Are you Bayahia Rabia?

Claim your profile

Publications (4)0 Total impact

  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: INTRODUCTION: La transplantation rénale (TR) est actuellement considérée comme un traitement de choix de l’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT). Ses résultats se sont améliorés au cours des dernières années. Cependant, les complications chirurgicales demeurent graves car elles touchent un rein unique et surviennent sur un terrain fragilisé par l’insuffisance rénale et l’immunosuppression. L’objectif de ce travail est d’évaluer la fréquence des complications chirurgicales lors de l’activité de TR au CHU Ibn Sina de Rabat, et de dégager les facteurs ayant influé l’apparition de ces complications. METHODES: Étude rétrospective des patients transplantés rénaux à partir de donneurs vivants apparentés (DVA) de Juin 1999 à Décembre 2008 dans notre centre hospitalo-universitaire. Nous avons recensé les caractéristiques propres au receveur, au prélèvement, au donneur ainsi qu’au greffon. Les complications chirurgicales ont été colligées ainsi que leur prise en charge et évolution. RESULTATS: Soixante sept dossiers ont été analysés avec un suivi moyen de 55 +/- 28 mois. 38 complications chirurgicales ont été recensées : sténose des artères rénales (38,7%), lymphocèle (21%), hématome (12,7%), thrombose vasculaire (7,8%), reflux vésico-urétéral (4,8%), rupture du greffon (3,2%), calcul (1 cas), éventration (1 cas), L’analyse statistique de notre série n’a pas mis en évidence de facteurs de risque significatifs semblant influer sur l’incidence des complications chirurgicales. CONCLUSION: La morbidité liée aux complications chirurgicales de la TR reste élevée nécessitant un diagnostic et un traitement adéquat afin d’éviter les répercussions sur la survie des patients et des greffons.
    Pan African Medical Journal. 01/2010;
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: INTRODUCTION: Les dysthyroïdies chez l’hémodialysé chronique sont représentées par une hypothyroïdie: dite le syndrome de basse T3, actuellement nommée "le syndrome de la maladie euthyroïdienne". L’objectif de notre travail est de déterminer le profil thyroïdien de nos HDC afin de préciser la prévalence des différents troubles thyroïdiens dans notre population et de dégager les facteurs prédictifs, aussi on a précisé l’évolution sur une période de 3 ans. METHODES: Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée en Mars 2007 concernant 68 patients adultes en hémodialyse périodique. Nous avons analysé les paramètres anthropométriques, cliniques et biologiques. Le dosage des hormones thyroïdiennes ((triiodothyronine libre) FT3, (thyroxine libre) FT4 et (thyréostimuline ultra-sensible) TSHus) s’est effectué selon la méthode radio-immunologique. Nous avons comparé 2 groupes de patients avec et sans dysthyroïdie (définie par un taux anormal de FT3 et/ou de FT4 et/ou de TSH) afin de dégager les facteurs de risque. On a réalisé une surveillance biologique des hormones thyroïdiennes pendant 3 ans afin de préciser l’incidence des différents troubles thyroïdiens dans la même population. RESULTATS: Tous les patients sont en euthyroïdie clinique. On n’a noté aucun cas de goitre. Le profil thyroïdien est caractérisé par une hypothyroïdie biologique, la prévalence était de 28%. Nous n'avons pas trouvé des cas d'hyperthyroïdie. L'étude comparative des deux groupes de malades biologiquement euthyroïdiens et hypothyroïdiens a révèle le syndrome inflammatoire (p=0.001), l’âge avancé (p=0.003), et la durée prolongée en hémodialyse (p=0.04) comme des facteurs de risque liés à l’hypothyroïdie biologique. Deux HDC ont nécessité un traitement hormonal substitutif vu le contexte du diabète dans un cas et de la grossesse dans l’autre cas. Le suivi biologique pendant trois ans n’a révélé aucun cas incident et aucune aggravation. CONCLUSION: L’hypothyroïdie biologique est un trouble endocrinien fréquent en hémodialyse chronique. L’âge avancé et le syndrome inflammatoire semblent être des facteurs de risque.
    Pan African Medical Journal. 01/2010;
  • Source
    The Pan African medical journal. 01/2010; 5:8.
  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: INTRODUCTION: La transplantation rénale (TR) est actuellement considérée comme un traitement de choix de l'insuffisance rénale chronique terminale (IRCT). Ses résultats se sont améliorés au cours des dernières années. Cependant, les complications chirurgicales demeurent graves car elles touchent un rein unique et surviennent sur un terrain fragilisé par l'insuffisance rénale et l'immunosuppression. L'objectif de ce travail est d'évaluer la fréquence des complications chirurgicales lors de l'activité de TR au CHU Ibn Sina de Rabat, et de dégager les facteurs ayant influé l'apparition de ces complications. M#ENTITYSTARTX000E9;THODES: Étude rétrospective des patients transplantés rénaux à partir de donneurs vivants apparentés (DVA) de Juin 1999 à Décembre 2008 dans notre centre hospitalo-universitaire. Nous avons recensé les caractéristiques propres au receveur, au prélèvement, au donneur ainsi qu'au greffon. Les complications chirurgicales ont été colligées ainsi que leur prise en charge et évolution. R#ENTITYSTARTX000E9;SULTATS: Soixante sept dossiers ont été analysés avec un suivi moyen de 55 +/- 28 mois. 38 complications chirurgicales ont été recensées : sténose des artères rénales (38,7%), lymphocèle (21%), hématome (12,7%), thrombose vasculaire (7,8%), reflux ésico-urétéral (4,8%), rupture du greffon (3,2%), calcul (1 cas), éventration (1 cas), L'analyse statistique de notre série n'a pas mis en évidence de facteurs de risque significatifs semblant influer sur l'incidence des complications chirurgicales. CONCLUSION: La morbidité liée aux complications chirurgicales de la TR reste élevée nécessitant un diagnostic et un traitement adéquat afin d'éviter les répercussions sur la survie des patients et des greffons.
    The Pan African medical journal. 01/2010; 6:20.