude nous invitent à chercher les associations vasculaires, thrombotique, articulaire et ophtalmique chez le patient jeune présentant un neuro-Behçet. Et ce, afin d’améliorer le pronostic fonctionnel et vital et limiter les complications.
Introduction La maladie associée aux IgG4 (MAG4) est une maladie fibro-inflammatoire se traduisant par un syndrome pseudotumoral affectant un ou plusieurs organes. Les polyadénopathies et l’atteinte pancréatique, biliaire, lacrymale, rétropéritonéale et rénale sont les manifestations les plus évocatrices. Le diagnostic repose sur la présence d’un infiltrat lymphoplasmocytaire sécrétant des IgG4 avec ou sans élévation de leur taux plasmatique, ainsi qu’une phlébite oblitérante et une fibrose storiforme pouvant compromettre la fonction des organes touchés. La diversité des présentations compliquent le diagnostic. Nous décrivons ici les cas répertoriés au sein de notre formation. Patients et méthodes Il s’agissait d’une étude descriptive rétrospective observationnelle s’étalant de janvier 2019 à décembre 2021 et réalisée auprès des patients suivis en médecine interne chez qui le diagnostic de MAG4 a été retenu. Résultats Nous avons colligé 4 patients dont l’âge moyen était de 45 ans [17–67 ans] et le sex-ratio H/F à 1. Le délai diagnostique moyen était de 10 mois. Les signes cliniques consistaient par ordre décroissant en une pseudotumeur orbitopalpébrale (50 %), des polyadénopathies (50 %), une pancréatite (25 %), un syndrome de Miculicz (25 %), une pseudotumeur mammaire bilatérale (25 %), cérébrale (25 %) et nasosinusienne (25 %). Biologiquement on retrouvait à l’EPP un bloc bêtagamma (50 %) et une augmentation polyclonale des gammaglobulines (50 %) ; le taux sérique d’IgG4 était supérieur à 1,35 g/L chez tous les patients avec un taux moyen de 7,4 g/L [1,59–20 g/L]. Un patient présentait une éosinophilie à 700 élts/mm³. Les fonctions hépatique et rénale étaient conservées hormis chez une patiente présentant une cholestase biologique. Tous les patients avaient bénéficié d’une TDM (100 %), deux d’un PET scan (50 %) et un d’une IRM (25 %). Les lésions retrouvées étaient : des adénopathies (50 %), une tuméfaction parotidienne (50 %), une hypertrophie orbitaire (50 %), cérébroméningée (25 %), de la glande lacrymale (25 %), nasosinusienne (25 %), mammaire (25 %), pancréatique (25 %) et une dilatation des voies biliaires (25 %). Aucun n’accusait d’atteinte hypophysaire, rénale ou rétropéritonéale. Histologiquement : sur les onze sites de biopsies effectuées, cinq (45 %) retrouvaient un infiltrat lymphoplasmocytaire exprimant des IgG4, trois (27 %) objectivaient une inflammation non spécifique, trois (27 %) étaient normaux, et tous écartaient un processus tumoral ou une atteinte spécifique suggérant un diagnostic différentiel. Le diagnostic de MAG4 a ainsi été retenu chez tous les patients dont trois sur quatre dépassaient le seuil de 20 points nécessaires selon les critères de l’ACR/EULAR 2019, avec une moyenne de 22 points. Tous les patients ont été traité par corticothérapie de longue durée (16 mois en moyenne). L’évolution clinique initiale était favorable chez 100 % des patients. Au cours du suivi trois patients ont rechuté dont deux sur un site identique (palpébral) et le troisième sur un site différent, avec nécessité d’adjonction d’une biothérapie (rituximab), avec évolution favorable pour l’un des patients en moins de 3 mois, le recul n’étant pas suffisant pour les 2 autres patients. La durée de suivi moyenne était de 24 mois et aucun patient n’a été perdu de vue. Conclusion Malgré la multiplicité des présentations cliniques certains patterns peuvent néanmoins être distingués et orienter le clinicien vers la MAG4, même si elle demeure un diagnostic d’élimination et nécessite des investigations multiples expliquant parfois un délai diagnostique conséquent. La nouvelle classification ACR/EULAR 2019 ne requiert pas de preuve histologique mais la non-réponse aux corticoïdes y demeure un critère d’exclusion. Le risque de rechute justifie la nécessite d’un suivi à long terme.
Introduction Le purpura thrombotique thrombocytopénique auto-immun (PTTi) est une microangiopathie thrombotique (MAT) rare, due à des autoanticorps dirigés contre l’ADAMTS13, protéase responsable du clivage des multimères du facteur de Willebrand. Nous rapportons les observations de quatre cas de PTTi à révélation tardive, se rapportant à des patients âgés de plus de 50 ans. Résultats Observation no 1 : patient de 56 ans, ayant un fait un épisode d’ictère spontanément résolutif durant l’enfance. Admis pour un syndrome anémique mal toléré avec, à l’examen, un ictère cutanéomuqueux isolé. La NFS retrouvait une anémie normochrome normocytaire régénérative (NNR) à 4 g/dL et une thrombopénie à 50 000 éléments/mm³, avec 6 % de schizocytes au frottis sanguin. Le bilan d’hémolyse était positif, à Coombs négatif. La clairance rénale était altérée à 45 mL/min/m². L’activité de l’ADAMTS13 était inférieure à 10 %, avec des anti-ADAMTS13 positifs. Le reste du bilan étiologique de la MAT était négatif. Le patient a reçu un bolus de corticothérapie, une transfusion quotidienne de PFC, une séance de plasmaphérèse toutes les 48 heures, et le Rituximab (j1, j15). L’évolution était marquée par une amélioration clinicobiologique, puis une rechute à j15, évoluant vers le coma et le décès. Observation no 2 : patiente de 58 ans, rapportant des épisodes d’hémiparésie à bascule et de monoparésie quelques mois plus tôt. Admise en trouble de conscience apyrétique, avec un GCS à 13 et un ictère franc. La NFS retrouvait une anémie à 6 g/dL (NNR), une thrombopénie à 30 000 éléments/mm³, avec 4 % de schizocytes au frottis. Le bilan d’hémolyse était positif, à Coombs négatif. La clairance rénale était altérée à 15 mL/min/m². L’activité de l’ADAMTS13 était inférieure à 10 %, avec des anti-ADAMTS13 positifs. Le reste du bilan étiologique était négatif. La patiente a reçu un bolus de corticothérapie, une transfusion quotidienne de PFC, une séance de plasmaphérèse toutes les 48 heures, et le rituximab (j1). L’évolution était marquée par l’aggravation neurologique et le décès. Observation no 3 : patiente de 51 ans, hypertendue et diabétique de type 2. Admise pour une hématurie et un syndrome anémique, avec à l’examen un ictère cutanéomuqueux, des signes hémorragiques (gingivorragies, ecchymoses) et neurologiques (aphasie, parésie des quatre membres). La NFS retrouvait une anémie à 7 g/dL (NNR), une thrombopénie à 15 000 éléments/mm³, avec 4 % de schizocytes au frottis. Le bilan d’hémolyse était positif, à Coombs négatif. La fonction rénale était conservée. L’activité de l’ADAMTS13 était inférieure à 10 %, avec des anti-ADAMTS13 positifs. Le reste du bilan étiologique était négatif. La patiente a reçu un bolus de corticothérapie, une transfusion quotidienne de PFC, une séance de plasmaphérèse toutes les 48 heures, et le rituximab (j1). L’évolution s’était faite vers l’aggravation neurologique et le décès. Observation no 4 : patient de 60 ans, sans antécédents. Admis pour trouble de conscience apyrétique, avec à l’admission un GCS fluctuant (12–15) et un déficit sensitivomoteur transitoire (paraparésie et hémiparésie à bascule). La NFS montrait une anémie à 3 g/dL (NNR) et une thrombopénie à 6000 éléments/mm³, avec 3 % de schizocytes au frottis. Le bilan d’hémolyse était positif, à Coombs négatif. La clairance rénale était altérée à 30 mL/min/m². L’activité de l’ADAMTS13 était inférieure à 10 %, avec des anti-ADAMTS13 positifs. Le reste du bilan étiologique était négatif. Le patient a reçu un bolus de corticothérapie, une transfusion quotidienne de PFC, une séance de plasmaphérèse toutes les 48 heures, et le rituximab (j1, j15, j21). La rémission complète, clinique et biologique, était obtenue. Conclusion Le PTTi est une microangiopathie rare et sévère. L’âge en est un facteur pronostique important, avec notamment plus d’atteintes d’organes et une présentation moins spécifique, souvent responsable d’un retard diagnostique et d’une surmortalité chez les patients plus âgés.
Introduction La maladie de Takayasu est une vascularite inflammatoire à prédominance féminine qui touche principalement des vaisseaux de moyen et de gros calibres. L’atteinte chez l’homme est rare. Matériels et méthodes Il s’agit d’une étude restrospective descriptive incluant les patients de sexe masculin atteints d’une maladie de Takayasu sur une série de 109 patients colligés entre 1984 et 2021 dans un service de médecine interne et de chirurgie vasculaire du CHU INB SINA de Rabat. Résultats Nous avons recensé 13 cas de patients de sexe masculin atteints d’une maladie de Takayasu avec un sexe ratio de 1 homme pour 7,3 femmes. L’âge moyen des patients était de 36,1 ans ± 14,5 (12–57 ans). Trois patients (57,1 %) avaient une HTA au moment du diagnostic, 11 patients (84,6 %) avaient une symptomatologie vasculaire à type de souffle vasculaire (76,9 %), d’abolition de pouls (61,5 %), de claudication intermittente (46,2 %) et d’ischémie (23,1 %) et deux patients (15,4 %) présentaient des symptômes extravasculaires : céphalées, fièvre, altération de l’état général… L’atteinte aortique était retrouvée chez 8 patients (61,58 %). Nous avons recensé un cas (7,69, %) d’atteinte des artères rénales et deux cas d’atteinte des artères cérébrales (15,38 %). Les atteintes artérielles les plus fréquentes étaient à type d’épaississement (53,8 %), de sténose (38,5 %), de thrombose (38,5 %) et d’anévrisme (38,5 %). 6 patients (46,15 %) avaient une atteinte cardiaque dans le cadre de la maladie de Takayasu. La vascularite de TAKAYASU était de type I chez 5 patients (38,46 %), suivi de type IV chez 4 (30,76 %). Le type V était présent chez 3 patients (23 %, le type IIa chez un seul patient (7,6 %) le type IIb, III et IV chez aucun des patients. Tous les patients ont reçu une corticothérapie, 10 patients (76,92 %) ont été mis sous traitement immunosuppresseur et un patient a reçu l’adalimumab, cinq des patients ont eu recours à une angioplastie et/ou à une ou plusieurs chirurgies vasculaires. Quatre patients (30,76 %) ont présenté une rechute ou plus lors de leurs évolutions. Nous avons, par ailleurs, noté un cas d’une colite lymphocytaire sur biopsie colique, un cas de méningoencéphalite tuberculeuse associé à une cécité bilatérale chez un patient de 16 ans et une coarctation de l’aorte non dilatée chez un patient de 12 ans. Conclusion Notre étude rejoint les données de la littérature et illustre la gravité de la maladie chez le sujet de sexe masculin.
Introduction La maladie de Behçet (MB) est une vascularite systémique avec un large éventail de manifestations cliniques, notamment les atteintes gastriques, qui sont rares mais qui peuvent avoir un retentissement important sur la qualité de vie des patients et leur pronostic vital. Patients et méthodes Il s’agit d’une étude monocentrique rétrospective descriptive analytique et observationnelle, menée au sein du service de la Médecine interne au CHU de Rabat étalée sur 10 ans, entre janvier 2012 et janvier 2022. Nous avons colligé 531 dossiers des patients suivis pour la maladie de Behcet. Les résultats statistiques ont été analysés par le logiciel JAMOVI version 1,6 et les tests statistiques : Chi², de Fisher et Student's. Résultats Parmi les 531 patients pris en charge pour maladie de Behçet, 21 ont présenté une atteinte digestive. La moyenne d’âge été de 38 ans, le sex-ratio de 9,5, avec prédominance masculine 19 H/2 F. L’atteinte digestive s’est manifestée par : la douleur abdominale 18 (soit 85 %), diarrhée chez 10 patients (soit 47 %), les rectorragies 4 (soit 19 %), ulcère gastroduodénale 9 %, rectite 14,28 %, aphtes intestinales 28 %, péritonite 4,76 %, perforation intestinales 4,76 %, une hépato-splénomégalie s’est manifestée chez 5 patients (soit 23 %), une HTP a touché 5 patients soit 23 %, les atteinte vasculaire du tube digestif à savoir les anévrismes de l’artère mésentérique s’est manifesté chez 3 patients soit 14,2 %. Le diagnostic de s’est basé sur l’endoscopie fibro-coloscopie avec des biopsie, écho-doppler et l’agio-TDM abdominale. Cinquante pour cent des patients ont eu une évolution favorable, 38 % patients ont rechuté sur le plan gastrique, et 4,67 % décédés. Tous les patients ont été mis sous colchicine et corticothérapie a forte dose, le cyclophosphamide a été utilisé chez 3 patients (soit 14 %), l’anti-TNF a été utilisé chez 4,7 % des patients. L’atteinte du tube digestif est statistiquement liée à l’atteinte cutanée : aphtes génitales (p = 0,005). L’atteinte cardiaque et Les anévrismes de l’artère carotide sont également significativement liés aux atteintes digestives (p = 0,002). Le nombre de rechutes élevé est aussi lié à la survenue d’une atteinte digestive (p < 0,001). Conclusion Les atteintes digestives au cours de la maladie de Behçet sont rares, certes, mais elles posent de problèmes de diagnostic vue les similitudes des symptômes avec d’autres maladies notamment les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, (Crohn et RCH), d’où l’intérêt d’avoir recours à l’examen histologique et au score diagnostic. Notre étude suggère les liens étroits entre l’atteinte digestive et l’atteinte cutanée et d’autre manifestations graves (cardiaque, angiobehcet) survenant au cours des rechutes cliniques.
Introduction La prise en charge de l’infection par le VIH a été améliorée par l’administration de combinaisons antirétrovirales efficaces. Son pronostic a évolué d’une infection morbide vers une infection chronique. Patients et méthodes Nous avons réalisé une étude rétrospective et descriptive du profil épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif de163 patients vivant avec le VIH, diagnostiqués et suivis, durant l’année 2018, Résultats IL s’agit de 163 patients. Le sex-ratio est de 1,4 (94 femmes/69 hommes), les étrangers ont présenté 31,7 % des malades. L’âge moyen était de 35 ans. Deux patients ont présenté une infection à VIH suite à un accident d’exposition au sang. Dix pour cent des patients étaient des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Trente-trois pour cent des patients étaient déjà au stade C. Soixante-sept pour cent étaient au stade A. Le dépistage volontaire a objectivé une infection VIH-1 chez 37 % des patients, et 6,4 % des femmes étaient diagnostiquées au cours de leur grossesse. Aucune infection à VIH-2 n’a été objectivée. Les infections opportunistes étaient dominées par la tuberculose (54 %), suivie de la pneumocystose (10 %), la toxoplasmose et la candidose œsophagienne (8 % et 7 % respectivement), la cryptococcose et l’infection à CMV (6 % et 4 % respectivement), et la cryptosporidiose 3 %. Nous avons recensé deux cas de leishmaniose cutanée, un cas de Kaposi, et un cas de lymphome Hodgkinien scléronodulaire et 2 autres de lymphome de Burkitt. Quatre patients étaient diabétiques, 6 patients présentaient des co-infections (4 syphilis secondaires et 2 hépatites virales B), 5 autres ont présenté une maladie thromboembolique. Nous avons pu diagnostiquer 3 cas de syndrome d’activation macrophagique et deux cas de LEMP. Le taux initial moyen de CD4 était à 242 cellules/mm³ et 52,2 % des patients avaient un taux de CD4 < 200 mm³. Vingt-neuf pour cent des patients avaient une charge virale indétectable à 12 mois de traitement. Sur un an de suivi, 50 % des patients ne se présentaient pas régulièrement à leur consultation. L’intolérance au traitement antirétroviral était signalée chez 23 % (digestive, hématologique et neurologique). Quatre patients ont décédés. Conclusion L’infection par le VIH, en 2018, est devenue une maladie chronique dont la survie des patients avoisine celle de la population générale. Une médiation thérapeutique ainsi qu’une prise en charge médico-sociale permettront une acceptation de la maladie par le patient vivant avec le VIH, ainsi qu’une meilleure adhésion aux protocoles de soins médicaux et psychosociaux afin de limiter la contamination et d’éviter les résistances thérapeutiques et améliorer le pronostic de ces patients. Notre étude a objectivé une fréquence élevée de la tuberculose chez nos patients, ainsi qu’une mauvaise adhésion aux soins.
Introduction La médecine traditionnelle est définie selon l’OMS comme une combinaison des connaissances et pratiques explicables ou non, utilisées dans le diagnostic, la prévention ou l’élimination d’un déséquilibre physique, mental ou social et qui s’appuient exclusivement sur l’expérience vécue et l’observation passée, transmises de génération en génération, oralement ou par écrit ». Mais ces astuces ou recettes qu’on hérite ne sont pas toujours anodin, et des fois ils peuvent avoir un impact néfaste en retardant le diagnostic de certaine maladie, ou de les aggraver. Patients et méthodes Afin de décrire et analyser les pratiques traditionnelles auxquelles les patients marocains ont eu recours, et évaluer leurs impacts sur leurs prises en charge général des patients, on a mené une étude prospective, descriptive, analytique et monocentrique étalée sur 2 mois du 25/5/2019 au 25/7/2019, chez des patients suivis pour maladies de système au service de médecine interne et d’hématologique clinique du CHU Ibn Sina de Rabat. Résultats Dans cette étude nous avant recruté 13 homme, et 53 femme d’âge moyen estimé à 47 ans (avec 2 extrêmes 17–72 ans). 32 % de nos patients habité le milieu rural et 68 % habité en milieu urbain. Pour le niveau d’étude 36 % été illitré, 11 % le baccalauréat, et 12 % un niveau supérieur. L’accès à l’hôpital a été facile pour 47 % et difficile pour 53 % qui reste. Au total, 84 % des patients ont été sans profession, dont 46 patients (69 % des cas) avaient un revenu inférieur à 3000 dirhams. La couverture sociale été le Ramed chez 78 % (soit 52 patient) des patients. Parmi Les pathologies pour lesquelles les patients été suivis au service on a trouvé : 21 cas de lupus, 7 de gougerot gouren,12 patients atteint de la maladie de Behçet,6 de la sarcoïdoses, 3 avait une polyarthrite, 1 cas de connectivite mixte, 2 cas de micro PAN,3 cas de Wagner, 1 cas d’Horton, Avec nombre d’année moyen de suivi de 9 ans, 68 % des patients été observant et 32 % non observant. Au total, 40 des patients recruté (soit 61 %) ont déjà eu recours au moins une fois à des pratiques de médecine traditionnelle généralement avant le début du traitement conventionnel dans 50 %, 62 % de ces patients habitait en milieux urbains, illettrés dans 62 % des cas, de sexe féminin dans 62 % et avec un faible revenu dans75 %. Ces pratiques ont été faites sous la pression familiale dans 2,5 % des cas et été source de perte d’argent considérable dans 2,5 % des cas. Et parmi les causes de recors ont la médecine traditionnelle : 27 % croyances 46 % traditions insatisfaction du traitement dans 27 %. Les pratiques les plus répandues été : l’utilisation de plantes à but thérapeutique dans 25 % des cas, les saignées (14 %), pointes de feu (6 %), rites oraux (roquia) (12 %), pèlerinage en lieu sains, zaouïa et consultation de marabouts (17 %), sacrifices d’animaux dans 5 %. Ces pratiques été satisfaisante chez 56 % de nos patients alors que 44 % n’été pas satisfait. Ces pratiques n’ont pas mené à l’abandon du traitement conventionnel dans 93 % des cas. Conclusion Traditionnelle Nos croyances et nos traditions font partie intégrante de nos personnes et de nos personnalités et les maladie systémique sont des maladie lourde généralement ayant un impact grave des fois sur la vie des patients et sur leur qualité de vie et les pousse souvent à avoir recours à des rituelles et de la médecine traditionnelle. d’où l’importance de l’éducation thérapeutique dans la prise en charge des patients.
Introduction La maladie de Behçet (MB) est une vascularite pouvant toucher les vaisseaux de tout type et de tout calibre. Sa principale atteinte artérielle est représentée par l’anévrysme de l’artère pulmonaire (AP), dont la rupture peut entraîner une hémorragie foudroyante. Le but de notre travail est d’étudier les particularités épidémiologiques, cliniques et évolutives des patients présentant un anévrysme de l’AP dans le cadre de la MB. Patients et méthodes Il s’agit d’une étude monocentrique, descriptive et rétrospective, s’étalant sur une période de 11 ans (2000–2021), et incluant 531 patients atteints de la MB selon les critères révisés de l’ICBD. Résultats 51 patients ont été recensés, soit une fréquence de 10 %. L’âge moyen des patients était de 36 ans ± 11 (20–69), et le sexe ratio (H/F) de 4,1. Les facteurs cardiovasculaires incluaient le tabagisme (13,5 %), et l’hypertension artérielle (9,6 %). Le délai médian de présentation était de 5,5 ans [1 ; 12] après le diagnostic de la maladie. La découverte de l’anévrysme de l’AP était fortuite (78 %) ou révélée par une hémoptysie (6 %), toux (6 %), douleur thoracique (4 %) et dyspnée (2 %). Les anévrysmes des AP étaient volontiers multiples (78 %), proximaux (46 %) et bilatéraux (29 %). Des atteintes artérielles étaient associées dans 25 % des cas, à type d’anévrysmes des artères périphériques (17 %), thromboses des AP (7,7 %), thromboses des artères cérébrales (4 %) et anévrysmes de l’aorte (2 %). La thrombose veineuse était simultanément retrouvée chez 21 % des patients, au niveau des veines caves supérieure (9,6 %) et inférieure (9,6 %), veines cérébrales (7,7 %) et veines des membres inférieurs (6 %). La thrombose intracardiaque droite était observée dans 17 % des cas. Les autres atteintes extravasculaires étaient principalement : cutanéomuqueuse (73 %), oculaire (46 %), articulaire (29 %), et neurologique (10 %). Sur le plan thérapeutique, les patients étaient sous colchicine (89 %), bolus de corticothérapie relayé par voie orale (94 %), et traitement immunosuppresseur : cyclophosphamide (38,5 %), azathioprine (31 %), anti-TNF-α (2 %). Une anticoagulation curative était administrée dans 21 % des cas. Un seul patient a bénéficié d’un traitement chirurgical. La rechute concernait 15 % des patients. Trois décès ont été rapportés. Discussion Du fait de leur ressemblance anatomique avec les veines, les artères pulmonaires représentent le site artériel de prédilection de la MB. Les anévrysmes des AP en sont quasi-pathognomoniques, volontiers multiples, bilatéraux et proximaux. Ils s’associent fréquemment aux thromboses des AP (25 %), mais aussi aux thromboses veineuses (80 %) et intracardiaques droites (33 %), avec lesquelles ils constituent un cluster vasculaire spécifique. Leur caractère inflammatoire les expose à un risque accru de rupture, pouvant rapidement engager le pronostic vital. La prise en charge thérapeutique repose essentiellement sur le traitement immunosuppresseur. L’intervention endovasculaire et chirurgicale est rarement nécessaire. Conclusion Les anévrysmes des AP sont caractéristiques de la MB, qu’il faut savoir évoquer, surtout en présence de thrombose veineuse profonde et intracardiaque droite associée. L’instauration rapide d’un traitement immunosuppresseur est primordiale afin de pallier le risque de rupture qui peut être fatale au patient.
Introduction La maladie de Takayasu est une vascularite inflammatoire du sujet jeune touchant les artères de grand et moyen calibre. L’atteinte au-delà de l’âge de 50 ans est rarement décrite. Matériels et méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive incluant les patients de plus de 50 ans atteints d’une maladie de Takayasu sur une série de 109 patients colligés entre 1984 et 2021 dans un service de médecine interne et de chirurgie vasculaire du CHU INB SINA de Rabat. Résultats Nous avons recensé 14 cas de patients d’un âge de plus de 50 ans atteints d’une maladie de Takayasu avec un sexe ratio de 1 homme pour 6 femme (12 femmes/2 homme) L’âge moyen des patients était de 55,4 ans ± 3,94 (50–62 ans). Cinq patients (35,7 %) avaient une HTA au moment du diagnostic, 13 patients (92,9 %) avaient une symptomatologie vasculaire à type de souffle vasculaire (71,4 %), d’abolition de pouls (57,1 %), de claudication intermittente (64,3 %), un seul cas d’ischémie (7,1 %) et un patient présentait des symptômes extravasculaires : céphalées, fièvre, altération de l’état général… Le syndrome inflammatoire était présent au diagnostic chez 8 de nos patients (57,1 %). L’atteinte aortique était retrouvée chez 9 patients (64,28 %). Nous avons recensé 4 cas (28,6, %) d’atteinte des artères rénales et 10 cas d’atteinte des artères sous clavière (71,4 %). Les atteintes artérielles les plus fréquentes étaient à type d’épaissessement (78,6 %), de sténose (50 %) et 14,3 % respectivement de thrombose, d’anévrisme et d’occlusion. Un seul patients avait une atteinte cardiaque à type de cardiomyopathie, deux patients avaient une atteinte oculaire : une épisclérite et une uvéite et aucune atteinte neurologique n’a été noté. La vascularite de TAKAYASU était de type I et V chez 5 patients respectivement (35,7 %), suivi de type IIb et IV chez 2 patients respectivement (14,3 %). Le type I et IV n’ont été décrit chez aucun des patients. Treize patients ont reçu une corticothérapie (92,9 %), 9 patients (64,3 %), deux patients ont eu recours à une angioplastie (14,3 %) 3 cas (21,4 %) ont présenté une rechute ou plus lors de leurs évolution et aucun cas de décès n’a été noté. Conclusion Notre étude rejoint les données de la littérature et illustre la rareté des atteintes graves observées cours des cas diagnostiqués à un âge tardif.
This work consists of producing a pre-geopolymer powder (PGP) precursor by mechanosynthesis process. Blast furnace slag (BFS) was chosen as an aluminosilicate source and was dry-mixed with sodium silicate and sodium hydroxide microbeads, with different Na2SiO3/NaOH ratios. The mix was subjected to high ball milling, with different milling times and speeds. Several characterization techniques were conducted, including particle size distribution analysis, X-ray diffraction (XRD), scanning electron microscopy (SEM), and mechanical tests. In situ attenuated total reflectance Fourier transform infrared spectroscopy (ATR-FTIR) was used to track the kinetics of the geopolymerization reaction. The results underlined that the elaborated geopolymer pastes structures are mainly amorphous, with the appearance of new structures such as calcium silicate hydrate (C-S-H), which is formed in parallel with the products of the geopolymerization reaction (N-A-S-H network). The compressive strength reached 42 MPa after 7 curing days.
A bstract A simultaneous measurement of the three components of the top-quark and top-antiquark polarisation vectors in t -channel single-top-quark production is presented. This analysis is based on data from proton–proton collisions at a centre-of-mass energy of 13 TeV corresponding to an integrated luminosity of 139 fb − 1 , collected with the ATLAS detector at the LHC. Selected events contain exactly one isolated electron or muon, large missing transverse momentum and exactly two jets, one being b -tagged. Stringent selection requirements are applied to discriminate t -channel single-top-quark events from the background contributions. The top-quark and top-antiquark polarisation vectors are measured from the distributions of the direction cosines of the charged-lepton momentum in the top-quark rest frame. The three components of the polarisation vector for the selected top-quark event sample are $$ {P}_{x^{\prime }} $$ P x ′ = 0 . 01 ± 0 . 18, $$ {P}_{y^{\prime }} $$ P y ′ = − 0 . 029 ± 0 . 027, $$ {P}_{z^{\prime }} $$ P z ′ = 0 . 91 ± 0 . 10 and for the top-antiquark event sample they are $$ {P}_{x^{\prime }} $$ P x ′ = − 0 . 02 ± 0 . 20, $$ {P}_{y^{\prime }} $$ P y ′ = − 0 . 007 ± 0 . 051, $$ {P}_{z^{\prime }} $$ P z ′ = 0 . 79 ± 0 . 16. Normalised differential cross-sections corrected to a fiducial region at the stable-particle level are presented as a function of the charged-lepton angles for top-quark and top-antiquark events inclusively and separately. These measurements are in agreement with Standard Model predictions. The angular differential cross-sections are used to derive bounds on the complex Wilson coefficient of the dimension-six $$ \mathcal{O} $$ O tW operator in the framework of an effective field theory. The obtained bounds are C tW ∈ [ − 0 . 9 , 1 . 4] and C itW ∈ [ − 0 . 8 , 0 . 2], both at 95% confidence level.
According to estimates from Madrid, Paris and Berlin, Morocco wants to provide Europe with substantial amounts of solar energy and green hydrogen in the future, paving the way for climate neutrality. Morocco is a leader in climate and energy policy in Africa, as well as in the rest of the world. The Maghreb state is pursuing aggressive CO2 reduction targets and has been a major participant in international climate talks, hosting COP22 in Marrakech in 2016. By the end of 2020, the country had built just over 40 percent renewable capacity, and this is expected to reach 52 percent by 2030. Morocco's energy policy plan has now added an ambitious new goal: it aspires to become the global market leader in green hydrogen production. With the growing demand for this new zero-emission fuel, hydrogen manufacturing is a solid bet for the future. In addition, the Kingdom has set ambitious targets for reducing CO2 emissions and integrating electric vehicles as the main solution to reach the 2030 targets. This paper aims to provide a better understanding of fuel cell electric vehicles as well as explore the future of FCEVs in Morocco through an in-depth analysis of the Moroccan hydrogen roadmap. In addition, a SWOT analysis was detailed to determine the key success factor to encourage the adoption of FCEVs in the Kingdom. In the same sense, this paper represents an overview of electric vehicles established for the future realization of prototype FCEVs by our team, this through the integration of the fuel cell in a solar electric vehicle, possibly providing a hybrid power system.
Institution pages aggregate content on ResearchGate related to an institution. The members listed on this page have self-identified as being affiliated with this institution. Publications listed on this page were identified by our algorithms as relating to this institution. This page was not created or approved by the institution. If you represent an institution and have questions about these pages or wish to report inaccurate content, you can contact us here.
1,304 members
Mustapha Mahfoud
  • faculté de médecine et de pharmacie
Farida Toloune
  • médecine interne
Driss Ghafir
  • Internal Medecine
Ahmed Bouhouche
  • Neurology and Neurogenetics
Information
Address
Rabat, Morocco
Website
http://www.um5s.ac.ma/