J.-M. Azorin

Pôle Universitaire Léonard de Vinci, Paris La Defense, Ile-de-France, France

Are you J.-M. Azorin?

Claim your profile

Publications (235)519.68 Total impact

  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: OBJECTIVE: Psychosocial trauma during childhood is associated with schizophrenia vulnerability. The pattern of grey matter decrease is similar to brain alterations seen in schizophrenia. Our objective was to explore the links between childhood trauma, brain morphology and schizophrenia symptoms. METHOD: Twenty-one patients with schizophrenia stabilized with atypical antipsychotic monotherapy and 30 healthy control subjects completed the study. Anatomical MRI images were analysed using optimized voxel-based morphometry (VBM). Childhood trauma was assessed with the Childhood Trauma Questionnaire, and symptoms were rated on the Scale for the Assessment of Negative Symptoms (SANS) and Scale for the Assessment of Positive Symptoms (SAPS) (disorganization, positive and negative symptoms). In the schizophrenia group, we used structural equation modelling in a path analysis. RESULTS: Total grey matter volume was negatively associated with emotional neglect (EN) in patients with schizophrenia. Whole-brain VBM analyses of grey matter in the schizophrenia group revealed a specific inversed association between EN and the right dorsolateral prefrontal cortex (DLPFC). Path analyses identified a well-fitted model in which EN predicted grey matter density in DLPFC, which in turn predicted the disorganization score. CONCLUSION: Our findings suggest that EN during childhood could have an impact on psychopathology in schizophrenia, which would be mediated by developmental effects on brain regions such as the DLPFC.
    Acta Psychiatrica Scandinavica 06/2015; DOI:10.1111/acps.12455 · 5.55 Impact Factor
  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: The aim of our study was to investigate, in bipolar patients, the association between tobacco status (use and dependence) and history of suicide attempt, and to assess the possible role of inflammation as a missing link in the association between smoking status and history of suicide attempt. A total of 453 adult bipolar out-patients recruited in the French FondaMental Advanced Centres of Expertise for Bipolar Disorder were divided into two subgroups: 274 patients without past history of suicide attempt (non-SA), and 179 patients with a past history of suicide attempt (SA). Tobacco use and dependence, psychiatric and somatic comorbidities, history of childhood abuse, family history of suicide were assessed. Fasting blood tests yielded samples collected for the measurement of high sensitivity (hs-)CRP. The risk of suicide attempt increased with smoking dependence. Notably, bipolar patients with a history of suicide attempt were three times more likely to have severe tobacco dependence, independently of confounding factors. However, we failed to find arguments promoting the hypothesis of inflammatory markers (through hs-CRP measure) in the link between tobacco dependence and suicidal behavior. We found a significant association between severe tobacco dependence and history of suicide attempt, but not with level of CRP, independently of confusing factors. Longitudinal studies taken into account all these potential confusing factors are needed to confirm our results. Copyright © 2015 Elsevier B.V. All rights reserved.
    Journal of Affective Disorders 05/2015; 183. DOI:10.1016/j.jad.2015.04.038 · 3.71 Impact Factor
  • J M Azorin · M Adida · R Belzeaux
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Literature suggests bipolars may differ in several features according to predominant polarity, but the role of temperaments remains controversial. The EPIDEP study was designed to identify bipolar patients among a large sample of major depressives. Only bipolars were included in the current study. Patients were subtyped as predominantly depressive (PD) and predominantly manic and hypomanic (PM) according to a broad (more episodes of a given polarity) and a narrow (2/3 of episodes of one polarity over the other) definition, and compared on their characteristics. Among 278 bipolars, 182 (79.8%) could be subtyped as PD and 46 (20.2%) as PM (broad definition); the respective proportions were of 111 (81.6%) and 25 (18.4%) using narrow definition. Expanding the definition added little in detecting differences between groups. Compared to PDs, PMs showed more psychosis, rapid cycling, stressors at onset, family history of affective illness, and manic first episode polarity; they also received more antipsychotics and lithium. The PDs showed more chronic depression, comorbid anxiety, and received more antidepressants, anticonvulsants and benzodiazepines. The following independent variables were associated with manic/hypomanic predominant polarity: cyclothymic temperament, first hospitalization≤25 years, hyperthymic temperament, and alcohol use (only for broad definition). Cross-sectional design, recall bias. Study findings are in accord with literature except for suicidality and mixicity which were related to predominant mania, and explained by higher levels of cyclothymic and hyperthymic temperaments. Temperaments may play a key role in the subtyping of bipolar patients according to predominant polarity, which warrants confirmation in prospective studies. Copyright © 2015 Elsevier B.V. All rights reserved.
    Journal of Affective Disorders 04/2015; 182:57-63. DOI:10.1016/j.jad.2015.04.037 · 3.71 Impact Factor
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Dear editor,We have read with great interest the contribution of Leorides Severo-Duarte Guerra et al. [1]. The authors underlined the high lifetime prevalence of mood disorders and particularly bipolar disorders in patients seeking bariatric surgery in Brazil. It is worth noting that standardized evaluation enables to determine with more accuracy the prevalence of such disorders, but their research gives no information about the rates of underdiagnosed psychiatric disorders in such a population before this standardized evaluation. However, several studies have underlined that psychiatric disorders in community samples, in particular bipolar disorders, are frequently underdiagnosed and confused with major depressive disorders [2, 3]. This seems especially true in patients with obesity because major depressive episodes seem to be predictive of bipolar disorder in this specific population [4]. As a consequence, one hypothesis may be that a high proportion of psychiatric disorders is under ...
    Obesity Surgery 01/2015; 25(3). DOI:10.1007/s11695-014-1557-7 · 3.74 Impact Factor
  • M. Cermolacce · R. Belzeaux · M. Adida · J.-M. Azorin
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Les liens entre troubles affectifs et troubles endocriniens, ou métaboliques, sont nombreux et complexes. Dans cette revue de la littérature, nous verrons que les comorbidités endocrino-métaboliques les plus fréquentes concernent avant tout les troubles iatrogènes secondaires aux traitements thymorégulateurs par antipsychotiques (effets métaboliques) ou par lithium (effets endocriniens). Mais ces comorbidités peuvent aussi se retrouver associées à des troubles affectifs indépendamment de la question médicamenteuse. Nous aborderons successivement les questions des troubles métaboliques, des perturbations glycémiques, du surpoids et de l’obésité, et enfin des dysfonctions thyroïdiennes chez les patients souffrant de troubles affectifs. Ces comorbidités peuvent être rencontrées de façon indépendantes ou associées entre elles, majorant d’autant plus le retentissement en termes de morbidité ou de mortalité, notamment cardiovasculaires. Deux types d’approches proposent de rendre compte de telles comorbidités : présence de facteurs environnementaux communs aux deux types de troubles (iatrogénie, mode de vie), et/ou processus physiologiques communs (vulnérabilités croisées).
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70129-0 · 0.60 Impact Factor
  • Source
    D. Da Fonseca · M. Adida · R. Belzeaux · J.-M. Azorin
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Le trouble déficitaire de l’attention et le trouble bipolaire entretiennent une relation complexe. En effet, ces deux syndromes partagent de nombreux symptômes ce qui engendre de nombreuses difficultés diagnostiques. Selon plusieurs études, il semble que ce soit deux troubles psychopathologiques bien distincts avec des différences significatives au niveau fonctionnel et anatomique. Il existe cependant des déficits cognitifs communs ainsi qu’une comorbidité relativement fréquente qu’il est nécessaire de connaître pour ajuster la prise en charge.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70127-7 · 0.60 Impact Factor
  • M. Adida · A. Kaladjian · E. Fakra · R. Belzeaux · J.M. Azorin
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Bien que la cooccurrence d’un trouble de l’humeur et d’un trouble addictif soit fréquente, à ce jour, peu de travaux scientifiques recommandent une ou plusieurs stratégies de prise en charge pharmacologique de ces troubles comorbides. Dans cette revue non systématique de la littérature, nous avons recherché les essais cliniques randomisés contrôlés en double aveugle ayant évalué une ou plusieurs stratégies pharmacologiques utilisées pour prendre en charge un trouble de l’humeur cooccurrent à un trouble dû à l’usage de substances. Les troubles de l’humeur inclus ont été le trouble bipolaire et le trouble dépressif. Les approches psychosociales n’ont pas été évaluées. La prévalence vie entière des troubles du spectre bipolaire et du trouble dépressif sont respectivement de 4,4 % et de 14,9 %. La prévalence vie entière d’un trouble du à l’usage de substance est de 43 % et de 17,2 %, respectivement chez les patients souffrant d’un trouble bipolaire (60,3 % pour le trouble bipolaire I) et chez les patients souffrant d’un trouble dépressif. Un seul essai clinique randomisé contrôlé en double aveugle a montré une association positive entre la prise d’un traitement supplémentaire au traitement normothymique, la citicoline, et la diminution de la consommation d’une substance autre que l’alcool, la cocaïne, par des patients souffrant d’un trouble bipolaire. Le corpus d’études scientifiques actuellement disponible ne nous permet pas de déterminer précisément si un traitement antidépresseur est efficace pour prendre en charge les patients déprimés avec un trouble addictif cooccurrent, mais seulement de supposer un effet bénéfique modeste sur cette population de patients. Dans les essais cliniques ayant évalué l’efficacité d’un traitement dans le trouble bipolaire ou le trouble dépressif, les patients avec un trouble addictif cooccurrent ont été le plus souvent exclus. La réalisation d’autres études est indispensable à l’élaboration des premières stratégies de prise en charge pharmacologique de patients souffrant d’un trouble dû à l’usage de substance et d’un trouble de l’humeur comorbide. En pratique clinique courante, la prise en charge du trouble dû à l’usage de substances doit être intégrée à la prise en charge du trouble de l’humeur. La prévention et la prise en charge d’un trouble dû à l’usage de substance est particulièrement recommandée pour les patients dont l’âge de début du trouble bipolaire est précoce.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70124-1 · 0.60 Impact Factor
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Les troubles de l’humeur occupent un vaste champ dans l’espace de la psychiatrie. Les progrès de l’étude des cerveaux, mais aussi de l’épidémiologie ou de la génétique nous permettent de faire des liens de plus en plus solides entre ces troubles et les troubles neurologiques, relançant un processus de rapprochement entre les deux spécialités. L’objet de cette courte revue est d’attirer l’attention du psychiatre sur ces liens, en particulier en présentant succinctement les manifestations psychiatriques de maladies neurodégénératives dont la démence fronto-temporale.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70132-0 · 0.60 Impact Factor
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: La clinique des troubles dissociatifs est complexe et parfois déroutante. Nous décrivons ici deux cas cliniques dont le diagnostic initial était trompeur ; le premier de ces cas concernait une femme de 61 ans, présentant une fugue dissociative, associée finalement à un épisode dépressif majeur sévère. Le second cas présenté ici concerne un homme de 55 ans souffrant de troubles bipolaires de type I et polyvasculaire, adressé pour fugue dissociative dans un contexte de déstabilisation de son humeur et dont le trouble du comportement traduisait en fait un accident vasculaire cérébral. Partant du constat que les troubles dissociatifs comme co-morbidité des troubles affectifs sont méconnus, nous avons réalisé une revue de la littérature à ce sujet. Les troubles dissociatifs sont souvent étudiés à travers le prisme du psycho-traumatisme, comme en témoigne la richesse de la littérature à ce sujet. En revanche les troubles dissociatifs associés aux troubles affectifs ont fait l’objet d’un nombre limité de travaux. Les résultats des études retrouvées sont cependant concordants : il existe une association significative entre symptômes dissociatifs et troubles bipolaires. Cette association serait de plus caractéristique d’un sous type de troubles bipolaires, associant trouble panique et déréalisation-dépersonnalisation, à début précoce. Par ailleurs les individus souffrant de trouble unipolaire, ayant présenté des symptômes dissociatifs, sont également plus sujets au tempérament affectif cyclothymique. Malgré les limites de ces études (cohortes peu importantes, outils d’évaluation peu rigoureux) le lien entre troubles bipolaires et troubles affectifs semble correspondre à une réalité clinique encore peu connue et devrait faire l’objet de travaux complémentaires.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70133-2 · 0.60 Impact Factor
  • Eric Fakra · R. Belzeaux · J.M. Azorin · M. Adida
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Les études épidémiologiques montrent une comorbidité fréquente entre troubles affectifs et troubles des conduites alimentaires. La prévalence d’un de ces troubles chez les patients souffrant de l’autre trouble se révèle bien supérieure à la prévalence observée dans la population générale. Plusieurs causes pourraient expliquer cette comorbidité élevée. En premier lieu, l’origine iatrogène est détaillée. En effet, l’emploi de psychotropes, et notamment les régulateurs de l’humeur, entraîne fréquemment des modifications des conduites alimentaires. Par ailleurs, troubles affectifs et troubles des conduites alimentaires partagent plusieurs caractéristiques sémiologiques communes. Ces similarités pourraient non seulement être à l’origine de méprises dans le diagnostic différentiel, mais aussi témoigner de mécanismes physiopathologiques partagés entre ces deux troubles. Les données génétiques et biologiques sont toutefois pour l’instant trop éparses pour pouvoir appuyer cette hypothèse. Il est cependant important de noter que la comorbidité aggrave le pronostic du patient, et se voit associée à des formes de troubles affectifs sévères marquées par un âge de début de la maladie plus précoce, un nombre plus élevé d’épisodes thymiques ainsi qu’une plus grande suicidalité. Enfin, les traitements pharmacologiques généralement utilisés dans les troubles affectifs sont revus afin de déterminer leur preuve d’efficacité dans les troubles des conduites alimentaires, dans l’optique d’établir la meilleure option thérapeutique en cas de comorbidité.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70131-9 · 0.60 Impact Factor
  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Les patients souffrant de troubles bipolaires (TB) présentent cinq fois plus de risque de maladies cardiovasculaires que des sujets sans TB. Le syndrome métabolique est un facteur qui augmente significativement le risque de développer une maladie cardiovasculaire chez ces patients. Deux autres facteurs importants, mais néanmoins moins reconnus en pratique clinique, augmentent également le risque de maladie cardiovasculaire. Il s’agit des troubles de la réactivité émotionnelle et des pathologies du sommeil, avec en particulier le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS). En effet, l’hyperréactivité émotionnelle semble favorisée par certains tempéraments dits « colériques », le TB et la privation de sommeil. Il est démontré que l’ensemble de ces variables interagissent et conduisent à une augmentation du risque cardiovasculaire. Par ailleurs, le SAOS est une pathologie du sommeil très fortement associée au TB, qui tend à fragmenter le sommeil et qui est également associée à un risque cardiovasculaire plus élevé. La synthèse de ces données souligne ainsi la place centrale des anomalies du sommeil et de la réactivité émotionnelle dans la vulnérabilité du TB aux maladies cardio-vasculaires. Ces données permettent également de rappeler l’importance d’identifier et de prendre en charge les anomalies du sommeil dans le TB, afin d’améliorer la morbidité et la mortalité de ce trouble.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70130-7 · 0.60 Impact Factor
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: L’impulsivité est une composante complexe et importante de la phénoménologie des troubles de l’humeur. Les troubles impulsifs tels qu’ils sont définis dans le DSM sont fréquemment associés aux troubles de l’humeur, surtout le trouble bipolaire de type I, et ils définissent une pathologie psychiatrique plus sévère. Les approches dimensionnelles soulignent que l’impulsivité peut être une manifestation intrinsèque du trouble de l’humeur, à la fois liée à l’état mais aussi persistante en tant que trait permanent chez les patients. Si les conduites addictives comorbides sont associées de façon robuste à une impulsivité plus marquée chez les patients souffrant de troubles bipolaires, le lien entre les antécédents de tentative de suicide et le niveau d’impulsivité reste incertain. Par ailleurs, dans l’hypothèse d’un processus neuropsychologique qui sous-tend ces phénomènes cliniques, les liens entre impulsivité observable en clinique et tests neuropsychologiques restent ténus et plusieurs explications ont été proposées pour faire face à cette discordance.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70128-9 · 0.60 Impact Factor
  • J.-M. Azorin · R. Belzeaux · M. Adida
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70122-8 · 0.60 Impact Factor
  • M. Maurel · M. Adida · R. Belzeaux · M. Cermolacce · J.-M. Azorin
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: La coexistence d’un trouble affectif et d’un trouble de la personnalité comorbide est l’objet d’une littérature abondante, hétérogène, aux résultats parfois très imprécis voire discordants. Certaines données font cependant consensus, telles la potentialisation des deux troubles, tant sur le nombre des comorbidités, que des difficultés thérapeutiques et d’observance, ou de la mauvaise qualité du pronostic, ainsi que de la difficulté diagnostique particulière de la présentation symptomatique. D’autres données, concernant la nature de ce lien commun ne font plus guère l’objet de divergences. Une synthèse est présentée.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70125-3 · 0.60 Impact Factor
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: La comorbidité éthylique des troubles affectifs reste insuffisamment prise en compte. Son importance est encore méconnue et mal comprise malgré la fréquence relevée des comorbidités addictives dans la plupart des troubles psychiatriques. Le concept de « diagnostic double » portant sur une simple addition de deux pathologies indépendantes doit être dépassé pour envisager un « psychopathologie duelle » combinant les effets de l’un sur l’autre des troubles, interactions susceptibles d’engager un état complexe appelant une lecture syndromique différente et des stratégies thérapeutiques adaptées appelant la nécessaire intégration des prises en charge. L’association d’un trouble de l’usage de l’alcool aux troubles de l’humeur, notamment dans la maladie bipolaire, est un indice de gravité corrélé à une symptomatologie plus sévère, une évolution instable, une résistance à la thérapeutique et des risques de suicide accrus. L’alcool aggrave la dépression et gêne la thérapeutique. Alcool et manie restent un danger redouté. Le mécanisme de l’association comorbide repose moins sur une stratégie comportementale de compensation que sur une vulnérabilité partagée et croisée que l’on relie à la génétique du transporteur de la sérotonine et au gène d’horloge Clock. Les difficultés thérapeutiques motivent la mise en place d’un dispositif « intégré » qui suppose une nécessaire organisation des soins facilitant les collaborations entre addictologie et psychiatrie.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70123-X · 0.60 Impact Factor
  • A. Kaladjian · M. Adida · R. Belzeaux · J.M. Azorin
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Les troubles anxieux sont fréquemment associés aux troubles affectifs, notamment au trouble bipolaire, où ils représentent une des comorbidités les plus importantes. Si la prévalence est forte pour l’ensemble des troubles anxieux, les chiffres sont un peu plus élevés pour l’anxiété généralisée (18,4 à 19,9 % de prévalence vie entière). La fréquence de ces comorbidités soulève des questions portant sur le lien qui unit ces entités syndromiques, une des questions essentielles étant de savoir s’il faut les distinguer ou considérer les chevauchements phénoménologiques comme relevant de processus morbides communs. En outre, l’existence d’un trouble anxieux comorbide à un trouble bipolaire aggrave considérablement l’évolution des patients qui en souffrent, induisant des épisodes thymiques plus sévères et un raccourcissement des périodes de rémission, favorisant les rechutes, le risque suicidaire et la consommation de substance, et diminuant nettement leur qualité de vie, comparativement aux patients bipolaires sans trouble anxieux. Les mécanismes qui associent la symptomatologie anxieuse au dérèglement thymique sont actuellement mal connus, bien qu’il soit probable que des facteurs génétiques jouent un rôle clé, associés à d’autres facteurs de vulnérabilité, notamment ceux impliqués dans l’adaptation au stress. L’impact important de l’anxiété sur la sévérité du trouble bipolaire contraste avec le peu d’études contrôlées qui se sont consacrées aux thérapeutiques ciblant spécifiquement les troubles anxieux comorbides, malgré l’existence de recommandations récentes offrant des perspectives thérapeutiques utiles. Dans ce contexte, il semble nécessaire de pouvoir mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent l’apparition des troubles anxieux dans les troubles affectifs, afin de mieux les identifier et de pouvoir développer des thérapeutiques qui puissent les cibler efficacement.
    L Encéphale 12/2014; 40. DOI:10.1016/S0013-7006(14)70126-5 · 0.60 Impact Factor
  • M Adida · A Kaladjian · E Fakra · R Belzeaux · J M Azorin
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Mood and substance use disorders commonly co-occur, yet there is little evidence-based research to guide the pharmacologic management of these comorbid disorders. The authors review the existing empirical findings including current clinical pharmacotherapy practices for treating co-occurring mood and substance use disorders and call into question current clinical practices. The specific mood disorders reviewed are bipolar and major depressive disorders (either one co-occurring with a substance use disorder). The authors also highlight knowledge gaps that may serve as a basis for future research. Findings from the relatively small amount of available data indicate that pharmacotherapy for managing mood symptoms might be effective in patients with substance dependence, although results have not been consistent across all studies. In most studies, medications for managing mood symptoms did not appear to have an impact on the substance use disorder. Research has only begun to address optimal pharmacologic management of co-occurring disorders. In addition, current clinical treatment for drug dependence often exclude new pharmacotherapies approved by the French Haute Autorité de Santé for treating certain types of addiction. With new data becoming available, it appears that we need to revisit current practice in the pharmacological management of co-occurring mood and substance use disorders. Copyright © 2014 L’Encéphale. Published by Elsevier Masson SAS.. All rights reserved.
    L Encéphale 12/2014; 40 Suppl 3:S8-S13. · 0.60 Impact Factor
  • Eric Fakra · R Belzeaux · J M Azorin · M Adida
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Epidemiologic studies show a frequent co-occurence of affective and eating disorders. The incidence of one disorder in patients suffering from the other disorder is well over the incidence in the general population. Several causes could explain this increased comorbidity. First, the iatrogenic origin is detailed. Indeed, psychotropic drugs, and particularly mood stabilizers, often lead to modification in eating behaviors, generally inducing weight gain. These drugs can increase desire for food, reduce baseline metabolism or decrease motor activity. Also, affective and eating disorders share several characteristics in semiology. These similarities can not only obscure the differential diagnosis but may also attest of conjoint pathophysiological bases in the two conditions. However, genetic and biological findings so far are too sparse to corroborate this last hypothesis. Nonetheless, it is noteworthy that comorbidity of affective and eating disorders worsens patients'prognosis and is associated with more severe forms of affective disorders characterized by an earlier age of onset in the disease, higher number of mood episodes and a higher suicidality. Lastly, psychotropic drugs used in affective disorders (lithium, antiepileptic mood stabilizers, atypical antipsychotics, antidepressants) are reviewed in order to weigh their efficacy in eating disorders. This could help establish the best therapeutic option when confronted to comorbidity. Copyright © 2014 L’Encéphale. Published by Elsevier Masson SAS.. All rights reserved.
    L Encéphale 12/2014; 40 Suppl 3:S46-50. · 0.60 Impact Factor
  • A Kaladjian · M Adida · R Belzeaux · J M Azorin
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Anxiety disorders are frequently associated with affective disorders and represent one of the most important comorbidity in patients with bipolar disorder. Their prevalence is high, whatever the anxiety disorder, with nevertheless higher rates for generalized anxiety disorder (18.4 to 19.9 % for lifetime prevalence). Such high frequencies raise essential questions about the link between these groups of disorders, and if it is necessary to distinguish them or to consider their phenomenological overlap as resulting of common disease processes. The existence of comorbid anxiety disorder in bipolar disorder significantly worsens its evolution, inducing more severe episodes, shortening remission periods, favoring relapses and suicide as well as substance use, and reducing quality of life in comparison to bipolar patients without anxiety. The mechanisms that link the anxious symptomatology to mood dysregulation are still poorly understood, although it is likely that genetic factors play a key role, combined with other factors of vulnerability, including those involved in coping strategy to address ongoing distress. Despite the high impact of anxiety on the severity of bipolar disorder course, few randomized controlled trials examined treatments of comorbid anxiety disorders and only recent recommendations offer useful therapeutic perspectives. In this context, it seems necessary to better understand the features associated with the occurence of anxiety disorders in affective disorders, in order to better identify the mechanisms underlying such comorbidity, together with working to develop therapeutics that efficiently target them. Copyright © 2014 L’Encéphale. Published by Elsevier Masson SAS.. All rights reserved.
    L Encéphale 12/2014; 40 Suppl 3:S18-22. · 0.60 Impact Factor
  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Background It is unclear whether there is a direct link between economic crises and changes in suicide rates. Aims The Lopez-Ibor Foundation launched an initiative to study the possible impact of the economic crisis on European suicide rates. Method Data was gathered and analysed from 29 European countries and included the number of deaths by suicide in men and women, the unemployment rate, the gross domestic product (GDP) per capita, the annual economic growth rate and inflation. Results There was a strong correlation between suicide rates and all economic indices except GPD per capita in men but only a correlation with unemployment in women. However, the increase in suicide rates occurred several months before the economic crisis emerged. Conclusions Overall, this study confirms a general relationship between the economic environment and suicide rates; however, it does not support there being a clear causal relationship between the current economic crisis and an increase in the suicide rate.
    The British Journal of Psychiatry 10/2014; 205(6). DOI:10.1192/bjp.bp.114.147454 · 7.34 Impact Factor

Publication Stats

2k Citations
519.68 Total Impact Points

Institutions

  • 2010–2013
    • Pôle Universitaire Léonard de Vinci
      Paris La Defense, Ile-de-France, France
  • 1988–2012
    • Aix-Marseille Université
      Marsiglia, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
  • 2001–2010
    • Assistance Publique Hôpitaux de Marseille
      • Pôle Psychiatrique
      Marsiglia, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
  • 2008
    • Université de Reims Champagne-Ardenne
      Rheims, Champagne-Ardenne, France
  • 1989–2004
    • French National Centre for Scientific Research
      Lutetia Parisorum, Île-de-France, France
  • 1998–2003
    • Hôpital Européen, Marseille
      Marsiglia, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
  • 1984–1992
    • Clinique médicale et pédagogique Dupré
      Île-de-France, France