Dehaene’s Triple Code Model—Numbers are stored in three individual yet integrated codes.
The Analog Magnitude code is an abstract representation that provides the basic sense that gives meaning to numbers (The figure is based on Dehaene, 1992; page 31).

Dehaene’s Triple Code Model—Numbers are stored in three individual yet integrated codes. The Analog Magnitude code is an abstract representation that provides the basic sense that gives meaning to numbers (The figure is based on Dehaene, 1992; page 31).

Source publication
Article
Full-text available
In regards to numerical cognition and working memory, it is an open question as to whether numbers are stored into and retrieved from a central abstract representation or from separate notation-specific representations. This study seeks to help answer this by utilizing the numeral modality effect (NME) in three experiments to explore how numbers ar...

Context in source publication

Context 1
... model that is popular currently is the triple code model proposed by Stanislas Dehaene [5] shown in Fig 2 below. Aspects of Dehaene's model can be seen as a combination of the above two models. ...

Similar publications

Article
Full-text available
A core proposition in numerical cognition is numbers are represented spatially. Evidence for this proposition comes from the “spatial numerical association of response codes” effect (SNARC) in which faster responses are made by the left/right hand judging whether one of a pair of Arabic digits is smaller/larger than the other. Less is known if a si...

Citations

... La mobilisation de cette modalité spécifique des chiffres arabes est cependant fonction ici de la procédure numérique à mobiliser dans la tâche arithmétique. Si cette modalité-là est supposée être mobilisée lors d'un jugement de parité (Dehaene et al., 1993), la modalité (abstraite) relative à la représentation des quantités est censée l'être dans une tâche arithmétique requérant une compréhension du sens des nombres (Myers & Szücs, 2015). Aussi, si le modèle de Dehaene est compatible avec l'idée d'une mémorisation des nombres spécifique des chiffres arabes, celui-ci n'implique pas forcément le recours à cette modalité dans les tâches de calcul et de comparaison de quantités, avec nombres écrits en chiffres arabes, des Séries expérimentales 1 et 2 de l'étude ici présentée. ...
... Les résultats des séries expérimentales 1 et 2 présentent en définitive un panorama cohérent au regard des modèles de la cognition numérique comme au regard de travaux prenant en compte la difficulté de la tâche. Ils concourent à suggérer que l'influence d'une tâche Cette activité arithmétique est par ailleurs susceptible de mobiliser une représentation spatiale des nombres (Dehaene, 1992 ;Myers & Szücs, 2015) impactant des mécanismes mobilisés dans le contrôle de la direction du mouvement (e.g. : Anelli et al., 2014 ;Wiemers et al., 2014). ...
Thesis
Les nombres et les opérations sur les nombres contribuent à structurer notre rapport au monde. Il est ainsi logique que plusieurs études aient tenté de clarifier les mécanismes sous-tendant la cognition numérique ou les mécanismes cérébraux responsables de la dyscalculie. Ces études ont suggéré que les représentations mathématiques pourraient s’ancrer dans des expériences corporelles et/ou que la cognition numérique et la préparation du mouvement pourraient être sous-tendues par des mécanismes cérébraux similaires. Plusieurs études ont suggéré que des mouvements segmentaires ou du corps dans sa globalité peuvent influer sur la performance de tâches numériques ou arithmétiques. L’effet de telles taches sur la performance motrice demeurait en revanche à examiner, en particulier dans le cas des mouvements à haute intensité. Cet éventuel effet a été examiné via deux études impliquant au total 206 étudiants de sexe masculin, en Licence à la faculté de santé publique de l’Université Libanaise (Beyrouth, Liban). Une première étude (deux séries de deux expérimentations) a examiné les effets de la lecture d’un nombre et de la soustraction mentale complexe sur la hauteur de saut en squat jump vertical (SJV) et sur le temps de réponse d’un mouvement de pointage manuel (MPM). Dans chaque série, ces effets ont été examinés dans le cas de nombres en chiffres arabes et de nombres écrits en toutes lettres. Une seconde étude a examiné l’effet de tâches d’arithmétique mentale sur le temps de réponse d’un MPM. Trois expérimentations (1-3) ont étudié l’effet de la soustraction (complexe) et, respectivement, de : (1) l’addition (simple ou complexe), (2) la multiplication (simple ou complexe) et (3) la comparaison d’ensembles de points et la comparaison de nombres. Tout nombre était écrit en chiffres arabes. Dans ces deux études, les données ont été analysées en recourant à un modèle linéaire multiniveaux à effets mixtes. Les résultats de la première étude ont avéré une amélioration modérée de la performance en SJV (statistiquement significative, p < 0,05) suite à la lecture d’un nombre écrit en toutes lettres et un net effet de la performance en SJV et en MPM après une soustraction mentale (complexe) avec nombres en chiffres arabes (p < 0,001). Les résultats de la seconde étude ont avéré une amélioration statistiquement significative de la performance en MPM suite aux seuls calculs complexes (p < 0,001) et à la seule comparaison de nombres (p < 0,003). Ces résultats suggèrent que la relation entre une tâche arithmétique et la performance d’un mouvement à haute intensité est influencée par le format numérique, le recours à des nombres en chiffres arabes (à la différence de celui à des nombres écrits en toutes lettres ou à des ensembles de points) s’avérant conditionner un effet positif sur la performance motrice. Ces résultats ont cependant montré que cette condition n’est pas suffisante, la performance motrice étant améliorée après les tâches arithmétiques (avec chiffres arabes) favorisant le recours à des stratégies procédurales plutôt que le recours à des stratégies par recouvrement (en mémoire) de faits arithmétiques. Au regard de la littérature, l’effet des calculs mentaux complexes (soustraction, addition et multiplication) et de la comparaison de nombres, en notation arabique, sur la performance motrice peut s’expliquer par différents mécanismes. Cet effet peut être lié à la mobilisation de mécanismes d’encodage et/ou de mémorisation spécifiques des chiffres arabes. L’addition et la multiplication complexes et, éventuellement, la comparaison de nombres, peuvent en outre avoir favorisé une attention à la trajectoire optimale du mouvement subséquent. L’influence des calculs complexes et de la comparaison de nombres, avec notation arabique, sur la performance motrice pourrait enfin tenir à l’implication de régions cérébrales motrices, mobilisées durant une activité effective de calcul ou de comparaison.