Article

Spinal versus intraventricular chronic opiate administration with implantable drug delivery devices for cancer pain.

Applied neurophysiology 02/1985; 48(1-6):234-41. DOI: 10.1159/000101133
Source: PubMed

ABSTRACT Early publications have separately reported the efficacy, specificity and conservative character of direct spinal and intraventricular morphine analgesia in the treatment of intractable cancer pain. The objectives of this study are to compare efficacy and safety of these sites of local administration in order to determine the indication for each, the clinical effects of different opiates and the choice of various drug administration devices.

0 Bookmarks
 · 
51 Views
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Résumé La découverte de récepteurs opioïdes et de ligands endogènes dans le système nerveux central a conduit au développement d’une nouvelle méthode thérapeutique conservatrice pour le traitement des douleurs chroniques irréductibles: il s’agit de l’administration locale directe de morphine dans le liquide céphalo-rachidien péri-médullaire ou intra-cérébro-ventriculaire. Ces deux sites sont complémentaires sur le plan des indications. Ainsi, pour les douleurs cancéreuses de topographie cervico-thoracique ou diffuse, la morphinothérapie intra-cérébro-ventriculaire (ICVM) est particulièrement indiquée. Les auteurs rapportent leur expérience concernant 64 patients sélectionnés cliniquement (douleur chronique de l’extrémité supérieure du corps ou diffuse, inefficacité des morphiniques par voie orale par l’installation d’un phénomène de tolérance ou d’effets secondaires, patient informé et environnements familial et médical favorables au traitement en ambulatoire). La solution de morphine (concentration 1 mg/ml) est administrée par technique percutanée dans le ventricule latéral par l’intermédiaire d’un site d’accès. Pour un suivi moyen de 90 jours, la dose quotidienne efficace de morphine augmente d’une manière modérée de 0,25 mg à 1,2 en fin de traitement. Pendant la période d’essai et de titration, 3 effets secondaires majeurs ont été observés: il s’agit de 2 dépressions respiratoires et d’un trouble du comportement qui ont été rapidement renversés par injection de naloxone. Les données cliniques de la littérature sont discutées (environ 300 cas). Les indications et les résultats sont comparés avec les autres techniques (chirurgie d’interruption, stimulation périaqueducale et administration intrathécale de morphine) dans l’intention de déterminer la place actuelle de l’ICVM. L’efficacité puissante de l’ICVM pour de petites doses de morphine est confirmée, car elle est parfaitement réversible. Ses risques sont limités à condition que la détermination initiale de la dose efficace soit rigoureuse et que, par la suite, une surveillance médicale régulière puisse être assurée.
    Douleur et Analgésie 09/1988; 1(3):95-103. DOI:10.1007/BF03006304 · 0.09 Impact Factor
  • [Show abstract] [Hide abstract]
    ABSTRACT: Certains patients sélectionnés victimes de douleurs chroniques du membre supérieur, peuvent bénéficier d'une approche thérapeutique neurochirurgicale. Les différentes techniques et leurs supports anatomo-physiologiques sont rappelées (techniques ablatives au niveau périphérique, de la DREZ et au niveau central — Neurostimulation périphérique, médullaire et thalamique — Infusion chronique de substance morphinique). Leurs indications sont revues à la lumière des mécanismes physiopathologiques évoqués lors des douleurs post-traumatiques, des douleurs d'origine cancéreuse, des douleurs neurogéniques et des douleurs des rhumatismes neurotrophiques. Some selectionned patients with chronic pain in the upper limb can be improved by a neurosurgical treatment. The rationale of the different surgical procedures are given (peripheral, DREZ and central ablative procedures-peripheral, spinal cord and thalamic stimulation — chronic infusion of opiates). Their indications are reviewed, in the light of the physiopathological mecanisms involved in post-traumatic pain, cancer pain, neurogenic pain, and neurotrophic rhumatisms pain.
    Douleur et Analgésie 09/1990; 3(3):89-97. DOI:10.1007/BF03009498 · 0.09 Impact Factor