Figure 1 - uploaded by Maurice R. Kibler
Content may be subject to copyright.
Principe de la micromanipulation d'une molécule d'ADN. Les molécules d'ADN sont introduites dans un capillaire disposé sur un microscope inversé. Des aimants réglables en hauteur et pouvant tourner sur eux-mêmes permettent d'appliquer une contrainte de traction et de torsion sur la molécule par l'intermédiaire d'une microbille magnétique. Une caméra CCD reliée à un ordinateur enregistre les déplacements de la bille (agrandissement). L'ADN est fixé à la bille recouverte de streptavidine par son extrémité biotinilée et à la surface recouverte d'antidigoxigénine par son autre extrémité traitée a la digoxigénine. (Photo issue de Biofutur [9]) La molécule d'ADN est un polymère extraordinaire à plus d'un titre. C'est bien évidemment le support de notre information génétique et pour mieux protéger celle-ci, deux copies complémentaires sont conservées chacune sous la forme d'un polymère : l'ADN simple-brin. Les bases qui constituent l'alphabet de ce code sont accrochées latéralement le long d'un polymère et s'hybrident par des liaisons hydrogène aux bases du second brin. On représente souvent l'ADN double-brin comme une échelle dont les montants sont constitués des squelettes phosphodiesters et les échelons sont des paires de bases complémentaires (AT), (GC). C'est la fameuse double hélice de Watson et Crick, encore appelée ADN-B [10]. 

Principe de la micromanipulation d'une molécule d'ADN. Les molécules d'ADN sont introduites dans un capillaire disposé sur un microscope inversé. Des aimants réglables en hauteur et pouvant tourner sur eux-mêmes permettent d'appliquer une contrainte de traction et de torsion sur la molécule par l'intermédiaire d'une microbille magnétique. Une caméra CCD reliée à un ordinateur enregistre les déplacements de la bille (agrandissement). L'ADN est fixé à la bille recouverte de streptavidine par son extrémité biotinilée et à la surface recouverte d'antidigoxigénine par son autre extrémité traitée a la digoxigénine. (Photo issue de Biofutur [9]) La molécule d'ADN est un polymère extraordinaire à plus d'un titre. C'est bien évidemment le support de notre information génétique et pour mieux protéger celle-ci, deux copies complémentaires sont conservées chacune sous la forme d'un polymère : l'ADN simple-brin. Les bases qui constituent l'alphabet de ce code sont accrochées latéralement le long d'un polymère et s'hybrident par des liaisons hydrogène aux bases du second brin. On représente souvent l'ADN double-brin comme une échelle dont les montants sont constitués des squelettes phosphodiesters et les échelons sont des paires de bases complémentaires (AT), (GC). C'est la fameuse double hélice de Watson et Crick, encore appelée ADN-B [10]. 

Source publication
Article
Full-text available
Ce livre fait suite à l'école d'été de physique « e2phy 2002 » organisée à l'Université Claude Bernard Lyon 1 en août 2002. Cette école était la deuxième d'un cycle initié par l'IN2P3 (Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules) et le CEA (Commissariat à l'Énergie Atomique) pour lutter contre la désaffection des jeunes po...

Citations

... The results show differences between these dosimetrics methods. However, the method recommended by the ICRU-38 seems more realistic for the choice of the reference isodose [1][2][3][4][5]. By cons, to protect organs particularly monitored namely the bladder and rectum, the ICRU-38 recommendations' and Manchester system shows that doses are significant but still below the tolerance dose [6]. ...
... The ICRU-38 report, recommended for the description of the dose distribution according to the dimensions of the treated volume (in front dw and dh ( Figure 2) and dt in profile (Figure 2), and the dose at points of critical organs (bladder, rectum, pelvic wall and lymphatic trapezoid Fletcher) [1][2][3][4][5]. ...
Article
Full-text available
The aim of our study is to determine the most suitable system for the better dose distribution of the brachytherapy treatment of cervix cancer by the Cesium-137, and recommended for use in Algeria anti-cancer centers. It is mainly concentrated on clinical and dosimetrical aspects in brachytherapy treatment of cervix cancer, through notably, the doses distribution while using, the Manchester method (prescription at the A point) and the method recommended by the ICRU 38 (International Commission one Radiation Units and measurements, Report N°38) that give the prescription of the dose in terms of treated volume. We used these methods of doses prescription, for the choice of the reference isodose, and also to estimate received doses in organs at risk. The gotten results show that both methods have significant differences in the choice of the reference isodose three centers. However, the method recommended by the ICRU-38 is best approximate to the clinical reality for the choice of the reference isodose. Both methods show that received doses in organs at risk are within tolerance. Despite this, the radiation therapist role for this type of treatment is still important