Figure 1 - uploaded by Thierry Kirat
Content may be subject to copyright.
Principales sources de conflits d'usage en Ile de France d'après la PQR  

Principales sources de conflits d'usage en Ile de France d'après la PQR  

Source publication
Article
Full-text available
Les données permettant d’analyser la conflictualité sont peu nombreuses, et souvent lacunaires, pour deux raisons principales : le faible intérêt marqué pour ce domaine jusqu’aux années 2000 et la forme complexe prise par les conflits (tribunaux, médiatisation, violence…), ce qui interdit l’usage d’une seule variable représentative. Le chercheur do...

Similar publications

Research Proposal
Full-text available
Analyses sur corpus de la construction "v. + sur + localisation" dans la perspective de la Konstruktionsgrammatik.
Article
Full-text available
Dans cette étude exploratoire à caractère psychophonétique, les représentations et ressentis de la prononciation du français de 98 apprenants ont été étudiés. Après l’analyse des résultats d’un questionnaire proposé à cette population avant et après une période d’exposition en France de 3 mois, comprenant une formation phonétique, nous exposons les...
Article
Full-text available
Apalus bimaculatus (L., 1761) est un coléoptère méconnu, dont il n'existe que quelques données sur le territoire français. Au début du mois de février 2022, plusieurs individus ont été observés sur la commune de Chanteix en Corrèze. Cette note décrit les conditions détaillées de ces observations, et formule quelques pistes de recherches pour amélio...

Citations

... Au-delà des travaux retenus pour développer notre grille d'analyse, nous considérons qu'il est aussi utile d'aller vers une typologie concernant la temporalité des actions des acteurs. En plus des interprétations faites sur les relations entre acteurs, des auteurs tels que Chia et al (2008) et Torre et al (2015 discutent des grilles d'analyse et d'évaluation de la gouvernance territoriale et des conflits. Leurs approches s'inspirent des catégories proposées par Hirschman (1970) qui met en valeur la manière de réagir des acteurs selon les circonstances. ...
Thesis
Full-text available
La question centrale de cette thèse est : comment les acteurs de la gouvernance territoriale au travers des politiques d’aménagement urbaines et rurales et par leurs interactions institutionnelles ont construit le périurbain des villes de taille intermédiaire subrégionale au Chili entre 1960 et 2015 ? Afin de répondre à cette question nous avons été confrontés à deux obstacles au départ. Le premier correspond au manque de conceptualisation du périurbain, lequel n’est pas officiellement défini dans la nomenclature du Chili. Le deuxième obstacle est le manque d’études scientifiques concernant la gouvernance territoriale au Chili.La stratégie utilisée pour aborder la question de recherche a été de la décortiquer à l’aide de grilles d’analyse que nous avons construites. Nous avons commencé par une lecture théorique grâce à un état de l’art de la littérature sur les concepts fondamentaux de la géographie afin d’approfondir le concept du périurbain (chapitre 1) et celui de la gouvernance territoriale (chapitre 2). Nous avons ensuite continué par la recherche d’indicateurs spatiaux afin de mettre en évidence le phénomène de la périurbanisation dans les villes de taille intermédiaire au Chili (chapitre 3). Puis nous avons abordé la construction politique du périurbain conduite par différents acteurs de la gouvernance territoriale en utilisant deux axes temporels de recherche. Un premier regard portant sur le long terme est focalisé sur les impacts des politiques d’aménagement urbaines (chapitre 4) et rurales (chapitre 5) gérées par les acteurs nationaux. Cette approche permet d’analyser les décisions qui ont construit le périurbain depuis les années 1960 au Chili. Un deuxième regard centré sur le court terme est la période la plus récente (2013-2015) où on analyse les relations de pouvoir (chapitre 6) et l’apprentissage collectif (chapitre 7) au sein du système d’acteurs du périurbain. Ce système inclue les acteurs qui interviennent aux échelles nationale et régionale et les acteurs de l’échelle locale qui habitent ces espaces. Les relations observées ici sont celles qui se développent dans les aires périurbaines des villes de taille intermédiaire subrégionale voire qui les structurent.La conclusion de cette thèse revient sur ces deux axes temporels ou périodes (de 1960 à 2013 et de 2013 à 2015) de la recherche. Premièrement, les acteurs aux niveaux national et régional construisent les espaces périurbains en fonction des décisions qu’ils prennent et qu’ils imposent au niveau local durant la période 1960-2013. Ces relations sont de type centralisé, top-down ou de gravité du pouvoir. Pour cela, ils utilisaient des instruments d’aménagement urbains et ruraux (chapitres 4 et 5). Deuxièmement, la situation change lors de la période 2013-2015, grâce aux normes de participation citoyenne obligatoire (Loi No 20.417; Loi No 20.500). Ainsi les acteurs du niveau local exercent une pression sur les acteurs des niveaux national et régional par de relations plus décentralisées, de type bottom-up ou de capillarité du pouvoir et en utilisant les mêmes instruments d’aménagement (chapitres 6 et 7). En croisant ces deux approches de la gouvernance, nous avons constaté une circularité de pouvoir qui combine une gravité du pouvoir due à une relation traditionnelle de type top-down et une capillarité du pouvoir liée à une nouvelle relation de type bottom-up dans la construction du périurbain dans les villes de taille intermédiaire au Chili.
... Pour commencer le développement du modèle nous utilisons la littérature scientifique associée (Torre et al., 2015). ...
Conference Paper
Full-text available
Cette communication vise d’abord à exposer les premiers enjeux que la thèse souligne au niveau de la gouvernance territoriale dans les aires périurbaines des villes de taille intermédiaire subrégionale. Pour cela, nous proposons un modèle de la démarche de la recherche contenant : la problématique par système de questions, les hypothèses liées aux questions de recherche et la méthodologie générale de travail. Finalement, nous présentons de manière succincte le terrain d’étude envisagé tant au Chili qu’en France.