Article

Interleukin-17 as a Recruitment and Survival Factor for Airway Macrophages in Allergic Airway Inflammation

The Lung Pharmacology Group, Department of Respiratory Medicine and Allergology, Institute of Internal Medicine, Sahlgrenska Academy at Göteborg University, Gothenburg, Sweden.
American Journal of Respiratory Cell and Molecular Biology (Impact Factor: 4.11). 10/2005; 33(3):248-53. DOI: 10.1165/rcmb.2004-0213OC
Source: PubMed

ABSTRACT Recent data indicate that the proinflammatory cytokine, interleukin (IL)-17, stimulates certain effector functions of human macrophages. We evaluated whether IL-17 mediates allergen-induced accumulation of airway macrophages and, if so, whether such an effect relates to the control of macrophage recruitment and survival. BALB/c mice were sensitized and challenged with ovalbumin. Three hours before challenge an anti-mouse IL-17 mAb (a-IL-17) was administered. Sampling was conducted 24 h after the allergen challenge. In vitro chemotaxis assay for blood monocytes and culture of airway macrophages, immunocytochemistry for Fas-antigen, and matrix metalloproteinase-9 (MMP-9) were used to determine the effect of IL-17 on the recruitment, survival, and activity of airway macrophages. A-IL-17 reduced the number of airway neutrophils and macrophages after allergen challenge. In vitro, recombinant IL-17 induced migration of blood monocytes and prolonged survival of airway macrophages. A-IL-17 also increased the expression of Fas-antigen in airway macrophages in vivo. Finally, the expression of MMP-9 by airway neutrophils and macrophages in vivo was downregulated by a-IL-17. This study indicates that endogenous IL-17 mediates the accumulation of macrophages during allergen-induced airway inflammation. IL-17 exerts its effects by acting directly on airway macrophages by promoting their recruitment and survival. Furthermore, IL-17 is involved in controlling the proteolytic activity of macrophages and neutrophils in allergen-induced airway inflammation.

0 Followers
 · 
74 Views
  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Phenotypic changes in airway smooth muscle are integral to the pathophysiological changes that constitute asthma - namely inflammation, airway wall remodelling and bronchial hyperresponsiveness. In vitro and in vivo studies have shown that the proliferative, secretory and contractile functions of airway smooth muscle are dysfunctional in asthma. These functions can be modulated by various mediators whose levels are altered in asthma, derived from inflammatory cells or produced by airway smooth muscle itself. In this review, we describe the emerging roles of the CXC chemokines (GROs, IP-10), Th17-derived cytokines (IL-17, IL-22) and semaphorins, as well as the influence of viral infection on airway smooth muscle function, with a view to identifying new opportunities for therapeutic intervention in asthma.
    Pulmonary Pharmacology &amp Therapeutics 07/2012; 26(1). DOI:10.1016/j.pupt.2012.06.011 · 2.57 Impact Factor
  • Source
  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Les maladies allergiques sont en constante augmentation tant en prévalence qu'en gravité. Les mécanismes physiopathologiques connus impliquent l'induction d'une réponse Th2 par les cellules dendritiques, conduisant à une production d'IgE et une inflammation. L'immunité innée a récemment été mise en avant dans le contrôle de l'immunité adaptative, spécifique de l'antigène. Cependant, le rôle des cellules Natural Killer (NK), cellules de l'immunité innée connues essentiellement pour leurs fonctions anti-tumorales et anti-microbiennes, est encore inconnu dans la pathologie allergique. Néanmoins, quelques études ont montré une modification de certaines sous-populations de cellules NK chez les patients asthmatiques allergiques. Le but général du travail de thèse était d'étudier le rôle des cellules NK dans l'asthme allergique. Dans un premier temps, les variations quantitatives et qualitatives des cellules NK, ainsi que l'effet de leur déplétion ont été évalués dans l'asthme expérimental. Dans un deuxième temps, l'effet de CCL18, chimiokine impliquée dans l'asthme allergique, a été étudié sur les cellules NK de sujets non allergiques et de sujets allergiques. Tout d'abord, le premier modèle murin d'asthme expérimental utilisé était celui très largement décrit chez les souris BALB/cByJ, consistant en deux sensibilisations systémiques d'ovalbumine (OVA) et d'alum suivies de trois provocations allergéniques d'OVA par aérosols. Chez les souris sensibilisées et provoquées à l'OVA, une augmentation du nombre de précurseurs de cellules NK, mais également du nombre de cellules NK, et plus particulièrement des cellules NK immatures, a été observé dans les ganglions médiastinaux (ganglions drainant les poumons). Celle-ci était accompagnée d'une augmentation du pourcentage de cellules NK ayant incorporé du BrdU. Outre ces variations quantitatives, nous avons également montré que les cellules NK étaient activées. Dans les poumons, le nombre de cellules NK n'était pas significativement modifié chez les souris sensibilisées et challengées à l'OVA comparativement aux souris contrôle. Néanmoins, une diminution non significative du nombre de cellules NK, et plus particulièrement des cellules NK les plus matures chez les souris sensibilisées et provoquées à l'OVA a été observée. De plus, comme dans les ganglions médiastinaux, les cellules NK pulmonaires étaient activées. Nous avons ensuite évalué l'effet de la déplétion des cellules NK par administration de l'anticorps anti-ASGM1 avant les provocations allergéniques sur l'inflammation pulmonaire allergique. Chez les souris sensibilisées et provoquées à l'OVA, la déplétion en cellules NK diminuait significativement l'éosinophilie dans les lavages bronchoalvéolaires, sans affecter pour autant l'hyperréactivité bronchique et les taux sériques d'immunoglobulines spécifiques de l'OVA (IgE, IgG2a et IgG1) (Article soumis). La déplétion des cellules NK par l'anti-ASGM1 n'étant pas totale (73%), nous avons choisi de reproduire ces expériences chez les souris NKDTR qui expriment le récepteur de la toxine diphtérique dans le promoteur du gène NKp46, permettant la déplétion spécifique et plus efficace (>90%) des cellules NK (Collaboration Pr E Vivier et Dr T Walzer). Ces souris étant de fond génétique C57BL/6, nous avons mis au point un autre modèle de sensibilisation allergique pulmonaire. Les souris ont reçu deux sensibilisations systémiques d'ovalbumine (OVA) et d'alum suivies de deux séries de trois provocations allergéniques d'OVA par voie intranasale. Dans les ganglions médiastinaux, contrairement au modèle précédent, aucune modification du nombre de cellules NK et de la distribution des sous-populations n'a été observée chez les souris sensibilisées et provoquées à l'OVA. D'un point de vue phénotypique, chez les souris sensibilisées et provoquées à l'OVA, les cellules NK étaient activées et l'expression membranaire du CD107a augmentée témoignant ainsi d'une dégranulation. Dans les poumons, le pourcentage de cellules NK les plus matures était diminué chez les souris sensibilisées et provoquées à l'OVA. Les cellules NK pulmonaires étaient également activées et l'expression membranaire de CD107a augmentée. Le pourcentage de cellules NK exprimant l'IFN-g était diminué. Concernant CCL18, cette dernière est une chimiokine produite préférentiellement au niveau du poumon. Dans le laboratoire, il a été montré que la production de CCL18 était augmentée chez les patients asthmatiques, et qu'elle recrutait les lymphocytes Th2 et les basophiles, suggérant le rôle de cette chimiokine dans l'asthme allergique. Notre objectif était d'évaluer la réponse des cellules NK isolées du sang périphérique de sujets allergiques vis-à-vis de CCL18 et de la comparer à celle de sujets non allergiques. Le récepteur de CCL18 étant encore inconnu, nous avons analysé son expression par les cellules NK par la fixation de CCL18 biotinylé. L'étude en cytométrie en flux a révélé que des cellules NK de donneurs allergiques et non allergiques exprimaient un récepteur pour CCL18. De plus, nous avons montré que les cellules NK de sujets allergiques et non allergiques migraient en réponse à CCL18, et ce dans une voie dépendante des protéines G. L'attraction des cellules NK par CCL18 était dépendante du donneur, mais indépendante du statut allergique. Aucune attraction préférentielle d'une sous-population de cellules NK (CD56hi ou CD56lo) par CCL18 n'a été mise en évidence. CCL18 était également capable de stimuler la cytotoxicité des cellules NK de sujets allergiques et de donneurs non allergiques, vis-à-vis des cellules cibles Jurkat. Les réponses étaient variables en fonction du donneur, mais une fois encore étaient indépendantes du statut allergique. Enfin, CCL18 n'induisait pas de production de cytokines (IFN-g et TNF-a) par les cellules NK de sujets allergiques et non allergiques. Au vu de l'ensemble de ces résultats, nous pouvons conclure que les cellules NK de sujets allergiques sont attirées et activées par CCL18 de façon similaire aux cellules NK de sujets non allergiques. En résumé, ces travaux ont permis de montrer que, dans un modèle murin d'asthme allergique, les cellules NK s'accumulent dans les ganglions médiastinaux et semblent réguler l'éosinophilie pulmonaire. Nous avons également montré que les cellules NK de sujets allergiques ne présentaient pas de dysfonctionnement dans la réponse vis-à-vis de CCL18 comparativement aux sujets non-allergiques.