Article

Étude de l’activité antimicrobienne de l’huile essentielle d’une plante sauvage Prangos asperula Boiss

Phytotherapie 07/2007; 5(3):129-134. DOI: 10.1007/s10298-007-0238-2

ABSTRACT Prangos asperula (Pa) pousse à l’état sauvage sur les pentes des montagnes entre 1200 et 1500 mètres d’altitude au Liban et en Syrie. Plusieurs
échantillons ont été collectés de trois régions libanaises. L’extraction des huiles a été effectuée par hydrodistillation.
Nos résultats ont montré des propriétés antibactériennes de l’huile essentielle de Pa plus significatives que celles des antibiotiques communs utilisés à titre comparatif dans nos tests. L’huile essentielle
extraite de la plante a été testée contre les bactéries suivantes: Staphylococcus aureus, Streptococcus fecalis, Escherichia coli, Salmonella typhi; et contre la levure: Candida albicans. Nos résultats ont également montré un effet inhibiteur très important contre Staphylococcus aureus (de 98 à 100 %), Streptococcus fecalis (de 94 à 100 %), Escherichia coli (de 92 à 100 %), Salmonella typhi (de 91 à 100 %) et Candida albicans (100 %). Cette propriété antibactérienne contre certains gram (+) positifs et gram (−) négatifs et contre la levure Candida albicans offrent de grandes possibilités d’application dans le domaine médical.

Prangos asperula (Pa) grows wild in vast areas of Lebanon and Syria at altitudes between 1200 and 1500 m. Samples of Pa were collected from three regions of Lebanon. The extraction of oil was performed using hydrodistillation. Our results demonstrated
that Pa oil has much stronger antibacterial properties than the common antibiotics used in comparative tests. The essential oil extracted
from the plant was tested against bacteria (Staphylococcus aureus, Streptococcus faecalis, Escherichia coli and Salmonella typhi), and yeast Candida albicans). Our results showed a strong inhibitory effect against S. aureus (98 to 100%), S. faecalis (94 to 100%), E. coli (92 to 100%), S. typhi (91 to 100%) and C. albicans (100%). Its remarkable activity against some gram-positive and gram-negative bacteria demonstrates enormous potential for
medicinal use.

1 Bookmark
 · 
206 Views
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Cette recherche concerne l’étude des propriétés antimicrobiennes de l’huile essentielle d’une plante sauvage, Prangos asperula Boissier, et de la détermination du seuil de sa toxicité. Les propriétés antimicrobiennes ont été étudiées sur cinq germes: – Streptococcus fecalis, Staphylococcus aureus (bactéries gram +) – Salmonella typhi, Escherichia coli (bactéries gram −) – Candida albicans (levure). La toxicité de cette huile essentielle a été évaluée a` partir de plusieurs expérimentations sur des souris testées au laboratoire. Les essais pour une concentration déterminée ont été effectués sur une série de cinq souris. Les concentrations d’huile essentielle appliquées varient de 20 a` 160 mL/mL. Apre`s injection de la solution d’huile essentielle, des observations sur le comportement des souris ont été notées. La dose létale 50 (DL50) a été déduite a` partir de la droite tracée décrivant la mortalité des souris en fonction de la concentration de la solution injectée. La DL50 trouvée est de 1,05 μmL/g. This research concerns the antimicrobial properties of an essential oil of a wild plant, Prangos asperula Boissier, and the determination of its toxicity threshold. Antimicrobial properties were tested against five germs – Streptococcus fecalis, Staphylococcus aureus (gram positive bacteria) – Salmonella typhi, Escherichia coli (gram negative bacteria) – Candida albicans (yeast). The toxic effect of this essential oil was tested on mice in a laboratory. Different concentrations of the essential oil were used, ranging from 20 to 160 μl/ml. Each was tested on a series of five mice. After essential oil solution injection, the behavior of the mice was documented. The lethal dose (LD50) was deduced from the straight line describing the death rate in relation to the concentration of injected essential oil solution. The LD50 found was about 1,05 μmL/g.
    Phytotherapie 01/2009; 7(1):8-14.