Article

Regional anesthesia, intraneural injection, and nerve injury: beyond the epineurium.

Anesthesiology (Impact Factor: 6.17). 11/2006; 105(4):647-8. DOI: 10.1097/00000542-200610000-00005
Source: PubMed
0 Followers
 · 
85 Views
  • Source
    Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 09/2012; 31(9). DOI:10.1016/j.annfar.2012.06.015 · 0.84 Impact Factor
  • Revista espanola de anestesiologia y reanimacion 11/2013; 60(9):541–542. DOI:10.1016/j.redar.2012.11.005
  • Source
    [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Introduction Les blocs nerveux périphériques continus (BNPC), en particulier au creux poplité, très utilisés en chirurgie orthopédique, permettent une bonne analgésie postopératoire, mais les complications neuropathiques restent mal connues. Objectif Revoir les caractéristiques des neuropathies (NP) après BNPC du nerf sciatique au creux poplité, en évaluant prévalence, gravité, évolution et facteurs favorisants éventuels, notamment ceux tenant à la procédure. Méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective des cas de NP survenant au cours de la procédure de BNPC au creux poplité pour une cure d’hallux valgus réalisée des 1er novembres 2005 à 2009. L’ensemble des procédures ont été analysées (type d’anesthésie, voie d’abord, technique de repérage du nerf, nombre de procédures par opérateur) et pour chaque cas de NP, les données cliniques et électromyographiques ont été recueillies. Résultats Cent cinquante-sept procédures de BNP au profit de 92 % de femmes âgées en moyenne de 55 ans ont été effectuées. La voie d’abord était latérale (n = 62), postérieure (n = 74), inconnue (n = 21). Chez 69 patients (44 %), un repérage échographique a complété celui par neurostimulation. Trois femmes âgées de 19, 24, 65 ans (prévalence = 1,91 %) ont présenté une atteinte du nerf fibulaire commun associée à celle du sural (2), axonale en électromyographie avec à terme des séquelles motrices (1) et sensitives (3). Discussion Notre prévalence plus élevée que dans la littérature (0–0,5 %) soulève les questions de biais méthodologiques et de problèmes techniques. Les nerfs fibulaires commun et sural paraissent exposés contrairement au tibial. Plusieurs mécanismes sont évoqués : neurotoxicité de l’agent anesthésique, lésion mécanique directe, ischémie et bloc de conduction liés au garrot. Des études sont nécessaires pour déterminer la procédure d’anesthésie idéale. Conclusion Bien que rare, le préjudice potentiel lors d’une chirurgie bénigne doit conduire à délivrer au patient une information éclairée, à utiliser la meilleure technique possible et organiser une surveillance renforcée. Niveau de preuve IV étude rétrospective.
    Revue de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique 05/2012; 98(3):280–287. DOI:10.1016/j.rcot.2012.02.006